Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2021

Supprimer l'ENA ?

 

Pour favoriser la mise à niveau

des populations nouvelles en France

 

Supprimer-l'ENA.jpg

24/02/2021

Ensaignement en Démocrassie

 

Encore deux égorgements

 

entre adolescents !

 

violence en bandes adolescents,

16/02/2021

Tarzanides n° 483

DAVID COPPERFIELD

 

Abonné AMAZON (Prime Vidéo) vous regardez sinon appréciez une énième variante filmée du roman rédigé par Charles Dickens en 1850 : DAVID COPPERFIELD.

 

Pour ma part je me comptais dans ma huitième année lorsque j'approchais pour la première fois ce personnage plus ou moins autobiographique ; mais c'était dans une interprétation simplifiée sous forme de bandes dessinées. Celles-ci éditées chaque mardi dans le magazine TARZAN.

 

 

:david copperfield,charles dickens,école voltaire,instituteur servan,michel denni,henry carl kiefer,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Le récit débutait dans le n° 101 d'août 1948 pour s'achever dans le 126 de février 1949. Les planches d'origine étaient dessinées dans un petit format dit "de poche" que j'attribuai d'abord à un graphiste anglais mais qui venait d'outre-Atlantique, made in USA, d'après ce que précise Michel Denni en nommant Henry Carl Kiefer.

 

Toutefois ce n'est que plus tard, en 1951 que je connus ce DAVID COPPERFIELD dans sa version en images. J'entrais alors dans la classe scolaire dirigée par le camarade instituteur SERVAN : camarade, oui, puisqu'il militait communiste-stalinien, à ce que nous disait mon père. SERVAN nous avait d'ailleurs tous accueillis par les paroles suivantes : "Avec moi, vous apprendrez à mettre de la couleur sur le dessin d'une flamme de bougie mais vous devrez être sérieux comme au régiment". Et il avait dit ça en retroussant ses manches de chemise comme s'il allait jouer à la pétanque après avoir débuté sa vie en jouant aux billes comme nous autres à notre tour.

 

Le dessin, ça ne me faisait pas peur. Le premier jour de ma rentrée dans la classe de Madame Lesage, c'est à dire dans la classe des petits quittant l'école maternelle, je m'étais fait remarquer sans l'avoir cherché.

 

- Ce matin vous voyez qu'il pleut. Alors dessinez une personne sous la pluie.

 

Le dessin était la première prise de contact : dessiner une lettre de l'alphabet, dessiner un chiffre de l'arithmétique. Avec l'aide de bouts de branches coupés à la même taille : les buchettes. Je ne sais plus comment j'avais tracé un petit bonhomme courbé sous les gouttes d'eau. L'institutrice s'empara de ma feuille de papier pour la montrer à un groupe de bonhommes en blouse grise faisant l'aller-retour dans la cour de récréation : Regardez le chef-d’œuvre qu'on m'a fait !

 

Ce n'est que des années plus tard que je dus prendre conscience que malgré mes efforts je ne réussissais toujours pas à devenir un deuxième Michael Ange.

 

- Tu sais, je ne suis pas contente, m'avait dit ma mère : TON dessin dont TA Madame Lesage m'a parlé, elle l'a gardé.

 

Quelques-unes des situations vécues par DAVID COPPERFIELD amusaient beaucoup mon enfance et j'étais loin de prévoir qu'elles allaient prochainement être interdites dans mes journaux de jeunesse par une vilaine Loi datée 1949.

 

 

:david copperfield,charles dickens,école voltaire,instituteur servan,michel denni,henry carl kiefer,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Doc Jivaro

 

15/02/2021

Après Molière lisible pour la banlieue ...

 

... simplifions Newton

molière,réécrire molière,grandes gueules molière,molière vieillot,littérature,enseignement

29/01/2021

Ouvrir ou fermer l'école ?

 

La réponse de l'écolier :

 

Ecoles-fermées ou ouvertes.jpg

 

21/01/2021

Les CROUS

 

MACRON

va t'il raisonner les « étudiants » ?

 

Macron-et-les-étudiants.jpg