Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2021

Tarzanide n° 514

 

DU BIKINI AU BURKINI

 

 bd drago,rita hayworth,burnes hogarth,coq hardi,baron zodiac,marijac,doc jivaro,bandes dessinées de collection  

 Elle avait peur de montrer aux voisins son ITSY BITSY petit bikini qu’elle portait pour la première fois.

 

Si votre âge égale le mien vous gardez sûrement entre vos deux oreilles l’air de cette chanson rengaine venue de  Dalida en l’an 1960.

 

Bikini ? Le gouvernement espagnol « sous » Franco avait interdit aux femmes ce maillot de bain réprouvé comme trop impudique … cependant bikini c’était d’abord un atoll de cet océan que le navigateur Magellan baptisa « Pacifique » pour l’avoir trouvé beaucoup plus calme que le vieil Atlantique. Sur cet atoll l’armée américaine de 1946 faisait exploser une bombe atomique améliorée et équivalente à un vrai coup de semonce en direction d’un Staline glorieux et immortel prolétaire de l’URSS. Forcément cette nouvelle expérimentation après la destruction de Hiroshima et Nagasaki ne manqua pas d’exciter l’imagination des créateurs de bandes dessinées, à commencer par un certain Burnes Hogarth qui inventa le scénario et le graphisme de DRAGO, jeune gaucho en Argentine.

 

BD-Drago,-1971.jpg

 

Résumons l’épisode : un ingénieur allemand spécialiste en physique des atomes, a bord de son u boat, réussit à échapper aux recherches effectuées par la « Machine de Turing » et se réfugie en Argentine, pays de l’immigration nazie après la débâcle du IIIe Reich. C’est le Baron ZODIAC dont l’objectif revanchard est de détruire l’atoll Bikini.

 

Chez nous, l’hebdomadaire Coq Hardi de 1947 entreprit une traduction quelque peu censurée sous la direction de Marijac. C’est un jeune garçon un peu plus âgé que moi et dont le père prisonnier en Allemagne avait connu Marijac, qui me fit connaître les premiers numéros du journal qui disait-il : « Chante tous les 10 jours pour la jeunesse de France ».

 

BD-Drago,-1971,-montage.jpg

Montage d’images effectué à partir du recueil DRAGO

édité en mai 1971 pour les éditions SERG

 

Dans son scénario, Burnes Hogarth s’abstint de faire référence au président argentin de l’époque : Péron, ainsi qu'a son épouse l'élégante Évita Péron, tous deux bien connus pour avoir facilité l’hébergement d’anciens criminels de guerre hitlériens auprès desquels collaboraient les musulmans du grand mufti dans Jérusalem. On n'est jamais trop prudent, non ?

 

On sait que l’espèce humaine aime à se rassurer en donnant des sobriquets ou des prénoms féminins aux catastrophes ravageant la planète terre. C’est sans doute pourquoi l’armée américaine appela GILDA la bombe atomique explosant sur l’atoll Bikini. Gilda étant le prénom octroyé à la superbe RITA HAYWORTH pour son film du même nom, film rendu inoubliable par un « strip-tease gantier »

 

bd drago,rita hayworth,burnes hogarth,coq hardi,baron zodiac,marijac,doc jivaro,bandes dessinées de collection    « PUT THE BLAME ON MAME »

 

bd drago,rita hayworth,burnes hogarth,coq hardi,baron zodiac,marijac,doc jivaro,bandes dessinées de collection

 

Aujourd’hui – et c’est heureux – nos amies les femmes sont deux fois libérées : une fois par Moulinex, une autre fois par le BURKINI de l’Islam que le camarade Mélenchon recommande à ses créoles futures.

 

Doc Jivaro

 

22/08/2021

Tarzanide n° 511

Afghanistan ! … L’Afghanistan ? Tous les jours, ces temps ci, votre TV vous en parle. Ce qui me rappelle que mes parents tout comme mes voisins pendant que j’étais gosse, ne disposaient pas d’une télévision à domicile. La première fois que je me trouvai devant le spectacle d’une « étrange lucarne » ce fut dans l’appartement d’un de mes cousins dont la fille aînée avait pour grand-mère la sœur de mon grand-père paternel. L’immeuble montluçonnais se dressait Quai Louis Blanc et s’y dresse toujours mais identifié Résidence Tourneau.

 

- Et quel rapport avec l’Afghanistan, dites donc ?

- Aucun. Sauf pendant les moments où je tournais les pages du magazine L’INTRÉPIDE de l’année 1952. J’y regardais une série : La Course Au Milliard.

 

 

BD-L'intrépide,-n°-151,-195.jpg

 

 

Le scénario signé du pseudonyme Montaubert était agrémenté en images par Cazanave Raymond lequel de Raymond Cazanave venait de renforcer sa réputation de « dessinateur de petits mickeys » en illustrant le Vampire des Caraïbes pour l’hebdomadaire COQ HARDI.

 

La Course Au Milliard met en concurrence pour l’obtention d’un héritage quatre personnages principaux : Madame Lagoutte, bourgeoise, et sa fille Josette (Oui, en France les demoiselles se prénommaient Josette ou Madeleine, Anne-Marie ou Marie-France mais pas Sabrina ni Fatou) toutes deux accompagnées de Luc et sans cesse menacées de mort par l’affreux Roberts, fourbe s’il en est.

 

Cette longue longue aventurlure à sa source dans les romans européens du XIXe siècle dont le prototype semble avoir été Le Tour Du Monde en 80 jours rédigé par Jules Verne que j’ai peu lu. Cependant avant de parvenir à Kaboul, nos personnages devront échapper à des pillards : Les Kodernatts. J’ai vainement cherché à m’informer sur ces tribus d’un autre âge : Je n’ai guère rencontré qu’une appellation identique faisant allusion à une danse érotique que votre sœur n’a sûrement jamais dansée.

 

 

BD-L'intrépide,-pg-17-n°-15.jpg

 

 

L’illustration ci-dessus nous montre Luc risquant sa vie pour délivrer une jeune veuve que les mœurs de l’hindouisme condamnaient à être brûlée vive pour accompagner défunt son mari auprès du Bouddha, celui ci toujours assis en tailleur, le ventre en guise d’auréole autour du nombril.

 

Je ne me souviens plus si nos professeurs des Beaux-Arts nous apprirent que les teintes bleues d’origine Lapis Lazuli dont Michel Ange se servit pour badigeonner le plafond de la Sixtine provenait de l’Afghanistan. Et si je me rappelle cette ancienne pratique à fresque c’est pour ne pas terminer sur une couleur trop rouge, trop sanglante sur l’histoire d’un pays redevenu le pays des Talibans religieux fanatiques.

 

Il y a une constante dans La Course Au Milliard : l’ingratitude incessante de Madame Lagoutte envers son neveu Luc.

 

Doc Jivaro

 

20/07/2021

Tarzanide n° 506

 

GARE AU GORILLE !

 

Si nos vieux collectionneurs de BD anciennes admirent le rôle essentiel d’un MARIJAC dans la Bédé française au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, plus rares sont ceux qui savent que le créateur de COQ HARDI s’inspira parfois de faits réels vécus par les maquisards de notre pays. D’autant que le même MARIJAC connut bien un authentique résistant gaulliste : PONCHARDIER.

 

ponchardier,coq hardi,dupontel,marijac,mathelot,joë hamman,lino ventura,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

Oui ! ce n’est pas une blague : Ponchardier est le créateur d’un héros de série noire : Le Gorille. Et c’est un souvenir pour Doc Jivaro d’avoir vu dans un cinéma de Bourges en 1958 la tête de Lino Ventura entre deux épaules massives dans le film : Le Gorille vous salue bien.

 

C’est Ponchardier qui aida Marijac à obtenir les lots de papier nécessaires à la parution régulière de l’illustré COQ HARDI, lequel fut d’abord imprimé sur quatre pages et publié tous les dix jours avant de réussir, à partir de 1946, une diffusion sur huit pages dont quatre en quadrichromie.

 

ponchardier,coq hardi,dupontel,marijac,mathelot,joë hamman,lino ventura,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Ponchardier n’était pas le seul dont les réussites guerrières pouvaient être adaptées à certains aspects des bandes dessinées signées de Marijac. Il y eut aussi certains faits réussis par Dupontel, tel celui publié sous le titre Colonel X dans le numéro du 19 janvier 1950 et dessiné par Mathelot.

 

ponchardier,coq hardi,dupontel,marijac,mathelot,joë hamman,lino ventura,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

Ces mêmes vieux collectionneurs ont appris depuis longtemps qu’un certain Jacques Chirac pendant son enfance appartenait à la Tribu des Coqs Hardis fondée par Marijac et son spécialiste aux Affaires Indiennes appelé Joë Hamman. Mais on raconte moins que Wolinski se frotta lui aussi contre l’un des totems de Coq Hardi. Oui, vous savez bien : ce Wolinski qui caricaturait salement le soldat Le Pen pour sois-disant préserver les musulmans contre le « fascisme » et qui, nigaud politique, se fit finalement mitrailler par de jeunes musulmans.

 

Ainsi va le monde réel.

 

Doc Jivaro

 

01/05/2021

Tarzanide n° 496

 

1793 vu dans la BéDé

 

 

Premier mai, fête du travail. Du travail ? Mais alors pourquoi les syndicats exigent-ils d’officialiser une journée de repos ce jour ? Une fleur en est devenue symbole : le muguet. Vos ancêtres se rendaient peut être dans les bois ombragés de feuillages pour en cueillir (du muguet)  … Pas les miens. Chez nous le muguet germait dans le fond du jardin à l’abri d’un mur perpendiculaire au haut talus de la voie du chemin de fer.

 

- Ça devait être gênant surtout la nuit, la locomotive.

- Ça ne nous dérangeait pas, au contraire. Compte tenu de l'exactitude SNCF, mes grands parents en profitaient pour remettre à l’heure la pendule debout dans un coin de la cuisine. Monte sur la chaise et remets les aiguilles en place, me disait mon grand-père, ajoutant : la mécanique est comme moi, elle est fatiguée !

 

Pareil à tout le monde, j’ai fini par apprendre que les clochettes blanches du muguet avaient remplacé le rose rouge de la fleur d’églantine. Mon petit voisin et moi avions appris ce changement en lisant une bande dessinée éditée dans l’hebdomadaire COQ HARDI que Marijac avait fondé en 1944.

 

1er mai 2021,bandes dessinées de collection 1951,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon,marija,le rallic,coq hardi

Nouvelle série, N° 38 du 16 août 1951

 

Les vignettes sont signées de Le Rallic, l’un des plus talentueux illustrateurs pendant les années 40 et 50. Il était lié d’amitié avec Marijac et le dessin de ses chevaux comptait pour beaucoup dans sa réputation. L’homme disparut victime d’un cancer en 1968. Nous aurons bien l’occasion de reparler de lui lorsque nous aborderons le célèbre film Fanfan La Tulipe réussi par Christian-Jacques puis transcrit en BD par notre Le Rallic.

 

Je vois que pour ce Premier Mai, la turbulence populaire politique reprend sur les boulevards parisiens. Ce qui, pour l’instant, ne nous empêche pas, mon épouse et moi, d’aller réussir la cuisson d’une souris d’agneau. Ça va nous changer des rouleaux de printemps congelés. Au diable le confinement !

 

Doc Jivaro

 

04/02/2021

Tarzanide n° 481

 

MARC TRAIL

 

Vous n'en gardez peut-être pas la mémoire mais ...

 

... Mais dans notre rubrique n° 479 je vous avais promis d'attirer votre attention sur une curiosité présente dans le n° 232 du COQ HARDI de Marijac daté 31 août 1950. La voici cette curiosité extraite de la série Marc Trail créée par Ed Dodds.

 

Coq hardi,Marijac,Marc Trail,Ed Dodds,bandes dessinées de collection,Tarzanide du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

Dans la troisième image du début nous lisons : «Une mère écureuil et ses petits sortent …»  etc. Il s'agit bien de mammifères mais pas d'écureuils ! Il s'agit de putois. Vous savez : les charmants animaux qui utilisent leurs glandes anales pour ne pas être fréquentés par d'autres museaux que le leur. Mais comme on le voit dans l'exemple ci-dessus le correcteur français a fait une concession à la censure du moment qui interdisait de mettre en action les odeurs excrémentielles dans les journaux pour enfants. Et c'est ainsi que le brigand Putois devint Monsieur Écureuil. Cependant une image suivante évoque dans le même numéro 232 du journal de Marijac, la réalité de notre monde naturel dans lequel vos anges ne savent pas faire pipi.

 

Coq hardi,Marijac,Marc Trail,Ed Dodds,bandes dessinées de collection,Tarzanide du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

Doc Jivaro

 

27/01/2021

Tarzanide n° 479

 

BD-Coq-Hardi,-bandeau.jpg

 

 

« Mon imprimeur devint intraitable. Il alla, par économie, jusqu'à imprimer COQ HARDI en deux couleurs ...».

 

On se doute que ce n'est pas Doc Jivaro qui se plaint ici, c'est MARIJAC. Autrement dit : le fondateur de l'illustré COQ HARDI dont le premier numéro doté de deux seules pages fut publié en novembre 1944. Vous avez bien lu : 1944. L'extrait vient d'être prélevé dans la série Documents des Editions Jacques Glenat datée de 1978.

 

Marijac témoigna souvent de toutes les difficultés qu'il dut vaincre pour réussir à maintenir à flot son journal préféré qui était en même temps le préféré de dix fois dix mille jeunes lecteurs. Mais à partir du jeudi 30 août jusqu'au jeudi 7 septembre 1950, une surprise bien mauvaise marqua notre scolarité : l'hebdomadaire de seize pages dont quatre colorées en quadrichromie devenait tristounet réduit, appauvri à deux couleurs, l'une rouge, l'autre bleuâtre.

 

- S'il continue comme ça, je ne l'achèterai plus.

 

C'était la déception de tout notre groupe dans la cour de récréation, à l'abri du gros feuillage d'un platane. Mais non, mais non nos commentaires ne pouvaient pas s'entendre dans l'école puisque le mois d'août appartient aux grandes vacances traditionnelles d'été, celles dont on disait qu'elles devaient permettre aux enfants des familles paysannes d'aider aux travaux pour les moissons.

 

Marijac, dans le numéro 232 de son Coq Hardi, avait lancé comme un appel au secours dont voici le texte intégral.

 

BD-Coq-Hardi,-1950,-S.O.S..jpg

 

Ce même numéro 232 attire encore notre attention par certaines autres particularités à propos desquelles Doc Jivaro tiendra commentaires dans les semaines qui suivront. Cependant, il indique que c'est au n° 234 du jeudi 14 septembre que Coq Hardi retrouva les belles couleurs de la quadrichromie.

 

Comme quoi il n'y eut guère que six numéros malheureusement capables d'attrister nos yeux d'enfant s'approchant de ses huit années d'âge.

 

- Déjà huit de moins à vivre !

 

Doc Jivaro