Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2013

A tire d'Elles n° 46

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité

Bien sûr qu'elle s'en souvenait du bonhomme ! Il resta planté pendant au moins une heure, en face, sur le trottoir des numéros impairs. Puis il partit, puis il revint, s'attardant à nouveau comme s'il se croyait invisible. 


Elle eut le temps d'en passer quatre, peut être six … Il était encore collé sur place ! Elle le repéra de la cravate jusqu'aux chaussures nettement, devenue d'une méfiance d'écureuil. Des fois que le type préparerait un sale coup ! Mais non, il laissait tout le temps de la laisser le photographier. Ou alors c'était un dingue. Il y en a tellement, des dingues ! 


Il disparut enfin, alors qu'elle s'était habituée à cette présence comme on s'habitue à une casquette de flic sur un uniforme de policier. 


Elle ne l'a jamais plus revu.


Elle en parla un fois avec Julia, la blonde qui dérouille au troisième et qui chantonne souvent suivie d'un client. 


  • C'est qu'il est amoureux de toi ! Il reviendra à la Saint Valentin pour t'en faire la confidence.

  • C'est ça, mon œil ! Je vais te croire.

    Ryal

03/02/2013

A tire d'Elles n° 45

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité

Après la passade.

- File moi du feu, Olga

- Tu ne peux pas te payer un briquet comme tout le monde ?

A tire d'Elles n° 44

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité

Pas toujours discrète sur ses passagers

- Entre ! Lui, j'ai eu beau insister il n'a pas pu.

Enfin, l'essentiel c'est qu'il ait aboulé les thunes.

27/01/2013

A tire d'Elles n° 43

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité

Devinez comment mon coeur soupire

A tire d'Elles n° 42

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité



Pendant le printemps 1999, il prit quelque peu l'habitude de l'emmener à 13 heures, le samedi, dans un restaurant de poissonnerie, boulevard Bonne Nouvelle.

  • Ça me fait trop lourd pour bosser l'après midi. On va se remettre au bon vieux casse croûte des familles. Un sandwich au fromage me suffira jusqu'au soir.

20/01/2013

A tire d'Elles n° 41

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne,moeurs,sexualité


- C'est rare quand tu portes une robe longue.

- Et toi, c'est aussi rare quand tu me fais

  un petit cadeau.