Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2021

Tarzanide n° 529

 

PIM PAM POUM

pacifient la Guadeloupe

 

 

On sait, et le monde entier doit savoir, que les aventurlures comiques de PIM, de PAM et de POUM connurent leur finale sur une île, peut-être même sur un simple îlot, îlot paradisiaque pourrait-on dire. Paradisiaque puisque de vacances perpétuelles : l’école n’existe pas. Ce qui permet à PAM et POUM de commettre des farces tout à fait différentes de celles communes à presque tous les autres gamins de la bande dessinée. Des farces dont l’école n’est ni le décor ni la cause.

 

Heureusement pour PAM PIM et POUM leur île n’est pas la Guadeloupe. Cette Guadeloupe actuellement, une fois encore, pillée et incendiée conformément à des revendications traditionnelles venues d’émeutiers socialo-communistes.

 

Signalons en passant que Tante PIM, en réalité Maman PIM, semble elle-même n’avoir pas beaucoup fréquenté l’école, ce qui pourrait expliquer qu’elle réussisse si bien la cuisson des tartes aux fruits sans avoir à s’encombrer d’un bac + 5.

 

BD-Cap'tain-Louf,-1950,-couv.jpg

 

Diversement publiée en France cette BD américaine changea souvent de titre. Parfois Capitaine Cocorico, d’autres fois Capitaine Fouchtroff ; mais je ne vais pas tenter de vous les citer tous car leur nombre fit souvent négliger leur enseigne d’origine : The Katzenjammer Kids. Ici, il s’agit de l’édition fournie par Pierre Mouchot sous le bandeau Cap’taine Louff. Je ne me lasse jamais de rappeler que Pierre Mouchot dit Chott, patriote français contre le nazisme, fut persécuté en tant qu’éditeur par des responsables d’éditions catholiques et communistes.

 

BD-Cap'tain-Louf,-1950,-pg.jpg

 

L’album présenté ici est un rescapé en fort mauvais état de conservation. Il n’appartenait pas à mon enfance et j’ignore d’où il me vient. Il est complet mais certaines de ses pages ont été pauvrement coloriées à l’aide de deux crayons de couleurs. L’un rouge, l’autre bleu. Le copyright daté de 1948 ne cache pas que la version française est de 1950.

 

Doc Jivaro

 

01/11/2021

Tarzanide n° 524

 

DE TOUS LES SAINTS

 

- Et si demain tu vas demander des bonbons chez les voisins, tu tâcheras de dire bonjour en entrant.

- … ?

- Demain, tu devrais le savoir, c’est Halloween. C’est le jour des morts vivants.

 

Moi, né dans Montluçon, je ne risquais pas de recevoir de tels conseils : Halloween n’existait pas en France. Pas du tout. Nos parents avaient surtout l’habitude de rendre hommage à nos ancêtres. C’était la Toussaint. Mais faut bien reconnaître que l’odeur des fleurs du chrysanthème n’avait rien de folichonne. C’était une de mes deux grands-mères qui me demandait mon aide pour l’aider à fleurir la pierre tombale sous laquelle dormaient ses frères morts pour la France l’un au Maroc, l’autre en Belgique.

 

 

BD-Charlie-mensuel,-1974.jpg

 

 

Ce fut par l’intermédiaire du journal mensuel CHARLIE (Oui : celui de l’équipe du Wolinski qui dessina gratuitement, disait-on, pour la première page de l’Huma-Pravda) que j’appris à me familiariser avec un Halloween parfois présent dans la BD Peanuts. Puisque l’équipe de Charlie Mensuel tout en manifestant en faveur du gauchisme anti-capitaliste ne se retenait pas d’alimenter de BD américaines les pages parfois porno de leurs éditions. Car les séries d’Outre-Atlantique abondaient dans CHARLIE plus encore que dans l’hebdomadaire MICKEY tel que Walt Disney les commercialisait chez nous par le copyright OPERA MUNDI. C’est pourquoi dans la collection complète du gauchiste CHARLIE Mensuel vous pouvez encore apprécier : Peanuts, Dick Tracy, Holdaway et d’autres encore tels que LI’L Abner, Krazy Cat, Betty Boop, Popeye et patati et patata.

 

 

BD-Charlie-mensuel,-1977.jpg

 

 

- Donne moi des friandises sinon je te jette un mauvais sort !

 

Et voici comme on peut se préparer à une formule plus adulte en entrant par effraction dans un domicile privé : Ta bourse ou ta vie !

 

Quand la citrouille débonnaire cède du terrain à la grenade offensive.

 

Doc Jivaro

 

24/10/2021

Tarzanide n° 522

LA CAGOULE

 


Lorsque ERDOGAN le musulman nostalgique de l’Empire Ottoman disparu, exige que notre ambassadeur quitte illico presto la Turquie revancharde, je me dis : tiens ! C’est un sujet qui va servir à l’un de mes Tarzanides.


En 1669 Louis XIV recevait fastueusement Soliman Aga dans Versailles. Nos ancêtres avaient alors pris l'habitude de dire LE GRAND TURC pour désigner la puissance guerrière et religieuse d’une Turquie ambitieuse d’envahir toute l’Europe. Mais par la suite l’Empire Ottoman enfin démantelé par la guerre de 14-18, l’affirmation « Le Grand Turc » fut modifiée, atténuée jusqu’à ne plus évoquer un peuple agressif mais un seul individu musclé donc costaud que l’on résuma par l’expression « Fort comme un turc ». Et vous imaginez bien qu’un art populaire comme la bande dessinée n’allait pas manquer abusivement d’employer le turc individuel comme l’incarnation d’une force surhumaine capable de plier en deux le canon d’un tank de la Panzer Division.


BD-Fantax,-1947,-couv..jpg



C’est dans le n° 14 de l’année 1947 que Pierre Mouchot envoya Lord Horace Neighbour alias FANTAX combattre le K.K.K. Un corps à corps terrible s’ensuivit entre un turc fort comme un turc et le héros grand cagoulard.


BD-Fantax,-1947,-pg-interne.jpg



Presque dix années plus tard en 1956 un certain Black Boy, fils de Fantax, renouvelle l’exploit de son père, réitérant les épisodes précédents. (Nos amis collectionneurs comprendront.) Comme quoi il ne nous reste plus qu’à dissuader l’actuel Erdogan « Fort comme un turc » de venir chez nous rallonger les jupes de nos jolies femmes.


BD-Rancho,-1947.jpg




Toutes les bandes dessinées dépendent de la politique du pays qui les édite, et l’on sait que l’URSS interdisait la propagation de cet art. Toutefois, chez nous, aujourd’hui, la BD  demeure encore et depuis les années 70 sous l’influence socialo-communiste, cela malgré l’importance prise par la production capitaliste des Mangas et des Marvel. Aussi devons-nous demander que le renouvellement de nos BD actuelles se fasse à l’aide de scénarios ayant trait aux problèmes liés à un « grand remplacement » dont certains politiciens ne veulent pas entendre parler sauf lorsqu’il s’agit d’une créolisation c’est-à-dire d’un métissage encouragé par leur camarade Mélenchon.


Doc Jivaro

12/10/2021

Tarzanide n° 521

 

Est-il LGBT, le fiston SUPERMAN ?

 

 

Ça vient de sortir ! … quoi donc ? SUPERMAN se retrouve bi-sexuel, officiellement, depuis le 12 octobre de cette fin d’année. Quelque chose pareil à l’un des anciens présentateurs de TV française. Notre P.P.D.A. autant que je crois me rappeler.

 

 

:Superman,Siegel et Shuster,Cologne muezzin,bisexualité dans la BD,homosexualité dans la BD,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

 

 

Mais pour parler de BD aujourd’hui il faut parler de « comics ». Je suis en retard, donc, et pendant ma scolarité, SUPERMAN était souvent représenté portant dans ses bras une jeune jolie femme avec laquelle il s’envolait pareil à un aigle enlevant une proie.

 

 

:Superman,Siegel et Shuster,Cologne muezzin,bisexualité dans la BD,homosexualité dans la BD,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

Magazine Editions Mondiales, année 1947

 

 

Plus tard, après mon enfance pas vraiment studieuse, je me laissais à lire des interprétations psychanalytiques. L’une d’elles racontait que pendant notre sommeil le fait de rêver que l’on plane comme en état de lévitation pareil à celui d’un fakir sans être fakir correspondondait à une sensation érotique provoquée par une érection non consciente pour le dormeur. D’où il me vint à l’idée que SUPERMAN s’envolant avec une dame pouvait représenter symboliquement quelque coït. Et comme il arrivait aussi que le même SUPERMAN s’envolât tout en tenant un homme dans ses bras, vous comprenez la suggestion homosexuelle. Ce qui reviendrait à dire que depuis sa création en 1933 par messieurs Siegel et Shuster LE surhomme r’américain n’a pas cessé de se comporter bi-sexuellement sans jamais l’avouer.

 

 

:superman,siegel et shuster,cologne muezzin,bisexualité dans la bd,homosexualité dans la bd,doc jivaro,bandes dessinées de collection

Magazine L'Astucieux, année 1947

 

 

Mais que sera la prochaine étape à franchir par SUPERMAN ? Se convertira-t’il à l’Islam pour se mettre à la mode des cinquante années à venir ? D’autant que maintenant un muezzin appelle à la prière dans Cologne autrefois ville pleinement chrétienne.

 

SUPERMAN est super performant en tout. Sauf peut être du côté du cerveau : on ne l’a jamais vu, enfant, rivaliser avec le jeune Lord Greystoke, lequel se montra capable d’apprendre à lire, à écrire et à compter sans l’aide d’aucun instructeur.

 

Oui, oui : ce nouveau SUPERMAN n'est plus le vrai, ce n'est que son fils. Comme pour Tarzan, jamais Korak ne réussit à égaler son vieux papa.

 

Doc Jivaro

 

03/10/2021

Tarzanide n° 519

 

Bécassine chez les Pieds Nickelés

 

 

Ça y est ! Ça y est quoi ? La réédition – collection des PIEDS NICKELÉS, vieux de la vieille de chez Hachette, est parvenue à son terme. Avec le numéro d’abord paru en 1929 et ayant pour sous-titre : « LES P.N. se débrouillent ».

 

nickelés,becassine,pinchon,forton,collection hachette,doc jivaro,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier

 

Un qui va content c’est le facteur, pardon : le préposé au courrier. Chaque milieu de chaque mois et depuis quelque deux ans il sonnait notre carillon, nous avertissant du dépôt d’un carton alourdi par quatre recueils des aventurlures du trio farfelu inventé en 1908 par Forton.

 

doc jivaro,bandes dessinées de collection

Figurines fournies par HACHETTE

 

Pour beaucoup de familles françaises, Croquignol, Ribouldingue et Filochard furent longtemps les seuls personnages de bandes dessinées connus, tout comme le fut leur concurrente, une bretonne « la bornée » mieux connue comme Bécassine et dessinée par Pinchon en 1905. (Vous avez remarqué j’espère que cette bretonne dévouée à Madame de Grand’air n’a pas de bouche. Pas de bouche quoiqu’elle bavarde beaucoup. Mais pour ce qui est d’une fellation, n’y a pas moyen les gars !

 

doc jivaro,bandes dessinées de collection

 

C’est mon épouse qui m’a offert la récidive de la collection Hachette. « Je vais te faire une surprise » m’avait-elle annoncé.

 

Une nième surprise plutôt : déjà, avant notre mariage survenu en 1973 dans le 13e arrondissement parisien, elle avait apporté dans ses valises trois ou quatre années d’un journal de BD que je ne lus jamais pendant mon enfance : BERNADETTE (édité par La Bonne Presse Catholique).

 

doc jivaro,bandes dessinées de collection

 

Je me doutais bien que cette ancienne petite fille avait reçu par ses lectures une éducation pernicieuse puisque devenue jeune fille elle s’intéressa à moi l’artiste déjà mécréant.

 

Doc Jivaro

 

23/09/2021

Tarzanide n° 518

 

FANFAN LA TULIPE

 

 

Patiemment, je me préparais à ce que notre lucarne familiale – La TV - ramène en soirée l’un des films réussis par Christian Jaque, à savoir Fanfan La Tulipe daté de 1952 … Mais rien. Ou alors j’ai raté. Et c’est en farfouillant avant le, brrr ! retour hivernal dans le grenier que le hasard m’a remis en présence d’un vieil hebdomadaire : L’INTRÉPIDE. Mais attention pas L’INTRÉPIDE fondé en 1910 par la famille Offenstadt. L’INTRÉPIDE plus proche de nous, celui renouvelé par l’italien Del Duca en 1949. Un hebdomadaire dont l’originalité était alors d’interpréter en bandes dessinées des succès du cinéma. Pour exemples : L’Aigle des Mers (Errol Flynn), Tumak (Victor Mature) ou encore Rocambole.

 

Et c’est en 1952 dans son numéro 129 de sa cinquième année qu’apparaît un Fanfan la Tulipe incarné par Gérard Philippe pour le film réussi par Christian Jaque. Une version BD est alors fournie par Le Rallic d’après un résumé signé de Jean Prado.

 

 

BD-Fanfan-la-Tulipe-début.jpg

 

 

Ayant perdue tout point commun avec l’œuvre filmée par Christian Jaque, l’interprétation fournie par Prado et Le Rallic ne s’arrêta qu’en 1956 dans le numéro 337.

 

BD-Fanfan-la-Tulipe-fin.jpg

 

 

Chaque midi de chaque jeudi, mon père ouvrait les pages de L’INTRÉPIDE que j’avais carrément posé sur son assiette circulaire. Il y lisait Fanfan la Tulipe. « Ça me rappelle le film avec Gina Lollobrigida » qu’il disait. Mais vous savez L’INTRÉPIDE étant destiné à un lectorat d’enfants, la séquence où Gina Lollo colle une baffe à Louis XV était absente. Quant à papa il ne risquait pas d’en recevoir une de la part de nos voisines : il ne courrait pas les jupons. Ce qui n’empêchait pas que dans son petit atelier de menuiserie on pouvait apprécier la photo de trois ou quatre jolies dames court vêtues et épinglées contre l’un des murs.

 

Lorsque je débutai ma première année à l’École des Beaux Arts de Bourges, le paternel désigna une illustration collée sur du contre-plaqué : « Maintenant, tu dois être capable de représenter en plus grand et en peinture la grande fille de cette marque d’oranges ».

 

Affichette-Miss-Gina.jpg

 

- Papa, puisque tu aimes tant faire de la menuiserie, pourquoi tu n’es pas devenu menuisier ?

- C’est à cause de ta grand-mère : elle m’affirmait que le travail du bois n’avait plus d’avenir. Elle voulait absolument que je travaille dans un bureau pour aider à fabriquer de grosses machines industrielles. Tu sais de son temps on ne demandait pas aux enfants quel métier ils souhaitaient faire.

 

Doc Jivaro