Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2017

A cause de la surpopulation humaine ...


... dans moins de 20 ans

40 % des espèces vivantes seront mortes

Disparition-espèces-animales.jpg

 

Repensons au temps disparu quand notre voisine déroulait tout un ruban adhésif qu’elle collait d’un bout à l’autre au-dessus de sa tête, contre le plafond de sa cuisine. Des centaines de mouches se retrouvaient prisonnières les pattes paralysées, pendant que l’insecte agonisait en faisant avec ses ailes tout un bruit de petite locomotive ne réussissant plus à démarrer.

 

 Mon père n’aimait pas du tout ça : « C’est dégueulasse ! ». Il prévenait ma mère : Si tu achètes un machin pareil je fous le ruban et les mouches crevées dans ta soupe !

 

 Lorsque j’étais gamin, la population des mouches faisait partie de toutes les ambiances familiales. Ça pouvait agacer (le plus souvent) ; ça pouvait amuser (fallait improviser).

 

 Il m’arriva d’attraper dans mon poing une de ces bestioles pour lui enlever ses ailes. C’était rigolo de la voir condamnée à marcher sans jamais réussir à reprendre son envol. Je ne pensais ni à l’ahurissement de l’insecte, ni à sa mort prochaine. Je ne savais que ce que sait l’enfance : seul compte l’amusement du moment.

 

 Aujourd’hui je suis vieux et tranquille : il n’y a plus une seule mouche qui monte et descend, et qui ne descend que pour remonter, sur la vitre de la fenêtre.

 

 Par contre, récemment, dans Montluçon, il y a eu deux vieillards assassinés par un groupe de jeunes gens originaires de …

 

 Mais je ferme ma gueule pour ne pas être tout de suite écrasé par le rouleau compresseur des « Droits de l’Homme ».

 

 Des « Droits de l’Homme » souvent pervertis jusqu’à devenir les droits du délinquant, les droits du criminel et les droits du terroriste.

 

04/07/2017

Mois des congés payés : mois d'alerte pour la SPA

 

Vivement l'automne !

Animaux-abandonnés.jpg

20/09/2016

Nos ennemis les bêtes

 

CHACUN SON TOUR

Souffrance-animale.jpg

 

Le patronat et le petit personnel salarié des abattoirs refusent l’installation d’une surveillance vidéo dans leur lieu de boucherie.

 

C’est regrettable pour tous les amateurs onanistes du trafic sur le web d’images à caractère porno sado-maso.

 

Sur ce même sujet, ce matin, dans un des commentaires de l’émission de Bourdin, quelqu’un a précisé que le religieux juif lui aussi et comme le religieux arabe exige que les animaux massacrés dans les abattoirs SOUFFRENT lorsqu’un gentil égorgeur les assassine.

 

Preuve que le présent de la robotique n’arrête pas le passé des primitifs.

01/04/2016

Dans notre assiette, un cadavre !

 

En province, un abattoir, j’ai connu. En tout cas, j’y entrais sans avoir à faire dedans. J’accompagnais mon oncle, boucher à Saint Sauvier. Il s’y rendait pour faire abattre des bêtes après que la loi lui eut enlevé le droit de les saigner tout seul, comme un grand, les bêtes.

 

Les tueurs assommaient à coups de masse … Parfois de travers, ils rataient la tête. disons que, parfois, ils chancelaient, ils titubaient, les hommes. L’alcool … Un bistrot ouvrait en face. Il suffisait de traverser la rue pour y aller et en revenir.

 

- Vas- y ! cogne ! Han !

 

Si le bœuf tournait de l’œil dans la direction de son bourreau, les témoins s’amusaient, lubriques, criant : il t’aime ! Il t’aime ! … ou encore : elle t’aime ! lorsqu’il s’agissait d’une fille que le péquenot du coin avait amenée ici, lui reprochant de ne jamais donner assez de lait.

 

 

En fin d’après midi de je ne sais plus quel jour, un bœuf ou quelqu’autre viande sur pattes s’échappa de l’abattoir. Un délinquant sûrement. Il fallut prévenir la police mais ce fut, disait-on, la gendarmerie qui abattit d’une ou deux balles de fusil l’animal évadé. Paraît qu’il était a moitié égorgé le bestiau à l’instant de son évasion en dehors du camp de la mort. Vous savez : certaines de nos victimes ont, comme ça, des sursauts d’incivilité dus à un évident manque d’éducation.

 

Mon oncle, que j’aimais bien, devait périr d’un cancer quand pour soigner le malade la chirurgie découpait toute une portion de bidoche.

 

Sa veuve, donc ma tante, eut ce mot quelque peu égaré : « Lui qui savait si bien détailler les morceaux ! ».

 

Ryal

16/03/2016

Monsieur le maire de la Ciotat ...

 

... interdit l'exibition de
fauves dans les cirques

Cirques-bêtes-sauvages.jpg

 

29/02/2016

Vacherie

 

Féministe libérée
CERISE 
offre un bol de lait

Salon-de-l'Agriculture.jpg