Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2014

Les Tarzanides du grenier n° 87

Imprimé année 1975 et pour la SAGEDITION, le mensuel TARZAN n° 43 pourrait bien malgré la médiocrité du scénario, battre un record. Lequel record ? Mettons celui consistant à désigner dans un groupe de concurrents copistes celui qui réussit le plus à plagier des travaux accomplis par autrui.

 

En page 20, image du haut, le texte indique « Les îliens tombent dans leur propre piège ». Pourquoi pas ? Tant pis pour eux ! C'est un spectacle hérissé de férocité : des lions dévorent des hommes. Cependant, cette scène comporte une origine cachée.

  hogarth,foster,tarzan,sagédition,hachette,bd,bd ancienne,journaux pour enfants

 

Si vous faites abstraction des fauves pour ne garder que des hommes, et si le guerrier noir encore debout au centre de l'action se change en guerrier blanc … et si … et si vous vous transportez dans l'album TARZAN n° 1 imprimé pour HACHETTE en l'année 1936, vous rencontrerez dès sa page 3 la vignette ci-dessous dessinée par Harold Foster, l'auteur prestigieux de « Prince Vailant ».

 

hogarth,foster,tarzan,sagédition,hachette,bd,bd ancienne,journaux pour enfants

 

 

Vous y êtes ? A l'évidence, l'image datée de 1975 est imitée de celle de l'édition française 1936.

 

Tout est pompé soit sur Foster, soit sur Hogarth dans le numéro 43 (1975) de la Sagédition. Peut être même y a-t-il un mouvement de Tarzan calqué sur un dessin réalisé par Cardy (page 29 et 1ère vignette).

 

Il serait fastidieux d’insister. Mais observez que le dessinateur copieur, ou la dessinatrice copieuse (n'oublions pas nos amies les femmes !) n'a pas poussé la provocation jusqu'à signer ses larcins. De l'art de s'assurer une fausse innocence par l’anonymat ?

 

Et voila, c'est tout pour aujourd'hui. Un tout synonyme de pas grand-chose.

 

 

Docteur Jivaro

 

 

06/09/2014

Les tarzanides du grenier n° 79

 

Quand MARIJAC maraudait chez FOSTER et HOGARTH.

 

Peut-être pas une hostilité véritable envers TARZAN ; mais en tout cas beaucoup de méfiance. Telle fut l'attitude de Marijac – fondateur de l'excellent journal COQ HARDI – devant les scénarios et les dessins par lesquels le héros de Burroughs faisait son entrée fracassante parmi les bandes dessinées étrangères soudainement éditées en France.

 

En réalité, la quasi totalité des BD que nos pères lurent avant les années 40 était américaine. Et, même si cela vous choque, vous devez avoir conscience du fait suivant : c'est pendant l'occupation allemande de notre pays que se développa vraiment une bande dessinée revendiquée par des auteurs français.

 

Marijac, nous venons de le dire, n'approuvait pas sans réserves TARZAN et, donc, ne se faisait pas scrupule à ses débuts de chaparder quelques-unes des attitudes inventées par Foster et Hogarth pour le Roi de la Jungle.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

 

Un emprunt dans PIERROT, n° 45 du 6 novembre 1938

 

C'est d'abord en Belgique que MARIJAC publia plusieurs de ses BD. Ainsi, en 1936, chez l'éditeur GORDINNE localisé à Liège. Le texte se déroule classiquement sous les images sans toutefois refuser la présence d'une disposition nouvelle, celle de paroles incluses dans des bulles.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

Cet extrait modeste nous vient d'une reliure sous carton rigide et assemblant six petites histoires humoristiques inventées par MARIJAC : Sidonie, Marinette, Barigoule, etc, etc. Une publication dénuée de date de parution – 1938 ? - Tous les écrits, tous les dessins apparaissent imprimés en bleu.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme il se doit chez tout Jivaro, voici un titre de tête.

 

En une seule couleur bleue, oui. Car nos voisins les belges aimèrent souvent publier des bandes dessinées dont les lignes sont tour à tour coloriées en vert, en rose, en violet … Exemple : Le Petit Luron (hebdomadaire 1953). Une manière qui en vaut une autre lorsqu'il s'agit d'économiser les encres de couleur tout en croyant rendre chaque page un tantinet plus attrayante. Encore une histoire belge !

 

Docteur Jivaro

 

 

28/06/2014

Les Tarzanides du grenier n° 71

- Tu ne possèdes pas le n° 1 du FULGOR d'Artima puisque tu te résignas à ne présenter que la couverture du n° 31 dans ton article du 31/05/2014. Et tu as joué quelque peu au fumiste, utilisant les similitudes entre les dessins de Hogarth et ceux de ce n° 31, pour faire entrer coûte que coûte dans ton répertoire de Tarzanides un cosaque complètement étranger à l'orphelin de Lady Alice.

 

Que voici bien une provocation lancée contre le brave Docteur Jivaro ! ... Le numéro 1 de FULGOR, je ne l'avais pas retrouvé immédiatement car le désordre règne dans les souterrains de mon palais fortifié. Mais de ce manque, Docteur Jivaro se corrige sur l'instant.

  

Fulgor n° 1-1955.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une BD brouillée d'une main maladroite par Bild.

Complètement oublié de nos jours, Bild demeura presque inconnu lorsqu'il sévissait entre Bob Leguay et Robert Hugues. Imprudemment il tenta de remplacer Bob Leguay dans la phase terminale de TIM L'AUDACE, toujours pour Artima qui allait décliner dans Aredit.

 

 

A l'intérieur de ce FULGOR, les jeunes lecteurs de 1955 rencontrèrent « MARC du Réseau Marianne ». Seize planches dues au crayon d'un vieux de la vieille : Liquois. L'inoxydable, l'increvable, l'Auguste Liquois. Un des rescapés du journal d'influence nazie LE TEMERAIRE et qui mangea sans réticence aux râteliers les plus rivaux : COQ HARDI, VAILLANT, TARZAN, etc, etc. Nous lui devons néanmoins un étonnant KROMAGOUL.

 

Après dieu fait homme chez les chrétiens, il y eut l'homme fait singe chez E. R. Burroughs. Puis vint Liquois avec un singe fait homme : KROMAGOUL. Encore un tarzanide ! Mais velu. Donc un tarzanide à poil – Enfin !

 

Tim-l'Audace n° 62-1957.jpg

 

En deux images, la preuve qu'un gorille peut se comporter en Tarzan.

 

Alors, à bientôt, en compagnie de KROMAGOUL « le singe qui parle ».

 

Docteur Jivaro

31/05/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 67

Depuis quelque temps nous acceptons comme Tarzanide tout personnage de BD dont les mouvements corporels sont tant bien que mal copiés sur ceux que Foster et Hogarth créèrent pour rendre inoubliable la silhouette de TARZAN. 

Parmi ces Tarzanides repérés à cause d'un simulacre gestuel imité des actions du Roi de la Jungle, existe un FULGOR. Le grand éditeur ARTIMA de Tourcoing en assura la publication. Trente neuf numéros parurent sans réussir a égaler le succès de beaucoup d'autres titres de la même maison : Tim l'audace, Tex Bill, Cyclone, etc, etc,. Autant dire que les enfants des années 50 boudèrent ce FULGOR qui leur arrivait de l'immensité russe pendant l'époque des tsars. 

Les couvertures, elles aussi, s'inspiraient souvent d'attitudes de Tarzan. Ici, le numéro 31, année 1957. Le champion ataman plongeant sur une panthère est tout bonnement imité de Tarzan se portant au secours de Ta'Ama, belle musulmane de retour d'Istanbul où elle prit la mauvaise habitude de se promener en public sans cacher son visage. La honte sur elle, ma sœur !

 

BD, Fulgor,-1957 (1).jpg

 

Toujours dans ce numéro 31, presque toutes les images comportent des fragments d'anatomie prélevés dans le style de Burne Hogarth.

 

BD-Fulgor,-1957-3-pages.jpg

A gauche : Buste de Tarzan extrait de la troisième manière de Hogarth

Au centre : Bagarre sortie du Prince Vaillant de Foster, n° 70 (année 1939) deHOP LA !

A droite : Ce groupe en lutte ne vient ni de Hogarth, ni de Foster. Il vient d'Alex Raymond pour son Flash Gordon

 

Ces quatre exemples suffisent pour prouver les maraudes auxquelles s'adonna le FULGOR d'Artima-Tourcoing. Et l'on comprend que les dessinateurs débutants se soient abstenus de signer leurs larcins. 

A partir du numéro 36, FULGOR conserva son titre de journal mais au prix de perdre le récit de ses aventures. Celles ci furent remplacées par celles d'un AYMERI le Téméraire, jeune chrétien combattant l'une des invasions guerrières que les turcs islamisés lançaient à l'assaut de l'Europe. Ont-ils renoncé de nos jours ? Et ne renonceront-ils que lorsque Istanbul sera redevenue Constantinople ? 

Docteur Jivaro n'a retrouvé dans l'escalade de ses cartons ni le numéro 1, ni le numéro final 39 de FULGOR. Ce sera peut-être pour un autre samedi. 

Durant la décennie 1950, Artima-Tourcoing, alors triomphant, eut la bonne idée de présenter en dernière page de chacun de ses journaux la panoplie complète de tous ses titres mis en vente chaque mois.

 

BD, Ouragan,-3-1956.jpg

4e de couverture de TEMPEST, n° 15-1956.

 

Quant à TOUNGA … Ah ! Hélas pour TOUNGA, gros bras des temps préhistoriques … Votre serviteur en a encore négligé la naissance.

 

Docteur Jivaro

 

 

17/05/2014

Tarzanides du grenier n° 65

 

Semaine précédente, Docteur Jivaro présentait l'exemplaire 23 par lequel le Tarzanide TARGA engagea la deuxième série de ses aventures tropicales. 

Les numéros 1 à 22 comptent chacun 16 pages ; toutes les couvertures sont aménagées en couleurs par Robba. Le dynamisme des situations, malgré plusieurs maladresses d'anatomie, captivaient les enfants de ma génération, vous vous en doutez bien.

Targa-1,-1947.jpg

 

D'abord commercialisé au prix de 15 frs (1947), TARGA passe à 16 frs dès le numéro 2. Puis à 20 avec son 5e titre. Quant au numéro 22, il fallait débourser 25 frs. Puisqu'il plaisait, autant qu'il rapporte du blé ! 

 Targa-1948.jpg

 

Les images intérieures sont réalisées par Stèv'Son qui signait aussi Estève. Contrairement à beaucoup d'autres manipulateurs de tarzanides copiant sans vergogne Foster et Hogarth dans le choix des mouvements du héros, Stèv'Son – Estève inventait ses propres attitudes musculaires (il lui arriva néanmoins de s'aider de photos extraites des films tournés avec Weissmuller). 

 

Ray-Sugar-Robinson-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ray Sugar Robinson, 1951

 

 

Dans les années 50 l'éditeur IMPERIA entreprit de raconter en BD et à l'attention d'un jeune public, la vie de grands champions sportifs. En traduction édulcorée, évidemment. Ce fut alors l'occasion pour Stev'Son - Estève d'utiliser systématiquement des documents photographiques.

 

 

Docteur Jivaro

 

10/05/2014

Les Tarzanides du grenier n° 64

 TARGA

 

Le nom de TARGA n'évoque généralement rien chez les jeunes passionnés de BD actuelles. Il fut pourtant un des tarzanides les mieux accomplis de tous ceux qui naquirent inspirés du modèle créé par E.R. BURROUGHS. 

 

Le dépôt légal de TARGA date de 1947 ; sa fin s'effectuant en 1950, au numéro mensuel 39. 

 

Bob Roc, dont le Docteur Jivaro parla dans sa rubrique du 22 mars 2014, en fut l'un des dessinateurs principaux. 

 

TARGA se répandit sous deux formats successifs, l'un de dimensions 25 X 33 (nos 1 à 22) et l'autre sous un format quelque peu réduit (19 X 25) mais compensé par la quantité de pages élevée de 16 à 36 (et non pas simplement 32 contrairement à ce qu'écrivit le BDM). 

 

Ci après, la couvrante du numéro 23, laquelle débute la seconde série totalisant 17 numéros. C'est Bob Roc qui couvre le plus d'espace BD. Outre les vignettes de TARGA, il dessine, aussi, une « Escale à Tampico » dans laquelle plusieurs des postures des personnages sont calqués sur le DRAGO de Burne Hogarth.  

 

 

Targa-n°-23.jpg

 

 La quasi totalité des couvertures en couleurs de TARGA est imprimée à partir du talent de Robba ; lequel de Robba finit par accompagner d'un logo « cocotte en papier » sa signature. Ce logo symbolisa plusieurs dessinateurs français qui rivalisaient contre l'abondante concurrence américaine et italienne dans le domaine des histoires en images. 

 

Ah ! Tiens, oui, j'allais oublier : TARGA désigne un des formats de conversion en mode informatique. Ce n'était évidemment pas le cas en l'an de grâce 1947.

 

Docteur Jivaro