Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2019

Tarzanides du grenier n° 390

 

En France, le premier hebdomadaire à mériter pleinement la qualité de journal de bandes dessinées, était d’inspiration américaine. Il s’appelait LE JOURNAL DE MICKEY en Octobre 1934. Et cela ne nous rajeunit pas !

 

Chaque année pour les fêtes de Noël ce comic présentait à ses jeunes lecteurs une première page ornée d’une grande illustration mise en couleur par imprimerie quadrichromie. Mais, damned ! notre défaite militaire devant l’armée allemande ; puis l’occupation de notre Pays par les troupes de l’Axe, Italie comprise, obligèrent notre Presse à censurer le nombre de pages de beaucoup de nos publications. C’est ainsi que Mickey se réduisit à huit pages renonçant à sa pagination de douze pendant que la totalité de son impression couleur s’appauvrissait aux rouge et bleu seuls.

 

journal de mickey,paul winkler,opera mundi,grèves sncf,doc jivaro,bar zing de montluçon,bandes dessinées anciennes

Le Journal de Mickey, 22 décembre 1940

 

Aurai-je des transports RATP et SNCF pour mon petit Noël ? C’est sans doute ce que vous vous demandez.

 

Les syndicats parmi lesquels les nostalgiques de l’époque de Joseph Staline nous serrent à la gorge, n’est-il pas ?

 

Doc Jivaro

 

10/12/2019

Tarzanides du grenier n° 389

 

Happy birthday to you

 

 

Si vous l’ignorez encore, cessez de l’ignorer : le 10 Décembre 1939 était un Dimanche.

 

A preuve le numéro 105 de l’hebdomadaire HOP-LA ! Cet illustré « de la jeunesse moderne » était pourtant né un mardi du mois de décembre 1937, non pas un dimanche ; et ce ne fut qu’avec son numéro 4 qu’il modifia son jour de parution en adoptant le jour dominical.

 

BD-Hop-Là!,-n°105,-10-12-1939.jpg

 

Reste qu’aujourd’hui c’est le dixième jour du douzième mois annuel, ce qui amène Bar Zing à souhaiter un bon anniversaire à Doc Jivaro.

 

Pour ce qui est de son cadeau souhaité, son vœux est quasi exhaussé : après le troisième volume de la réédition du TARZAN signé de Russ Manning (1971 à 1974) édité par Graph Zeppelin, le quatrième et dernier sera bientôt disponible.

 

Merci à mon épouse.

 

Doc Jivaro

30/11/2019

Tarzanides du grenier n° 388

 

FANTASIA



- Il est pourri ton FANTASIA, j’en ai rien à branler !



J’improvise ainsi le réflexe d’un gamin banlieusard auquel j’aurais proposé d’échanger un de ses Mangas de merde contre mon historique FANTASIA. Historique d’autant que c’est le number one de l’an de grâce 1957.



fantasia,fantax,black boy,pierre mouchot,gérard thomassian,Éditions s.e.r.,doc jivaro,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon



Parurent quarante huit numéros mensuels, chacun d’une épaisseur de 128 pages avant d’être amaigri à une centaine ; et jusqu’à ce que leur fondateur Pierre Mouchot cédât l’ensemble de ses titres S.E.R. à Edi-Europ.



L’année où s’édita FANTASIA fut aussi l’année où Doc Jivaro désertait la bande dessinée pour des lectures adultes sans images, parmi lesquels des récits policiers. Exemple : une famille Pied-de-bouc éditée en 1952 dans la collection Série Noire de chez Gallimard.



fantasia,fantax,black boy,pierre mouchot,gérard thomassian,Éditions s.e.r.,doc jivaro,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon



Le numéro 1 de FANTASIA nous fournit trois séries BD : elle de Black boy, fils de FANTAX personnage fétiche de Pierre Mouchot. Le ranchman TOM MIX est également présent mais toujours mieux connu aux Etats-Unis qu’en France. Enfin une histoire d’anticipation : « Marc héros des temps futurs », dont peu de français connaissent la totalité des aventurlures, celles-ci n’ayant été imprimées que de façon fragmentaire dans le pays de Descartes.



- Vous avez vu ça ? demanda un des trois ou quatre adolescents avec lesquels je me rendais au collège.

Nous avions stoppé nos bicyclettes devant la vitrine du tabac-journaux de la rue Miscailloux. Le copain, avant-bras croisés sur le guidon de son vélo qu’une pédale calait sur le bord du trottoir, retenait notre attention entre deux pages du troisième numéro de FANTASIA.



fantasia,fantax,black boy,pierre mouchot,gérard thomassian,Éditions s.e.r.,doc jivaro,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon



- Y en a une qui retient sa jupe autour de ses jambes mais l’autre, à gauche, retient rien du tout et toute sa robe se gonfle comme un parachute. Dommage qu’elle porte un jupon noir ! …



En fait le « jupon noir », n’est qu’un gros coup de pinceau d’encre noire destiné à dissimuler ce que nos yeux de petits français ne devaient pas voir mais que pouvait sans doute voir le regard d’un anglais devant l’image originale. Souvenons nous que la censure soviétique couvrait d’une grosse bavure noire les textes, donc les idées qu’elle interdisait au bon peuple. On appelait ça : caviader. Je propose donc l’expression « jupon noir » pour désigner en la dénonçant toute tâche sombre n’ayant d’autre raison d’être que de cacher tout ou partie d’un graphisme BD.



Lorsque j’allais et venais dans Paris-Pourri, Gérard Thomassian le libraire BD de la rue Balzunce m’apprenait qu’un numéro spécial de 132 pages de FANTASIA et daté de 1961 existait, étant très recherché.



Ne le cherchez plus, le voici :



fantasia,fantax,black boy,pierre mouchot,gérard thomassian,Éditions s.e.r.,doc jivaro,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

 

Je ne me souvenais même plus le posséder, et j’avoue ne l’avoir jamais feuilleté.



Doc Jivaro

 

16/11/2019

Tarzanides du grenier n° 387

 

Ce qu’il y a de divertissant autant qu’imprévu dans certains faits divers d’ici ou de là bas, c’est qu’ils peuvent de temps en temps ramener à notre mémoire les imageries de BD. Ainsi en ce moment la saison des champignons est aussi celle des battues pour la chasse aux sangliers. Nous y apprenons que dans le Pas-de-Calais et en Ardèche des chasseurs viennent d’être frappés par des attaques de suidés forestiers …



BD-Tarzan,-1956.jpg

 

 

Dans le dessin ci-dessus réalisé par Bob Lubbers, TARZAN semble bien trop petit en présence de ce qui n’est pas un sanglier mais un phacochère puisque nous sommes dans une savane africaine. Lord John Greystock a été réduit à la taille d’une fourmi dans le roman Tarzan and the Ant Men édité en 1925 dans Chicago lorsque Al Capone ignorait encore qu’il deviendrait le dominateur des gangsters et des politiciens de la ville.



Dans l’autre dessin ci-dessous et signé en 1936 par Harold Foster, l’homme singe esquive l’assaut de l’animal tout en se préparant à le frapper de haut en bas. Si Tarzan and the Ant Men est inspiré des voyages assez indécents de Gulliver inventés par le romancier anglais Swift, le roman La Cité de l’Or rédigé par E.R. Buroughs ne doit rien ni au livret L’Or du Rhin de Wagner ni à Fort Knox ni au dentier d’Onassis et pas même à la serpe d’un druide gaulois, serpe qui n’était évidemment pas en or sachons le.



BD-Tarzan,-mai-1936.jpg

 

- Des sangliers ? Oui, j’en ai vus, tu penses !

 

Ici c’est ma mère, née dans le département de la Creuse qui raconte un souvenir de son enfance pauvre dans Parsac toujours en Creuse.

 

- J’étais encore une gamine et l’on me confiait la garde des moutons toute seule. Ce n’était pas nos moutons, c’était ceux d’un gros propriétaire rural. Tu sais c’était plutôt les moutons qui auraient dû veiller sur moi. Je m'asseyais dans l'herbe à proximité du Bois des Andrieux où on voyait encore des gros sangliers sauvages.

 

Doc Jivaro

 



13/11/2019

Demain ce sera mercredi 14 nov. ...

 

... et en attendant de l’Éditeur ZEPPELIN l’album n° 3 de la réédition du TARZAN dessiné par Russ Manning pendant les années 1971/72, Bar Zing vous souhaite de survivre jusqu'à minuit d’aujourd’hui.

 

Doc Jivaro

 

02/11/2019

Tarzanides du grenier n° 385

 

K.O. par ZAR'O



Pour la jeunesse des années 50, MOUMINOUX était un dessinateur de BD travaillant avec l'éditeur Fleurus en même temps que traçant les décors tout autour du détective VAL-HARDI dont Gillain-Jijé campait la silhouette. Pour la génération suivante de l'après Mai 68, le même MOUMINOUX était réputé pour avoir créé des séries adultes telles que Le Goulag ou encore Krampon.



De mon côté la signature MOUMINOUX apparut devant mes sept ou huit ans d'âge, chez un voisin plus grand que moi, et dans les aventurlures de ZAR'O.



 

mouminoux,zorro,zar'o,gallant,gillain,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

Taille réelle : 24 X 31 cm

 

 

On ne rigolait pas à ce moment là : les bagarres à grands coups de poing vous démolissaient le portrait. C'était "la tête au carré" (pourquoi pas au cube ?). D'abord édité par Claire Jeunesse puis par la Société Européenne du Livre ZAR'O totalisa dix huit numéros chacun n'ayant que sa couverture colorée, les quinze pages suivantes restant en noir sur blanc.



L'épisode ZAR'O "Prend sa revanche" contient nombre de paroles écrites en langage allemand. Et la question peut se poser : Ne peut-on voir en elles comme l'une des preuves que l'auteur MOUMINOUX d'origine maternelle germanique, avait été volontaire dans la Grossdeutschland attaquant l'URSS Stalinienne ? En tout cas, dans ce numéro de ZAR'O nous lisons des phrases entières rédigées dans la langue de Goethe, ce qui constituait une exception dans une BD française pour enfants au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. 



Deux exemples :

- "Hauptmann Hans Friedrish" et encore "Ich bitte ein freiwillig fur die werk ...



BD-Zar'o,-1949,-page.jpg

 

 

Contrairement à certains commentaires datés des années 1980, MOUMINOUX ne créa pas la figure de ZAR'O. Celle-ci nous vint de Galland, lequel s'inspira de la silhouette sombre et masquée de ZORRO pour réaliser les quatre premiers numéros du journal ZAR'O. C'est le vigoureux MOUMINOUX qui, ayant pris le relais pour la suite de la série, en supprima la référence au "renard" hispano-californien inventé par McCulley en 1919.



Doc Jivaro