Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2013

A tire d'Elles n° 64

 prostitution,strass,prostitution parisienne,prostitution populaire,

Encore un qu'à même oublié de refermer

sa braguette avant de sortir

07/04/2013

A tire d'Elles n° 63

prostitution,strass,prostitution parisienne,prostitution populaire,sa

Année 1963

Et n'oublie pas, hein ! la semaine prochaine j'ne suis pas ici !

Je fais la rue de la Grande Truanderie.

A tire d'Elles n° 62

prostitution,strass,prostitution parisienne,prostitution populaire,sa

Sois sérieux ! j'ne peux pas te faire tout ça pour le même prix !

Tu me prends pour l'Armée du Salut ?

Ça ne va pas ta tête ?

31/03/2013

A tire d'Elles n° 61

Prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Le train-train de deux jours, samedi et dimanche pour Lydia.

Puis lundi, repos. Le mardi aussi et idem pour le mercredi. Quant au jeudi, madame fait ses emplettes – le shopping comme on doit dire à présent. Je ne parle pas du vendredi : elle reçoit deux copines qui apportent le champagne et les derniers commérages sur la disparition programmée de la rue.

A tire d'Elles n° 60

prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Rue de la Verrerie, aussi elle en a épongés

24/03/2013

A tire d'Elles n° 59

Prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Je me tenais trop éloigné pour distinguer les paroles. Mais ça se voyait dans les mouvements du corps : le quidam sortait en lançant des menaces.

Une heure après, tout le monde semblant l'avoir oublié, le type revenait, serrant un objet dans sa main. Un couteau ! Il a un couteau ! cria quelqu'un. Les filles disparurent dans les couloirs, chaque porte se fermant derrière elles.

La police rappliqua.

Pierre, qui était un des videurs mais en berne cette nuit là, commenta : j'suis pas assez fou pour m'en mêler. Que cette Carole se démerde toute seule. Elle a trop souvent des grolles avec le client. D'ailleurs, ici, ce n'est pas mon coin.

Nous partîmes nous payer deux bières – pression - éventées, dans le grand café d'angle des rues Saint Denis et Réaumur, qui restait ouvert toute la nuit, sauf une heure pour balayer autour du comptoir.

Pierre expliqua qu'il avait trouvé un vrai boulot chez Mampower. Je me suis présenté en cravate, tu croirais pas.

Nous étions en 1971 ou 72. Je ne prévoyais pas que je ne reverrais plus Pierre pendant les décennies suivantes. 

  • Dans la vie, mon vieux, faut savoir où l'on va. 

J'ai gardé cette parole dans l'oreille.