Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2018

Tarzanides du grenier n° 321

BD-Donald,-Pim-Pam-Poum,-.jpg

 

Tu ne manques pas culot ! écrire que le Donald de la fin des années 1940 est un illustré français ALORS qu'il ne contient pour ainsi dire que des Bandes dessinées américaines, faut le faire !

 

Je venais de détecter la présence d’un visage à proximité de ma nuque… Au ton de la voix je le reconnus : Un montluçonnais âgé de mon âge, avec lequel je bavarde quelques fois plus d’une heure et qui recherche des journaux quotidiens régionaux des lendemains de 1940-45. Le genre Valmy, La Terre, Le Centre Républicain.

 

D’accord : DONALD n’expose presque que des séries made in USA. Mais son fondateur Paul Winkler mettait un point d'honneur à ce que la traduction en français du langage américain ainsi que le rédactionnel du Professeur TOP soient exempts de fautes de syntaxe. De nos jours, les bandeaux écrits au bas de nos écrans télévisés s'imaginent malins de se démunir d'un tel scrupule.

 

D’un autre côté nous ne pouvons absolument pas douter de la naissance française des … PIEDS NICKELES. Sûrement, vous venez d’apprendre par les médias que HACHETTE entreprend la réédition du trio célèbre  : Croquignol, Filochard et Ribouldingue. Trois cambrioleurs, trois roublards, trois ... trois gibiers de potence qui auraient pu damner le pion à un autre trio célèbre les MARX BROTHERS

 

Bd-Les-Pieds-Nickelési.jpg

 

Ces trois français furent inventés en 1908 par FORTON (Louis), lequel était aussi l’inventeur de BIBI FRICOTIN. Bien dans la mentalité « mauvaise conduite » des trois canailles, ce Louis FORTON mourut alcoolique. Beethoven aussi ?

 

La réédition choisie par Hachette ne regroupe que la suite des BD dessinée par PELLOS à partir de 1948. Tout au long de sa parution le verbe populacier des débuts des Pieds Nickelés perdit beaucoup de son argot d’apaches parisiens jusqu’à ce que la Loi de censure année 1949 ait contraint les éditeurs à tenir un langage plus conforme au vocabulaire de l’instituteur face à ses élèves. C’est donc par la vivacité de son graphisme que PELLOS parvint à entretenir une ambiance explosive que les dialogues assagis avaient perdue.

 

 Doc Jivaro présente ci-après un trop court extrait d’un épisode complètement inattendu de la part de trois gredins : leur incorporation volontaire dans l’armée française pendant la « der des d’ers »

 

BD-Les-Pieds-Nickelés.jpg

 

C’est pas de la soupe c’est du rata.

C’est pas de la merde mais ça viendra

 

Voilà ce que chantait de temps en temps, en fait : très rarement, mon grand-père rescapé de 14-18. Et quelquefois il risquait un commentaire : « On raconte que les mères sont contre la guerre afin de protéger leurs enfants. C’est pourtant elles qui s’étaient précipitées dans les usines pour fabriquer des obus ».

 

Doc Jivaro

 

 

04/08/2018

Tarzanides du grenier n° 310

 

Chez nous les accords commerciaux entre les dessinateurs de BD et la Publicité demeurent rares.

 

Certes, l’ancien hebdomadaire TINTIN garnissait souvent ses pages d’encarts publicitaires capables d’aider financièrement à son budget mais, justement ! son exemple demeurait exceptionnel.

 

En dernière page des fascicules mensuels du BIBI FRICOTIN des années 50, il arriva que figurât une publicité pour une marque d’eau … gazeuse.

 

 

bibi fricotin,pierre lacroix,eau perrier,dessin publicitaire,bd collections anciennes,popeye,séégar

 

 

Aux États-Unis, par contre, nous connaissons l'exemple souvent cité du dessinateur SEGAR créant spécialement le personnage bédé POPEYE en guise de colporteur d’une marque d’épinards en boîte. Nous savons aussi qu’une erreur d’imprimerie dans le pourcentage de fer contenu dans ce légume favorisa son succès en conserve.

 

Doc Jivaro, pour sa part, ne consomme cette tambouille verdâtre que rarement et à chaque fois accompagnée de deux œufs durs.

 

Cela dit, il ne va pas hiberner par ce temps de canicule ; il va tout bonnement somnoler sous sa tente de bédouin montluçonnais.

 

En vous souhaitant à tous de fraîches Shéhérazades d’eau plate.

 

Doc Jivaro

 

19/05/2018

Tarzanides N° 299

 

Bob vient d’avoir une de ses bonnes idées : puiser dans son sac à malices un souvenir juvénile, celui de BIBI FRICOTIN, gamin aventurier dans les BD.

 

Chez moi, Fricotin et fricoter gardent un sens coquin hérité de quelques-unes de mes fréquentations enfantines. Ils fricotent. Tous deux fricotent. Voyez la scène : « le Michel fricote avec la Josette ».

 

– On sait que tu viens me voir parce que j'ai deux sœurs ! tu perds ton temps : elles ne veulent plus te causer.

 

Ils et elles s'attroupaient en une dizaine d’enfants, tous dormant dans deux ou trois roulottes arrêtées en contrebas de la route.

 

Bibi Fricotin, gamin bien décoiffé par une chevelure ébouriffée, est débrouillard en diable. Toujours goguenard et farceur, il naquit avant la Seconde Guerre Mondiale, en 1937, sous le crayon de CALLAUD. Mon père pouvait le rencontrer dans l’hebdomadaire L’AS, un journal de grand format : 39 X 27.

  

 

bibi fricotin,société parisienne d'édition,s.p.e.,pellos,offenstadt,l'as,pieds nickelés,tarzanides du grenier,doc jivaro

  Sélection du numéro 66. L'AS, année 1938

 

 

Trois bandes d’images superposées mais sans aucune limitation rectangulaire ou carrée enfermant le dessin. On appelait ce genre « histoire en images », l’expression « Bande dessinée » ne s’étant généralisée que longtemps après à l’approche des années 60. Bibi Fricotin apparaît donc comme un produit transitoire entre l’histoire imagée et la BD proprement dite. Notez la double présence du lettrage : un texte sous le dessin et une bulle parlante dans le dessin.

 

L’AS était publié chaque dimanche et se recommandait assez fièrement comme « illustré pour la jeunesse et la famille ». Sa pagination et sa rentabilité étaient gérées par la famille des OFFENSTADT laquelle créa la Société Parisienne d’Édition. La fameuse S.P.E.

 

Bibi Fricotin était toujours actif au début des années 1970. Son dernier dessinateur, assez faible, se nommait Pierre Lacroix. À notre Bibi, l’éditeur adjoignit un gamin de son âge, noir de peau : Razibus.

 

Il n’est pas inutile de signaler que l’excellent, l'abondant PELLOS qui tant et tant œuvra pour les OFFENSTADT, et qui prolongea les immortels PIEDS NICKELES jusqu’au terme de sa propre vie, ne relaya jamais les dessinateurs successifs qui travaillaient sur Bibi Fricotin.

 

En fin de repas mon n’épouse me reproche encore de faire fondre du sucre dans MON café noir. « Ça le dénature ! » qu’elle analyse.

 

Bah ! il y a bien longtemps que nous autres humains ne sommes que des animaux dénaturés.

 

Mon n'épouse, elle, il lui arrive de boire son café en restant debout .

 

Je l'ai pourtant avertie : « Tu trembleras quand tu seras morte si tu ne t’assieds pas pour boire ton petit noir ».

 

C’est ma grand-mère paternelle qui me racontait ce truc.

Doc Jivaro

 

 

25/03/2017

Les Tarzanides du grenier n° 246

  

Ça y est ! Depuis plus d’une semaine le printemps s’annonce en silence tout au fond de notre jardin potager délaissé. Un forsythia toujours précoce à se réveiller, se rallume de toute une floraison de lucioles jaunes. Par contre, nos pissenlits se traînent de paresse, retardant l’étalage de leur diurétique jaunisse saisonnière.

 

Ça y est ! s’exclama mon père en repliant les grandes pages du CENTRE RÉPUBLICAIN, vrai journal des vrais montluçonnais d’alors. Ça y est ! le printemps est de retour. La preuve ? la preuve c’est que je viens de lire sur trois colonnes à la une que les soucoupes volantes sont elles aussi de retour. Ayant dit, papa se remit à creuser un os à moelle qu’il aimait à déguster, dédaignant les huîtres qui lui donnaient la nausée rien que par leur seule existence.

 

- On dirait des crachats.

 

Les soucoupes volantes, elles venaient d’être aperçues un peu partout en France. De quoi alimenter la littérature populaire. Des histoires de champs de blé fauchés mystérieusement pendant la nuit ou encore des alertes de trains S.N.C.F stoppés en rase campagne à cause d’un objet insolite posé en travers des voies. Nous écoutions des bavards qui adoptaient un air confidentiel pour donner à croire que : « S’agit de nouvelles armes aéronautiques fabriquées secrètement pour la troisième guerre mondiale qui verra l’affrontement USA contre URSS. On n’y échappera pas, allez !

 

Effectivement ! Des soucoupes volantes le public des années 50 de l’an 1900 en voyait partout. Même qu’elles apparaissaient plus nombreuses d’entre les rotatives des imprimeurs que dans les hauteurs du ciel. Toutes les publications en faisaient leurs choux gras. L’éditeur de romans policiers FLEUVE NOIR en avait créé une série particulière baptisée Anticipation. L’un de ses romanciers avait même rédigé spécialement un ouvrage intitulé Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde. C’était Jimmy Guieu. Les illustrations de couverture résultaient souvent de Brantonne, grand fournisseur de bandes dessinées parfois hâtivement schématisées.

 

Évidemment le commerce des bandes dessinées de l’époque ne pouvait pas rater le phénomène des petits bonshommes verts extraterrestres. Ainsi, l’hebdomadaire ZORRO pensa t'il trouver là-dedans l'occasion de moderniser son titre afin de relancer ses ventes quelque peu déclinantes. C’est ce qui explique que ZORRO se métamorphosa en ZIG-ZAG. Le numéro 1 de mars 1952 afficha un grand dessin coloré signé Pierre Le Goff, celui-çi habitué du 22 de la Rue Bergère. Pourquoi ZIG-ZAG ? Bien sûr en souvenir des coups de fouets appliqués en Z par ZORRO.

 

 

BD,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Zorro,Zig-Zag,Soucoupes volantes,Centre Républicain,Fleuve noir, Jimmy Guieu,Anticipation,Petit Riquet, extra-terrestres,ufologie,Claude Vauzière, Bibi Fricotin,Bob Colt,Chott,

 

 

Mais après quelques semaines il fallut se rendre à l’évidence : les poches du justicier masqué ne se renflouaient pas d’avoir changé le bandeau-titre de son magazine. L’ancienne appellation ZORRO fut donc rétablie avec un numéro 12 faisant suite à ZIG-ZAG numéro 11.

 

bd,bandes dessinées de collection,doc jivaro,zorro,zig-zag,soucoupes volantes,centre républicain,fleuve noir,jimmy guieu,anticipation,petit riquet,extra-terrestres,ufologie,claude vauzière,bibi fricotin,bob colt,chott

 

 

Si vous êtes collectionneur de BD voici trois titres résumant la vogue des soucoupes volantes dans des magazines illustrés que les mœurs des années 50 destinaient principalement à la jeunesse du pays de Guignol et de Bibi Fricotin.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl