Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 90

 

En voyant cet adolescent se débattre dans un enchevêtrement de branches et de lianes après avoir échappé à un croco d'île, ne croirait-on pas assister à l'exploit d'un jeune tarzanide ?

 

Mais pourtant, pas du tout ! Cette planche BD de format-poche nous fut proposée dans le numéro 59 de KIWI, année 1960. Le garçon vigoureux c'est le Petit Duc, c'est à dire MIRKO. De famille aristocratique il commença dans le numéro 1 de KIWI, année 1955, et acheva ses aventures tumultueuses le 10 janvier 1961, toujours actif dans KIWI numéro 69.

 Kiwi-10-mars-1960.jpg

Le courage et le sens de la bagarre qui sont siens, il les doit à son précepteur STEN-STENKA, un athlète de haute performance. Ce STENKA appartient à une catégorie bien connue des bandes dessinées populaires, celle des grands costauds. Celle des super-boxeurs et des invincibles lutteurs, dont les noms devinrent célèbres durant les années 1950, même si leur prototype ALAIN la FOUDRE naquit avant la seconde guerre mondiale.

 

Bref ! STENKA, tout comme NYLON CARTER ou BLACK BOY, est un « gros bras » devant lequel mieux vaut avoir les mâchoires solides en cas d'affrontement corps à corps.

 

Kiwi-10-janvier-1961.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le numéro 69 où se termine l'épopée de Mirko. Les trois dernières planches ont tout d'un final précipité autant qu'improvisé.

 

 

MIRKO le Petit Duc était dessiné avec ferveur par Antonio DE VITA, qui signait DEVI. Nous aurons l'occasion de parler de son style ; mais après vous avoir parlé prochainement de quelques-uns des « gros bras » vainqueurs dans les journaux BD de notre enfance.

 

Docteur Jivaro

 

 

11/05/2008

BD Super Boy

Nylon Carter

 

Un reportage télévisé présentant un adolescent handicapé par une maladie aussi rare qu'incurable (la maladie de la pierre), nous remet en mémoire une bande dessinée vieille de plus de 50 ans, et peu connue.

 

Il s'agit de NYLON CARTER. Venues d'Italie par l'éditeur Impéria, ses aventures parurent dans le mensuel Super Boy dont le numéro 1 est daté d'octobre 1949.

 

Nylon Carter n'est pourtant pas un héros de pierre mais un champion de boxe, catégorie poids lourd. Face à lui sur le ring, Cassius Clay et Monhamed Ali agissant en jumeaux n'auraient pas tenu un round. Silver Stallone encore moins. Toutefois, Nylon Carter, vainqueur en « noble art », passe plus son temps et dépense plus ses forces à traquer les bandits d'Amérique et du Moyen Orient, qu'à battre le record mondial d'endurance sportive.

 

Dans l'un des épisodes de son existence mouvementée, notre boxeur affronte un hors la loi nommé Ray et dont la particularité corporelle est d'être durci comme un rocher.

 

La maladie de la pierre attaque la myologie de sa victime. Processus de calcification ; anarchie dans un programme génétique. Muscles ossifiés, la paralysie générale s'ensuit. Dans les mythes et les contes la pétrification est souvent un moyen de stopper le vieillissement. Relisons La Belle au Bois Dormant. Certes, il ne s'agit probablement que d'un inceste fille/père camouflé sous une forme poétique qui feint d'ignorer que les fleurs sont des sexes. Ce conte ne manque d'ailleurs pas de ridicule : un doux baiser suffit pour réveiller la princesse que l'envie de pisser n'a pas réveillée pendant cent ans ! Vous comprenez alors que je soupçonne cette demoiselle de ne s'être endormie que pour rêver pendant toute une nuit que son papa lui rend visite comme Roméo rend visite à Juliette.

 

Malgré que dans la réalité maladie de la pierre et inertie aillent ensemble, dans la BD de Nylon Carter l'homme de pierre, lui, garde toute sa mobilité. Et comme c'est un gangster, son agressivité devient d'autant plus meurtrière. Pourchassé simultanément par la police et par Nylon Carter l'homme de pierre veut absolument se venger d'une de ses anciennes complices, la jolie Sissi qui l'a trahi. Se croyant invulnérable il commet plusieurs imprudences que Nylon Carter utilisent pour sauver in extrémiste la belle repentie. Et c'est le bouquet final : l'explosion d'une charge de dynamite éparpille en gravillons le vilain pas beau criminel.

 

Les scénari animant Nylon Carter sont assez banals mais parfois agrémentés par l'humour de ses dialogues. Le dessin, quoique simple, montre des bagarres que bien des gamins populaires des années 50 apprécièrent sans être réprimandés par leurs parents.

 

Plusieurs dessinateurs se succédèrent pour les images de cette série, parmi lesquels Estève (Stév'son). Il faut regretter que celui-ci n'ait pas réussi à se tenir au niveau de talent qui était le sien lorsqu'en 1947 il donnait forme à TARGA, appréciable avatar du célébrissime Tarzan.

 

Le mensuel Super Boy disparaît en 1986, après son numéro 402. En France ce titre fut le tout premier journal pour la jeunesse à se présenter sous un format de poche (13X18). Cependant cette petitesse des pages est compensée par leur grand nombre (100 pour chaque numéro, sauf numéros spéciaux : 132). Cette pagination épaisse constitua aussi une exception dans la BD du début des années 1950.

 

L'internaute www.bd-anciennes.net demande quels illustrateurs réalisèrent les couvertures coloriées de PLAY BOY. Nous pouvons lui en citer quelques-uns dans le désordre : Rino Ferrari, Juan Vilajoana, Bagage « Robba » ; et nous le prions de nous excuser d'avoir momentanément confondu SUPER BOY avec PLAY BOY.

 

RYAL