Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2020

Tarzanides n° 440

"Lorsqu'avec ses enfants vêtus de peaux de bête" ...

 

On se souvient plus ou moins bien du poème rédigé par Hugo le Victor et rappelant l'un des mythes fondateurs des sociétés humaines. Ici, Caïn tuant Abel, deux frères jumeaux l'un s’attardant auprès des moutons pendant que l'autre s'émancipe pour une ère nouvelle celle des forgerons. Le bâton du berger va céder la place à l'arme du guerrier.

 

Le poème de 1859, changé en peinture d'art par Fernand Cormon en 1880, donna naissance à nombre de thèmes dits "préhistoriques" dans la littérature mais aussi dans quelques uns des premiers films muets. Ceux qui ne connaissent TARZAN que par la silhouette qui lui est attribuée dans la bande dessinée, ignorent que l'homme singe pour le cinéma à ses débuts ressemblait quelque peu à un grand gaillard plus souvent abrité dans une caverne que sautant de branches en branches dans une forêt. Tenez, regardez le dans son premier aspect cinématographique.

 

 

fernand cormon,elmo lincoln,frank merril,lord greystoke,bandes dessinées anciennes,bd,doc jivaro,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier

 

 

On est alors en 1918 et c'est Elmo Lincoln qui tient le rôle. Aucun pagne en peau de léopard mais une toison évoquant un ours plutôt qu'un félin. Ce n'est qu'avec l'acteur suivant nommé Frank Merril que la fourrure devient tâchée, mouchetée à la ressemblance d'un carnassier. Toutefois, en France, en 1937 et dans un petit fascicule de 16 pages, le Roi de la Jungle perd son identité. Il s'appelle TANTOR. C'est ça : le nom de l'éléphant devient le nom de l'homme.

 

 

fernand cormon,elmo lincoln,frank merril,lord greystoke,bandes dessinées anciennes,bd,doc jivaro,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier

 

 

TARZAN n'est en rien l'individu sauvage et solitaire que nous présente sans cesse la bande dessinée. Il est en réalité un gentleman de haute famille : Lord Greystoke, propriétaire d'une importante plantation en Afrique colonisée et, à ce titre comme au moment de sa naissance il est  un sujet de la Reine Victoria et combattra vaillamment pour que prospère le Commonwealth of Nations.

Un Commonwealth of Nations auquel le théoricien Karl Marx lui-même rendit hommage en choisissant la terre d'Angleterre comme lieu de sa sépulture.

 

Doc Jivaro

 

15/06/2020

Tarzanides n° 432

 

Hier, Doc Jivaro fouillant dans les vieux illustrés de Bar Zing, "est tombé" en arrêt sur un des exemples de la censure infligée en France dans le domaine des BD. Tenez ci-après l'image américaine réussie en 1949 par Hogarth.

 

BD-Tarzan-et-les-Onono,-1949.jpg

 

Et ensuite l'image de remplacement éditée en France mais dessinée en Italie par l'atelier de MILOCCO (Pascal). Les ONONO créés par Hogarth sont transformés en des pygmées pendant que d'autres modifications sont introduites dans le décor. Ceux et celles d'âge âgé qui connurent dans le quotidien FRANCE-SOIR le jeu des sept erreurs peuvent ici s'amuser au jeu des sept falsifications. Bien entendu les Onono parfois appelés "Têtes rondes" qui intriguèrent tant les psychanalystes n'ont rien en commun avec les "Têtes rondes" partisans du sanguinaire républicain anglais Cromwell.

 

BD-Tarzan-n°-183,-1950.jpg

 

 

Vous attendiez une image d'ironie à propos de l'actualité ; vous voilà bien déçus braves gens !

 

Doc Jivaro

 

14/06/2020

Tarzanides n° 431

 

Goudron et plumes

 

 

1967 est l'année de l'Exposition BANDE DESSINÉE ET FIGURATION NARRATIVE qui se produisit dans le Musée des Arts Décoratifs du Louvre, boulevard de Rivoli.

 

- A Paris ?

- C'est ça : à Paris ville ouverte.

 

C'était la preuve officielle que la BD si longtemps méprisée par l'instituteur socialo-coco et par le prêtre catholique, recevait - Et ce n'était pas trop tôt ! - une reconnaissance artistique, donc culturelle.

 

Lors de ma visite je pris connaissance d'une des images les plus fameuses de l'histoire de la BD et à laquelle mes yeux d'enfant n'avaient pas eu droit, sauf sous un aspect partiel. Une image américaine imaginée par Burnes Hogarth en 1950.

 

tarzan,burnes hogarth,autant en emporte de vent,rock hudson,sidney poitier,éditions del duca,editions hachette,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides,doc jivaro,bar zing de montluçon

Image extraite des Éditions Azur Offentald, Éditions Mondiales, 1967

 

Cette image comme beaucoup d'autres de sa classe aurait dû figurer dans le numéro 208 de l'année 1950 du magazine hebdomadaire TARZAN publié en France. Mais elle disparut sous l'effet d'un "Drop". Elle disparut également du fascicule mensuel 94 du quatrième trimestre 1951 du même éditeur Del Duca.

 

- Pourtant vous dîtes l'avoir partiellement connue à cette époque !

- Effectivement ! et c'était dans le recueil périodique cartonné numéro 17 chez HACHETTE en 1951. Visez ci-après.

 

BD Tarzan-et-les-aventuriers.jpg

 

Cette bagarre, fut parfois surnommée : Tourniquet des lutteurs, ne suggère-t'elle pas une hélice - objet projetant d'autres objets en dehors de sa rotation ?

 

Doc Jivaro apprend à cet instant que le cinéma REX parisien doit déprogrammer le film chef-d’œuvre AUTANT EN EMPORTE LE VENT afin d'obéir aux maîtres noirs nouveaux de l'espace français. Nietzsche expliquait avec raison que ce qui fait la force de votre ennemi c'est la complaisance avec laquelle vous le complimenter de déclarer la guerre ? ... Doc Jivaro propose de programmer le film LE CARNAVAL DES DIEUX de l'année 1957, avec pour acteurs principaux ROCK HUDSON et SIDNEY POITIER, en remplacement du film de 1939 qui rappelle les pillages et les destructions commis par l'armée nordiste dans les territoires du Sud-Américain.

 

Allez ! assez de temps perdu : faites chauffer la colle et plumez les poules mouillées pour déguiser en volaille ce Doc Jivaro décidément trop mal pensant.

 

Doc Jivaro

 

09/06/2020

Tarzanides n° 430

 

Pour le profane l'expression "plaquage ventral" évoque souvent l'arrêt brutal d'un joueur dans un sport agressif tel que le rugby. Il en est pourtant rien. Son origine se trouve dans le Jiu-jitsu, technique de "combat de rue" popularisé en France par l'athlète Ernest Régnier celui-ci formé en Angleterre à cette lutte guerrière samouraï. Il simula même une allure japonaise en orthographiant Ré-nié son patronyme.

 

steve parisot,lacassin,tarzan,burnes hogarth,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Son livre "Les Secrets du Ju-jitsu" de 1907 fut réédité en 1931 suivi de plusieurs autres titres augmentés de photos imprimées montrant deux bonhommes à grosses moustaches s’exerçant à se causer le moins de mal possible en faisant des démonstrations de prises capables d'étrangler ou de briser la colonne vertébrale d'un ennemi. Le Jiu-jitsu n'est donc pas un sport. Il ne le devint qu'après avoir été pacifié sous une forme civile appelée Judo et que l’on prononça d’abord juido

 

Plusieurs variantes de ce que l'on appelle "plaquage ventral" sont utilisées en Jiu-jitsu et c'est elles, une fois débarrassées de leur complément meurtrier par le judo, qui sont appelées "immobilisations".

 

steve parisot,lacassin,tarzan,burnes hogarth,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides,doc jivaro,bar zing de montluçon

 Dessin signé Séguin, année 1929

La politique garde ses droits : l'agresseur porte une casquette ouvrière, l'agressé un chapeau petit bourgeois. Eh ouais : celui qui gagne c'est finalement l'agressé.

 

Dans les bandes dessinées - encore elles ! - les affrontements entre deux hommes sont loin d'être rares, tantôt à coups de poing, tantôt sous des aspects improvisés semblant venir dont ne sait trop quel « attrape comme tu peux » .d’en dehors d’un ring de catch. De son côté, Tintin, toujours pour ne pas endommager les méchants, n'utilise guère qu'un judo réduit à des mouvements d'épaule. Cependant existe un dessinateur chez qui la lutte corps a corps se change en de grandes voltiges ressemblant à des acrobaties réussies par des trapézistes de cirque. De quoi, épater les gamins ! Ce dessinateur c’est Burnes Hogarth. Les exemples d’outrance gestuelle chez lui étant abondants, nous n'en retiendrons ici qu'un seul ,quand TARZAN dans l' Île de Mua-Ao doit vaincre un colosse lathian : Soros. L'une des images datée 1949 et maintes fois rééditée chez nous, n’a pas manqué d’être contrariée dès 1966 par un certain Steve Parisot : « Lors de son duel avec Soro, il utilise un mouvement proche du premier et du troisième d’épaule de la méthode Kawaïschi, exécutée de telle façon qu’il ne saurait être efficace en dehors du monde des bandes dessinées ».



steve parisot,lacassin,tarzan,burnes hogarth,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Doc Jivaro a choisi de sélectionner cette image dans une des dernières rééditions françaises, celle présente dans le tome n° 6 (année 1994) chez l'Editeur SOLEIL. Amusons nous à voir que le ou la coloriste a emmêle ses pinceaux, ou désordonné la fonction couleur de son logiciel graphique. Regardez : Le bras droit de TARZAN est colorié comme la peau sombre de Soros pendant que l'autre bras droit - celui de Soros - se colorie de la peau plus claire de Tarzan. Bref ! prête moi ton tien je te prête mon mien !

 

Doc Jivaro

 

06/06/2020

Tarzanides n° 429

A vrai dire et, même, à dire vrai, les scénarios BD ayant pour sujet le racisme étaient rares pendant ma jeunesse. Inexistants, presque. D'où une exception remarquée par les collectionneurs, celle présente dans les aventurlures de FANTAX ; grand cagoulard imaginé par Pierre Mouchot et Marcel Navarro en 1947.

 

La collection FANTAX s'édita sous deux séries l'une de 39 numéros, l'autre - datée 1959 - de 9 numéros.

 

 

BD-Fantax,-n°-13,-1947.jpg

BD-Fantax,-n°14,-1947.jpg

 

 

Ce sont les numéros 13 et 14, tous deux de l'année 1947 qui parurent avec le KU-KLUX-KLAN pour moteur principal. Signalons qu'à ses débuts cette organisation sudiste n'apparut que comme une grosse farce pour noctambules fêtards, farce fabriquée par une demi-douzaine d'officiers démobilisés de l'armée sudiste. Les États du Nord vainqueurs venaient d'abolir l'esclavage mais n'avaient absolument pas prévu d'organiser du travail salarié pour la multitude des familles noires affranchies. Aussi nombre d'anciens esclaves trouvèrent t'ils commode avec l'aide de trafiquants nordistes, de détourner des parts de l'argent venu du Nord et destiné à la reconstruction des villes sudistes ravagées par les "colonnes infernales" déléguées par les politiciens démocrades du Nord. C'est en ripostant à ce pillage financier que le K.K.K. se politisa jusqu'à utiliser la calomnie et l'assassinat, armes nécessaires à quiconque veut s'emparer d'un pouvoir politique.

 

Mais dans l'histoire vécue par FANTAX, nous apprenons, ainsi que nous le montre la couverture du numéro 14, que les messieurs du K.K.K. sont de races différentes, chinoise, noire, ou encore d'ethnies diverses hindoues ou turques, etc. Inattendu, surprenant, non ?

 

 

Spirou-n°-604,-10-11-1949.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Doc Jivaro aura sûrement l'occasion de parler plus en détail des deux numéros FANTAX et, en attendant, il propose ce petit article paru dans SPIROU numéro 604 du 10 novembre 1949 : l'un des très rares commentaires destinés aux enfants, à l'époque et relatifs aux fanatiques du Klan de Jim Crow et du cinéaste Griffith (Naissance d'une Nation).

 

 

Doc Jivaro

 

 

31/05/2020

Tarzanides n° 428

 

- Tu sais, la prochaine fois, tu mettras trois O en écrivant le mot salon.

 

Cette voix c'était celle du père Martin qui m'interpellait du haut de son bureau en hauteur sur une estrade. Une envolée de rires charognards s'abattit sur mon dos de futur Buffalo Bill. J'avais effectivement écrit saloon au lieu du salon réglementaire dans une dictée extraite de je ne sais plus quel auteur français. Sans doute rapportais-je ce saloon de la lecture d'une bande dessinée cow boy ou d'un film western récemment apprécié à cheval

sur un des fauteuils du cinéma l’APPOLO.

 

kit le petit shériff,prairie-town,bd l'intrépide,sagédition,marilyn monroe,robert mitchum,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,cinéma rivière sans retour,tarzanides,doc jivaor,bar zing de montluçon

RIVER OF NO RETURN, année 1954

A onze ou douze ans, mes copains et moi devinions bien qu'une Marilyn
pouvait gagner des dollars sans grattouiller une guitare dans un camp de chercheurs d'or.

 

 

Dans le numéro 1 de l'INTRÉPIDE du quatrième trimestre 1948, le jeune KIT HODGKIN va être élu shérif de Prairie-Town ... Remarquons bien un seul F à la fin du mot.

 

BD-Petit-Sherif,-l'Intrépide.jpg

 

 

Mais quelque temps après les aventurlures de Kit Le Petit Shérif sont rééditées par La SAGE dans une revue bimensuelle tous les deux jeudis, et l'on constate alors que le mot shériff est conforme à l'orthographe r'américaine. Qui plus est, la présence du drapeau yankee va être constante sur toutes les couvertures de cet illustré. Pour une édition publiée en France pendant la guerre froide et alors que Maurice Thorez sortait sa Jeannette stalinienne pour annoncer qu'il allait ouvrir les portes de Paris à l'armée soviétique, l'éditeur la SAGE ne manquait pas de courage.

 

BD-Petit-Sheriff,-n°-3.jpg

 

 

Il y eut 168 numéros de grand format et 28 numéros de petit format tous bi-mensuels. Je vous laisse faire le total. Quant à la suite numérique hebdomadaire dans l'INTRÉPIDE elle s’étala depuis le 1 jusqu'au 421

 

Les scénarios du Petit Shériff d'origine italienne offrent des intrigues bien troussées, parfois épicées d'un humour empreint de jalousie féminine, en particulier quand LISA, la sœur de KIT, et FLOSSIE, la fiancée du même KIT se reprochent mutuellement de na pas suffisamment protéger le trop téméraire Petit Shériff de Prairie-Town.

 

Doc Jivaro