Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2015

Le train de 8 H 44

 

Impatient de dérouiller, le convoi ferrifère a fini par démarrer, tiré de la tête à la queue par je ne sais quelle locomotive homologuée.

 

Nous passâmes Vallon-en-Sully … Je n'ai pas mémorisé à quel point du parcours un contrôleur sans casquette vérifia d'un coup de crayon rouge notre titre de transport. Mais ce dont je suis certain c'est qu'au retour Austerlitz-Montluçon nous ne fûmes pas contrôlés. Et ça se comprend : les travailleurs syndiqués Résistance Fer sont surchargés par les cadences infernales que leur inflige un « patronat bourgeois buveur du sang populaire ».

 

 Souvenir, souvenir.

 

En attendant en gare de Montlusson, nous avons remarqué tout un espace de voies ferrées sans entretien, celles-ci volontairement laissées à l'abandon et forcément de plus en plus envahies d'herbes sauvages façon Pampa.

 

 Je me suis dit, moi l'humanitaire méconnu : le gouvernement devrait réquisitionner tout ça – ou l'acheter à moindre coût pour y construire avec nos impôts des logements sociaux dont nos amis africains islamistes sont en manque en France. Je me suis même tenu une pensée que la Pasionaria aurait méchamment taxé de fasciste. L'immeuble communiste situé Place de la Poterie semble plutôt inoccupé. Alors ne peut-on pas en utiliser les murs pour loger telle ou telle famille montluçonnaise nécessiteuse ?

 

 Histoire de justifier autrement que par d'enfantines baignades dans une mer polluée l'existence de tel ou tel populaire secours.

 

 Camarade, entends tu …

 

 Ah ! J'allais oublier : me semble bien que les deux arrêts l'un à l'aller, l'autre au retour en gare des Aubrais-Orléans ne sont pas imprimés dans le Guide des horaires SNCF.

04/07/2015

Les Tarzanides du Grenier n° 116

 

Quelques-unes des bandes dessinées françaises traitant de fiction, posèrent un problème à plusieurs de leurs illustrateurs : comment réussir le dessin de l’atterrissage d’une fusée ?… Aucun exemple réel n’existait dans l’immédiat après-guerre 1940-1945 ; si bien que la seule référence était ?… Était les fusées fabriquées par l’ingénierie nazie, celle des V1 et V2, lesquels ne reprenaient contact sur le terrain que pour y causer le plus de dégâts possible.

 La-bête-est-morte.jpg

 

 

L’humoriste Calvo animalise un V1 de l’armée allemande pour le deuxième fascicule de « La bête est morte », une interprétation dérisoire de la Seconde Guerre Mondiale et dont la narration est rédigée par Dancette.

 

Lorsque Pierre Mouchot (1947) envoie son impitoyable FANTAX combattre le WERWOLF, le moment arrive où il faut faire entrer à bon port la Rheintochter, une Walküre d'acier supersonique.  Mouchot freine la vitesse de l’engin au moyen de six parachutes géants, puis la fusée est soigneusement aspirée par un « énorme tube » jusqu’à son hangar souterrain.

 

 

Fantax-n°-6,-1946.jpg

 

Quant au dessinateur Souriau lorsqu’il réalise en compagnie de Maurice Limat un Alain Météor pour le journal TARZAN n° 208 de 1951, il ne se fatigue pas les méninges : l’astronef pique du nez comme pour se planter dans la piste de réception.

 

 

Tarzan-10-11-1951.jpg

 

Visiblement aucun des artistes n’a voulu faire basculer la fusée pour que celle-ci se pose bien stable sur sa base.

 

De son côté, SUPERMAN, lorsqu’il utilise un bolide interplanétaire, l'utilise de façon clandestine et paresseuse ! Tout au moins dans le numéro 6 du 18 juin 1947 de l’hebdomadaire L’ASTUCIEUX.

 

 

L'astucieux-18-06-1947.jpg

 

 

Docteur Jivaro y pense tout à coup : c’est dans le numéro 48 du 7 avril 1948 de L’ASTUCIEUX que commença un épisode des exploits de TARZAN. Et c’est pendant la journée du numéro 59 de 1948 que TARZAN se détourna des avances amoureuses que lui adressait la perverse N’Ani, reine de l’empire des diamants.

 

Ainsi, mon enfance bridée par la scolarité découvrait-elle la spécificité de TARZAN refusant toute étreinte charnelle. Plus tard, la chasteté souvent attribuée à ce TARZAN me donnerait à penser à quelque infirmité par laquelle le personnage payait sa qualité de héros.

 

 

Tarzan-et-N'Ani.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Docteur Jivaro

(pas fatigué par N'Ani mais par le record de chaleur sur Montluçon)

 

 

01/07/2015

Notre Petite Sirène


Quand la canicule
boit l'eau du Cher

Canicule-Petite-Sirène-Ikea.jpg

 

 

08/06/2015

Montluçon city infernale

Économisons sur le budget municipal
supprimons les feux tricolores

 montluçon,feux tricolores,marx dormoy,daniel dugléry,buisson

  - Sans les feux tricolores les z'automobilistes seront amenés à être plus prudents et à ralentir. Ils réapprendront la convivialité et parleront entre-eux.

- Déjà qu'ils s'engueulent.

12/03/2015

Prochaines élections départementales

Dans Montluçon

 

CITY INFERNALE

 

VOTEZ !

 

Montluçon-élections-départementales.jpg

07/02/2015

Les Tarzanides du grenier n° 98

Depuis toute une décennie qu'il est de retour dans la Cité de Marx Dormoy et de Daniel Dugléry, Docteur Jivaro manque rarement d'aller chiner en début février dans le Centre Albert Poncet de Domérat.

 

Une brocante de vieux journaux, philatélie et boîtes anciennes de méccano ancêtre du Légo.

 

La pêche n'eut rien de miraculeuse. Docteur Jivaro a dû se suffire d'acheter sans folle dépense deux reliures en assez bonne état, les numéros 3 et 4 de JEUDI MAGAZINE suivi de ZORRO, année 1947. Il les possédait déjà, mais bah ! Il rencontrera bien l'occasion de les échanger auprès d'un géronte dont la collection demeure incomplète comme est incomplet le gruyère vendu plein de trous – le voilà, l'humour cantine !

 

Zorro-27-mars1947.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEUDI MAGAZINE, n° 43 du 27 mars 1947.

 

 

Exemple d'une juste violence de guerre impossible à éditer pour un public d'enfants d'aujourd'hui. Et vos démocrates qui vous donnent à croire que la censure n'existe quasiment plus en l'actuelle année 2015 !! Alors qu'elle revient tout azimut, y compris sur le web.

  

Doc JIVARO