Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2016

Les Tarzanides du grenier n° 215

 

Des personnages aperçus à contre-jour ou encore au travers d’un rideau rendant flou chaque profil, nous en bavardons en les englobant parfois sous l’appellation « ombres chinoises ». Une appellation pourtant mieux adaptée à la poésie visuelle consistant à projeter sur une surface plane éclairée (et par le jeu de nos mains et de nos bras) des ombres évoquant des formes animales : oiseaux, chiens, girafes, etc. Un jeu que nous abandonnâmes, croyant sans doute devenir plus vite des adultes par cet abandon.

 

Les bédéistes, dans l’animation paradoxalement statique des images qu’ils créent, utilisent de temps en temps des contours d’êtres et d’objets qu’ils emplissent d’encre noire de Chine sur papier blanc. Quelques-uns en font grand usage ; quelques autres en dédaignent l’emploi. Hergé les utilisa peu ; Saint Ogan s’en fit un mode narratif assez plaisant.

 

En 1929, E.R. Burrougs commercialisa un accord pour que SON Tarzan, déjà devenu héros de romans et héros de films muets, devienne, en plus,l’un des héros d’un genre graphique nouveau : la bande dessinée. Deux artistes, Rex Maxon et Burnes Hogarth, œuvrèrent alors pendant une même période mais chacun selon son style. Hogarth se spécialisa dans la grande page du dimanche (Sunday Page), pendant que Maxon se réservait les trips des six jours restants. Mais alors que Maxon utilisait fréquemment des effets « ombres chinoises », tel n’était pas le cas de Hogarth. Autant l’un en faisait un emploi judicieux pour exprimer de façon synthétique la violence et le mystère, autant l’autre préférait détailler les musculatures pour rendre comme palpable l’action. Maxon se sentait à ses aises dans l’atmosphère nocturne, Hogarth préférait l’éclairage systématique des reliefs d’une anatomie humaine.

 

 

tarzan of the apes,hogarth,e.r. buroughs,mac clurg,rex maxon,guy deluchey,lacassin,bandes dessinées de collection,bd

 

Deux vignettes pour un exemple du travail de Maxon.

Brochure n° 43 du 4e trimestre 1947. Éditions Mondiales. 

 

 

Par son choix de contrastes noirs sur blancs, Maxon rappelait la première apparition de Tarzan sur la couverture de l’Éditeur américain MAC CLURG. Effectivement sur cette première couverture rapidement célèbre, Tarzan impose sa présence sous l’aspect d’une silhouette sombre. Le monde était alors en 1914 de l’ère chrétienne.

 

tarzan of the apes,hogarth,e.r. buroughs,mac clurg,rex maxon,guy deluchey,lacassin,bandes dessinées de collection,bd

 

 

Aujourd’hui, en 2016, nous tenons bien la preuve que la bravoure de Tarzan a survécu aux deux guerres mondiales. Survivra-t’elle à la troisième préparée par les conséquences des deux précédentes ?

 

Ryal

 

28/05/2016

Les Tarzanides du grenier n° 214

 Qu’en effet, voici la surprise du chef : les romans TARZAN signés de E.R. Buroughs furent en 1954 les seules écritures capables de rivaliser avec celles de la BIBLE du point de vue des ventes en librairie.

 C’est du moins ce que rapporte en page 7 de son numéro 5 l’hebdomadaire LES HISTOIRES ILLUSTRÉES publié en journée du 3 juin 1954.

 Et, tiens ! Profitons-en pour rappeler que contrairement à ce que nous racontent les églises, la BIBLE n’est pas un livre chrétien.

  

Bible-Tarzan.jpg   

 

Les Histoires Illustrées ne parurent que pendant douze numéros sur une période de trois mois. L’approche de nos anciennes grandes vacances scolaires (juillet-août et septembre) servit de prétexte pour annoncer l’arrêt de parution de ce titre. Le nombre de ses pages, chaque semaine, était de seize, son prix étant de trente francs. Le nombre de ses pages était de seize, son prix de trente francs. Le choix fut fait de colorier toutes les pages mais en restreignant à un seul rouge et un seul bleu l’imprimerie, les nuances étant appliquées par des jeux de trames. Ensuite et à partir du numéro cinq, le jaune fut ajouté mais sans réussir de mettre du soleil sur un guéret décidément morose.

 


Les-Histoires-Illustrées-1954.jpg      Les Histoires Illustrées, N° 1, 1954

 

Les ventes firent défaut. Aucune des bandes dessinées n’était capable de concurrencer la production des éditeurs rivaux. Bill Jack l’aviateur ne faisait pas le poids en présence du Buck Danny de SPIROU ; et Jehan Le Bachelier amenait à regretter la disparition de Roland Prince des Bois, chevalier français en lutte contre les rejetons d'Ysabeau de Bavière.

Dans leur dernier numéro (le douzième) de juillet 1954 Les Histoires Illustrées imprimèrent sur cinq pages une aventure de BOB en s’efforçant d’insuffler un sang neuf parmi des séries poussives. Hélas ! le lettrage sagouiné et les dessins partiellement imités de ceux de Hogarth quand Hogarth animait l’épisode « Tarzan sur l’île de Mua-Ao », n’eurent évidemment pas de succès.

 En janvier 1956 Madame Jacquier, ancienne gérante des Histoires Illustrées faisait paraître avec pour directeur Claude Jacquier, un Johnny Texas de 32 pages mensuelles pour une durée de 53 numéros.

 De ce Johnny Texas, Docteur Jivaro espérait présenter la couverture numéro 1. Mais le désordre de ses collections est une réalité que d'éventuels biographes les moins cléments auront plaisir à dénoncer. La couverture du numéro 2 servira de remplaçante.

 

Johnny-Texas-1956.jpg

 

 

 

Les Histoires Illustrées et Johnny Texas étaient édités et imprimés par le Puits-Pelu, médiévale présence dans la cité de Lyon. Je viens d’écrire « Pelu » et non pas « Velu ». C’est dire que je ne tiens pas à aggraver la lubricité des citadins qui vont en famille ouïr le brame du cerf dans la presqu'encore légendaire forêt de Tronçais.

 

 Doc Jivaro

 

 

14/05/2016

Les Tarzanides du grenier n° 212

 

Du phénomène TARZAN, les vrais collectionneurs sont des maniaques dénués de tout sens du commerce. Nous les voyons capables de payer trop cher un bout de papier imprimé à l’effigie de leur marotte, qu’ensuite ils n’oseront jamais revendre même pour un bénéfice. Et c’est aussi par une sorte d’éclectisme masochiste qu’ils s’offrent autant des œuvres célébrant leur favori que d’autres œuvres le dénigrant jusqu’au ridicule.

 

Sûrement inconnu de vous tous, professionnels ou amateurs, voici :

 

 

Tarzan,BD,bandes dessinées anciennes,parodie Tarzan,phénomène mondial Tarzan,

 

Outre la photocopie pleine page servant de couverture à cette historiette humoristique, Doc Jivaro garde cinq autres photocopies jumelles des cinq pages originales dessinées à l’encre de chine.

 

Le nom de l’auteur est rendu illisible par sa signature. Cependant on devine que le paraphe se termine par le nombre 81. Un grossissement – loupe en donne certitude : il s’agit bien de l’année 1981. Une preuve peut être est dans la deuxième image de la cinquième page, où nous lisons une inscription en caractères gras : « Le Grand Débat ». En effet, l’année 1981 fut marquée par la confrontation télévisée entre Mitterrand et Giscard d’Estaing.

 

- Je n’aime pas beaucoup ces manières, je ne suis pas votre élève …

 

Le Doc Jivaro auto proclamé que je suis, profite de cette réplique pour rappeler que les promesses politiques servent toujours à piéger un électorat mais que les bananes servent parfois à engraisser un TARZAN jusqu’à le rendre incapable de passer dans l’intervalle de deux des barreaux d’une cage.

 

C’est le sujet comique raconté par « Comment capturer un TARZAN ».

 

Ryal

 

 

11/05/2016

Ce soir, en 69, Festival de Kahn

 

PLACE AU VIEUX
Woody Allen

Festival-de-Cannes.jpg

07/05/2016

Les Tarzanides du grenier n° 211

 

Sans doute l’avez-vous oublié – ou alors, jamais connu. En tout cas le voici : KAZAR en son premier numéro.

 

Kazar,Quazar,Erédite,Presse de la Cité,Cheret,Conan le Barbare,Rahan,Hubert Reeves,Héroic Fantazy

 

 

Recherchant un titre percutant, le choix se fixa sur le nom d’un formidable objet lumineux que des astronomes à tête savante venaient de découvrir loin, loin dans les espaces intersidéraux et auquel ils avaient attribué le nom de QUASAR.

 

« A fort décalage sur les rouges et émettant des ondes radio, chaque QUASAR produit une énergie supérieure à un millier de galaxies ordinaires » ...J’ai lu quelque chose sur ce sujet mais, par prudence pour mon hygiène de vie, sans m’attarder sur un tonnage d’équations non-transportable par ma cervelle de mulet.

 

Orthographié autrement mais en gardant une résonance de lecture française, KAZAR fut une BD éditée à peu près vingt années après que l’Éditeur Artima ait cédé (1962-63) ses parts de marché à un Arédit dépendant des Presses de la Cité.

 

Dépôt légal daté de 1982, KAZAR se laissa entraîner par des aventurlures alors en vogue : L’Héroic Fantazy, Le Gore saignant et les histoires préhistoriques revisitées par l’affabulation écolo, entre RAHAN né de Lecureux et Cheret, ou encore avec CONAN le Babar … Pardon : CONAN le barbare. Les enfants disent aussi : le Barbant. Les enfants sont méchants.

 

KAZAR ne disposa que d’un fil de vie tôt coupé net : six numéros, en tout et pour tout, pas un de plus. Un trou de gnome dans une carrière immense ouverte par des brutes géantes toutes dotées de biceps dopés à la gonflette de chez Bibendum.

 

KAZAR ? une revue BD fragile, vulnérable. Ses pages ne sont pas pliées en deux pour être agrafées en cahiers : elles ne sont que coupées à leur charnière et maigrement collées à moindre coût de fabrication. Vous les tournez quatre fois, elles se détachent les unes des autres pendant qu’entre vos mains disparaît le journal.

 

Comme quoi, un KAZAR n’est pas ce que croient les astrophysiciens balayant de leur balai mathématique toute une « Poussières d’étoiles ».

  

Ryal

 

06/05/2016

C'est la dernière séance de SINE

 

- Nous parlions de LUI. Penser à LUI c’est aussi penser à SINÉ. Dites-nous : est ce que SINÉ est un cochon pareil à ses dessins cochons ?

 

- Non … SINÉ est un type charmant. Seulement, SINÉ après avoir bu il est comme tout le monde : excessif. Mais je ne voudrais pas que vous conserviez quelques vacheries que je dirais contre des collègues.

 

- Rappelons un recueil de ses dessins paru chez Pauvert en 1965. Ce n’était pas simplement un antimilitarisme d’adolescent attardé : ça puait le racisme anti-race blanche, ou peu s’en fallait.

 

- SINÉ, très violent, reste très injuste. Il est très anti-clérical, très antibourgeois. Moi, ça ne me dérange pas. Ça ne me dérange pas, enfin … ça ne me dérange pas au niveau de l’expression d’un dessin.

 

- Vous appartenez au groupe des HUMORISTES ASSOCIÉS. Comment ça se déroule les réunions ?

 

- D’une façon très démocratique c’est à dire d’une façon effroyable. On s’engueule. Alors, pour aboutir, on a élu des sortes de mandataires. Tout ça se passe au « Jardin de la Paresse », tous les mardis. Mais moi, j’y vais rarement. Il y a un Prix DAUMIER. Mais vous savez, humoriste, à mon avis, ce n’est pas un métier. Tous font autre chose. De la peinture ...

 

Extrait d’un interview publié dans le numéro 4 de RECTO-VERSO – 1983 – et rendu anonyme ici.

 

Ryal