Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2012

Brèves du trottoir n° 94

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne


Comme l'un de ses visiteurs marchait vers la sortie, notre Lydia nationale ne se soulageait pas d'une mauvaise humeur. 

D'abord, des locataires nouveaux dans l'immeuble et qui prétendaient la faire expulser. « Alors que je loge ici depuis presque trente ans avant leur arrivée, ces connards ! Ils font signer contre moi et deux copines une pétition de merde ! oui, mon cul, tu parles ! » 

Et t'aussi la police qui, depuis 2003, colle de plus en plus de PV aux dernières courtisanes traditionnelles du coin. Et pourquoi donc ? Parce qu'au lieu de s'avilir dans la mendicité, elles choisissent de gagner du fric en satisfaisant la demande de l'homme toujours aux aguets sexuels ! 

Pourtant Lydia à fait tout son possible pour réglementer sa situation. Elle s'est déclarée travailleuse indépendante, personne physique dotée d'un numéro SIRET … etc., etc. 

Elle a dû déjà vendre, sous menace d'être accusée de proxénétisme par le juge, un des trois studios achetés avec de l'argent honnête. Un argent perçu lorsqu'elle participait aux 3 X 8 sur le ruban, une cadence pareille à celles du prolo reniflant la limaille chez Renault. 

Reste qu'elle n'habite pas les deux studios restants. Elle y vient simplement pour siffler le passager, c'est tout. 

Elle se paie un confortable appartement parisien, je ne vous indique pas où. 

Elle y entretient même un vieux, bien vieux julot qui n’eut jamais vraiment autorité sur elle. Il se traîne pour ainsi dire quasi impotent. Il coûte en médicaments non remboursés par la SS. L'est tout ratatiné du gland jusqu'à la cervelle. Regardez : Il lui arrive de percer des trous dans d'anciens tickets PMU périmés … « Je l'engueule et puis je fais semblant d'aller les jouer au bureau de tabac. Je m'en donne de la peine, tu sais. » 

  • Pourquoi tu le gardes ?

  • Il fait partie de ma jeunesse.

 

12/08/2012

brèves du trottoir n° 93

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

- On y va m'sieur ?

- Dans un petit moment

Brèves du trottoir n° 92

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Lui, sous le renfoncement d'une entrée récemment murée, ça fait tout une heure qu'il observe le va et vient d'une gagneuse.

Elle lui fiche la paix. Et pour cause : c'est un habitué capable de verser le prix de toutes les passades qu'elle réalise et dont il compte la quantité. Il ne monte finalement avec elle que pour la payer du spectacle.

Des comme lui elle en redemande.

05/08/2012

Brèves du trottoir n° 91

 prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Elle vient de l'entôler ; il s'en va n'osant pas protester d'être floué.

Brèves du trottoir n° 90

 prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Quelques-uns de ses passagers demandaient à être sodomisés par le videur de service. Mais ce n'était pas toujours prudent ... alors elle leur proposait d'avoir recours à tel ou tel de ses copains.

Ce caprice coûtait 200 frs  au temps d'avant hier quand les filles montaient pour 100 frs.

29/07/2012

Brèves du trottoir n° 89

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Lydia mécontente de voir une semeuse d'emmerdes telle que Hélène venir éponger le clille dans le même immeuble qu'elle.

- Elle travaille mal ! les mecs vont croire que nous travaillons toutes mal comme elle ! une publicité comme ça, j'm'en passe !