Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2021

Tarzanide n° 476

 

Maman les p'tits bateaux

 

Peu de temps avant le premier confinement je me trouvai à bavarder avec une dame âgée, dans la ,dernière librairie de brocante du vieux quartier Saint Pierre de Montluçon. Ne me souvenant pas comment débuta notre échange de propos, au moins retiens-je l'identité de l'illustratrice dont nous bavardâmes.

 

- Béatrice Mallet, vous la connaissez donc ? C'est devenu rare dans la ville de Marx Dormoy.

 

 

béatrice mallet,sophie,little annie,zoé,culotte petit bateau,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Mon interlocutrice me parut rajeunir, je ne mens pas ; elle parlait avec un tel entrain de l'illustratrice dont la célébrité provient de l'ancienne publicité des sous-vêtements de marque PETIT BATEAU, que je n'osai pas avouer que les gamines trop grassouillettes signées de Béatrice déplurent à mon enfance. Et qu'aujourd'hui encore, mon squelette supportant ma peau quand mes muscles transportent mal mon corps, les fillettes-commères et les petites-filles mémères me répugnent par nature.

 

 

BD-Contes-de-Perrault,-Béatrice-Mallet.jpg

 

 

Savez-vous que dans les bandes dessinées la présence de petites demoiselles a toujours posé un problème aux scénaristes ainsi qu'aux dessinateurs, cela à cause de la petite culotte tissée de coton blanc dont il fallait cacher en public l'existence ? Nos Sophie, Zoé et Little Annie devaient se comporter pudiquement, obligatoirement. Il y eut pourtant quelques exceptions dont une certaine Suzie exhibant les dentelles brodées de son "corset juvénile" en s'installant à califourchon sur le dada de Red Ryder. Mais l'histoire commentée des fillettes dans la bande dessinée reste encore à écrire chez nous et votre serviteur se dispense d'engager ses opinions sur un tel sujet qui l'amènerait à parler d'une certaine mignonne Shirley Temple, jadis coqueluche de beaucoup de messieurs américains - Oh ! Oh !

 

Doc Jivaro

 

13/01/2021

Tarzanide n° 476

 

 

D'ARTAGNAN n'a pas épousé Milady

 

 

Pour faire réponse a un commentaire signé de Sabrana au sujet de notre Tarzanide n° 475.

 

A moins que notre Gascogne provinciale ait été envahie puis exploitée par la turquerie musulmane, Monsieur de Artagnan ne se compta jamais parmi les arméniens ; même lorsque Louis XIV Roi Solaire invita « Le Grand Turc » dans Versailles arrosé de toutes ses fontaines.

 

En revanche, oui, Montluçon se rapporte bien à D'Artagnan puisque celui-ci ayant procédé à l'arrestation de Nicolas Fouquet surintendant des finances, cette arrestation obligea l'épouse et la mère de Fouquet à se réfugier dans notre ville pour la période de 1664 à 1674. C'est pendant cette période que les deux dames firent aménager une des tours de l'enceinte de notre cité, tour aujourd'hui appelée TOUR FOUQUET.

 

 

S-112135-France-03-Montlucon-Cpa.jpg

 

 

Lorsque j'étais adolescent le journal quotidien « Le Centre Républicain » édité à partir de Montluçon publiait chaque jour, en bas d'une de ses pages, une bande dessinée à suivre de qualité américaine : Rip Kirby signée d'Alex Raymond. Et ce ne fut pas la seule participation de notre ville à l'Art de la BD puisqu'en 1959 messieurs Charles Courtaud et René Ribière, du « Centre Républicain » contribuèrent de façon définitive au capital qui allait donner naissance au prestigieux titre. PILOTE, ce dont se souviennent Asterix, Obelix et Michel Tanguy.

 

 

BD-Rip-Kirby.jpg

 

Bon souvenir à Sabrana.

 

Doc Jivaro

 

10/01/2021

Tarzanide n° 475 du 10-01-2021

 

LA PROTÉGÉE DE D'ARTAGNAN

 

Regardons … Mieux encore : apprécions. De cape et d'épée, la lame traverse de part en part l'adversaire. On n'est pas ici pour faire semblant. On est en 1945, un mort est un mort. Les éditions S.A.E.T.L.E. dans Paris outragée mais libérée publient LA PROTÉGÉE DE D'ARTAGNAN, une version scolaire venue après les « Trois Mousquetaires », ceux mêmes qui rendirent célèbre la famille Dumas père et fils.

 

 

Le Rallic,Marijac,La Protégée de d'Artagnan, Les éditions S.A.E.T.L.E,BD Pierrot,Alexandre Dumas,tirailleurs sénégalais,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon

 

 

Une telle illustration pour la jeunesse, montrant comment occire un ennemi n'était plus possible à éditer en France pendant la quinzaine d'années qui suivit le dessin ci-dessus signé de Le Rallic. Celui-ci, page après page, avait à ses débuts toute liberté de montrer comment se débarrasser d'un voyou récidiviste. Un  exemple confirmé par une seconde illustration ci-après. On les crève les saligots !

 

 

Le Rallic,Marijac,La Protégée de d'Artagnan, Les éditions S.A.E.T.L.E,BD Pierrot,Alexandre Dumas,tirailleurs sénégalais,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon

 

 

Le Rallic fut l'ami de Marijac dès avant que celui-ci donne naissance à plusieurs titres de journaux BD parmi lesquels les plus retentissants sont COQ HARDI, pour les garçons, et MIREILLE pour les filles (puisqu'à ce moment là la mode unisexe n'existait pas, le sexe masculin franchement distingué du sexe féminin, de quoi faire enrager la virago à moustaches de votre quartier).

 

Lorsque Le Rallic et Marijac devinrent complémentaires, tous deux travaillaient pour l'un des premiers journaux de BD français : PIERROT, chaque dimanche, en 1938. Le Rallic dessinait alors « Le réveil des sioux » pendant que Marijac inventait de façon humoristique « Onésime Pellicule ».

 

 

Le Rallic,Marijac,La Protégée de d'Artagnan, Les éditions S.A.E.T.L.E,BD Pierrot,Alexandre Dumas,tirailleurs sénégalais,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon

 

 

C'est ma grand-mère, qui n'était surtout pas une « mammy » américanisée, qui me ramena avec d'autres illustrés un lot acheté le dimanche matin sur le marché alimentaire de la Place Saint Paul de Montluçon.

 

- Tu ne sais pas bien lire encore. Ton grand-père te les lira le soir il n'a rien d'autre à faire.

 

Pépé m'en lut quelques passages, tenant le livre au-dessus de son assiette emplie de soupe chaude, pain et patates. « Tu n'as jamais été mousquetaire, pépé ? ».

 

Pépé avait parfois l'habitude, une fois son assiette redevenue creuse après plusieurs allers et retours de cuillère, de s'exclamer sur le ton d'un souvenir : encore une que les boches n'auront pas !

 

- Pourquoi tu ne t'enfuyais pas quand ça tirait partout en 14-18 ?

- Parce que les nègres tirailleurs sénégalais recevaient l'ordre de tuer tout soldat français qui essayait de sauver sa peau.

 

A propos, avez vous remarqué que les mousquetaires dans les romans populaires ne manient pas le mousquet mais l'épée ?

 

Doc Jivaro

 

07/01/2021

Tarzanide n° 473

 

Belle Starr

 

 

Parmi les documents filmés de la toute récente « invasion » du Capitole des États-Unis par des protestataires américains, vous remarquez qu'il s'agit de gens que la nature dote d'une peau blanche. Nous ne sommes donc pas à Los Angeles : Le pillage, la destruction et les incendies terroristes n'ont pas eu lieu. Mais avez-vous remarqué un type en promenade et portant sur son épaule un drapeau auquel l'image ci-après correspond ?

 

 

Drapeau-Conféré-du-Sud.jpg

 

 

Il s'agit d'une des bannières des Fédérés du Sud pendant la Guerre de Sécession généralement datée de 1861 à 1865, lorsque les Territoires Sudistes étaient envahis, pillés, incendiés, détruits par la soldatesques du Nord venue, qu'elle disait, abolir l'esclavage des noirs tout en commettant un génocide contre les populations amérindiennes qui, chasseresses et guerrières, refusaient d'être réduites en esclaves contrairement aux populations africaines chez qui l'esclavage était historiquement légal longtemps avant l'arrivée des prédicateurs chrétiens de race blanche.

 

Dans l'histoire des BD européennes, très rares sont les titres illustrés utilisant un des emblèmes des sudistes américains. Peut-être même n'y en a-t-il qu'un seul : KID OKLAHOMA produit par les Périodiques Éditions Illustrées du 12 rue du 4 septembre (Paris), sur 34 numéros bis-mensuels, année 1953-54.

 

 

BD-Kid-Oklahoma,-1954,-bandeau.jpg

 

 

L'Oklahoma, alors largement peuplé de tribus indiennes, n'échappait pas au conflit armé entre industriels du Nord et propriétaires fermiers du Sud. C'est ce qui explique la présence active d'un garçon indien auprès des sudistes parmi lesquels une jeune femme énergique : Belle Starr.

 

 

BD-Kid-Oklahoma,-1954,-couv..jpg

 

 

Évidemment le comportement de Belle Starr dans cette BD n'a rien à voir avec l'existence réelle de cette femme qui devait terminer ses jours en hors la loi plus proche des deux frères James que de Buffalo Bill. Son personnage a néanmoins inspiré Morris, créateur de Lucky Luck pour son album numéro 34. Cependant, les collectionneurs avertis n'oublient surtout pas que Belle Starr occupa d'abord une place essentielle dans les aventurlures de Kid Oklahoma.

 

Les historiens du Far West soulignent que cette même Belle Starr était une assez jolie femme utilisant plus souvent ses charmes que ses revolvers pour parvenir à ses fins. Elle portait, disait-on, des bottes cuissardes de cavalier sous une longue et longue jupe de daim noir. L'époque n'était pas encore à la mini-jupe, Messieurs.

 

Doc Jivaro

31/12/2020

31 décembre 2020

 

D'ici quelques heures le 1er janvier 2021.

 

 

Combien de bagnoles seront encore incendiées

en toute impunité

grâce à votre « Démocrassie » ?

 

 



 

15/12/2020

Tarzanide n° 465

 

Ceux – celles se préoccupant de la Presse illustrée à l’attention de la jeunesse n’ont pas manqué de réagir : Qu’un politicien de Droite achète le titre PIF GADGET, journal de Gauche communiste, fait jaser – et pas forcément en bien.

 

 

PIF est un chien anthropomorphique humoristique d’abord dessiné par Arnal, espagnol politisé. Je connus sa bestiole dès ma petite enfance en bas d’une des pages du quotidien stalinien L’HUMANITÉ : Eh ouais ! Chaque midi, sauf le dimanche. Il y avait quatre images amusantes : PIF le bon chien-chien domestique avait pour devoir de tenir éloigné de la maisonnette de Tata et Tonton un chat noir vagabond, donc maraudeur surnommé HERCULE. Un chat à mine patibulaire dont la physionomie était encore rendue plus menaçante par un pansement collé en forme de croix, comme cela se faisait aussi pour les gangsters américains caricaturés. Ce petit félin incarne l’individu asocial, celui qui se plie mal aux contraintes d’une collectivité prônée par Karl Marx plus de deux mille ans après celle théorisée par l’académicien Platon surnommé « Le Boeuf » par ses contemporains. Lorsque je lisais PIF c’était l’époque où sur la première page de L’HUMANITÉ les camarades foulard rouge s’énervaient entre eux, de formules imprimées du genre : Eisenhower prépare la Troisième Guerre Mondiale ! L’époque où Montant Yves et Signoret Simone se préparaient à jouer les « couillons utiles » en faveur des soviétiques.

 

 

Par la suite, PIF LE CHIEN fut affiché comme une tête de gondole dans le bandeau-titre  VAILLANT, un hebdomadaire complètement inspiré des grandes sunday pages américaines. Mais, chut ! Il ne fallait surtout pas en parler.

 

 

Pif le chien,vaillant,l’Humanité,Arnal,bandes dessinées de collection,Tarzanide du grenier,bar zing de montluçon,Doc Jivaro

 

 

C’est en 1969 que le Parti des travailleurs grévistes en perte de vitesse dans ses adhérents autant que dans ses journaux, fabriqua PIF GADGET en remplacement de son VAILLANT déficitaire.

 

Doc Jivaro