Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2022

Tarzanides n° 517

 

MOUMINOUX, soldat du Reich

 

Début de la décennie 1980, les adolescents amateurs de BD ne se comportaient plus pareillement à ceux de ma génération, celle des années 1940. Alors que mes copains et moi abandonnions « Les Petits Mickeys » afin de prouver que nous préparions notre entrée dans le monde des adultes, ceux de l’année 1980 amplifiaient leurs achats de BD. Ce changement n’était pas simplement dû à une amélioration salariale des familles mais au fait que la bande dessinée devenait, enfin, pas trop tôt ! adulte.

 

- M’sieur ! Vous ne connaissez pas la BD ! Mouminoux et Dimitri ne sont pas deux dessinateurs de BD, mais un seul : Mouminoux. L’autre n’est qu’un pseudo.

 

Je venais de faire semblant d’attribuer la BD « le goulag » à Dimitri, et une autre BD (dont le souvenir m’échappe) à Mouminoux comme s’il s’agissait de deux personnes différentes.

Thierry et Patrick, deux petits jeunes parmi les premiers de mon atelier BD, en avaient bien ri, n’ayant pas deviné que j’avais fait semblant de ne pas savoir afin de leur tendre un petit piège ; et je reprenais : « Il y a aussi Sager qui vient de sortir une autre BD ».

 

Thierry et Patrick ne connaissaient aucun Sager. Je m’en doutais : Sager était le nom de jeune-fille de la mère du même Mouminoux-Dimitri. Mes deux p’tits jeunes ignoraient donc le livre « LE SOLDAT OUBLIÉ » plus ou moins autobiographique de 1968 ou 1969, récit de MOUMINOUX ancien de la Wehrmacht.

 

guy mouminouxdimitri,éditions e.l.a.n.,les albums d'or,bd jack jim jo,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

 

L’album ci-dessus est une reliure amateur groupant le titre Zar’o auquel travailla Mouminoux en 1949. Pour plus de précisions, si vous êtes curieux, vous pouvez vous référer au numéro 385 du 08-11-2019 de ma rubrique « Les Tarzanides du Grenier ». Le dessin de cette couverture colorée à l’écoline est inspiré d’une des couvertures non numérotées que MOUMINOUX traça sous le titre : Zar’o shérif pour l’éditeur « La Belle Hélène ».

 

Guy Mouminoux, né en 1927, vient de D.C.D. en date du 11 janvier 2022 ; c’est ce qui motive que j’en parle.

 

guy mouminouxdimitri,éditions e.l.a.n.,les albums d'or,bd jack jim jo,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

 

Votre serviteur a perdu depuis longtemps cette BD n° 2 « Les Albums d’or » dont les images captivèrent ma petite enfance. Il s’agit de trois soldats américains en guerre dans les brousses de l’extrême Orient. Il en aperçut un exemplaire sur un stand de la Convention de la Bande Dessinée, il ne sait plus quelle année. Exceptionnellement, cette convention se tenait dans Levallois-Perret dont le maire était alors son Éminence Patrick Balkani. La publicité avait dû être mal faite car si tous les stands étaient installés, le public était quasiment absent. J’avais trop bavardé avec un collectionneur de la série GARRY éditée par Impéria et du coup, oublié de me payer Jack Jim Jo.

Ryal

12/01/2022

Tarzanide n° 516

 

BD et Cinéma, encore.

 

Bar Zing ne garde qu’un souvenir flouté de ce copain moins âgé que moi, et son identité ne me revient pas. Je commençais alors les Beaux Arts de Bourges, pour ne réapparaître que chaque dimanche dans Montluçon.

 

- Tu te rappelles le film d’anticipation que nous allâmes voir dans le cinéma Le Rex ? Tu te rappelles le robot ROBBY ?

 

Effectivement, je m’en rappelais.

 

- Eh bien, il est de retour dans le Pocket KIWI ! Mais tu ne le lis peut-être plus ? Moi, si.

 

A ce moment là Bar Zing avait déserté les petits Mickeys, crottes de nez ou pas. J’accédais à la littérature dite populairement « pour adultes ». Je lisais Le Bal des Maudits dont je ne me souviens pas l’auteur, pendant qu’Auguste le Breton me racontait les souvenirs vrais ou imaginés d’un orphelin dans son roman Les Hauts Murs.

 

Cependant ce copain pouvait avoir raison : les dessins signés de Devi pour les aventurlures du Petit Duc dans KIWI n° 50 semblaient bien sur les pages 92-93 avoir été inspirés par le film r’américain FORBIDDEN PLANET réalisé en 1956-57. Nous étions alors en 1959.

 

BD Kiwi,-10-07-1959.jpg

 

En version française le film s’intitule « Planète Interdite ». Une affichette lisible de l’extérieur sur la vitrine du grand café Le Miscailloux, en annonçait la programmation. J’avais demandé à mon père si le gérant ou le patron du bistro pouvait la lui donner.

 

- Tu arrives trop tard. Un client me l’a déjà demandée et je lui ai promise.

 

Affiche-Planété-Interdite.jpg

 

Comme d’habitude l’appétit sexuel de l’homme était symbolisé : le robot ROBBY portant dans ses bras artificiels une bien jolie Anne Francis simplement vêtue d’une mini-jupe, mini-jupe alors inexistante comme mode vestimentaire féminine sur le boulevard de Courtais montluçonnais. Toutefois, dans la version française on ne parle que de « subconscient » et non pas d’inconscient freudien. Une traduction faussée permettant d’escamoter le vrai thème de ce film d’anticipation, le thème de l’inceste. Le professeur Morbius (encore un faux Moebius) seul survivant humain sur une planète jadis habitée par la super intelligence du peuple des Krells, le professeur Morbius, dis-je, homme démuni de femmes veut garder pour lui seul sa propre fille. Ouh ! le vilain vieux cochon ! On reconnaît la dedans l’un des thèmes favoris de toutes les mythologies, y compris celles de votre Bible préférée.

 

FORBIDDEN PLANET serait le premier film sonorisé par un ordinateur. Et l’on dit aussi que les studios Wall Disney réalisèrent les effets spéciaux, notamment ceux des instants où le rêve matérialisé de l’incestueux professeur Morbius détruit l’enceinte du laboratoire sans que le robot ROBBY puisse s’y opposer.

 

ROBBY a été créé pour toujours vous protéger, jamais pour vous nuire ! Il reconnaît une partie de vous même dans le monstre que votre inconscient imagine afin d’éloigner tous les hommes qui pourraient vous démunir de votre fille !

 

Allo, Docteur Freud ?

 

Ryal

26/12/2021

Tarzanide n° 534

 

HARDY LAUREL !

 

On ne va pas me croire mais … même lorsque j’étais gamin le vocabulaire pauvre quoique la langue bien pendue, les deux comiques troupiers en civil Laurel et Hardy ne me faisaient pas rire. Charlot, à la rigueur, oui, réussissaient à me gonfler les zygomatiques.

 

C’est en matinée de Noël que Drive-in Movie Channel nous a ennuyés avec le gros et le petit dont mon père demandait : Sont-ils de la pédale ?

 

D’abord personnages du cinéma yankee, ces deux clowns furent convertis en personnages de BD française, par exemple dans BENJAMIN journal fondé par Jean Nohain ; mais surtout présents à partir du numéro 33 daté du 4 avril 1937 de l’illustré L’AS, illustré édité par la célèbre famille des Offenstadt.

 

BD-Laurel-et-Hardy,-1937.jpg

 

Cette BD peut servir d’exemple pour la période de transition entre le roman illustré et la bande dessinée proprement dite. Chaque dessin enfermé dans un cadre est accompagné d’un commentaire hors cadre pendant que des paroles dans le cadre sont, elles, circonscrites dans une bulle. L’évolution vers la bande dessinée se fera par la disparition du commentaire en même temps que par l’importance grandissante du graphisme des bulles.

 

Le succès du magazine hebdomadaire L’AS se prouve par l’augmentation du nombre de ses pages. De quatre pages à sa naissance lorsqu’il remplace « Le Petit Illustré », il grandit rapidement : 16 pages puis 20.

 

Offenstadt dites-vous ? L’occupation de notre pays par la politique allemande soutenue par la politique de Pétain-Laval sera fatal durant quatre années à l’importance du rôle des Offenstadt dans l’histoire de la bande dessinée française.

 

Ryal

04/11/2021

Tarzanide n° 525

 

LES DALTON (s)

 

 

375px-Dalton_Gang_memento_mori_1892.jpg

 

 

Bien allongés, bien refroidis.

 

Nos ancêtres du Far West fondateurs de l’Amérique savaient comment se débarrasser d’emmerdeurs patentés. Aujourd’hui encore, chez nous, tout le monde sait encore s’en débarrasser. Seulement voilà : les bonnes mœurs d’un pays vous recommandent de bien garder en vie tous ceux qui préparent votre assassinat. Signé : Badinter.

 

Mon premier contact, j’ose dire, avec les quatre frères Dalton, date de mon adolescence. C’est le fils du boulanger du quartier qui me fit connaître le dessinateur Morris par lequel j’allais entrer dans les BD publiées par l’hebdomadaire Spirou. Etions-nous en 1954 ou 1955 ? j’ai la flemme de chercher dans mes collections. Guy, plus jeune que moi, avait une sœur légèrement plus âgée. Anne-Marie pour le prénom, Ma-Mie pour le surnom : On pétrit le pétrin, ou on ne le pétrit pas.

 

- Tu sais, ma sœur, maintenant, elle veut porter des bas. Mais il lui en faut une paire chaque semaine. Je l’ai vue qui en déchirait un avec le doigt pour s’en faire acheter une paire neuve. Et tu sais, elle me tourne le dos quand elle les attache sous sa jupe.

 

C'était bien un commentaire qui tombait à pic pour éveiller ma première année de grand garçon.

 

Avec Lucky Luke l’apparition des Dalton accentua la présence de Morris dans le monde des bandes dessinées. D’autant qu’avec l’aide de Goscinny les scénarios gagnèrent en cohésion en même temps que les références historiques se faisaient plus nombreuses. Et que le journal Spirou amplifiait sa réputation auprès d’un lectorat plus âgé. Je me souviens que dans le restaurant universitaire de la rue Mabillon, ma compagne et moi n’étions pas du tout les seuls à lire Spirou au-dessus de notre plateau en métal dans les compartiments duquel nous étaient distribuées des portions alimentaires.

 

 

les dalton,morris,goscinny,spirou,doc jivaro,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier

 

 

T’aujourd’hui, dans Lyon, un groupe de rap délinquant s’amuse à zigzaguer dans des rues piétonnes sans être vigoureusement et légalement interrompu par la force publique. Ce groupe se fait appeler LES DALTONS. L’un des quatre motards du rodéo sauvage, pourtant stoppé, vient d’être immédiatement remis en liberté. Les héritiers délinquants des « Nique Ta Mère » N.T.M deviennent de plus en plus les maîtres de l’espace public dans une France amoindrie par sa « démocrassie » Droits de l’homme. C’est à dire Droits du délinquant, Droits du gangster et Droits du terroriste.

 

Mon avis la-dessus est que les Droits de chaque individu ne doivent exister qu’en fonction des devoirs d’abord accomplis.

 

Doc Jivaro

 

01/11/2021

Tarzanide n° 524

 

DE TOUS LES SAINTS

 

- Et si demain tu vas demander des bonbons chez les voisins, tu tâcheras de dire bonjour en entrant.

- … ?

- Demain, tu devrais le savoir, c’est Halloween. C’est le jour des morts vivants.

 

Moi, né dans Montluçon, je ne risquais pas de recevoir de tels conseils : Halloween n’existait pas en France. Pas du tout. Nos parents avaient surtout l’habitude de rendre hommage à nos ancêtres. C’était la Toussaint. Mais faut bien reconnaître que l’odeur des fleurs du chrysanthème n’avait rien de folichonne. C’était une de mes deux grands-mères qui me demandait mon aide pour l’aider à fleurir la pierre tombale sous laquelle dormaient ses frères morts pour la France l’un au Maroc, l’autre en Belgique.

 

 

BD-Charlie-mensuel,-1974.jpg

 

 

Ce fut par l’intermédiaire du journal mensuel CHARLIE (Oui : celui de l’équipe du Wolinski qui dessina gratuitement, disait-on, pour la première page de l’Huma-Pravda) que j’appris à me familiariser avec un Halloween parfois présent dans la BD Peanuts. Puisque l’équipe de Charlie Mensuel tout en manifestant en faveur du gauchisme anti-capitaliste ne se retenait pas d’alimenter de BD américaines les pages parfois porno de leurs éditions. Car les séries d’Outre-Atlantique abondaient dans CHARLIE plus encore que dans l’hebdomadaire MICKEY tel que Walt Disney les commercialisait chez nous par le copyright OPERA MUNDI. C’est pourquoi dans la collection complète du gauchiste CHARLIE Mensuel vous pouvez encore apprécier : Peanuts, Dick Tracy, Holdaway et d’autres encore tels que LI’L Abner, Krazy Cat, Betty Boop, Popeye et patati et patata.

 

 

BD-Charlie-mensuel,-1977.jpg

 

 

- Donne moi des friandises sinon je te jette un mauvais sort !

 

Et voici comme on peut se préparer à une formule plus adulte en entrant par effraction dans un domicile privé : Ta bourse ou ta vie !

 

Quand la citrouille débonnaire cède du terrain à la grenade offensive.

 

Doc Jivaro

 

15/08/2021

Tarzanide n° 510

Petit bout d'la queue du chat (Frères Jacques)

 

 

- C’est quoi ce machin ?

- C’est … Tu ne vas pas me croire : c’est la gueule du monstre du Loch Ness. La photo date de 1930. La preuve irréfutable, définitive de l’existence réelle du seul dinosaure survivant.

 

Monstre-du-loch-ness.jpg

 

Une créature préhistorique dans un des lacs de l’Écosse. Un phénomène antidiluvien qui …

 

- Tu veux dire antédiluvien, pas anti.

- Si tu veux. En tout cas un tel plésiosaure seul rescapé ne peut qu’exciter l’imagination des romanciers et des affabulateurs et ça jusque dans le monde de la BD. C’est pourquoi pendant ma scolarité et dans l’hebdomadaire DONALD je me trouvais confronté à une créature fantastique. C’était dans les aventurlures de Luc Bradefer, un personnage américain dont le nom véritable : Brick Bradford était francisé pour l’édition distribuée par Opéra Mundi chez nous. Appréciez donc ci-dessous la première apparition d’une des variantes du Monstre du Loch Ness dans le numéro 153 de 1950 du magazine Donald.

 

Dragon-Loch-Ness.jpg

 

Au cours de l’enquête conduite par Luc Bradefer le dragon des profondeurs aquatiques se révélera être une sorte d’escargot gigantesque qu’il faudra détruire à coups d’explosif.

 

luc bradefer,Le Monstre du Loch Ness,l’ange Blanc,Bourreau de Béthune,Chaîne Drive in Movie Channel,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,Doc Jivaro,

 

Si vous aimez les histoires fantastiques ou les aventures de science fiction Doc Jivaro vous conseille de vous brancher sur la Chaîne Drive in Movie Channel qui nous offre toute une panoplie de navets et de nanars cinématographiques du genre : crabes géants, sangsues colossales, planètes fantômes et autres morts-vivants. J’ai même récemment suivi les exploits d’un catcheur masqué surnommé Le Masque Bleu qui renvoie dans le monde d’outre-tombe un vampire qui hypnotise de jolies filles pour les violer avant de les carboniser dans les feux de l’enfer. Ce film presque sans dialogues présente un intérêt pour notre mémoire : nous remontrer d’anciennes séquences des années 1959-1960 relatives aux matchs de catch que la TV nous présentait le vendredi soir et qui exhibait un « Ange Blanc » pour champion. C’était aussi l’époque d’un « Bourreau de Béthune », lutteur professionnel avant d’être l’un des gardes du corps de Jean-Marie Le Pen (m’a t’on dit sans m’en apporter la preuve).

 

Allons ! Même sans existence réelle le prétendu dragon du Loch Ness favorise un bon commerce populaire : le tourisme. Pensez y pour les quinze jours qui vous restent de ce mois d’août 2021.

 

Doc Jivaro