Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2020

Charité bien ordonnée …

 

 

MÉDICALE JOURNÉE

 

R.A.S.

 

donc les anomalies auxquelles

nous sommes habitués

 

 

 

19/09/2020

Tarzanides n° 450

 

Né peu avant la première guerre mondiale mon père ne connut pas pendant sa jeunesse BIBI FRICOTIN : il ne fréquentait que LES trois PIEDS NICKELÉS, un jour par semaine, dans l'illustré L’ÉPATANT, le premier vrai journal de BD du pays de Clémenceau. Les Pieds Nickelés et Bibi Fricotin nous viennent du même créateur Louis FORTON.

 

 

BD-Bibi-Fricotin,-L'As,-10-07-1938.jpg

 

 

 

Bibi Fricotin fut d'abord édité dans LE PETIT ILLUSTRÉ mais les trois bandes que nous présentons ici sont sélectionnées dans l’hebdomadaire L'AS de l'année 1938. Leur dessinateur se nomme Callaud, lequel relaya Forton avant de céder à son tour la place à Lacroix. Sa disposition de la BD expose la transition entre les récits illustrés traditionnels et la bande dessinée proprement dite. Chaque image est soutenue par un texte pendant que les bulles contenant les paroles des personnages n'ajoutent pour ainsi dire rien de plus à la compréhension de l'histoire. Elles semblent même superflues. Aucun cadre linéaire ne limite chaque dessin, si bien que lorsque la coloration n'existe pas la bande dessinée semble s'absenter.

 

La Librairie Hachette entre 2017 et 2019 a réédité les 123 albums de la collection Bibi Fricotin.

 

Pour ce qui est de l'hebdomadaire L'AS, en son temps, il lui arrivait d'amuser ses jeunes lecteurs avec un humour tel que celui trouvé dans le numéro 82 d'octobre 1938.

 

 

Le roi nègre, L'As,-1938.jpg

 

 

Comme quoi nos ancêtres les français ne craignirent pas toujours le gros méchant loup.

 

Doc Jivaro

 

18/09/2020

Rendez-vous

 

 

Ça me dit bien

 

demain samedi

 

 

 

 

 

07/09/2020

Bar Zing vous parle :

 

 

Demain est un mardi ...

 

alors à demain !

 

 

 

 

 

21/08/2020

Libéré sans pension de ses obligations militaires ...

 

T'aujourd'hui

BAR ZING

utilise son Droit de Retrait.

 

Demain, sauf catastrophe internationale

il prolongera son blog.

 

 

18/08/2020

Pour réponse à un commentaire d'hier

 

OH, HISSE ! OH, HISSE !

 

 

Des années … que dis-je ? Des décennies que je me promets de temps en temps de rédiger ce qui pourrait bien devenir un bouquin à publier. Mais pour quel sujet opter ? Je me dis que des souvenirs racontés en pointillés pourraient suffire.

 

J'avoue avoir perdu beaucoup de temps à rêvasser, pour ne pas écrire à fainéanter. Quasiment tout est resté à l'état de projets. Je me retrouve en fin de vie comme avec de grosses pierres taillées pour un édifice jamais bâti. Ne me reste t'il qu'à me pendre ?

 

A propos de pendaisons : celles-ci restent rares dans les bandes dessinées destinées à l'enfance. Aujourd'hui, une loi les interdit. Toutefois, lorsque j'étais écolier, il nous était encore possible d'assister à l'une d'entre-elles. Par exemple grâce aux images ci-dessous extraites d'une BD ayant pour titre ZAR'O en 1948.

 

 

BD-Zar'o-justicier,-1948.jpg

 

 

C'était le nommé Mouminoux qui œuvrait ainsi pour les éditions « Claire Jeunesse » situées 36 rue de France à Nice. Tous les amateurs des styles variés de Mouminoux ignorèrent longtemps la jeunesse risquée de ce gaillard aventuré dans les pays de l'Est de l'Europe.

 

ZAR'O était imprimé sur seize pages d'un mauvais papier dont les usages après lecture se devinent, tantôt pour aider à allumer le feu du poêle, tantôt pour être déchiré en morceaux que l'on froissait en se dirigeant vers le fond du jardin dans une cabine traversée de courants d'air. Voulez-vous un dessin ?

Dans la rue une dizaine de maisons séparées par des jardins plus ou moins entretenus, et pas un voisin ne disposait de commodités sous son toit. Seule une habitation construite pendant la période dite  « La drôle de guerre 1939-40 » mettait des WC à portée immédiate des fesses d'une famille. Il y avait là deux enfants : un garçon, une fille qui attendaient pendant toute l'année le retour de leur père capitaine en Algérie. Celui-ci emportait avec lui son automobile, une traction-avant noire. C'était bien commode, ça nous permettait de jouer au ballon dans l'espace vide du garage les jours de pluie.

 

La gamine se montrait fiérote affirmant : « Mon père, il CAUSE arabe ! »

 

- Son père il a une poule là-bas chez les melons, racontait mon papa à moi. Mais je ne vous dirai pas qui me l'a dit.

 

Étonnons-nous de ne pas avoir à lire plus de mauvais coups dans les faits-divers.

 

 

Doc Jivaro