Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2012

A tire d'Elles n° 2

On a changé le titre sans changer de personnages.

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Aperçu de deux filles s'éclatant de rire sur leur tapin.

J'ai quitté Paris sans oser montrer ce croqueton aux deux dames en question.

Mais je l'ai montré, il y a vingt ans, à René, lequel commenta brievement : tu ne les as pas ratées !

A tire d'Elles n° 1

On a changé le titre sans changer de personnages.

 

perquisition,nicolas sarkozy,affaire bettencourt,perquisitions chez sarkozy

Elle lui a répondu "non" deux fois de suite.

25/08/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 1)

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Couv, n° 2 de Ogar

 

Un faux tarzan moins recherché que Targa et moins connu que Akim chez les collectionneurs. 

Lorsque Francis Lacassin rédige en 1963, et pour la revue Bizarre, une enquête sur l'origine et la descendance de Tarzan, il cite une toute petite quinzaine de personnages fabriqués en tant qu'avatars du fameux « Seigneur de la jungle ». Sans toutefois les qualifier de Tarzanides, ce mot n'ayant été vraiment utilisé qu'à partir de la décennie 70. 

Ogar, Tarzanide parmi les pionniers du genre, fut édité par « Le journal des Jeunes » en la ville de Lyon. Lacassin, par deux fois, donne la date 1947 pour début alors que le BDM 2001-2002 donne 1948. Le journal compte simplement huit pages mais d'un format généreux (36,5 X 25,5) où les images intérieures sont imprimées à l'aide d'une teinte bleue. Seules les couvertures exposent des couleurs différenciées. C'est elles, surtout, qui attirent les mordus de BD anciennes. Quant aux dessins ils sont signés de Mondet (Yves) lequel travaillait aussi pour un autre éditeur lyonnais : Wolff. 

Comme n'existe aucune reliure répertoriée groupant les huit numéros publiés Ogar, toute reliure éventuellement en votre possession résulterait de la fantaisie d'un amateur ou d'un petit faussaire. 

En bas de la dernière page du numéro huit, on annonce une prochaine « Formidable Aventure de Ogar » à paraître sur seize pages – promis, juré, chers petits amis lecteurs. Soixante ans après, Anne, ma sœur Anne, rien n'est venu ! 

Ogar,bd,bande dessinée,Tarzan,bd ancienne,illustration,dessin

Je devins très tôt méfiant envers certaines éditions de journaux de BD destinés à la jeunesse. Lorsque ceux-ci promettaient, par exemple, de doubler le nombre de pages, le truc consistait parfois à diviser par deux la hauteur des pages, leur largeur devenant alors leur … hauteur. 

N'étant pas détenteur du numéro 1 de Ogar (Le trésor de Montézuma) j'accepte volontiers que vous me l'adressiez gratuitement au cas où il encombrerait votre bibliothèque. Votre générosité me permettrait, enfin ! de coller une tête sur les sept membres de ma collection encore incomplète du « Démon des Savanes ».

Voilà. C'est fini pour aujourd'hui comme on dit dans Secret Story. (Continue comme ça Nadège ! C'est toi la comédienne la mieux rusée du lot). 

Ah ! je viens de réussir à ne pas parler du défunt Jean-Luc Delarue. 

Original, non ?

Ylar

19/08/2012

Brèves du trottoir n° 95

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Lydia promenant sa petite caniche par quatre rues tout autour d'un bloc de bâtiments, ancien quartier des Halles.

  • Au début, elle m'aidait auprès des clients, tu vois ce que je veux dire. Mais figure toi que cette coquine serait devenue ma concurrente si je l'avais laissé continuer.

Oh ! Oh !

_____________________________________________ 


Rangée n° 95, cette  image est la dernière de notre série

« Brèves du trottoir ».

Dimanche prochain, une deuxième série intitulée

« A tire d'Elles »

débutera mais sans que je puisse en prévoir sa durée.

___________________________________________________________

 

 

Brèves du trottoir n° 94

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne


Comme l'un de ses visiteurs marchait vers la sortie, notre Lydia nationale ne se soulageait pas d'une mauvaise humeur. 

D'abord, des locataires nouveaux dans l'immeuble et qui prétendaient la faire expulser. « Alors que je loge ici depuis presque trente ans avant leur arrivée, ces connards ! Ils font signer contre moi et deux copines une pétition de merde ! oui, mon cul, tu parles ! » 

Et t'aussi la police qui, depuis 2003, colle de plus en plus de PV aux dernières courtisanes traditionnelles du coin. Et pourquoi donc ? Parce qu'au lieu de s'avilir dans la mendicité, elles choisissent de gagner du fric en satisfaisant la demande de l'homme toujours aux aguets sexuels ! 

Pourtant Lydia à fait tout son possible pour réglementer sa situation. Elle s'est déclarée travailleuse indépendante, personne physique dotée d'un numéro SIRET … etc., etc. 

Elle a dû déjà vendre, sous menace d'être accusée de proxénétisme par le juge, un des trois studios achetés avec de l'argent honnête. Un argent perçu lorsqu'elle participait aux 3 X 8 sur le ruban, une cadence pareille à celles du prolo reniflant la limaille chez Renault. 

Reste qu'elle n'habite pas les deux studios restants. Elle y vient simplement pour siffler le passager, c'est tout. 

Elle se paie un confortable appartement parisien, je ne vous indique pas où. 

Elle y entretient même un vieux, bien vieux julot qui n’eut jamais vraiment autorité sur elle. Il se traîne pour ainsi dire quasi impotent. Il coûte en médicaments non remboursés par la SS. L'est tout ratatiné du gland jusqu'à la cervelle. Regardez : Il lui arrive de percer des trous dans d'anciens tickets PMU périmés … « Je l'engueule et puis je fais semblant d'aller les jouer au bureau de tabac. Je m'en donne de la peine, tu sais. » 

  • Pourquoi tu le gardes ?

  • Il fait partie de ma jeunesse.

 

18/08/2012

Les Greniers de la BD n° 9

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Reliure amateur comprenant 8 exemplaires non numérotés, chacun de 16 pages. 

Edition La Belle Hélène, 1948.


 Au départ, un bloc de journaux mensuels et agrafés entre eux mais ayant perdu leur couverture ; et que j’achetai chez un revendeur de vieux bouquins, qui tenait boutique non loin de la Mairie de Montluçon. 

Était-ce pendant les années 1955-56 ? longtemps, longtemps après, en janvier 1990 (ce me semble !) j'ai fabriqué une couverture cartonnée qu'ensuite j'ai illustrée en m'inspirant d'un dessin de Mouminoux. Cette interprétation, je l'ai paraphée en unissant la signature de Dimitri Mouminoux avec l'un de mes anagrammes = Ryal. 

Sous cette même couverture, le fascicule intitulé « L’épreuve » est complété trompeusement par une feuille errante « Histoire de Casablanca », feuille rescapée d'un exemplaire disparu de la même collection. J'ai filouté en écrivant le mot « fin » dans la dernière image de la page 14, rien que pour donner l'illusion que ne sont pas absentes les deux pages finales d'origine par lesquelles devrait se terminer réellement « L’épreuve », épisode de Zar'o. 


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin


Une des planches n. et b. de Zar'o. De longues scènes de bagarre entre hommes compensent l'absence de séquences érotiques mobilisant filles et garçons. Pendant la deuxième moitié des années 40 lorsque des éditeurs français s'essayèrent à distribuer un peu de sexy dans leurs magazines destinées à la jeunesse, ils recoururent aux produits américains. Une des lois de 1949 stoppa toutes leurs tentatives jusqu'au début des années 1970. 

Les pleins et les déliés du lettrage indiquent que Mouminoux utilisait une plume métallique. Mais dans les personnages et les décors, le pinceau souple venait compléter le premier tracé des profils. 

Très doué, Mouminoux produisit énormément, y compris pour des journaux destinés aux vraies petites filles de l'ordre catholique (Âmes Vaillantes). 

Aujourd'hui, des historiens s’intéressent à son parcours politique puisqu'il écrivit sous le nom de Sajer le récit (+ ou – véridique ?) de son engagement guerrier dans la Wehrmacht. 

Il n'est pas encore interdit de lire « Le Soldat oublié », 1967,