Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2016

Les Tarzanides du grenier n° 226

 

 

Lorsqu’il faut citer des auteurs de BD ayant conté en vignettes les prouesses de Tarzan, les collectionneurs du 9e art énumèrent généralement Maxon, Foster, Hogarth ou encore Vis-cardy, Celardo et Russ Manning etc …. Mais quasiment tous oublient ou dédaignent de mentionner GOSSELIN.

 

André GOSSELIN. Une paire de cavaliers genre western (Jack Hislon auquel succéda Red Canyon) permit à André GOSSELIN d’occuper une place de choix chez l’éditeur ARTIMA jusqu’à la disparition de cette maison en 1987. Toutefois, GOSSELIN fournissait, dès 1947 et pour l’hebdomadaire BOB et BOBETTE, les interprétations imagées de deux films MGM ayant TARZAN pour figure centrale. L’un « Le Trésor de TARZAN », l’autre « TARZAN s’évade ».

 

Bob-et-Bobette 1947.jpg

 

Peu habile lorsqu’il faut crayonner l’anatomie humaine, GOSSELIN n’eut jamais la prétention de rivaliser avec Frazetta ou Cheret, non plus qu’avec un ALLEN SAINT JOHN dans le maniement libre d’une nudité masculine appliquée aux Arts Graphiques. Il se contenta de démarquer passablement tout un ensemble de photos / cinéma.

 

Participant à l’épopée des Tarzanides GOSSELIN créa MOHA pendant la décennie qui suivit la fin de la Seconde guerre mondiale. De ce Tarzanide métissé, nous avons déjà parlé dans notre rubrique n° 4 du 22-09-2012.

 

Est-ce par manque de persévérance que Doc Jivaro n’a pas trouvé la biographie détaillée d’ANDRE GOSSELIN ? Il s’est arrêté sur un nom similaire mais d’orthographe différente : André Gosselain. Un musicien œuvrant en compagnie de Robert Hossein pour un des films de 1958 : TOI LE VENIN. Doc Jivaro se souvient que bien des adolescents de sa jeunesse préféraient dans le rôle d’une pin-up non pas la talentueuse Marina Vlady mais la sculpturale Dominique Wilms …

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

 

21/04/2010

Affaire Seznec

AU THEATRE CE SOIR

 

Je ne m'étais pas promis de regarder SEZNEC, affaire criminelle de petit calibre que Robert Hossein a transcrit en une assez banale pièce de théâtre. Je ne m'étais pas promis, mais, bon ! Sabrinana ayant laissé la télé en veille sur France 2, je me suis retrouvé, seul, hier soir, à l'allumage, devant la reconstitution incomplète d'un procès vieux d'au moins 80 ans.

 

Coupable ? Pas coupable ? Je n'ai pas téléphoné au standard ... Toutefois, à m'en tenir à ce que j'ai vu et entendu, je réponds : coupable.

 

Bien sûr, il ne s'agit là-dedans que d'un spectacle commercial forcément tendancieux où l'émotivité vient escroquer un jury de pacotille (l'arrivée finale d'un faux Seznec autant vieilli qu'éploré est d'une malhonnêteté qu'il ne faut pas pardonner).

 

-  Où est le cadavre ? interroge l'avocat, gros finaud.

 

On sait pourtant que des milliards de gens sont morts sans jamais que nous retrouvions des milliards de corps défunts. Mais tant pis : aux yeux de la loi un disparu n'est pas un mort.

 

Que voilà une affirmation très protectrice pour tout assassin. Pensez-y pour votre prochain macchabée.

 

Le baveux de Landru essaya, lui aussi et avant celui de Seznec, de susciter le doute : où sont les corps des veuves et des vieilles demoiselles supposées avoir été trucidées ?

 

-  Dans mon fourneau ! n'a pas osé répondre notre tranche-carcasses national.

 

Allez, au réel, je suis comme vous tous, je n'en sais bougrement rien si Seznec fut fautif ou pas. Cependant je redis que cette mise en scène réalisée par cet entourloupeur de Robert Hossein m'incline à penser à la culpabilité de l'accusé malgré qu'on veuille me le faire croire innocent.

 

Reste que le copain QUEMENEUR ne s'est plus jamais manifesté, pareil à quelqu'un de mort à l'instant de sa disparition.

 

Et dites-moi pourquoi les descendants de Quémeneur ne se manifestent jamais.

 

NB : Seznec et Quémeneur escomptaient faire du fric  en vendant des bagnoles américaines à l'URSS. Pourquoi ne pas aller fouiller les derniers cartons des archives de l'ancien paradis soviétique ?

 

Je plaisante voyons.

YLAR

 

Guillotine.jpg