Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2013

Aux bonnes heures des dames n° 4

 

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs


Il y en avait un, aussi, qui s'amenait vers les dix heures, dix heures et demie. Le dimanche ? Oui, le dimanche. Un marrant involontairement marrant. Une cape sur les épaules, une canne à la main, et sans doute espérant être assimilé à quelque personnage important se déplaçant incognito.

Julia en riait bien après chaque passade. Mais le mieux était que ce drôle de micheton, s'assurant de loin que Julia attendait sur le trottoir, guettait l'instant où elle disparaissait suivie d'un visiteur. Alors il se dirigeait vers Lydia restée en place, et demandait : Elle n'est pas ici Julia ?

- Bien sûr que si, Monsieur, répondait à chaque fois Lydia en faisant semblant de ne jamais comprendre le petit manège assez ridicule de Monsieur le Marquis de Moncul, comme elles disaient entre elles, s'en amusant.

Aux bonnes heures des dames n° 3

 

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs

Comme celui ci qui va aborder la Carole pour qu'elle le désosse.

11/08/2013

Troisième période : Aux bonnes heures des dames N° 2

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs

Il n'y avait qu'une rue à traverser. De toute façon elle était barrée par des travaux de voirie interrompus depuis au moins six mois. 

Des riverains avaient constitué une association pour s'opposer à l'abattage d'une rangée d'arbres dont les emplacements aménagés auraient été réservés aux seules voitures des employés de la Mairie. 

C'est ce qui se racontait en tout cas.

Troisième période : Aux bonnes heures des dames N° 1

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs

- Oui, bien sûr, tiens, un peu que je me suis habituée à lui. Deux ans qu'il me grimpe. C'est un cérébral. Il prend des photos de mon pétard mais sans jamais le toucher. Et c'est chez lui, à la maison, qu'il se ramollit tout seul son morceau de rassis. On en rencontre des toqués, quand même, dans la vie.

21/07/2013

A tire d'Elles n° 93

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs

  • • Oui, il y a eu une bagarre rue Saint Sauveur. C'est ça : rue Saint Sauveur. Ça a vachement saigné. Du coup ils vont faire fermer le bouic.

  • • M'étonne pas ! De toute façon, il y a un bout de temps que ça ne tournait plus rond là-dedans. J'y ai passé six mois. Merci, je ne recommencerai pas.

A tire d'Elles n° 92

prostitution,prostitution populaire,sexualité,prostitution parisienne,moeurs

Fouetté ! !