Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2021

Tu montes, chéri ?

 

Oublions l’actualité pour appeler que depuis une quinzaine de jours Doc Jivaro fouille mais sans trier dans des paquets d’anciens bouquins dont il a empli le grenier lors de son déménagement de Paris à Montluçon en 2001.

 

Il se souvient même lorsque sa femme est venue lui annoncer dans le jardin : on a bombardé le Pentagone !

 

- Impossible ! Ai-je riposté. « Ils » auraient abattu l’avion avant d’être survolés.

 

Cependant la télévision en direct continuait de montrer les progrès du terrorisme musulman : le double effondrement des tours du World Trade Center.

 

Aujourd’hui, j’en suis à feuilleter deux livres retrouvés côte à côte et dont j’avais oublié l’existence sous une mince couche de poussière veloutée. L’un daté 1947 : l’Almanach Ouvrier-Paysan « réalisé aux Éditions Sociales ». En termes clairs : produit de propagande communiste stalinienne. L’illustration de la couverture est signée de Picart Ledoux.

 

 

Picart-Ledoux,-1947.jpg

 

 

L’autre livre a pour titre « Gagneuses ! » daté de 1951. L’illustrateur en est encore Picart Le Doux (cette fois, le nom écrit en trois mots) et le texte qui détaille les trottoirs parisiens d’avant le téléphone rose, est un texte signé d’un monsieur Sylvain BONMARIAGE (ça ne s’invente pas !).

 

 

Picard-Ledoux,-les-gagneuses, 1951.jpg

 

 

Je n’aime pas du tout les dessins du camarade Picart Le Doux. J’en entendis parler pour la première fois par René Perrot professeur pendant mes débuts à l’École des Beaux-Arts de Bourges, Place Cujas. On insistait sur ses réalisations dans le domaine de la tapisserie traditionnelle à gros points. Mais ici, c’est le double emploi de Picart Le Doux comme illustrateur de tapineuses et d’ouvrières CGT qui m’amuse, connaissant l’hostilité officielle des militants cocos envers la prostitution. Hostilité officielle sauf qu’en bordure du Canal de Berry, quai Louis Blanc, lorsque mon grand-père, encore adolescent, travaillait sur les péniches dites « flûtes berrichonnes », le prolétariat montluçonnais des usines Saint Jacques ne manquait pas de fréquenter des filles tarifées le jour de la paye.

 

Vous savez comme se comportent les organismes se prétendant bienfaiteurs publics : les catholiques, de leur côté, célèbrent la manière picturale de Georges Rouault lorsqu’il réalisait des œuvres pieuses, mais préfèrent ignorer que cette manière fut mise au point lorsque l’artiste utilisait des putains pour modèles.

 

Avant de nous quitter remarquons l’outil truelle du travailleur au niveau de la braguette. En 1947 Picart Le Doux se préparait-il pour une gagneuse de 1951 ?

 

Bon fin d’après-midi à tous.

 

Doc Jivaro

20/04/2021

Montpellier réussit à fraterniser les communautés

 

Oui, Pierre existe : il se prénomme Saïd

Montpellier-Communautés-fraternelles.jpg

19/04/2021

En marge de la Covid 19 mondiale

 

MIA retrouvée

Mia-retrouvée.jpg

18/04/2021

Tarzanide n° 494

MEGALO MAN

 

Cette fois nous y sommes : personne n’en réchappera ! Personne ? En tout cas c’est la certitude affirmée par le Professeur Ébor. Volontairement enfermé dans son laboratoire, il vient d’achever la construction d’un super robot géant auquel il prête vie en recourant à la foudre pendant un orage. Bien sûr, Ébor est un savant fou : n’ambitionne t’il pas non seulement de réduire l’espèce humaine en esclavage mais de l’anéantir ?

 

Cette BD porte pour titre : LE MONSTRE DE TANGA. Elle fut commencée dès 1948 dans l’hebdomadaire ZORRO n° 94 pour finir dans le 119. Les cinq à six première planches éditées en grand format « tout-en-couleur » sont les plus impressionnantes pour de petits enfants qui, à l’époque, sans TV ni radio n’avaient rarement que le cinéma avec Blanche Neige et les huit nains moins un, pour se divertir pendant l'après-guerre l’alimentation était encore soumise à des tickets de rationnement.

 

 Le monstre de Tanga,Zorro 1948,Colonel Rémy raconte,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

Doc Jivaro reste ignorant de l’identité du scénariste et de celle du dessinateur mais peut quand même signaler que cette BD est d’origine italienne. Plusieurs des images du début avec leurs troupes militaires, leurs bombardiers ainsi que leurs villes parcourues par des populations épouvantées, sont probablement inspirées par des photos venues des péripéties du second conflit mondial. Par exemple l’intérieur d’une carlingue de bombardier de la Royal Air Force, carlingue occupée par deux pilotes et qui semble avoir été imitée d’une photo que j’ai trouvée imprimée dans le fascicule n° 9, année 1976, fascicule intitulé LE COLONEL RÉMY RACONTE.

 

 Le monstre de Tanga,Zorro 1948,Colonel Rémy raconte,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Rassurons-nous braves gens : le savant fou Ébor perdra la partie qu’il croyait gagner en planifiant la fin du monde : Il sera réduit à l’impuissance par un autre savant jeune et beau celui-ci, prénommé Richard et aimé par la jolie Corinne qu’il aime – Ouf !

 

Doc Jivaro

 

16/04/2021

La Covid 19 en France :

100 000 morts en une année 

qui dit mieux ?

LINE RENAUD

loulou gasté,line renaud,super linette,covid 19,décès par covid 19
 

15/04/2021

INTERMÈDE

 

D’une façon ou d’une autre il nous faut partir définitivement de nuit ou de jour … Doc Jivaro s’oblige donc à faire du tri dans le fatras de toute sa bouquinerie accumulée. Entre Drieu La Rochelle et Léon Daudet pestant contre La Gueuse ; et sous une pile d’Émile Zola bradée en Livre de Poche, il est « tombé » sur deux revues de BD toutes deux consacrées à HERGÉ, l’une au moment de la mort du père de TINTIN en 1983 et l’autre datée de l’an 2000.

 

 

BD-A-Suivre-et-Géo,-Hergé.jpg

 

 

Si vous les possédez, gardez les. Pour l’instant elles n’ont pour ainsi dire aucune valeur commerciale. Celle titrée A SUIVRE, (hors série) peut s’acquérir entre 20 et 30 euros si bonne état de conservation.

 

Le collectionneur que je suis est toujours sensible à tout objet relatif à l’existence talentueuse du belge anciennement proche du mouvement REX et auquel, aujourd’hui, des militants de gauche reprochent d’être l’auteur d’un TINTIN AU CONGO, eux si fréquemment admirateurs du camarade Hamid Dada, célèbre coupeur de zizis africains.

 

Allez bonne fin de soirée à vous autres.

 

Doc Jivaro