Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2022

Tarzanide n° 536

 

ALERT’A LA TERRE

 

Une fois encore l’imagination de nos BD annonçait une réalité future. Pendant le mois de juin 1952 sur la première page du COQ HARDI n° 81 (nouvelle série) les images signées Matthelot racontaient une fiction.

 

BD-Coq-Hardi,-12-06-1952.jpg

 

Un astronef se projette en direction d’une comète, celle-ci menaçant d’entrer en collision contre la planète des bipèdes lesquels inventèrent les dieux et les déesses avant la logique des nombres. D’où le titre « Alerte à la terre ». La mission de cette fusée évoluée à partir de l’arsenal de Herbert Von Braun, consiste à détruire, par explosion, un danger venue de l’espace temps. La NASA d’aujourd’hui vient de rendre réel ce qui n'était encore que de l'imaginaire :  dévier la trajectoire d’un astéroïde.

 

Des astéroïdes géants frappèrent notre planète dans son passé et les spécialistes pensent même que la  disparition soudaine des dinosaures géants fut causée par une catastrophe tellurique. Nombre de romans de science-fiction recourent à l’existence supposée d'engins volants intersidéraux appelés soucoupes volantes à cause de témoignages d'ailleurs controversés les décrivant sous des formes circulaires. Un des romanciers les plus connus du genre se faisait appeler Jimmy Guieu pendant mon adolescence. Pour assurer sa popularité il n'hésita pas à écrire que l’explosion formidable qui frappa la Sibérie en 1908 était due à la destruction d'un bolide conduit par des extra-terrestres. Le romancier poussa même jusqu'à donner à croire que les soviétiques détenaient la preuve de l'existence de "petits hommes verts" venus secrètement d'une autre planète.

 

Les-soucoupes-volantes,Jimmy Guieu.jpg

Éditions Fleuve Noir, année 1954

 

Un soir d’août que nous rentrions, chez nous, à pieds, depuis la gare ferroviaire montluçonnaise, je m’écriais d’une voix enfantine :

 

- P’pa ! Regarde, regarde : des étoiles filantes !

- Je vais te décevoir, fiston ! Ce ne sont que des pierres surchauffées qui tombent en poussière.

- Laisse le donc croire à des merveilles, dit ma mère. Moi quand j’étais gamine je croyais bien que c’était les morts qui allumaient des feux follets pour voir clair la nuit dans le cimetière de Parsac.

 

Doc Jivaro

 

25/09/2022

Tarzanide n° 535

 

HOP-LA !

 

Ce fut l’évidence même … L’ évidence mais frustrante : en ce dimanche 1er octobre 1939 le n° 95 de notre journal HOP-LA ! Ne comptait plus que huit pages. Huit au lieu des douze devenues traditionnelles. Une explication succincte s’imprimait en page quatre : « Une restriction d’Intérêt National (…) par la commission du papier » etc, etc. La Seconde Guerre Mondiale débutait voulue par le Pacte Germano-Soviétique.

 

BD-Hop-Là-!,-1-10-1939.jpg

 

En page trois l’épisode intitulé « Tarzan seigneur de la jungle » n’était plus illustré par Souriau, jeune français, mais par FIORA dont nous n’apprîmes que plus tard qu’il s’agissait d’une femme étrangère en provenance de Budapest. Est ce un numéro du GIFF-WIFF de l’année 1964 (ou 65) qui publia sous le nom de FRANCIS LACASSIN une biographie assez brève de cette Fiora ? J’ai la flemme d’enquêter.

 

BD-Fiora,-Hop-La-!,-1939.jpg

Image signée par FIORA dans HOP-LA ! N° 101 du 12 novembre 1939

 

Mais pourquoi comment notre Christian Souriau venait-il d’abandonner brusquement sa participation graphique au magazine d’Opéra Mundi dirigé par Paul Winkler ? C'est qu'il venait d’être appelé sous les drapeaux, c’est à dire engagé militairement contre un certain Adolph Hitler. A ce moment là un communiste nommé Maurice Thorez désertait l’Armée Française pour aller passer pratiquement quatre années paisibles auprès de Staline pour ne pas avoir  personnellement  à tirer un coup de feu contre les soldats nazis.

 

Vous vous en doutez : je n’ai jamais lu HOP-LA ! En 1939. : Je suis né en 1942, et c’est pendant ma sept ou huitième année que le fils plus âgé que moi du dernier maréchal-ferrant actif dans Chenérailles, gros bourg de la Creuse, me fit connaître plusieurs des illustrés de cette période  qu’il est convenue d’appeler l’Age d’Or de la Bande Dessinée.

 

Et voici que je vais vous faire rire à mes dépens : l’odeur grillée du sabot d’un cheval que l’on ferrait reste l’un des souvenirs les plus agréable de mon enfance.

 

Pourquoi viens-je de choisir FIORA la dessinatrice comme sujet d’un de mes Tarzanides ? Eh bien ! à cause de l’actuelle tempête baptisée FIONA qui ravage tout sur son passage depuis la Guadeloupe jusqu’au Canada nous dit-on. FIONA – FIORA. Des mots toujours des maux, braves gens !

 

Doc Jivaro

 

18/09/2022

Tarzanide n° 534

 

GARRY KID

 

Dans le cours de mes septième et huitième années il me fallut « garder le lit » comme disait le voisinage de la rue Championnet. La varicelle, la rougeole, sans que je me rappelle laquelle précéda l’autre, me frappèrent et, de la varicelle, je garde encore quelques traces sur ma poitrine d’Apollon retraité.

 

Ma mère, partie faire, de bon matin, des courses alimentaires dans le quartier, entre deux boulangeries, l’une Détharet, l’autre Ducléry, m’apporta un journal illustré pour m’aider à patienter allongé entre deux draps. C’était GARRY KID : huit pages, pas une de plus.

 

Garry Kid,Éditions Voix françaises,Éditions Artima,Bob Leguay,Jean Chapelle,Zorro,Nice,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

Seule, la couverture d’un rectangle de 32 X 25 cm s’affichait coloriée. C’était le n° 7 de l’année 1949 d’une collection mensuelle dont j’ignore encore le nombre. Un cavalier brandissait un gros revolver pendant qu’une jolie fille, les jambes nues, était emballée par le doulos à la mode cow-boy. Maman et papa ne m’interdisaient pas de regarder quelques coups de poing, ni quelque jupon troussé lorsque tout ça restait cantonné dans le monde de l’imagerie. Par contre si j’avais attaqué une mémé pour lui tirer son sac à main, je crois bien que plus personne ne m’aurait adressé la parole tout autour du ruisseau des Etourneaux qui coupe encore sans passerelle la rue de mon enfance.

 

Les dessins dans GARRY KID étaient signés de Bob Leguay. Celui-ci fit une carrière permanente pour le personnage TIM L’AUDACE des Éditions Artima … mais j’avoue que sa manière graphique ne captivait pas mon regard d’écolier.

 

Garry Kid venait des Éditions Voix française situées dans la ville de Nice. Quoique placés sous le contrôle de l’Italie fasciste, Nice prépara nombre de dessinateurs français de bandes dessinées  dont quelques uns connurent le succès dans la décennie qui suivit l’effondrement, pas vraiment wagnérien, du  du IIIe Reich.

 

Des collectionneurs m'apprennent que Garry Kid fut modifié en Larry Kid, mais sans gagner un plus grand lectorat. Il faut savoir que dans les années 50, chez nous, nombre de champions chapeautés en tenue western remportaient un succès auquel ne pouvait pas prétendre la créature de Bob Leguay … Par exemple ZORRO dont la prompte célébrité amena Jean Chapelle et son équipe, en mars 1947, à remplacer le titre hebdomadaire JEUDI MAGAZINE par le surnom du vengeur masqué : RENARD. Oh, pardon ! Mieux vaut écrire ZORRO.

 

Doc Jivaro

 

06/09/2022

Mbappé et Galtier :

Plus efficace que le char à voile 

L'COUP D'PIED AU CUL

pour mieux voyager

Mbappé-et-Galtier.jpg

04/09/2022

Tarzanide n° 533

Les Anges de l’Enfer vont se rhabiller

 

Dans l’actuel « Gross Paris » les pétaradants motards vont devoir payer un « Droit de stationnement » eux tous qui s’octroient le plaisir d’occuper n’importe où la ville pour ennuyer les piétons autant que les riverains. Sont furieux, ces imitateurs tardifs des fameux Hells Angels r’américains de l’après-guerre du Vietnam.

 

Pendant mon adolescence, années 50, en France, la moto n’était plus du tout à la mode contrairement à la jeunesse de mon père pendant laquelle les cylindrées de la propagande militaire allemande exerçaient une forte influence jusque dans le prolétariat « Front Populaire ».

 

- Mais tu avais quand même la réussite du « Solex » avec son petit moteur à essence fixé sur le garde boue de la roue avant !

 

- C’est vrai, tiens ! Notre voisine célibataire d’une quarantaine d’années s’en était payé un et c’est mon père, pendant tout un après-midi, qui l’avait étrenné le pet’pet’.

 

N’empêche que l’éditeur Pierre Mouchot dans Lyon avait fait preuve de culot en 1955, éditant un héros BD chevauchant une super moto ; d’abord dans le mensuel Rancho puis en 1956, et simultanément, dans un nouveau magazine de format « pocket » dont le titre FANTASIA n’avait rien de commun avec les peintures de Delacroix exposant des cavaliers musulmans.

 

fantax,fantasia,rancho,black-boy,pierre mouchot,hells angels,Éditions rhonadiennes,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Ce « Fantasia » dérivait plutôt de FANTAX, un grand cagoulard célèbre dans la bande dessinée française de Mouchot, alias CHOTT.

 

Ma génération eut à connaître, voire à subir, la diminution du format des journaux BD. Beaucoup de ceux-ci divisèrent par deux, dans le sens de la hauteur, leurs dimensions : 12 pages devenant 24. Joli coup messieurs ! Toutefois nous n’y perdions pas sur le nombre d’images quoique celles-ci soient devenues plus petites. Il fallut l’apparition des formats de poche pour que le nombre de dessins se réduise chichement à deux sur chacune des feuilles. FANTASIA fut l’un de ceux-ci avec ses 128 petites pages annoncées fièrement sur sa couverture.

 

fantax,fantasia,rancho,black-boy,pierre mouchot,hells angels,Éditions rhonadiennes,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Ce nouvel héros motorisé était baptisé BLACK-BOY. Il connut bien du succès et fut parfois réédité dans d’autres titres toujours créés par l’éditeur lyonnais Chott. Ainsi exemple dans le n° 5 du bimensuel KID Colorado où nous vîmes le fils de Fantax pulvériser tous les obstacles devant sa puissante cylindrée. De quoi encourager de mauvaises idées chez les voyous motards actuels. 

 

BD-KID-Colorado,-n°-5,-09-1956.jpg

 

Le « bédésup », n° 38-39, année 86, et dont l’Édition Originale fut limitée à 2000 exemplaires, est principalement consacrée à Pierre Mouchot et contient un entretien avec Rémy Bordelet, principal dessinateur de Black-Boy.

 

Doc Jivaro

 

21/08/2022

Tarzanide n° 532

 

MARVEL

 

Ma génération d’enfance, celle née française pendant le Second Conflit Mondial, ignora l’existence des « MARVEL » partout présents aux États Unis depuis les années 1830. Il n’y eut guère qu’un Captain Marvel Junior connu par quelques culottes courtes scolaires de La Voltaire, et cela grâce à l’hebdomadaire MON JOURNAL dont l’adresse était au 114 des Champs Élysées – Rien que ça !

 

BD-Capitaine-marvel,-n°-22,.jpg

 

Paraissait aussi, en 1948, un journal mensuel de 12 pages et d’un format 21 X 28,5 cm racontant les exploits fictifs de ce même Captain Marvel mais quelque peu modifié. Le petit marchand de journaux infirme soutenu par une béquille criait alors « Shazam » pour se transformer en un adolescent invincible.

 

Voici qu’aujourd’hui les célèbres comics américains entreprennent de rééditer mais dans un format de parution modifié, leurs toutes premières œuvres. J’ai donc acheté, sous enveloppe plastifiée, cette dite réédition. Présentement tout tend à se faire sous préservatif depuis l’international du Sida.

 

BD-Marvel-Origines.jpg

 

Chez nous, je rappelle que les super héros r’américains BD apparurent avec le débarquement victorieux sur nos côtes de Normandie, ce qui fit tellement enrager les communistes de Thorez que ceux ci en alliance momentanée avec les catholiques votèrent une Loi du 19 juillet 1949 qui censura pendant plus de dix ans tous les supermen d’origine yankee. Toutefois, certains auteurs de BD françaises avaient préalablement tentés de rivaliser avec les produits américains. Ainsi les gamins tels que j'étais purent connaître des personnages nommés SATANAX ou encore ATOMAS avant qu’à leur tour ils disparaissent assassinés par la censure. Au fait : existe-t-il un ouvrage intello consacré à ces champions BD surhommes français bien oubliés de nos jours ?

 

Doc Jivaro