Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2015

Montluçon city infernale

Économisons sur le budget municipal
supprimons les feux tricolores

 montluçon,feux tricolores,marx dormoy,daniel dugléry,buisson

  - Sans les feux tricolores les z'automobilistes seront amenés à être plus prudents et à ralentir. Ils réapprendront la convivialité et parleront entre-eux.

- Déjà qu'ils s'engueulent.

11/08/2014

Pitite Sirène - Montluçon

La rivière Le Cher

redevient poissonneuse

Petite-Siréne-Montluçon.jpg

09/04/2014

La Pitite Sirène

Retour des beaux jours

1955 : chacun vidange dans l'eau du Cher

sa première bagnole

La-petite-Sirène-09-04-2014.jpg

26/07/2010

Marx Dormoy

24  et  25 juillet

SABRINANA

Passe un week-end à Montluçon

Marx-Dormoy.jpg


04/04/2009

Le Dindon

Se tracer rien qu'un peu un circuit tordu. Malmener en zig-zag un fil de fer.

Nous décollons du marché forain saint Paul pour chercher dans les environs de la ville Gozet du Père Coulon, un restaurant du dimanche n'ayant toujours pas reçu notre visite. Direction La Chapelaude et de La Chapelaude jusqu'à Chambérat, pays du fromage d'autruche. Puis demi tour improvisé jusqu'à l'auberge Les Magnolias où nous sommes refusés because nous avons négligé de réserver. On se toque sur Huriel. Ensuite par Domérat et Couraud, avec arrivée sur le panorama du nouvel hangar pour la bouffe Mc Do, à portée de fusil de la route de Guéret.

 

« Tu te souviens dans les bus parisiens ? - Ah oui, quand quelqu'un montait portant un sac à papier marqué du M fantaisiste. On se disait : tiens ça sent Mc Do. Ça ne sent pas les frites, ça ne sent pas le bœuf haché, ça ne … Mais ça sent Mc Do. Odeur indéfinissable que des narines inexpérimentées n'attribueraient pas à de la nourriture. »

 

Nous passons sous la voie ferrée des Fours à Chaux pour tourner sur le pont du Châtelet. Savez vous que ce pont inauguré en 1939 ne figurait pas encore en 1957 sur le plan de Montluçon présenté par le calendrier des P.T.T. ? Rien a péter que vous dites. Vous avez raison. Je meuble. Où en sommes nous ? Ah oui : trouver un restaurant !

  • J'ai envie d'essayer Le Dindon, s'exclame soudain la femme dont je suis le mari.

A cet instant nous suivons un joli véhicule de police qui paraît nous dégager la voie pour accéder à la rue Jules Ferry dont la perspective pointe sur l'ancienne avenue Napoléon III.

 

Il est 13 heures. Montluçon désertifiée jusqu'à Désertines, sa banlieue. Ohé ! Habitants où êtes vous ? Tous se planquent. On croirait que ça y est, que l'armée allemande est de retour pour réoccuper Montluçon Ville ouverte. A ne voir personne dans les rues on pourrait penser que tous se réfugient dans les gargotes et estaminets. Pas du tout. Les salles sont quasi toutes vides.

 

Voiture rangée, nous entrons dans l'établissement Le Dindon, plus par curiosité que par appétit. Bonjour, bonjour. Seuls quatre clients âgés font le siège d'une table en fin de faim. Toutes les autres inoccupées. Grande béance de la salle.

 

On nous propose une table de deux si proche de la sortie que nous croyons qu'elle va s'échapper en douce. Derechef, nous nous installons plus en dedans de la salle. C'est mieux.

Menu ? Menu à 23 euros.

 

- N'oublie pas de prendre ta gélule.

Mon épouse est une mère pour moi.

On nous sert poliment sans plus. Du couple, la dame paraît moins avenante et ça débute moyen … Une poignée de feuilles vertes arrachée à une salade sans cœur, n'a jamais caché la maigreur des rillettes de foie gras. Trop de vinaigre donne l'impression fâcheuse que le poisson s'est attardé trop longtemps hors de ses eaux natales. Les temps sont durs, ça se flaire.

Le canard à l'étouffé vaut le coup de langue. Il se savoure bien. Mais pour y planter vos dents il faut compter trois euros supplémentaire. 23 + 3 = 26, c'est beau l'arithmétique mes enfants. Mon épouse a jugé un peu trop cuites les tranches de veau. « Ça va Messieurs dames ? - Parfait ! » C'est parfois un jeu pour nous de nous dire satisfaits sans pourtant l'être.

« Prendrez-vous du fromage ? » Et tout de suite après : « Prendrez-vous du dessert ? » Saperlipopette ! Croit-on ici, que nous sommes présents uniquement pour secouer la serviette au dessus de l'assiette ! Si je me souviens bien, La Maison Bleue, pour dix euros le repas, présentait à notre discrétion tout un plateau de fromages variés. Mais est-ce encore le cas ?

J'ai cru comprendre que Le Dindon offrait une coupe de champagne aux habitués … Nous ne sommes pas des habitués ; nous ne le deviendrons pas.

 

En sortant, ma femme a proposé de faire le trottoir jusqu'au château : «On y va ? » J'ai suivi.

A Montluçon un château de cartes postales est collé sur le ciel d'une peinture signée Bougret. Je l'ai assez bien connu, Bougret. Je lui garde ma sympathie. Son rival c'était Valignat. Celui ci, communiste stalinien, maltraita le socialiste Marx Dormoy en le taxant « pauvre type » tout en affirmant qu'il fallait qu'on (!) « foute au rencart » la statue de cet ancien ministre de l'intérieur.

 

Marx-Dormoy-vue-dos.jpg

L'agitation de la literie comme pétrifiée évoque-t-elle le flot du Cher, rivière qui déborda dans Montluçon en 1940.

La position étendue de l'effigie de Marx Dormoy n'est pas celle d'un « gisant » mais celle d'un « ressuscité ».

Parmi les toutes premières oeuvres de la Renaissance où, sous l'influence de Michel Ange, les « ressuscités »

remplaçèrent les « gisants » du Moyen Age, il faut citer la statue de Jules II, sculptée sinon réussie par Maso Boscoli.

Lyar

 

 

Précisément, voici que nous approchons de Marx Dormoy, qui se réveille en sursaut une fois de plus. D'un coup de pied dans l'air, il semble expulser de son lit quelque inopportune succube luciférienne. D'aucuns on parfois clabaudé aux dépens de notre Marx fils de Jean. Mais je vous assure qu'on peut fort bien avoir été politicien pendant la troisième république des Francs Maçons et du One two two, sans pour autant participer à une pantalonnade caricaturée  par Senneps.

Après avoir été méchamment relégué sous les étriers des ducs de Bourbon, le Dormoy montluçonnais vient d'être réintégré sur l'avenue qui porte son nom. C'est justice. Mais semblerait que les notables de notre ville n'aient pas encore pigé que son monument fut conçu pour être adossé à un mur et non pas pour être vu en tournant autour.

 

Bon, j'arrête. Je n'ai jamais supporté de me fatiguer au boulot. Écrire est un boulot.

"Gagner plus en travaillant moins" fut la maxime de mon existence souvent accompagnée de rencontres pas autant fructueuses que souhaitées. Je m'en console maintenant en admirant au fond de mes propriétés giboyeuses, un grand et vieux poirier blanchi de toutes ses fleurs. Un bel enneigé de printemps.

 

 

Yral

 

17/02/2008

Edito

Fallait que je me décide à lancer un blog dans la mare. Plouf ! c'est fait : ce blog est mien.


Il m'appartient si bien que je peux me masquer d'un pseudonyme sans cesser d'être identifiable par ceux et celles qui me fréquentent. Mais que voulez-vous ? Le pseudo est d'une utilisation constante dans l'histoire des peuples, si bien que même le Pape cache son vrai nom derrière une appellation d'emprunt dans l'exercice de son dogme.


Le lieu d'intervention de mon blog pour ses débuts est principalement la ville de Montluçon (03100) dont les trois syllabes sont assez fréquemment entendues par les auditeurs de RMC. Toutefois et tout de suite je précise qu'en aucun cas je suis dépendant de cette radio.


Me voici de retour dans la ville de Marx Dormoy et de Daniel Dugléry, où j'ai constaté comme un air de somnolence ; cela dit sans vouloir m'attirer les foudres de nos élus municipaux, ceux d'hier comme ceux d'aujourd'hui.


Mais peut-être que cette impression de vivre au ralenti résulte du contraste entre la vie parisienne et celle d'une petite ville de province ? Car je viens de notre capitale, laquelle entretient toujours de grandes animations malgré la loi "Sécurité et Liberté", loi datée de 2003 et ayant pour but - entre autres - d'empêcher les messieurs de rencontrer des dames tarifées dans nombre de lieux stratégiques.


Mon blog alternera textes et images en rapport avec l'actualité observée à travers le prisme des expériences passées.