Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

Impasse des passes n° 10

Impasse-de-passes-10.jpg

 

- Eh ! J'viens d'en couler un de marrant ! Tu sais ce qu'il m'a raconté ? Que l'immeuble où nous louons les studios appartient au frère d'un gros politique travaillant au cabinet du Ministère de l'Intérieur.

 - Ah ! Ma pauvre, s'il fallait tous les croire !

 

10/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 183

 

Trois ans avant que notre pays déclara la guerre à l'Allemagne, JUNIOR fut l'un des titres BD les plus applaudis parmi les journaux hebdomadaires commercialisés en France

 

  Deux séries existèrent, celle débutée en avril 1936 ; et celle qui lui succéda en 1947 après une interruption d’à peu près cinq années. La seconde série ne compte que 27 numéros. Un bilan faiblard comparativement aux 282 de la première.

 

 La présence de TARZAN assura, à coup sûr, le succès auprès d'une clientèle essentiellement composée de puceaux. Même s'il faut dire que cet épisode – La Cité des Vampires – correspond au laps de temps pendant lequel le talentueux Burnes Hogarth, n'ayant pas reçu l'augmentation de salaire sollicitée, abandonnera à son élève Rubimor tout le travail à venir. Moins doué jusqu'à en rester malhabile lorsqu'il prend le relais, Rubimor s’acquittera coûte que coûte de sa responsabilité pour atteindre la 87e « Sunday page » du 3 août 1947.

  

éditeur soleil,tarzan,junior,bd,bandes dessinées anciennes,bandes dessinées de collection

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemplaire survivant : le final N° 27.

 

Une seule grande feuille de 56 X 78 pliée deux fois permet d'obtenir huit pages chacune massicotée en 39 x 27,5.

 

 

Lorsque l'Éditeur SOLEIL, une cinquantaine d'années plus tard, imprima dans le dialecte de l'indigène parisien la totalité des aventures de Tarzan illustrées par Rubimor, j'étais trop âgé et n'y retrouvais pas les saveurs d'un exotisme imaginaire que mon enfance m'avait fait croire plus important que les jours passés en famille.

 

Doc Jivaro

 

04/10/2015

Impasse des passes n° 9

Impasse-de-passes-Numero-9.jpg

Impasse des passes n° 8

Impasse-de-passes-Numero 8.jpg

 

Ce qu'il y a d'agaçant avec les jeunes, c'est que tu te dis que c'est peinard qu'ils arrivent juste pour tirer leur coup. Mais dans le studio ça leur remonte à la tête des trucs pornos qu'ils ont vus sur un site. Le problème c'est qu'ils n'ont pas le fric pour faire pareil.

 

03/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 182

 

Et ! Vlan ! Spaf ! Krac ! Arg ! Zwoo !

 

Tous ces coups de poing ! Tous ces bruitages !

 

KALI, Tarzanide de peu de notoriété, passe un très mauvais quart d'heure, encaissant malgré lui une foutue vache de rossée.

  

Kali décembre 1979.jpg

 

 - On n'enrichit pas son vocabulaire avec des onomatopées.

 

- Des quoi, m'sieur ?

 

- Des onomatopées. J'épelle au tableau : o. n. o. m. a. t. o. p. é. e. Un S au pluriel. Prenez votre cahier. Problème : un train démarre à 8 h 37 pour un parcours de 130 km. Au même moment et en sens inverse un autre train avec un retard de 10 minutes …

 

- ÇA y est, ça recommence ! On nous angoisse notre  dimanche de flegme à cause du lundi de boulot.

 

Publié en 1979 par « Jeunesse et Vacances », ce genre de couverture BD exposant une bagarre entre hommes était devenue impossible à trouver en France chez les marchands de journaux pendant la décennie qui succéda à 1950. Censure par ci, censure par là. Censure partout. Pourtant, dans le commencement des années 60, un relâchement se fit chez les mutilateurs : ceux qui périssaient laissaient affaiblis ceux qui vieillissaient. Le surgissement de mai 68 allait précipiter leur mise aux oubliettes.

 

En réalité, il y eut comme DEUX Mai 68. Celui des syndicats ouvriéristes dont le seul mot d'ordre demeurait : grèves et salaires. Et le second Mai 68, celui qui libérait la pornographie dans les cinémas comme dans la littérature et les bandes dessinées. A côté de l'enfantin Mickey et du Pèlerin Magazine presque grabataire, le quidam pouvait se payer le Marquis de Sade dans les grandes surfaces marchandes.

 

Nous crûmes rêver : Dieu redevenait sexué.

 

Doc Jivaro

 

27/09/2015

Impasse des passes n° 7

Impasse-des-passes-n°-7-du 27-09-.jpg

 

L'ivrogne ne cessait pas de monter et descendre par la rue jalonnée de putes. Tout en gueulant plutôt que tout en chantant.

 

 - Lui, ça lui passera avant que ça me reprenne ! commenta Lydia en direction d'une copine d'en face.

 

 - Ah ! C'est vrai : toi t'as passé une cure de désintoxication. Tu t'es mis au Coca.

 

 - Au Beaujolais américain, ma vieille.

 

 C'est vrai que Lydia l'eut sa période alcoolo.

 

 « C'était après m'être faite avorter. J'en ai bavé, crois moi. Du coup, pour pas que je retombe en cloque, je me suis décidée à me faire enlever les ovaires ».