Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2020

Tarzanides du grenier n° 414

 

Un de nos voisins mis en quarantaine à cause de son âge à protesté auprès de ma femme et moi comme si nous étions responsables des restrictions imposées par la lutte contre le coronavirus : " Ça ne va pas tout ça ! c'est pire qu'au temps de la Gestapo ! Au moins quand les boches étaient chez nous, les théâtres, les cinémas, les salles de sport, les cafés restaient ouverts."

 

Le gaillard aurait pu ajouter que même les maisons closes n'étaient pas closes. "Les jours pairs, disait mon père, c'était pour le soldaten, les jours impairs pour le travailleur français".

 

COEURS VAILLANTS, journal illustré catholique réussit un tour de force inégalé pendant toute la durée de l'occupation militaire allemande du pays de l'Abbé Pierre et du Docteur Petiot : Être édité sous différents formats d'abord à Paris puis à Lyon et pratiquement sans discontinuité. Sans doute était ce dû à nombre de compliments plus ou moins directs à l'adresse du Maréchal Pétain ?

 

 

coeur vaillant,le crabe aux pinces d'or,marijac,hergé,jacques coeur,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Devant vos yeux émerveillés, le numéro 1 du 3 janvier 1943. Il ne compte que quatre pages, deux en couleurs, deux en noir sur blanc. En bas de première page la Bédé signée de Hergé : LE CRABE AUX PINCES D'OR, nous rappelle que CŒURS VAILLANTS fut le premier journal français à publier les aventurlures de cet adolescent en pantalon de golf mais n'ayant jamais joué au golf. En quatrième page, on apprécie le talent de Marijac avec son SACHEM SANS PLUMES qui est comme le coup d'envoi de ce qui deviendra le "leitmotiv" indien du journal fameux COQ HARDI.

 

Oui cet exemplaire n° 1 de 1943 est en fort mauvais état de conservation et les autres numéros que Doc Jivaro détient de la même année sont tout autant perclus de partout. Ils lui viennent d'un ecclésiastique de la famille de son épouse, ce prêtre ayant commencé comme abbé à Commentry, ville voisine de Montluçon, puis achevait son parcours sacerdotal à Montmarault, lieu également proche de la ville dont Marx Dormoy fut le maire.

 

Doc Jivaro

 

06/02/2020

Tarzanides du grenier n° 402

KIRK DOUGLAS

 

 

Nous semblait que Kirk Douglas était déjà mort au moins trois fois : Une fois à cause de Spartacus (1960) une deuxième fois avec El Perdido (1961) et la troisième sous le poison d'un Reptile (1971). Sans compter son trépas dans le rôle de Van Gogh qui d'une pâte picturale épaisse s'imaginait sculpter le soleil sans ombres dans un champ de blé.

 

kirk douglas,journal far west,marijac,cinéma,éditons mireille,jaques dumas,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

A tous les coups la vraie gueule de l'emploi. La fossette creusée en pleine chair du menton compte beaucoup pour gagner l'enthousiasme des spectateurs.

 

Kirk ayant souvent incarné des rôles dans le western nous avons essayé de trouver un de nos dessinateurs de BD qui se serait inspiré de la physionomie de cet acteur disparu à cent trois ans. Puisqu'il y eut un giraud de l'écurie de Jijé qui attribua à son fictif Blueberry la tronche de J.P. Belmondo. Donc rien pour l'instant, pas de résultat, nos recherches n'étant qu'improvisées.

 

 

BD-Far-West,-Kirk-Douglas,-1955.jpg

 

 

Toutefois dans le bi-mensuel FAR WEST publié par les Éditions Mireille sous la direction d'un Jacques Dumas célèbre sous le pseudo MARIJAC, des résumés de films accompagnés de quelques photos existent, que les amateurs peuvent consulter dans les numéros 8 et 20 des années 1955 et 56.

 

 

kirk douglas,journal far west,marijac,cinéma,éditons mireille,jaques dumas,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

Doc Jivaro attire votre attention sur l'illustration toutencouleur du numéro 8 : Une vacherie de bagarre. Les couvrantes de nos illustrés d'avant hier savaient accrocher le regard du chaland qui passe. Aujourd'hui, c'est impossible à exhiber à la devanture d'un kiosque, l'actuelle censure en France démocrasseuse étant plus mutilante encore que celle passée de la décennie des années cinquante.

 

Doc Jivaro

 

08/10/2019

Tarzanides du grenier n° 380

 

La décennie d'avant Godzilla



Nos cousins les gérontes gardiens de BD anciennes sont toujours impatients, toujours heureux de vous parler du COQ HARDI créé par Marijac, qu'ils couronnent d'éloges méritées.



Il fut publié quatre (4) séries du titre COQ HARDI, la première et la deuxième s'affirmant comme les mieux réputées. En fait la troisième série de 1 à 18 numéros bi-mensuels, et la quatrième série portant le sous-titre "Je serai" sont parfois abandonnées en  marge comme négligeable.



coq hardi,marijac,liquois,jean d'alvignac,satan,satanas,satar,satanax,bandes dessinées de collection

Coq Hardi,1954, Paris



Forcément Doc Jivaro détient le numéro 1 de la troisième série dans un coffre-fort piégé ... S'il fait figurer le numéro 2 de 1954 c'est pour que vous compariez l'illustration de couverture avec une autre illustration parue en 1945, toutes les deux étant de la main de Marijac. Vous constatez plusieurs modifications qui répondent à la différence des formats mais aussi à la surveillance exercée par le code de censure voté en 1949. Celui-là interdisait sans les préciser nommément toutes références, tous sous-entendus au monde infernal dénoncé comme imprégné du péché de luxure. Les titres de journaux destinés aux enfants, titres tels que Satan, Satanas, Satar ou encore Satanax (surhomme façonné par Liquois et Jean D' Alvignac) étaient fortement déconseillés par le bouche à oreille religieux. C'est pourquoi les Mts Satanas de l'édition 1945 sont changés en des "Monts Maudits" pendant les années 1950.



Coq Hardi,Marijac,Liquois,Jean d'Alvignac,Satan,Satanas,Satar,Satanax,bandes dessinées de collection,

Année 1945, Clermont-Ferrand



Et ce n'est pas à Doc Jivaro de rappeler à votre mémoire que le diable imaginé par les Judéo-chrétiens et les Musulmans n'est que la caricature tardive de l'antique Dieu Pan hyper sexué.

 

Doc Jivaro

 

26/09/2019

Notre page nécrologique

Doc Jivaro vous a assez fréquemment parlé de l'ancien journal Bédé COQ HARDI et il lui arriva aussi de citer deux ou trois fois le nom de Jacques Chirac a proximité de celui de Marijac fondateur du dit journal COQ HARDI.

 

Aujourd'hui le décès du Président de la République Française des années 1995 à 2007 nous amène à rappeler que pendant sa jeunesse le "Grand Jacques", né en 1932, s'inscrivit en 1946 parmi les nouveaux guerriers de la tribu des Coqs Hardis. A cette occasion son choix se porta sur un pseudonyme explosif BISON IMPÉTUEUX.

 

Jacques-Chirac-Coq-Hardi,-n.jpg

 

 

C'était le numéro 14 de l'année 1946 et c'était avec ce même numéro que l'illustré de Marijac devenait un hebdomadaire du jeudi après n'avoir été qu'un bi-mensuel du 1 et du 15 de chaque mois.

 

 

Coq-Hardi,-n°-14.jpg

 

 

Personne ne contestera que le surnom BISON IMPÉTUEUX était bien choisi par celui qui toute sa vie conduisit des batailles politiques.

 

Doc Jivaro

11/05/2019

Tarzanides du grenier n° 351

 

Marijac et Cazanave

 

BD-Coq-Hardi,-N°-10,-12-10-1944.jpg

Coq Hardi n° 1, 1944

 

Mercredi dernier, j'ai sommairement rappelé le grand talent que Cazanave mit au service de Marijac lorsque celui-ci créa Coq Hardi numéro 1 du 20 novembre 1944. A cette époque un conflit sévère opposait le MLN (Mouvement Libération Nationale) et le FN (Front National), à propos des attributions de papier d'imprimerie, la France subissant une pénurie générale. Le FN ? Ah ! ne vous y trompez pas : il s'agissait d'un groupe armé plus proche de Joseph Staline que du PPF de Doriot.

 

Journal-FN,-22-08-1944.jpg

 

Mais revenons immédiatement à Coq Hardi pour exposer une des planches dessinées par Cazanave ... celle-ci existe dans le numéro 19 de la 3ème année du Journal de Marijac.

 

BD-Coq-Hardi,-n°-19,-3e-année.jpg

Pour agrandir cliquer sur l'image.

 

Vous remarquerez que l'image exhibant le chevalier de Virac (sic) est manifestement influencée par les sculptures et peintures représentant le Christ en souffrance sur la croix. Un thème obsessionnellement utilisé par les espagnols après la victoire de la "Reconquista" qui permit à nos ancêtres ibères de vaincre les envahisseurs musulmans.

 

Oh ! oh ! je m'aperçois qu'il me faut abréger mon texte puisque ma n'épouse et moi devons aller nous approvisionner en denrées périssables, et que c'est elle qui tient le gouvernail de notre beau navire. Or il est déjà 18 h 50 Docteur Schweitzer ! Donc je vous laisse tout le temps nécessaire pour répondre à la question suivante : l'atmosphère des dessins de Cazanave pourrait-il, aujourd'hui être réédité pour des enfants de six ou sept ans ?

 

Doc Jivaro

08/05/2019

Tarzanides du grenier n° 350

  

SABRE AU CLAIR

 

Officialisée une première fois le 7 mai 1945 dans notre ville de Reims, la signature de la capitulation de l'Allemagne Nazie due être renouvelée le lendemain, le 8 mai dans Berlin ravagée, pour donner satisfaction à une exigence soviétique. Charles de Gaulle délégua Jean de Lattre de Tassigny comme nouveau signataire de la Victoire des forces armées alliées.

 

Vous pensez bien que lorsque je n'étais âgé que de huit ou neuf ans je me fichais pas mal de l'état réel du monde. Même si je lisais dans 

BD-L'intrépide-n°-135,-band.jpg

numéro 135 de l'an 1952, une BD parlant d'un officier qui allait être Maréchal de France à titre posthume.

 

 

de lattre de tassigny,capitulation allemande 1945,bd cazanave,l'intrépide,bandes dessinées de collection,marijac,7 mai 1945 reims,8 mai 1945

 Pour agrandir cliquez sur l'image

 

Dessinée par Cazanave sur un résumé écrit par Bornert, cette BD compte 25 planches.

 

 A ce moment là, le format de L’INTRÉPIDE était réduit à 21 X 27 cm, d'où résultait comme un entassement de vignettes sur chaque page. Cette disposition graphique n'était pas choisie par le dessinateur mais par décision de l'éditeur italien Del Duca. En effet celui-ci pensait, avec juste raison, que l'enfant-client était plus sûrement attiré par le dessin au premier coup d’œil, que par le texte. C'est pourquoi, fréquemment, dans L’INTRÉPIDE, nous pouvions avoir à voir jusqu'à quinze images et plus par planche.

 

Cazanave commença par oeuvrer dans l'hebdomadaire PIERROT de 1937, où il fit la connaissance d'un certain Marijac qui ne devait pas l'oublier en créant, en 1944, le célèbre COQ HARDI. Cazanave réalisa alors une BD flibustière et vampirique qui impressionna fortement nos petits écoliers pendant la période de reconstruction du pays.

 

Doc Jivaro