Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2017

Les Tarzanides du grenier n° 280

 

bd,bandes dessinées de collection,edgar rice burroughs,tarzanides du grenier,bar zing,tarzan,rex maxon,hogart

  

Petit à petit l’oiseau fait son nid.

 

 Petit à petit la cervelle de Doc Jivaro refait cette double partie d’elle-même qu’est sa vision binoculaire ; mais sans encore réussir à lire et dessiner normalement.

 

 Il y a du boulot pour les mois à venir !

 

 Cependant, Doc Jivaro se souvient d’avoir promis à ses plus fidèles lecteurs une prochaine rubrique BD ayant pour titre : TARZAN ET LES FEMMES. Un sujet dangereux lorsqu’on sait que nos sœurs libérées accusent le célèbre personnage d’Edgar Rice Burroughs de cumuler à lui tout seul tous les défauts de l’homme macho.

 

 Comme nous le constatons dans l’image ci-dessus, le fils des grands orangs n’en rate pas une lorsqu’il s’agit pour lui de s’attirer des noises.

 

 Alors, à bientôt pour la suite hebdomadaire de notre Grenier des Tarzanides.

 

LE BLOG BAR ZING SOUHAITE UNE BONNE ANNÉE 2018 A TOUTES ET TOUS.

 

  Doc Jivaro – mfcl

 

 

20/12/2017

Bar-Zing : Le retour

 

Doc Jivaro vient de sortir de l’hôpital

et n'a qu'une hâte  :

reprendre ses publications sur son blog.


25/11/2017

Les Tarzanides du grenier n° 278

 Demain c’est dimanche ...

Une expo-vente se déroulera dans l’alchimie montluçonnaise
du grand four froid d’Athanor.


Doc Jivaro trouvera t'il quelques BD anciennes ?

Pas sûr du tout.

À la semaine prochaine.

 

04/10/2017

Toutounet Montluçon

 

Dans Montluçon nous manquons de pieds mais pas de chaussures.

 

Entendez, comprenez : nos rues sont désertées et nos enfants en sont venus à croire que c’est normal, que c’est bien humain les quartiers d’une ville sans piétons.

 

Ce jour, avenue Marx Dormoy (en attendant sinon en espérant une probable avenue Mohammed Merah ?). Ce jour, avenue Marx Dormoy, un mille pattes « événementiel » a abandonné toute une foule de godasses sur le sol. Godasses sales, souillées au point qu’elles sont comme le caleçon de jeunes casseurs incendiaires hier encore ASSIS sur leur croupion pendant leur nuit parisienne DEBOUT.

 

Monsieur le maire, trop de commerces en faillite et de boutiques fermées donnent déjà un air poussiéreux à notre ville. Faut-il en plus, en pire tolérer l’ajout d’un emmerdement public d’accroupissements revendicatifs ?

 

Toutounet-Montluçon.jpg

19/09/2017

Montluçon bistro entre kebab et Pizza

Couscous-Halal.jpg

S’attabler devant un couscous ? bien sûr que oui. Mais a condition stricte que le mouton ou tout autre animal présent n'ait pas été rituellement assassiné dans la souffrance.

 

10/06/2017

Les Tarzanides du grenier n° 255

 

Monsieur Élixir de Jouvence, entendons-nous : Monsieur le Président de la République s’est rendu sur place pour un hommage aux victimes d’Oradour-Sur-Glane.

 

Minute de silence

 

Bien.

 

Oradour-sur-Glane ? Voici trois mots qui m’entrèrent dans les oreilles dès que j’eus l’âge de comprendre notre langage, et qui n’en sortirent jamais. Mes parents, ma famille et tout le voisinage en parlaient fréquemment d’Oradour-sur-Glane. L’une de mes grandes cousines ne manquait jamais de s’y rendre comme pour un pèlerinage annuel.

 

- Oui ! commentait mon père, c’est entendu, elle a fait de la Résistance chez les gaullistes mais je trouve quand même assez malsain, assez … morbide d’aller se promener sans ces ruines comme s’il s’agissait d’un décor de spectacle.

 

Ma mère, que l’émotion envahissait sur le sujet, avait l’air de remettre en place du linge pourtant bien rangé, ou faisait semblant de chercher en profondeur un objet dans un tiroir à peine entrouvert.

 

L’après-midi d’un peut être dimanche qu’il lisait un petit mickey dont le titre était COQ HARDI, Papa s’exclama : tiens ! Ça, ça fait penser à Oradour-sur-Glane !

 

C’était en page 5 de COQ HARDI là où était imprimé COLONEL X. (jeudi 7 octobre 1948).

 

 

BD,bandes dessinées de collection,Coq Hardi,Poïvet,Marijac,Oradour-sur-Glane,Montluçon,Carrière des Grises,

 

 

Le scénariste Marijac visant un public jeune, avait évidemment évité de parler d’enfants et de femmes brûlés vifs par des soldats allemands et alsaciens de DAS REICH. Mais ce court épisode donnait effectivement à penser au massacre dans le village d’ Oradour. Toujours est-il que dans mon imagination d’enfant le fait réel dont les adultes parlaient autour de moi ET les dessins signés de Poïvet se trouvèrent unis dans ma tête comme s’il s’agissait d’un même événement.

 

La critique que mon père avait tenue sur notre cousine se rendant ponctuellement à Oradour ne l’empêchait pas, mon père, chaque 15 août de se rendre non pas à l’église mais à la Carrière des Grises toute proche de Montluçon. Là où une quarantaine de jeunes gens furent massacrés par la Gestapo pendant la semaine de Libération de notre pays.

 

« J’en connaissais très bien quatre d’entre-eux, qui avaient le même âge que moi et qui, s’ils vivaient encore, auraient toujours leur âge pareil au mien ».

 

Il y avait des moments où mon père manifestait une logique qui nous assommait sur place.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl