Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 31)

bd,bd anciennes,tarzan,tarzanides,bd de collection,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

bd,bd anciennes,hachette,pierre argelliès,marc déséchal,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes


HACHETTE publia à peu près une vingtaine d'albums TARZAN, entre 1936 et 1950. Nous venons d'écrire « à peu près » puisqu'en réalité seuls 19 numéros existent, le numéro 12 n'ayant jamais été composé. 

Les 16 … Pardon : les 15 premiers exemplaires sont d'un format 17,5 X 22,5. Les 4 derniers de grandeur 21 X 26 sont coloriés en bichromie tandis que les 15 précédents alternent 2 pages multicolores avec 2 pages bicolores, le numéro 1 étant simplement imprimé noir sur blanc. 

Quelques-uns des premiers volumes réédités après la seconde guerre mondiale ne le furent malheureusement que sur un papier de qualité moindre. Ainsi, par exemple, « Tarzan et le Lion ». Précisons que le numéro 9 « Tarzan le sauveur » existe doté d'une jaquette mais n'est pas signalé comme tel dans le BDM 2009-2010. 

L'absence de numéro 12 demeura longtemps une interrogation jusqu'à ce que marchands et collectionneurs s'accordassent pour écrire que le titre envisagé était « Tarzan et les Amazones ». La censure rendit impossible la frabication de l'album. Cet épisode illustré par Hogarth était pourtant connu dès 1939 dans le journal JUNIOR numéros 176 à 196. 

Samedi prochain, nous parlerons de la confrontation du Roi de la Jungle avec cette tribu de femmes blanches toutes fières à se croire libérées du joug patriarcal.

 

Docteur Jivaro

09/02/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 20)

Aucun texte à propos des avatars de Tarzan, aujourd'hui. 


Je me suis rendu à Domérat, proche de 5 km de Montluçon City Infernale. Il s'y tient une vente de « vieux papiers de collection » pendant les deux jours de cette fin de semaine. 


Domérat compte à peu près 9 000 habitants et Montluçon quelque 40 000 après, en avoir compté 50 000. Le terrain d'aviation pour pigeons et le groupe SAFRAN Sagem dépendent du territoire de la commune de Domérat. Si bien que j'ai pris l'habitude de dire que Montluçon-Ville n'est que la banlieue de Domérat-Village. 


Lorsque j'étais gamin, il y avait LES vendanges. Nous allions vendanger le paysage dont le vin s'appréciait moins que l'eau de vie. Les guêpes nombreuses planaient, voraces, au-dessus des raisins broyés. Certaines d'entre elles, victimes de leur gourmandise s'engluaient, s'étouffant dans le mou. Un autre enfant plus lourd que moi, me montrait sa force en leur arrachant les ailes. 


Le soir c'était festin. Bruyant, forcément. Et dans votre assiette, attention ! on pouvait y avoir mis une farce-attrape. Ça faisait rire – gros rire, chaque bouche faite de trente gueules. J'eus droit dans mon assiette à une araignée, fausse comme la petite cuillère qui se plie en deux dans votre tasse. Une autre fois, je ne sais plus quel cousin lointain trouva un … étron noyé dans son potage. En sucre, l'étron. Mais ça vexe quand même drolement, je le compris tout de suite en voyant le visage du type dont l'image m'est restée dans la mémoire. Il y avait aussi le clairon truqué qui vous envoie de la poudre noire dans le visage quand vous soufflez dans l'embout. 


Et ainsi de suite jusqu'à presque l'aube. 


J'abrège ici, j'arrête même.

 

Samedi prochain : WAMBA

 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

WAMBA 


UN TARZANIDE DE RACE NOIRE

  

Docteur Jivaro

19/01/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 17)

MIRACLE JONES

 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,miracle jones,drago,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants


 

 

Année 76 de 1900, l'éditeur Serg participe à la grande mode des rééditions de bandes dessinées anciennes, qu'il rajeunit illusoirement sur de beaux papiers couchés, glacés. 

De ce Miracle Jones francisé, la préface est tout aussi détaillée qu'ennuyeuse. Semblant avoir été rédigée par un élève accumulant les noms, les dates et les références en croyant ainsi ne pas rater l'examen. Ce préfacier s'est-il figuré qu'il faut réciter toute La Bible pour justifier les pitreries de « Charlot boxeur » ? Miracle Jones fut inventé par le bédéïste Hogarth momentanément en panne de Tarzan. Aussi ne résulte-t’il pas des conflits armés entre Mac Arthur et le général Soto, celui-ci surnommé « lame de rasoir » par les derniers samouraïs réduits à l'état suicidaire du kamikaze. 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

Démissionnaire de Tarzan fin novembre1945, Hogarth fabrique deux personnages de BD dont il espère le succès. L'un DRAGO, l'autre MIRACLE JONES. DRAGO se veut crédible mais MIRACLE JONES se fait déculotter à chaque tour de page.  

DRAGO est un jeune argentin d'opérette qui affronte sans y être préparé le réseau nazi Odessa, lequel n'est pas nommé dans le scénario. (Mais a-t'il réellement existé ce réseau?) 

Quant à MIRACLE JONES … au physique il n'est qu'un gringalet binoclard. Adulte, il ressemble à un gamin vieilli. La paire de lunettes qui lui tire les oreilles n'est pas l'indice d'une intelligence vive mais la trace d'une infériorité physiologique. Infériorité musculaire, visiblement. Hogarth, encore obsédé par l'anatomie avantageuse de SON Tarzan, essaya t'-il de s'en délivrer en modelant celle d'un pauvre petit monsieur qui s'imagine athlétique lorsqu'il n'est que chétif ? Car MIRACLE JONES est un mythomane s'attribuant des exploits par lesquels il espère bien s'attirer admiration de lui même. IL SE rêve en marchant. Les choses les plus banales lui apparaissent sous des aspects fantastiques. Il se veut justicier, se voulant sauveur. Il se promène en Don Quichotte : un simple sac en peau de croco d'île s'agrandit aux proportions d'un saurien vaurien cherchant à happer une dame apeurée. MIRACLE JONES s'imagine secourant la pauvre femme. Mais il tombe de haut. Il rate, il échoue. C'est son fantasme qui lui éclate entre les mains comme bulle de savon. C'est le gag final, celui du bas de page. Hogarth était un type qui se prenait tellement au sérieux qu'il craignait de déchoir en inventant de l'humour. A son avis, tout propos tenu en plaisantant ne détient aucune valeur intellectuelle. Aussi campait-t'il dans des blagues réduites à celle de la peau de banane. Oui, Hergé se contentait de pareil : le faux pas, le dérapage, le geste maladroit et le bégaiement pour seules causes de la plaisanterie. 

A se rêver aussi courageux qu’invincible MRACLE JONES était obligé de se classer dans la série prestigieuse des Tarzanides. D'autant que lui et Lord Greystoke ont le même papa dessinateur. Mais pour Miracle Jones toute prétention à l'héroïsme le décompose dans le ridicule.

 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

Dédaigné par les femmes, MIRACLE JONES s'invente une compagne voluptueuse. Une vamp, une pin-up. Une créature conforme à tous les fantasmes habituels à l'homme : une courtisane avec laquelle il entretient des relations sado-masochistes mais qu'il réduit presque toujours à des jeux enfantins.

 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,miracle jones,drago,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

L'album Serg MIRACLE JONES contient au final 6 pages BD réalisées en 1935 par Hogarth et habituellement désignées comme « pièces de 8 ». Une aventure de corsaires permettant d'évaluer, après coup, les progrès graphiques du maître lorsqu'il succède à Foster et réalise sa première planche BD de Tarzan (celle-ci publiée en couleurs dans l'hebdo JUNIOR, n° 71 du 5 août 1937). 

Sur le web, on peut se payer MIRACLE JONES pour une cinquantaine  d'euros. J'ignore la quantité exacte de planches MIRACLE JONES dessinées par Hogarth. Cependant je pense que son talent n'est en rien renforcé par l'ajout du petit Monsieur à lunettes castratrices. 

 

Docteur Jivaro

 

12/01/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 16)

En juillet 1974, dans le numéro 66 de CHARLIE-Mensuel, une chronique signée Théophraste EPISTOLIER s'en donnait à cœur-jouïr aux dépens du nouveau TARZAN illustré par HOGARTH (Burnes). Un produit américain converti en patois français par les Éditions Williams France-Paris, et assemblé en deux épisodes de 122 pages bariolées.

(Une dizaine d'années plus tard, Hogarth se déclara fort mécontent de la crudité des teintes).

 Théophraste notait : « les singes et Tarzan ont un grand vide entre les jambes ». 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

C'est vrai. C'est vrai et c'est normal. Normal, c'est à dire pas naturel. Tel père sans sexe, tel fils désexué. Encore une « opération du Saint Esprit » réussie !  Et il faut reconnaître que, oui, Hogarth se comporta toujours en puritain castrateur du fils qu'il adopta des grands anthropoïdes.    


tarzan,bd de collection,bd,bd anciennes,hogarth,sexualité,illustrés pour enfantsVue de l'arrière-train, vue d'en dessous, ce Tarzan juvénil à de quoi angoisser tout garçon qui somnole dans la tête d'une femme. Une couguar en serait fort deçue. De quoi faire rire aussi, car lorsque Hogarth dessine le fessier et, particulièrement, l'entrefesson de son n'héros il se pose des questions auxquelles il ne fournit qu'une réponse nulle. Une absence. Le RIEN. 

Voyez qu'il n'y a rien à voir : pas même un petit trou de cul !

La nuit des noces s'annonce comme une frustration pour le mariage gay. 

 

La censure impose des infirmités. Elle fait vertu de toute monstruosité qu'elle invente. Vertu de toute émasculation. Et lorsque le zizi lui manque à couper, elle « améliore » les filles en leurs arrachant le clitoris. Ou en leur cousant les nymphes, le pucelage n'étant que la fragile aile du papillon. 

tarzan,bd de collection,bd,bd anciennes,hogarth,sexualité,illustrés pour enfants

Dans les églises

on fournit des ailes aux anges

pour les consoler de n'avoir pas de sexualité.

Chez Tarzan,

la paire de testicules manque

mais les pattes s'en trouvent quintuplées.

 


Le doigt tendu d'une main et l'autre main grande ouverte, deux oppositions complémentaires, l'une phallique, l'autre femelle, souvent répétitives jusqu'à l’obsession dans la gestuelle artificielle et hystérique de Hogarth. Une manière de lancer des signaux désespérés avertissant que toute festivité érotique est désormais prohibée de l'espace publique.

 

tarzan,bd de collection,bd,bd anciennes,hogarth,sexualité,illustrés pour enfants

 

 Docteur Jivaro

 


05/01/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 15)

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,nortier,jean chapelle,cuvelier,charroux,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

« Il nous faut un Tarzan ! Tarzan a un succès fou chez les gamins ! Il nous faut à nous aussi notre Tarzan qui nous apportera de nouveaux lecteurs ». 

Le patron a parlé, et le patron c'est le directeur gérant – Jean CHAPELLE. 

Fabriquer un faux TARZAN, un Tarzanide – un de plus ! c'est d'accord. Mais comment le nommer ? 

  • Pourquoi pas TAO ? ça commence par un T et certaines contrefaçons du Seigneur de la Jungle commencent par cette lettre : TIM, TARGA … Alors, allons-y pour TAO !

C'est ainsi que surgit l'homme fauve, copyright ARCADIE, et imagé bédé par Lucien NORTIER, un presque débutant.

 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants







D'emblée, TAO capture une jolie blonde. 

C'est dire que ses mœurs

sont déplorables :

hétérosexuel qu'il est.

Ou alors, c'est qu'il craint les foudres

de Yahvé et de Allah,

et qu'il cache son penchant

homosexuel en simulant

un appétit primitif

pour les rondeurs féminines

– Pouah ! 


 

 

L'aventure de TAO débute dans le numéro 74 de ZORRO Jeudi Magazine, en octobre 1947 et s'achève au numéro 98 d'avril 1948. Elle compte en tout 25 planches imprimées noir sur blanc. Le texte de Robert CHARROUX n'empêcha pas Francis Lacassin de désigner comme « très faible » le scénario. 

Lucien NORTIER ignorait comment animer un personnage demi-nu et généreusement musclé. Il aurait pu compenser cette défaillance en imitant + ou – le TARZAN de Hogarth ou celui de Foster, ainsi que firent de nombreux dessinateurs ayant à traiter un tarzanide. Il refusa, choisissant de se débrouiller par ses seuls moyens. Nous pouvons l'approuver d'avoir ainsi ni recouru à la facilité, ni cédé à la paresse. 

Par contre nous regrettons que Nortier et Charroux, sans doute avec l'acquiescement de Chapelle, aient infantilisé le langage de leur TAO, comme si ce grand adulte demeurait mentalement attardé. Un handicap analogue avait frappé TARZAN dans les films réalisés (mal) par la MGM sous le contrôle d'un Sol Lesser, individu soumis au matriarcat et qui trouva peut être une satisfaction vicieuse à mutiler le héros viril créé par E. R. Burroughs. 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants





Collection italienne

« Jungle Film » où Tarzan

est appelé Antar.

Tarzan-Antar n'y 
parle pas « petit nègre »

mais petit blanc sous développé

côté intellect.

Titre de la brochure :

Jungle appelle Berlin. (N° 12, décembre 1964).

Il s'agit de TARZAN TRIUMPHS,

film américain distribué par R.K.O (année 1943).


 

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants




 




Chez TAO,

le langage est atrophié

pareillement à celui qui,

finalement accabla

Jhonny Weissmuller

devenu bedonnant.


  


TAO l'homme fauve, rapidement disparu, n'a laissé pour ainsi dire aucun regret chez les jeunes lecteurs. Dans la lecture de Zorro, ils préféraient ROBIN, bel enfant blond accompagné d'une superbe tigresse maternelle. 

 

Docteur Jivaro


29/12/2012

Les Tarzanides du grenier n° 14

Revenant de l'école Voltaire par la rue Miscailloux, le soir, je ne manquais que rarement d'approcher mes yeux de la vitrine du Bar-Tabac-Journaux situé en bordure surélevée d'un ruisseau. Ruisseau où nous capturions de pauvres têtards dans le creux de notre main, poing soudain fermé. Le ruisseau des Étourneaux, bien tracé pour rejouer pendant notre enfance la bataille historique de la Little Big Horn.


 Nous parvenions à la fin de l'année 1951. Les couvertures illustrées de certains magazines étaient visibles de dehors. Vous aperceviez RADAR et LE HERISSON, ou encore et surtout PARIS HOLLYWOOD, lequel allait bientôt être interdit d'affichage par une conjuration catholique et communiste.


 Mon regard fut comme happé par deux syllabes formant tout un titre, LE titre par excellence : TARZAN. Je ne m'y attendais pas. C'était beaucoup mieux que l'Almanach VERMOT, exposé lui aussi. C'était l’Almanach TARZAN nous souhaitant une bonne année nouvelle, celle de 1952 toute proche.


Vite ! Bon sang ! Je fouillais mes poches. Rien dedans ! Pas le plus petit rond. Mais quand même, quelque chose : un béret.


 J'endurais l'horreur des bérets. Soit je les perdais, soit on me les volait. En fait, je possédais comme le don de les rendre invisibles. Ma mère et ma grand-mère, imperturbables, m'en achetaient un de remplacement, à chaque disparition (j'exagère). « Et fais attention de le garder celui-ci tout neuf ! ». Un jour, je rencontrais par hasard ma mère entre la coopérative, qui sentait le café et le poivre, et l'enclos du ferrailleur qui sentait la rouille après avoir senti la peau du lapin pendu par les pattes arrières.


 J'étais tête nue.

 - Et ton béret ?

Je venais de cacher cet importun dans mon blouson. A mon avis, le béret c'était un truc poussiereux pour les vieux. Un souvenir fétiche de FFI. Je lisais dans COQ HARDI « Les Trois mousquetaires du Maquis ». Trois bérets. D'accord, c’était amusant mais ça appartenait au passé. Au lendemain du 9 décembre, j'atteignais mes neuf ans. On n'a pas de nostalgie quand on a neuf ans.

 

Devant l'étalage des journaux dont un me captivait, je remis le foutu béret sur ma tête. J'allais demander à ma grand-mère les 150 frs nécessaires à l'achat de l'almanach. Ce n'était donc pas le moment d'être négligent vis à vis de la tenue réglementaire.


  • C'est pour Tarzan, mémé.

  • J'espère que ce n'est pas pour te payer en douce des cigarettes. Je vérifierai. 

  

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

 

Regardons l'illustration de ce troisième et dernier almanach de TARZAN. Elle n'est pas signée.


Sur la couverture des 124 numéros « récits complets mensuels » de TARZAN nous étions habitués à voir un gribouillis en guise de signature. A quel nom correspondait ce paraphe illisible ? Longtemps mystère pour nous jusqu'au début des années 70 où nous apprîmes enfin le nom de MILOCCO.


Mais l'illustration de l'almanach ne présente pas la signature gribouillis de MILOCCO. Ni aucune autre. Alors de qui est le dessin ? Je me suis souvent dit : il est de LE RALLIC.


 LE RALLIC produisit énormément, ayant commencé sa carrière dans des revues d’obédience catholique. On le rencontre, dès les années 1920 dans un des hebdomadaires édités par la Maison de la Bonne Presse : LE PELERIN. Il y signe de petites images anti-bolcheviques. Il réalise pareillement des histoires de chouannerie « Sacré-cœur de Jésus » en lutte contre les bonnets rouges républicains, dévoreurs de curés. Un exemple : « Les galettes du dauphin »brochure éditée en février 1944 par la "Collection des romans ... pour la jeunesse".


Et partout, LE RALLIC n'oublia jamais de placer sa signature. Alors pourquoi ne signa-t'il pas son illustration pour TARZAN ?


TARZAN était alors publié par les « Éditions Mondiales ». LE RALLIC travaillait pour elles, notamment dans L'INTREPIDE. Mais il ne dessinait pas dans l'hebdomadaire TARZAN, celui-ci pourtant édité par les mêmes « EDITIONS MONDIALES ». LE RALLIC, catholique pratiquant, avait-il conclu avec les Éditions Mondiales une sorte de contrat moral selon lequel il ne lui serait pas demandé de participer au journal TARZAN, le nom de TARZAN étant honni par tout le clergé français ? Peut être, alors, accepta t'il de faire une exception en illustrant la couverture de l'Almanach TARZAN à condition de ne pas avoir à lui appliquer sa signature.


Cet almanach comprend 72 pages.


En page 2, une photo montre Glenn Morris dans le rôle d'un roi de la jungle indisposé par la fragilité de ses pieds. En page 3 et jusqu'à la 21, les enfants purent s'enthousiasmer du talent de Hogarth malgré une version française expurgée.


Les pages centrales de couleurs vives offrent un exploit de TOM MIX précédemment publié dans les numéros 107 et 108 du TARZAN hebdomadaire de la troisième année. Enfin, de la page 25 à la page 35, l'épisode BD « Couchant de sang » se rapportant aux dernières grandes révoltes amérindiennes contre l'envahisseur européen. Cet épisode avait déjà été dessiné par René Giffey pour le magazine TARZAN de l'année 1949. Il recommence ici avec des modifications de patronymes chez les militaires. Le colonel Custer s'y change en colonel Perry et son lieutenant Tyler devient lieutenant Jhonson. Pendant que l'éclaireur indien OAKYE s'éclaircit le visage pour apparaître sous les traits de Mallory.

bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants


LE RALLIC fut très apprécié des jeunes amateurs de BD. La preuve : le petit dessin ci-dessous représentant un cow-boy et qui fut imprimé dans le n° 13 de JEUDI MAGAZINE en août 1946. Un gamin « de Varennes sur Allier » affirma l'avoir exécuté « sans modèle ». Ce Pinocchio eut la chance de ne pas avoir  le nez coupé en rondelles. Petit menteur, allez ! On reconnaît tout de suite la silhouette d'un cavalier décalqué sur un de ceux qui feront longtemps encore la réputation de LE RALLIC.


bd,bd anciennes,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrations,dessin,journaux pour enfants

Docteur Jivaro