Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2021

Tarzanide n° 494

MEGALO MAN

 

Cette fois nous y sommes : personne n’en réchappera ! Personne ? En tout cas c’est la certitude affirmée par le Professeur Ébor. Volontairement enfermé dans son laboratoire, il vient d’achever la construction d’un super robot géant auquel il prête vie en recourant à la foudre pendant un orage. Bien sûr, Ébor est un savant fou : n’ambitionne t’il pas non seulement de réduire l’espèce humaine en esclavage mais de l’anéantir ?

 

Cette BD porte pour titre : LE MONSTRE DE TANGA. Elle fut commencée dès 1948 dans l’hebdomadaire ZORRO n° 94 pour finir dans le 119. Les cinq à six première planches éditées en grand format « tout-en-couleur » sont les plus impressionnante pour de petits enfants qui, à l’époque, sans TV et n’ayant souvent que Blanche Neige et les huit nains moins un pour se divertir dans le cinéma du quartier pendant une période d’après-guerre l’alimentation était encore soumise à des tickets de rationnement.

 

 Le monstre de Tanga,Zorro 1948,Colonel Rémy raconte,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

Doc Jivaro reste ignorant de l’identité du scénariste et du dessinateur mais peut quand même signaler que cette BD est d’origine italienne. Plusieurs des images du début avec leurs troupes militaires, leurs bombardiers ainsi que leurs villes parcourues par des populations épouvantées, sont probablement inspirées par des photos venues des péripéties du second conflit mondial. Par exemple l’intérieur d’une carlingue de bombardier de la Royal Air Force, carlingue occupée par deux pilotes et qui semble avoir été imitée d’une photo que j’ai trouvée imprimée dans le fascicule n° 9, année 1976, fascicule intitulé LE COLONEL RÉMY RACONTE.

 

 Le monstre de Tanga,Zorro 1948,Colonel Rémy raconte,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Rassurons-nous braves gens : le savant fou Ébor perdra la partie qu’il croyait gagner en planifiant la fin du monde : Il sera réduit à l’impuissance par un autre savant jeune et beau celui-ci, prénommé Richard et aimé par la jolie Corinne qu’il aime – Ouf !

Doc Jivaro

 

11/04/2021

Tarzanide n° 493

 

Bob en l’absence de Bobette, et Fripounet attablé en face de Babinet semble s’étonner de ce que Doc Jivaro n’ait pas encore parlé des pourtant nombreux « savants fous » pourtant nombreux dans le monde des bandes dessinées.

 

Me semble que l’expression « savant fou » s’est développée populairement à partir d’une époque où la religion et la science divergèrent l’une de l’autre jusqu’à s’affronter politiquement. Les superstitions et la foi étant traditionnellement implantées dans le monde , les observations logiques s’en différenciaient jusqu’à paraître absurdes pour le commun des mortels : comment oser dire que la terre est ronde volumineuse alors qu’on la sent si bien plate sous nos pieds ? … Ils sont fous ces prétendus savants !

 

Sous un aspect moindre, le savant, le penseur n’étaient pas conscient de la vie de tous les jours. Ils vivaient trop dans des rêves. Au total ils étaient dans la lune. Et, tiens ! Justement l’un d’eux allait être connu sous l’appellation PROFESSEUR NIMBUS.

 

professeur nimbus,savant fou,andré delachanel,tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Attention : les nimbes ne sont pas des nuages. Une de mes grand-mères, comme ma petite enfance s’étonnait d’avoir entendu dire qu’un nouveau né venait de mourir dans le voisinage de la rue Championnet, entreprit de m’expliquer que ce petit ange ne partait pas pour le paradis mais « dans les nimbes ». Ce n’est que plus tard que j’appris qu’une nimbe est le mot jumelé à celui d’auréole, ce cercle autour de la tête d’un saint.

 

NIMBUS créé en 1934 par Delachanel, André Delachanel, connut une belle popularité auprès de nos amis les gens adultes, ce qui était absolument rare à l’époque pour une bande dessinée. Popularité expliquée par le fait que ce personnage BD était publié dans des journaux quotidiens d’information. Chaque gag était distribué sur quatre images muettes, donc compréhensibles indépendamment de toute littérature.

 

professeur nimbus,savant fou,andré delachanel,tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

professeur nimbus,savant fou,andré delachanel,tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Doc Jivaro, ici, n’épuise évidemment en rien le thème du savant « fou » tel qu’il existe dans les bandes dessinées. Il ne fait qu’en débuter modestement l’exploration. Aussi ne manquera-t-il pas d’y revenir d’autant que l’appellation « Savant fou » désigne souvent tel ou tel cerveau puissant rendu solitaire par l'ingratitude publique, puis mobilisé pour des vengeances faisant courir à l’espèce humaine quelque danger planétaire.

 

Doc Jivaro

 

06/04/2021

Tarzanide n° 492

 

Pas vraiment fripon le Fripounet

 

 

De l’album numéro 13, FRIPOUNET ET MARISETTE, année 1953, il ne me reste que le premier plat de sa couverture cartonnée.

 

J’étais alors en vacances du mois d’août dans le bourg creusois de Chenérailles : deux semaines guère plus. J’aimais bien apprendre à marteler le fer chaud suivant les conseils de mon oncle forgeron d’art, ce qui n’empêchait pas que me manquait tout mon bataclan de dessinateur-peinturlureur ainsi que mes paquets de journaux illustrés laissés à la garde de mes père et mère.

 

 

BD-Fripounet-et-Marisette, 1953.jpg

 

 

 

- Emmène le lui en acheter un chez la Louise qui tient la librairie dans la grand ’rue, avait fini par dire mon oncle Marcel, pour que je cesse de faire la comédie en disant que mes bandes dessinées me manquaient.

 

Tous les messieurs de la famille Rougeon se prénommaient Marcel. Même celui qui demeurait le seul maréchal-ferrant de la région et qui, désormais, avait plutôt tendance à passer plus de son temps dans le bistro d’en face qu’à l’arrière d’un des derniers chevaux laboureurs à ferrer.

 

- Vous pouvez lui laisser lire ça en toute sécurité. C’est les curés qui vendent FRIPOUNET ET MARISETTE.

 

La libraire et ma grand-mère maternelle bavardèrent sans plus s’occuper de moi qui jetais un œil de côté sur l’étalage des livres. J’en repérais un dont l’illustration marqua ma mémoire. Je crois me souvenir d’une jolie femme galbée de partout dans une robe fendue jusqu’aux hanches. Ce n’était pas la Marisette de Fripounet. Me semble bien l’avoir retrouvée sur le web, ici, voyez donc.

 

 

Fripounet et Marisette,Georges Roques,Abbé Pihan,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Je sortis avec l’album de BD sous le bras, me promettant de m’en débarrasser dès que possible puisqu’il n’exposait pas mes personnages habituels.

 

FRIPOUNET ET MARISETTE était un produit de l’Abbé Pihan dont je vous ai déjà parlé. Cet homme enrobé d'une soutane travaillait à faire interdire beaucoup des titres BD préférés par notre jeunesse : Tarzan, Fantax, Flash Gordon, Mandrake, etc. etc. Même Donald. Oui : DONALD ! En fait ce religieux ne tolérait aucun des journaux pour enfants à part ceux recommandés par l’Office Catholique.

 

Doc Jivaro

 

30/03/2021

Tarzanide n° 490

 

CORSET JUVÉNIL

 

HACHETTE (oui : l’Éditeur increvable) dans la réédition actuelle des aventurlures françaises de nos PIEDS NICKELÉS vient de me devancer sans le vouloir bien sûr. Effectivement dans son album n° 105 réimprimant l’ancien titre « Les Pieds Nickelés font de la politique » daté de 1911, nous trouvons une page des publicités d’autrefois dont une publiée dans l’hebdomadaire FILLETTE du 17 mai 1917.

 

corset juvénil,yoyo et yeyette,hebdomadaire fillette,maurice lemainque,red ryder,fred harman,doc jivaro,bandes dessinées de collection

 

Le sujet en est un certain « Corset Juvénil » que les vraies demoiselles de l’époque se devaient d’ajuster au-dessus de leurs hanches, sous le jupon et leur robe, afin de les aider à bien se tenir en public. Lorsque mon père enfant jouait avec deux petites voisines, l’une Jeanne, l’autre Simone, et qu’elles portaient le Corset Juvénil … « C’était rigolo ! » qu’il nous racontait beaucoup plus tard pendant que tournait une partie de cartes avec mes oncles, après le repas du dimanche, et que ma mère, elle, faisait tourner les assiettes pour les essuyer à la fin de la vaisselle.

 

Doc Jivaro connaît assez bien la collection FILLETTE. Aussi vous présente t’il deux autres réclames en images publiées en l’an 1925.

 

corset juvénil,yoyo et yeyette,hebdomadaire fillette,maurice lemainque,red ryder,fred harman,doc jivaro,bandes dessinées de collection

 

Celle de gauche appartient au n° 890 de FILLETTE. On conviendra que l’attitude du médecin n’a rien de celle d’un disciple d’Hippocrate : les poings dans les poches il ressemble surtout à un précepteur sévère s’apprêtant à corriger une fillette pour quelque bêtise pourtant venièle. Notez que la gamine est toute nue. On croirait la préparation d’une gravure galante popularisée à l’époque de Louis XV lorsque les lavements étaient à la mode de chez nous et que la Pompadour était surnommée la "pompe-à-foutre" par l’aristocratie d'avant la guillotine. L’autre image, celle de droite, est présente, ici, pour nous rappeler qu’une certaine Melle Suzie fut active parmi les bandes dessinées américaines avec un Corset Juvénil, dans la série fameuse RED RYDER réussie par FRED HARMAN. Chez nous, exista bien quelques albums imagés montrant des gamines affublées du désormais célèbre Corset Juvénil. Par exemple : un yo-yo et ye-yette daté de 1932 et dessiné par Maurice Lemainque.

 

BD-Prodigieuses-aventures-Y.jpg

 

Ye-yette, ses deux bas bien tirés vers le haut sous sa jupe, se tient perchée sur l’échelle. Est-ce déséquilibré par la surprise d’une révélation inattendue que le garçon Yo-yo perd pied tombant à la renverse dans un tonneau empli dont on ne sait quoi ?

 

Doc Jivaro

 

14/03/2021

Tarzanides n° 488

 

LES DIEUX DU STADE

 

 

J'en étais à farfouiller dans mes méninges : quel sujet aborder dans notre Tarzanide d'aujourd'hui ? Et c'est le programme TV de "Toute l'Histoire" en soirée qui m'a fait cadeau d'une réponse : Les Jeux de Berlin.

 

Les Championnats Olympiques, année 1936, bien sûr. Lorsque la dictature nazie réussissait un spectacle grandiose qui allait servir de modèle pour tous les pays organisateurs qui allaient succéder ; et cela malgré le désastre en mai 1945 d'une Allemagne accusée d'un tout nouveau crime : le crime contre l'Humanité. - ACH !

 

Deux années après 1936 le magazine français CINÉMONDE affichait pour couverture une photo extraite d'un super-film allemand titré LES DIEUX DU STADE, photo renforcée d'un compliment.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 * Légende agrandie pour plus de lisibilité

 

 

Film-reportage réalisé par une jolie femme sportive de haut niveau autant qu'artistiquement talentueuse et répondant à l'appellation de Leni Riefenstahl, laquelle parvint à s'éviter tout châtiment politique pendant et après le procès dit "de Nuremberg".

 

- Mais quelle relation entre un film réussi à la gloire du IIIe Reich et la bande dessinée de l'après-guerre, bande dessinée longtemps méprisée par les intellos de droite et de gauche ? Regardons l'ancien magazine mensuel YAK du 6 janvier 1950. Vous en lisez le sous-titre : Les Dieux du Stade.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Eh oui ! nous y sommes revenus. Que ce sous-titre corresponde exactement au titre version française du film hitlérien de Leni Riefenstahl doit quelque peu nous étonner puisque la responsable de la publication YAK se nommait Bernadette Ratier et qu'elle était une résistante gaulliste. L'une des images dans l'illustré rappelle même un salut officiel lors des Jeux Olympiques de 1936.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Dans cette bande dessinée YAK, les enfants de ma génération ne remarquèrent sans doute pas qu'aucune femme ne participe aux épreuves sportives. En cela, cette absence reste conforme à la première réglementation énoncée par notre Pierre de Coubertin qui, se voulant fidèle à l'origine grecque et païenne des Jeux Olympiques, excluait toute présence féminine dans les performances physiques.

 

Même dans le public chez nos ancêtres athéniens, les femmes n'étaient pas admises. Heureusement Il pouvait y avoir des exceptions comme chez les philosophes péripatéticiens amateurs de courtisanes. Mais ceci est une autre histoire (aurait dit Kipling).

 

Doc Jivaro

 

09/03/2021

Tarzanides n° 487

Loft-Story

 

 

Loana ? Loana ? d'où donc ai-je retenu ce prénom féminin pas du tout familier à ma scolarité ? Mes petites copines répondaient présentes à Nicole, Bernadette ou encore Mireille. Mais peut-être que qu'avec vous une Loana jouait à cache-cache, le jeu qui évolue jusqu'à jouer au docteur ? D'autant qu'aujourd'hui ce prénom évoque tout un collectif de jeunes gens jouant des pieds et des mains dans une piscine javellisée espionnée par des caméras : Alors comme ça on raconte que votre Loana a oublié son dentier dans des toilettes où elle avalait des pilules bourrées d'un tranquillisant ?

 

L'autre Loana, ma mienne de Loana, c'est celle présente sous forme d'une BD dans un journal hebdomadaire de grand format ne comptant que quatre pages : « Les aventures de Paris-jeunes » dont le numéro 1 fut commercialisé le 30 mai 1945. les récits en images n'étaient pas captivants, leurs dessins encore moins. Heureusement, par la suite, l'éditeur revint aux séries américaines qui avaient déjà fait son succès à la fin des années 1930. Ainsi le Fantôme du Bengale, Raoul et Gaston, Lone Ranger, etc.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Toutefois, Loana ne fit son apparition qu'avec le numéro 126 du 8 novembre 1948. Le graphisme était signé de Carlo Marc, lequel exhibait une jolie fille non dénuée d'érotisme, à peine vêtue d'une mini-jupe ornée de fleurs sauvages. Elle affrontait dans la jungle de Bornéo les envahisseurs militaires japonais dirigés par Tojo surnommé Lame de rasoir. Scénario alors assez fréquent dans nos bandes dessinées au sortir de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Par exemple : Buck Danny dans Spirou, ou encore Sergent Garry des Éditions Artima.

 

 

les aventures de paris jeunes,loana,carlo marc,censure loi de 1949,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Auprès des gamins le charme de Loana opéra. Sans doute même les responsables du journal « Les aventures de Paris-jeunes » imaginèrent-ils en modifier le titre pour le remplacer par le prénom de l'héroïne en tenue légère. C'est ce que permet de supposer le numéro 4 de 1949 où le visage rayonnant de Loana apparaît centré en dessous de l'en-tête d'une nouvelle série.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Comme toute ses rivales (" Les filles de la jungle " également présentes dans le cinéma des années 40 et 50) Loana devait disparaître mise à mort par la Loi de 1949. Son créateur Carlo Marc essaya bien de la prolonger en la rendant pudique, pantalon long et corsage boutonné jusqu'au cou. Cependant rien ne la sauva d'une censure qui durant plus de dix ans obligea à rendre invisibles toutes les jolies filles dans les illustrés destinés aux garçons.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Image Loana condamnée au bleu de travail : prolétarienne de service sous le contrôle de Maurice Thorez et du Chanoine Kir.

 

Doc Jivaro