Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Les Tarzanides du grenier n° 189

 

Moi, Général de Gaulle … Pardon ! pardon pour ce faux lapsus. Je viens tout simplement de me retarder d'écrire : moi, Doc Jivaro.

 

Ayant achevé un de mes commentaires à propos d'une des BD de 1946 traitant des maquis français, j'accompagnais mon épouse dans l'Espace Culturel d'une grande surface commerciale. Mon regard fut arrêté par deux épais volumes, chacun de plus de 400 pages et portant pour en-tête UDERZO. Le sous titre « L'intégrale 1941-1951 » bien mieux que le nom célèbre appâta ma curiosité.

 

Uderzo-l'intégrale-1941-195.jpg

 

Découpe virtuelle du premier plat.

 

 

J'ai feuilleté, j'ai acheté. Je me suis dit : voici encore une jouvence qui va te ramener vers l'âge des barboteuses.

 

Beaucoup des illustrations et des bandes dessinées réimprimées dans ce tome 1 de « Hors collection », je les connaissais depuis longtemps. En particulier celles présentées sous le nom de BELLOY l'Invulnérable.

 

Ce gaillard s'exposa d'abord en page une de l'hebdomadaire OK quand ce journal atteignait son numéro 84. C'était le moment pendant lequel UDERZO s'exerçait à modeler des champions de stature herculéenne. Aussi Belloy faisait-il suite à un Prince Rollin dont il amplifiait la carrure ; et ce même Prince Rollin arrivait, lui, d'un Arys Buck en en triplant les volumineux biceps. Tous trois provenaient de la mode des Tarzanides mais tous trois étaient secoués dans un shaker de comique.

 

Cependant, UDERZO se différenciait de ses rivaux dessinateurs d'athlètes. Il s'en différenciait en négligeant l'anatomie des grands corps masculins et faisait oublier sa négligence en déformant jusqu'à les disloquer les masses musculaires. En résultaient des anomalies exacerbées jusqu'à l'infirmité. Seule l'habileté de la ligne, la netteté et la propreté de l'imagerie rendaient le lecteur tolérant envers des maladresses contraires à la myologie humaine.

 

Dans le lot des pseudo Tarzanides que fabriqua UDERZO il en est un qui n'exista que sur 6 pages. Six Pages publiées dans KID Magazine journal de BD qui ne connut pas de vrais succès en 1949. Et ce pseudo Tarzanide, ses compagnons le surnommaient Brick le Fort.

 

En 1949, j’entrais dans ma septième année. Je connus BRICK Le Fort durant la dizaine de jours de vacances d'été que je passais à Chenérailles, en Creuse. Toutefois, ce ne fut que plus tard, dans ma neuvième ou dixième année que j'entreprenais une copie partielle de l'épisode « Trésor de l’Île Fantôme » où la force de BRICK le corsaire se vérifiait à chaque vignette. Et comment n'aurais je pas repéré que pour donner des mouvements aux flots de l'océan UDERZO imitait les effets graphiques inventés par HOGARTH ?

 

 

Rick-2-pages.jpg

 

Deux pages quadrillées arrachées à un de mes cahiers d'écolier. Le stylo plume muni d'une réserve d'encre bleue de marque Waterman, je l'utilisais plus fréquemment pour « faire des petits guignols » que pour réduire à un dénominateur commun des séries de fractions.

 

Doc Jivaro