Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2018

Mélenchon

Quoi de neuf, Docteur ?

 

Mélenchon-Je-suis-sacré.jpg

A une centaine de km de Montluçon : YZEURE

16/10/2018

La vie cesse, le Show Bees continue

Johnny Hallyday

"Mon pays c'est le dollar"

 

Johnny-Hallydays.jpg

06/10/2018

Tarzanides du grenier n° 318

 

LE DICTA'T'HEURE

 

S’il s’agit d’un acteur-clown du cinéma dont les contorsions farceuses passèrent facilement et très tôt du cinéma « muet » à la bande dessinée (muette) c’est bien le faux clochard inventé par Charlie Chaplin : CHARLOT (pour ne pas le nommer).

 

Dès 1937, le Grand Hebdomadaire français l'AS, dirigé par la famille OFFENSTADT édite une BD intitulée « Les Aventure acrobatiques de Charlot ». Un rôle tenu par le célèbre SDF dont le fond de culotte semble toujours supporter un poids de matière trop lourd pour ses coutures...

 

 BD, bandes dessinées anciennes, Charlot, l’As,Société Parisienne d'Edition,Raoul Thomen,1948

Journal l’AS, n° 68, page 3.- Format 39 cm x 27 cm.

 

Le dessinateur est alors THOMEN : Raoul THOMEN.

 

Quatre années d’occupation allemande stoppèrent le succès populaire de Charlie Chaplin dans le pays de Pétain et de de Gaulle.

 

L’immédiat après-guerre vit la SPE reprendre la publication du titre Charlot mais sous la forme d’une brochure périodique de 52 pages. Les histoires sont imprimées deux pages en couleur qui alternent avec deux pages noir sur blanc. C’est encore Thomen qui en illustre le texte tout en s’interdisant l'emploi de « bulles parlantes » pourtant définitivement adoptées par la quasi-totalité des publications en bandes dessinées.

 

 BD, bandes dessinées anciennes, Charlot, l’As,Société Parisienne d'Edition,Raoul Thomen,

Une brochure de 52 pages, image brochure n° 3, année 1948.

 

Sur cette couverture nous remarquons un être humain africain présenté sous un aspect comique. Heureusement, de nos jours, en démocrassie, seul l'homme blanc a pour devoir de repentance de s’auto-caricaturer en public.

 

À la semaine prochaine.

Doc Jivaro

 

 

05/10/2018

Repeuplement des z'ours dans nos Pyrénées

L'OURS ET LE MOUTON

Fable charmante récitée par

Monsieur de la Fontaine

à l'écoute des parents des enfants sages

Ours-repeuplement.jpg

04/10/2018

Jamais trop tard pour bien faire

Devons-nous élever un monument

au souvenir des animaux morts

à cause de nos guerres fratricides ?

Animaux morts à la guerre.jpg

 

02/10/2018

Aznavour


Le dernier des géants

mesurait 1 mètre 64

charles aznavour,la mamma,la bohème,je me voyais dèjà en haut de l'affiche,chansons françaises,musique

 

 Ils sont venus

Ils sont tous là

Elle va mourir, la Mamma ….

 

Nous écoutions cette chanson sans l’avoir demandée dans l’un des derniers grands établissements parisiens populaires d'avant-guerre, face à la Gare du Nord : c’était un Biard. Le juke-box ressassait le timbre de voix alors inhabituel d’un Aznavour.

 

Un serveur, plateau équilibré sur l’avant-bras, nous connaissait de vue Marie-France et moi qui restions plus d’une heure assis devant deux tasses à café vidées de leur café. Il ne ratait que rarement de reposer la question dont il prévoyait la réponse négative : est-ce que je renouvelle vos consommations ?

Nous ne possédions souvent qu'un restant de monnaie dans nos poches.

 

A dix-huit ans je me voyais en haut de l’affiche.

 

Par la suite de l’année, un affairiste nommé Borel (je me trompe ?) acheta les comptoirs Biard pour transformer chacun d’eux en un self-service à la mode r'américaine : le Wimpy.

 

Wimpy ? ce mot m'évoquait tout autre chose : Un des personnages entourant POPEYE, personnage que nous appelions aussi GONTRAN. 

GONTRAN? un chômeur fainéant (ou l’inverse), ventru à cause de tous les petits pâtés à la viande qu’il avale sans jamais en être rassasié.

 

Petits pâtés à la viande ? Eh oui ! nous ne savions pas encore les nommer Hamburgers.

 

 Moi qui criais famine et toi qui posais nue.

 

C’est vieux tout ça, c’était hier.