Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2017

Tarzanides du Grenier n° 253

 

 

- « Pas encore besoin couronnes ! Toi rester calme ! Flèche seulement percé veston ! Mais moi lâcher revolver ! »

 

Langage quelque peu primaire que je viens de recopier tel quel dans une traduction des aventures BD d’un détective actif dans le pays de l’Oncle Sam. Ne s’agit pourtant ni de Dick Tracy ni de Rip Kirby. S’agit de CHARLIE CHAN. Un Charlie Chan tellement oublié de nos jours que beaucoup de jeunes amateurs de BD actuelles mettraient leur main à couper qu’il n’exista jamais.

 

Venu de Chine, Charlie Chan réussit ses enquêtes chez nos cousins américains. Mais, attention ! pas dans les grandes villes continentales ; pas dans Chicago, pas dans New York, pas dans Las Vegas. Non ! Son métier à risques il l’exerce dans les îles HAWAII.

 

Mon père pendant sa jeunesse entrevit les yeux bridés de ce chinois qui n’était pas blanchisseur mais ne lui accorda pas l’importance accordée à ses premières cigarettes de marque Gauloise. Charlie Chan débuta en France dans l’hebdomadaire JUNIOR lorsque ce journal rivalisait avec Le Journal de Mickey pendant la fin des années 1930.

 

Après la Seconde Guerre Mondiale, c’est Bernadette Ratier, résistante du groupe « Combat », qui ramena chez nous dans un magazine de BD nouvellement créée, la physionomie exotique de Charlie Chan. La première planche parut dans le numéro 70 de MON JOURNAL. Le calendrier indiquait alors 1er janvier 1948.

 

BD,bandes dessinées de collection, Charlie Chan, Junior, Rip Kirby, Dick Tracy,Mon Journal,éditions Mondiales,Andriola,Futuropolis

 

 

Charlie Chan se prolongea jusqu’au 15 avril 1948, s’arrêtant dans le numéro 85 de MON JOURNAL, lequel, semaine suivante, allait s’achever à son tour dans le numéro 99 d’un ZORRO alors en plein essor et logé au 22 rue Bergère.

 

Les scénario (surtout pas « scénari ») de Charlie Chan n’ont ni les subtilités psychologiques des intrigues de Rip Kirby, ni la documentation scientifique utilisée par l’Inspecteur Dick Tracy dans sa lutte contre le crime organisé. Quant au dessin paraphé d’Alfred Andriola, Doc Jivaro n’apprit que tardivement que cet auteur n’offrait qu’une interprétation appauvrie des romans policiers écrits, dès 1924 ou 1925 par un certain Earl Biggers.

 

Existe aussi une série de publications produites par les Éditions Mondiales et dont le dépôt légal date de 1947. Et l’Éditeur Futuropolis, en1980, réédita partiellement des enquêtes menées à bien par le fils du ciel.

 

BD,bandes dessinées de collection, Charlie Chan, Junior, Rip Kirby, Dick Tracy,Mon Journal,éditions Mondiales,Andriola,Futuropolis

   Editions Mondiales, année 1948

 

 

Publié chaque jeudi, MON JOURNAL rappelle à ma génération que ce jour de la semaine était le jour de repos des écoliers. Les enfants, principalement ceux des familles populaires, improvisaient leurs jeux dans la rue, souvent sans surveillance parentale. Lire et regarder des bandes dessinées, une occupation d’autant plus séduisante que la télévision n’existait pas pour nous. Nous nous prêtions et échangions les illustrés, et lorsque nous en fixions la valeur marchande c’était presque toujours en utilisant des billes en guise de monnaie de base.

 

Les billes appartenaient aux garçons. Les filles n’y avaient pas droit. Qu’elles aillent dans leur coin jouer à la marelle ! Il y avait de l’ordre là dedans. Comme qui dirait le jeu de billes était une des prérogatives de la braguette.

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

13/05/2017

Les Tarzanides du grenier n° 252

 

 

Si vous déteniez le numéro 1 de KANSAS KID (année 1948) vous n’auriez même pas l’illusion de lire le début des chevauchées du fils de Will Bill Hitchcok. Bien au contraire. Car le récit en images commence en pleine action, lorsque le héros est depuis longtemps engagé dans une phase déterminante de sa vie batailleuse. C’est à dire dans la phase où il découvre que son vieil ami FURTH le trahit pour l’assassiner.

 

BD,bandes dessinées de collection,Kansas Kid,Robin des Bois,Furth,Furthacher,Fox,Alfred Hitchcock, Cossio Carlo

Couverture n° 1, année 1948

 

 

La stature « gros bras » de KANSAS KID fut imaginée par l’italien Carlo Cossio, lequel de Cossio Carlo, né en 1903, œuvra jusqu’à l’orée des années 1960.

 

KANSAS KID occupa deux collections BD dont le copyright était détenu par la S.A.G.E.

 

- Une collection Victoire

- Une collection Wild West

 

Coups de feu, coups de poing, coups de poignard, Bilan : des morts partout.

 

- Mais que s’est-il passé ? Qui a tué tout ce monde ? Interroge la jolie demoiselle Aline, horrifiée.

- C’est nous ! s’exclame fièrement FURTH jamais au refus de recevoir des compliments.

 

Aline aime Kansas Kid ; Kansas Kid aime Aline. Charmante réciprocité mais rendue dangereuse par le papa de la non moins charmante amoureuse. En effet, l’homme est un gros notable, refusant à sa jeune progéniture la fréquentation d’un vulgaire scout, pourchasseur d'indiens hurleurs.

 

Signalons encore que les petites brochures de KANSAS KID de douze pages chacune présentaient souvent sur leurs deux pages finales une autre histoire, celle de pistoléros et de vaquéros. C’était une des aventures de … ZORRO. Mais aucun titre n’indiquait la présence du justicier masqué. (On aurait voulu protéger sous un double anonymat DON DIEGO, on ne s’y serait pas pris autrement).

 

 

bd,bandes dessinées de collection,kansas kid,robin des bois,furth,furthacher,fox,alfred hitchcock,cossio carlo

 

 

La brutalité répétitive des images ainsi que la désinvolture de dialogues échangés devant des monceaux de cadavres humains, obligèrent à interrompre la version française de cette BD importée d’Italie.

 

Cinq années passèrent jusqu’à ce qu’une entreprise dite « Périodiques et Éditions illustrés » assure à son tour une longue réédition des anciens périples de KANSAS KID. De cette réédition débutée en 1954, le numéro mensuel 78 constitue le dernier grand format (18 X 26 cm) avant qu’un format réduit (13 X 18 cm) prenne le relais jusqu’au terme d’une re-parution de moins en moins demandée par la nouvelle génération de jeunes lecteurs.

 

Toutefois, et pour en revenir au comportement félon de FURTH, que nous avons dénoncé, la vérité apportée par la suite du scénario est heureusement bien différente. Car le fils de Will Bill n’a pas été trahi par le fidèle FURTH. C’est le frère jumeau de celui-ci, qui a sournoisement usurpé la place auprès du héros. Ce frère jumeau se prénomme AMERWELL tandis que FURTH n’est que l’abréviation de FURTHACHER.

 

En 1967 le pocket mensuel Robin Des Bois (Edition Jeunesse et Vacances) republia sous le titre falsifié de « KING Justicier de la Prairie » quelques-uns des épisodes de KANSAS KID pendant lesquels l’ami FURTH se trouve rebaptisé FOX. Il s’agit d’une tromperie médiocre réalisée au dépend des planches BD d’origine.

  

Doc Jivaro et Mfcl

 

29/04/2017

Les Tarzanides du grenier n° 251

  

J’avais totalement oublié qu’il existât.

 

- Qui ça ?

 

TIBOR, un tarzanide. J’ai interrogé Doc Jivaro, lequel fit une moue non pas d’ignorance mais d’un désintérêt total pour le sujet. Aussi se limita t’il à dire qu’il s’agissait d’une BD allemande dont il ne se souvenait plus le nombre de numéros parus. A ses débuts, ajouta t’il, le personnage est un jeune héritier du capitalisme et qui perd la mémoire en s’aventurant dans une forêt vierge. L’amnésie le porte à se politiser auprès de Lumumba pour libérer le Congo Belge … Mais je vois bien que Doc Jivaro plaisante. Un genre de plaisanterie qui lui attirera prochainement des réprimandes de la part du camarade Mélenchon.

 

En France, ce fut Bernadette Ratier et ses éditions « Mon Journal » qui, dans le journal de poche LANCELOT de 1963, affichèrent quelques-unes des navrantures de ce TIBOR.

 

  

Lancelot-2.jpg

 

 

 

  

Sans doute le bonhomme est-il fragile des pieds et fatigué des jambes car nous le voyons fréquemment se déplacer assis sur l’échine d’un éléphant.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

22/04/2017

Les Tarzanides du grenier n° 250

  

Au jour du 23 mars 1947 et dans l’histoire devenue mythique de la BD, une explosion atomique ravage un pays jusqu’alors inconnu des civilisations de l’après Seconde Guerre Mondiale : « Le pays de la tête de gorille ». En réalité, (si l’on peut dire) ce pays est une montagne que des millénaires et des millénaires d’intempéries ont naturellement sculptée sous l’aspect horrifiant d’une formidable gueule d’anthropoïde.

 

Un physicien mégalo a installé son laboratoire secret et se prépare à matérialiser l’ambition de toute une vie : devenir le maître de la Planète Terre. Un classique du genre. En bon prétentieux, il s’auto-célèbre  : NUMÉRO UN. Son symbole : deux cercles et deux carrés circonscrits. Et patati et patata.

 

Comme prévisible, Numéro UN sera finalement détruit par TARZAN. La terre tremble, le ciel s’embrase etc, etc ; mais la mise en images par le dessinateur Rubimor demeure trop inférieure aux bouleversements wagnériens du texte, et ne fait pas illusion devant nos yeux.

 

A proximité de la catastrophe atomique, Tarzan est en rien malmené. Sa thyroïde reste en bonne santé. Il n’y perd même pas un seul de ses cheveux. La radio-activité ne cause aucun désordre dans son ADN. Pas de cancer à redouter pour lui. Un miracle ? Oui : le miracle de l’irrationnel des arts et des lettres dont la BD manifeste un des rameaux les plus vigoureux.

 

 

rubimor,tchernobyl,editions soleil,spirou 1947,bd,bandes dessinées de collection,michel decuyper,tribune des amis d’edgar rice burroughs

 

 

Cet épisode généralement nommé « Tarzan contre Numéro UN » trouve sa situation temporelle entre le Palais des Vampires et l’île de Kagor. Une première édition Franco-Belge exista en double page centrale toutencouleur dans l’hebdomadaire SPIROU de l’année 1947.

   


rubimor,tchernobyl,editions soleil,spirou 1947,bd,bandes dessinées de collection,michel decuyper,tribune des amis d’edgar rice burroughs

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

SPIROU - Double page centrale N° 476 du 23 mai 1947.

  

J’avançais dans le cours de ma 4ième année et c’était ma mère qui me faisait la lecture

 

 

  

 

En janvier 1994, l’éditeur SOLEIL réimprima dans le tome 5 d’une pseudo-intégrale des aventures de TARZAN, ce récit de notre héros en lutte contre Numéro UN. L’originalité de ce tome 5 se trouve dans une préface rédigée par Michel DÉCUYPER, créateur de la Tribune des Amis d’Edgar Rice Burroughs.

 

Demain nous serons le 23 avril et, d’ici trois jours à passer, nous serons le 25 avril, jour du souvenir de la catastrophe atomique de Tchernobyl année 1986.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

 

01/04/2017

Les Tarzanides du grenier n° 247

  

En guise d’appendice à notre commentaire précédent ayant trait au déferlement de « soucoupes volantes » dans les journaux pour adultes comme dans les comics pour enfants, rappelons que Maurice Limat (1914-2002) et Jacques Souriau (1886-1957) inventèrent l’existence imaginaire mais abrégée sans leur consentement, d’un jeune homme en lutte contre d’ambitieux saturniens.

 

Retournons en 1951.

 

Précisément le 20 juin 1951 du numéro 249 de l’illustré TARZAN, Alain MÉTÉOR réussit sa première parution et va poursuivre son périlleux voyage sidéral, semaine après semaine jusqu’au 17 novembre de la même année.

 

 

BD-Alain-Météor-30-06-1951.jpg

  

 

C’est dans le numéro 269 que sont stoppés les courageux exploits « Science fiction » de l’adolescent. On compte en tout 21 planches. Les vingt premières sont entièrement colorées mais la dernière n’est imprimée que noir sur blanc. Elle ne contient que 5 trips au lieu des 6 habituels. Le sixième absent a laissé sa place pour une « explication » fournie par l’éditeur : Alain MÉTÉOR n’a jamais affronté à bord d’une fusée toute une invasion d’ennemis saturniens. Il ne s’agit que d’un rêve. La maman du jouvenceau le réveille en surprise : il est l’heure de te préparer pour ne pas être en retard au lycée.

 

 

BD-Alain-Météor-11-11-1951.jpg

  

 

On comprend que les aventures fictives d’Alain MÉTÉOR sont soudainement victimes de Mademoiselle Censure. Une censure bien motivée, affirment le curé et l’instituteur puisque ce genre de scénario insensé risque de perturber gravement la santé mentale de l’enfance.

 

Les décennies 1950 et 1960 en France permirent tous les excès en gestation dans la loi du N° 49 956 du 16 juillet 1949. Plus de 60 années après,je me souviens appartenir à cette génération qui ne connut jamais la fin véritable de l’aventure cosmique du vaillant Alain MÉTÉOR. Mais cette fin véritable existe-t’elle ? l’épisode a t’il été écrit et dessiné entièrement avant que la censure rende inopérant le "à suivre" en interdisant la vingt deuxième planche ?

 

Contemporain des « soucoupes volantes » dans des récits inventés pour divertir la jeunesse et intriguer l’âge adulte, il y eut aussi un géant velu, une sorte de singe colossal laissant des empreintes effarantes dans la hauteur des neiges de montagnes longtemps réputées inaccessibles. c’était le YÉTI.

 

TINTIN en fit son affaire dans Tintin au Tibet. On sait ça. Cependant TINTIN n’affronta jamais de « soucoupes volantes » venues d’espaces cosmiques pour envahir la planète Terre. Probablement que ce manque s’explique par le fait que Hergé, très imprégné d’éducation catholique, se refusait à monnayer auprès de familles chrétiennes des récits dans lesquels l’humain semblait ne plus figurer le sommet d’une création voulue par le dieu d’Israël.

 

 

BD-Alain-Météor-14-07-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

Peut être que ces deux images de la prestation de serment que de jeunes athlètes effec-tuent bras levé ou bras tendu, causèrent un souvenir désagréable chez messieurs les censeurs. Après tout, en 1951, les Jeux Olympiques de 1936 réussis par le Troisième Reich étaient encore loin d’être estompés dans la mémoire collective.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

25/03/2017

Les Tarzanides du grenier n° 246

  

Ça y est ! Depuis plus d’une semaine le printemps s’annonce en silence tout au fond de notre jardin potager délaissé. Un forsythia toujours précoce à se réveiller, se rallume de toute une floraison de lucioles jaunes. Par contre, nos pissenlits se traînent de paresse, retardant l’étalage de leur diurétique jaunisse saisonnière.

 

Ça y est ! s’exclama mon père en repliant les grandes pages du CENTRE RÉPUBLICAIN, vrai journal des vrais montluçonnais d’alors. Ça y est ! le printemps est de retour. La preuve ? la preuve c’est que je viens de lire sur trois colonnes à la une que les soucoupes volantes sont elles aussi de retour. Ayant dit, papa se remit à creuser un os à moelle qu’il aimait à déguster, dédaignant les huîtres qui lui donnaient la nausée rien que par leur seule existence.

 

- On dirait des crachats.

 

Les soucoupes volantes, elles venaient d’être aperçues un peu partout en France. De quoi alimenter la littérature populaire. Des histoires de champs de blé fauchés mystérieusement pendant la nuit ou encore des alertes de trains S.N.C.F stoppés en rase campagne à cause d’un objet insolite posé en travers des voies. Nous écoutions des bavards qui adoptaient un air confidentiel pour donner à croire que : « S’agit de nouvelles armes aéronautiques fabriquées secrètement pour la troisième guerre mondiale qui verra l’affrontement USA contre URSS. On n’y échappera pas, allez !

 

Effectivement ! Des soucoupes volantes le public des années 50 de l’an 1900 en voyait partout. Même qu’elles apparaissaient plus nombreuses d’entre les rotatives des imprimeurs que dans les hauteurs du ciel. Toutes les publications en faisaient leurs choux gras. L’éditeur de romans policiers FLEUVE NOIR en avait créé une série particulière baptisée Anticipation. L’un de ses romanciers avait même rédigé spécialement un ouvrage intitulé Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde. C’était Jimmy Guieu. Les illustrations de couverture résultaient souvent de Brantonne, grand fournisseur de bandes dessinées parfois hâtivement schématisées.

 

Évidemment le commerce des bandes dessinées de l’époque ne pouvait pas rater le phénomène des petits bonshommes verts extraterrestres. Ainsi, l’hebdomadaire ZORRO pensa t'il trouver là-dedans l'occasion de moderniser son titre afin de relancer ses ventes quelque peu déclinantes. C’est ce qui explique que ZORRO se métamorphosa en ZIG-ZAG. Le numéro 1 de mars 1952 afficha un grand dessin coloré signé Pierre Le Goff, celui-çi habitué du 22 de la Rue Bergère. Pourquoi ZIG-ZAG ? Bien sûr en souvenir des coups de fouets appliqués en Z par ZORRO.

 

 

BD,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Zorro,Zig-Zag,Soucoupes volantes,Centre Républicain,Fleuve noir, Jimmy Guieu,Anticipation,Petit Riquet, extra-terrestres,ufologie,Claude Vauzière, Bibi Fricotin,Bob Colt,Chott,

 

 

Mais après quelques semaines il fallut se rendre à l’évidence : les poches du justicier masqué ne se renflouaient pas d’avoir changé le bandeau-titre de son magazine. L’ancienne appellation ZORRO fut donc rétablie avec un numéro 12 faisant suite à ZIG-ZAG numéro 11.

 

bd,bandes dessinées de collection,doc jivaro,zorro,zig-zag,soucoupes volantes,centre républicain,fleuve noir,jimmy guieu,anticipation,petit riquet,extra-terrestres,ufologie,claude vauzière,bibi fricotin,bob colt,chott

 

 

Si vous êtes collectionneur de BD voici trois titres résumant la vogue des soucoupes volantes dans des magazines illustrés que les mœurs des années 50 destinaient principalement à la jeunesse du pays de Guignol et de Bibi Fricotin.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl