Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2012

Brèves du trottoir n° 75

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 L'a payé mais n'a pas pu ...

Quand c'est fiasco c'est fiasco

Brèves du trottoir n° 74

sexualité,prostitution,prostitution parisienne,prostitution populaire

Tous deux ils se gênent l'un l'autre devant elle.

Que l'un s'éloigne, l'autre la montera.

08/06/2012

Les greniers de la BD n° 2

 La planche d'origine comporte huit images réparties deux à deux sur quatre bandes d'un format général de 43 X 61 cm. Dessinée à l'encre de chine, elle est coloriée à l'aide de gouache façon aquarelle.

 

Mais ici, pour ne pas être trop réduites, les huit images ont été installées l'une après l'autre verticalement.

 

Si vous n'aimez pas, vous avez tort et moi plus encore de vous avoir présenté ce deuxième gag de la série appelée « Les d'oeufs n'orphelines ».

 

Ryal

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

BD,bande dessinée

BD,bande dessinée

BD,bande dessinée

BD,bande dessinée

03/06/2012

Brèves du trottoir n° 73

prostitution,prostitution parisienne,prostitution populaire,sexualité

 

Lorsqu'elle quitta la rue La Reynie, son sac à main fut joué à la loterie dans le bar attenant à l'entrée de l'hôtel où elle dérouillait sans préservatif.

" Avec tous les clients que tu te fais chaque jour, ton sac est devenu un porte-bonheur ! " s'écriaient les filles, chacune redoublant la mise pour gagner le lot.

27/05/2012

Brèves du trottoir n° 71

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Pauvre petit couillon ! il va se faire jeter.

Brèves du trottoir n° 70

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Comme je revenais pépère, Lydia m'expliqua tout de suite la situation : « Vise le gros plein de soupe qu'est là. Il ne me grimpera pas tant que tu seras dans le coin. Il t'aime pas. Il ne te connaît pas mais il t'aime pas rien que de vue ».

Je me suis cassé.

Pas loin. Simplement vider un godet à L'Escale.

En ce début d'après-midi du samedi j'étais seul accoudé au comptoir. J'ai passé vingt minutes à regarder tantôt le fond de mon verre, tantôt le trottoir Blondel en face.

 

  • Il reprend une consommation, fit une voix, moins sur le ton de la demande que sur celui du commandement.

 

De quoi me décider à rejoindre Lydia. Celle ci ayant épongé « gros plein de soupe », s'avança à mon approche : C'est râpé pour nous deux ce soir. Tu sais, mes deux clients qui me montent ensemble, ils viennent de m'inviter à dîner, je te donne l'adresse. Je ne te dis pas la nuit que j'vais passer. Qu'est ce que tu vas faire, toi ?

 

  • Mettre ma main dans la culotte du zouave du Pont de l'Alma.

  • Ah ! Continua Lydia, téléphone moi vers les dix, onze heures, qu'ils comprennent que quelqu'un sait où je bouffe. J'ai confiance mais je me méfie quand même.