Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2012

Les greniers de la BD n° 5

Les d'Oeufs n'Orphelines


Pour quelque peu aider à oublier ce samedi des départs en vacances juilletistes (?) revoici les deux petites affreuses que j'engendrai certains matins de mes nuits blanches fin années 80.


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

01/07/2012

Brèves du trottoir n° 81

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Elle : le matin, c'était du rapide. Je ne m'embarrassais pas de préléminaires ...

- PréLIminaires.

- Si tu veux ! d'ailleurs les mecs n'avaient pas bien le temps. Beaucoup venaient avant d'aller pointer au boulot.

Fallait surtout pas désespérer Billancourt.


Brèves du trottoir n° 80

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité

- Alors, ça y est, tu lui as fait sa grosse pipe ?

- Petite, tu veux dire.

26/06/2012

Après le succès de "C'étaient des enfants"

Delanoë

veut faire prendre conscience aux parisiens

de la réalité d'aujourd'hui mais ...

 

Mairie de Paris,exposition Hôtel de Ville,C'étaient des enfants,déportation enfants juifs,shoah,Vel d'Hiv,guerre,1940-1945


24/06/2012

Brèves du trottoir n° 79

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Comme je m'approchais pour lui parler de la pluie et du beau temps, elle embarqua un type du genre bureaucrate qui ne s'attarde pas par crainte de s'en retourner en retard en famille, en banlieue.

Brèves du trottoir n° 78

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Contrairement à ce que vous pouvez croire au premier coup d’œil, ce n'est pas une femme qui attend Lydia, mais un homme.

Un travesti.

C'est dans le studio, habituellement, que les amateurs de sous-vêtements féminins se font déguiser par la fille. Plus rares sont ceux qui arrivent maquillés, rasés, épilés de la tête aux pieds.

Le vendredi en soirée, j'ai connu un temps où ça marchait fort.