Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2019

Absence des Tarzanides n° 375

 
Rentrons sous une première pluie après une randonnée
en t'automobile ce soir du samedi jour de Saturne.
A lundi.
Doc Jivaro

 

 

 

17/09/2019

Pour mémoire montluçonnaise

T'aujourd'hui c'est un mardi. M'oui ! mais pas n'importe quel mardi : le lendemain du lundi 16 septembre. Or ce pourrait être une date de commémoration dans Montluçon puisque le 16 septembre 1943, l'aviation de guerre anglo-américaine bombardait nos usines Dunlop accusées de travailler pour l'économie hitlérienne.

 

montluçon 16 septembre 1943,la forêt de tronçais,philippe pétain,histoire,deuxième guerre mondiale,bombardements anglo-américains,doc jivaro

 

Les chapelets de bombes tombèrent en nocturne, à partir de minuit trente mais sans être guidés avec précision. La cité ouvrière et des habitations individuelles furent amplement frappées, ce qui obligea le chef de l’État Français, Philippe Pétain, à venir visiter les survivants démunis de leur domicile (photo ci-dessous. Le Maréchal avance d'un pas ferme, chaussures cirées, et portant une canne de vieillard qui ne le soutient pas mais semble plutôt une marque d'autorité).

 

Montluçon,-16-09-1943.jpg

 

 

Deux années avant, en 1941, le Maréchal se rendait à Cérilly et visitait la grande Forêt de Tronçais, où un arbre de haute taille était baptisé à son nom. Pour cette circonstance l'homme portait sur son épaule droite non pas une francisque celte mais une hache de bûcheron bourbonnais.

 

montluçon 16 septembre 1943,la forêt de tronçais,philippe pétain,histoire,deuxième guerre mondiale,bombardements anglo-américains,Doc Jivaro,

 

Pendant ma jeunesse, une cousine deux fois adulte me racontait qu'un groupe de maquisards portant un brassard FTP s'était rendu dans la Forêt de Tronçais au moment de La Libération. Quoi donc y faire ? tout bonnement FUSILLER le brave chêne dédié au Maréchal "vieux traître à la Patrie".

La vengeance est un plat qui se mange en bois.

 

Doc Jivaro

 

29/08/2019

Jeudi 29 août

DEMAIN
vendredi
reprise de notre programme

 

16/08/2019

En attendant Godot

 

 

Demain, samedi
Ce sera le n° 370 des
Tarzanides du grenier
ne le manquons pas

 

 

 

 

30/07/2019

Tarzanide intermède n° 364

Pendant la dizaine d'années d'avant la Seconde Guerre Mondiale existaient deux journaux pour la jeunesse, tous deux commencés en 1929 et tous deux sous la responsabilité d'un certain Jean Nohain ...

 

En 1938 (22 septembre) les deux journaux qui avaient fusionné, affichaient un numéro 463 qui offrait (et offre toujours pour les collectionneurs) une particularité rare : toutes ses images étaient dessinées par des enfants proches de l'adolescence.

 

BD-Benjamin,-sept-1938.jpg

 

Un garçon appelé Robert Perron et âgé de quatorze ans présentait, sans doute influencé par Jean Bellus, les deux personnages du cinéma américain Laurel et Hardy sous l'aspect d'une bande dessinée. Profitons en pour indiquer que ce duo comique n'apparut jamais en France dans un illustré ayant leurs noms pour titre. Oui : à la différence de Charlot. Et si vous tapez sur le clavier de votre ordi'acteur Robert Perron plusieurs homonymes apparaîtront. L'un d'eux apparaîtra même comme pédophile piégé par un journaliste dans Montréal en 2012. Ce fait divers nous amène à présenter une image publicitaire bel et bien réalisée dans le journal BENJAMIN de 1938. Une réclame pour la marque PETIT BATEAU, marque longtemps spécialisée dans la confection de petites culottes en coton pour fillettes et garçonnets.

 

BD-Benjamin,-22-09-1938.jpg

 

Une de nos voisines trop âgée pour appâter le loup, a l'habitude, les jours de beau soleil, d'exposer du linge dans son jardin. On mentirait à qualifier d'érotiques ses sous-vêtements. D'autant qu'elle laisse pendre à une seule pince chacune de ses culottes blanches traditionnelles afin d'en cacher la forme "triangle des Bermudes" suggestive.

 

- C'est bien une précaution de vieille bigote ! m'a dit mon épouse.

 

Doc Jivaro

 

10/07/2019

Tarzanide improvisé néanmoins n° 360

Cette année encore Fausto Coppi et "tête de cuir" n'ont pas été présents sur la ligne de départ du Tour de France. "Tête de cuir" était le sobriquet donné à Jean Robic, un breton entêté auquel ses médecins avaient conseillé de protéger son crane déjà victime d'un accident. A l'époque, le port d'un casque pendant une épreuve cycliste n'avait rien d'obligatoire, si bien que le bonhomme passait pour un original.

 

Cette année encore et encore, les compétiteurs hommes noirs semblent ne pas participer à la célèbre course par étapes. En tout cas la TV se montre très discrète quant à leur existence (semblerait qu'il y en a deux, chacun moulinant deux pédales).

 

 

BD-Zorro Roi-Petite-Reine,-1953.jpg

 

 

Faut-il toujours rappeler que Pellos, de son nom véritable Pellarin, qui naquit en 1900 avant de périr en 1998, se classa définitivement comme le dessinateur de BD françaises le mieux qualifié pour raconter en images les récits relatifs aux sports. La boxe, la lutte et le foot, le ski, l'alpinisme et le tennis mais aussi le cyclisme, tous s'animèrent entre ses mains si j'ose dire. C'est même lui qui attribua à un homme de couleur un rôle non pas simplement sympathique mais décisif quant au choix des épreuves sportives. Au risque, parfois, de chocs dangereux plus proches du pugilat entre voyous que d'une mêlée de rugby entre gentlemen. On peut vérifier ces évènements dans l'hebdomadaire ZORRO depuis 1951 jusqu'au premier trimestre de l'année 1954, trimestre qui achève les exploits sportifs de "Chouchou roi de la Petite Reine".

 

Doc Jivaro