Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 2)


bd,bande dessinée,tarzanide,tarzan,bd anciennes,illustration,dessin

Tout au loin, un drapeau japonais s'agite, bat de l'aile. Reconnaissons l'héraldique « Soleil dormant » c.à.d. le pavillon du Japon en période de paix. Or c'est la guerre. 

L'affrontement extrême entre américains et nippons, d'où résulta la deuxième guerre mondiale qui doit peut être beaucoup plus à Hiro Hito qu'à Adolf H. 

L’emblème des fils du Levant devrait donc être celui du « soleil éclatant » ou « Soleil éveillé » lorsque ROAG, en 1943, détruit avec un lance-flammes un repère de « petits hommes jaunes » (Buck Danny. N° 487 dans Spirou).

 Couv, n° 6. Publication mensuelle. Année 1948.


Mais ROAG n'existe pas. C'est du moins ce qu'un collectionneur peut croire s'il limite ses recherches à la lecture de l'index général des officiels BDM (2001-2002) et (2009-2010). 

Voici donc un Tarzanide n'ayant laissé qu'un maigre souvenir dans la mémoire collective des vieux adultes d'aujourd'hui ! J'en lus pourtant six ou sept numéros lors des années 48 et 49 … Publiés qu'ils étaient aux Éditions Voix Françaises et scénarisés par un Cugnot soutenu par des dessins débutants signés Géo Mattéi. Plus tard, en 1984, ce même Mattéi, devenu expérimenté façonnera un autre Tarzanide : Rugha, pour l'éditeur Artima. 

Au cours d'une vingtaine d'aventures ROAG voyage d'île en île, toutes habitées de peuplades fréquemment hostiles. Le numéro 10 présente une particularité le rendant différent des précédents : l'écriture en est tapée sur machine à écrire. En bas de dernière page (la huitième) on voit une petite annonce invitant à lire Garry kid, un autre produit de l'éditeur dont l'adresse était à Nice. 

Garry Kid, cow boy auquel il arrive de piloter des avions, fut mis en images par un certain Bob Legay dont les personnages, à ses débuts, qu'ils marchent ou qu'ils combattent, ont toujours un peu l'air de danser. 

Nommer Bob Legay ici, n'est d'ailleurs pas un hasard puisque lui aussi anima un Tarzanide : Tim L'Audace né en 1947. Tarzanide qu'il reprit des frères Giordan après que ceux-ci aient délaissé leur premier héros pour se consacrer aux récits dits de science fiction. 

Sur le web, le numéro 6 de ROAG est proposé à la vente pour 28 €. Je ne vends pas mes exemplaires mais je les échange volontiers contre les mêmes numéros présentant un état neuf. Les miens ont subi l’outrage du temps et les turbulences de l'enfance.

 

bd,bande dessinée,Tarzanide,Tarzan,bd ancienne,illustration,dessin

Les jambes allongées de la jolie Laura au ras du sol avec un léger cadrage par

en-dessous, suffirent à offusquer mon maussade instituteur à blouse grise.

Il me confisqua le petit journal mais – miracle ! - me le rendit à la veille des grandes vacances. 

Je savais qu'il le gardait caché sous le pupitre en bois de son bureau installé en chien de garde sur l'estrade. 

Combien de fois ai-je pensé reprendre mon bien pendant les dix minutes de récréation, quand cet instituteur s'absentait, lui aussi, hors de la classe déserté. 

 

 

25/08/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 1)

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Couv, n° 2 de Ogar

 

Un faux tarzan moins recherché que Targa et moins connu que Akim chez les collectionneurs. 

Lorsque Francis Lacassin rédige en 1963, et pour la revue Bizarre, une enquête sur l'origine et la descendance de Tarzan, il cite une toute petite quinzaine de personnages fabriqués en tant qu'avatars du fameux « Seigneur de la jungle ». Sans toutefois les qualifier de Tarzanides, ce mot n'ayant été vraiment utilisé qu'à partir de la décennie 70. 

Ogar, Tarzanide parmi les pionniers du genre, fut édité par « Le journal des Jeunes » en la ville de Lyon. Lacassin, par deux fois, donne la date 1947 pour début alors que le BDM 2001-2002 donne 1948. Le journal compte simplement huit pages mais d'un format généreux (36,5 X 25,5) où les images intérieures sont imprimées à l'aide d'une teinte bleue. Seules les couvertures exposent des couleurs différenciées. C'est elles, surtout, qui attirent les mordus de BD anciennes. Quant aux dessins ils sont signés de Mondet (Yves) lequel travaillait aussi pour un autre éditeur lyonnais : Wolff. 

Comme n'existe aucune reliure répertoriée groupant les huit numéros publiés Ogar, toute reliure éventuellement en votre possession résulterait de la fantaisie d'un amateur ou d'un petit faussaire. 

En bas de la dernière page du numéro huit, on annonce une prochaine « Formidable Aventure de Ogar » à paraître sur seize pages – promis, juré, chers petits amis lecteurs. Soixante ans après, Anne, ma sœur Anne, rien n'est venu ! 

Ogar,bd,bande dessinée,Tarzan,bd ancienne,illustration,dessin

Je devins très tôt méfiant envers certaines éditions de journaux de BD destinés à la jeunesse. Lorsque ceux-ci promettaient, par exemple, de doubler le nombre de pages, le truc consistait parfois à diviser par deux la hauteur des pages, leur largeur devenant alors leur … hauteur. 

N'étant pas détenteur du numéro 1 de Ogar (Le trésor de Montézuma) j'accepte volontiers que vous me l'adressiez gratuitement au cas où il encombrerait votre bibliothèque. Votre générosité me permettrait, enfin ! de coller une tête sur les sept membres de ma collection encore incomplète du « Démon des Savanes ».

Voilà. C'est fini pour aujourd'hui comme on dit dans Secret Story. (Continue comme ça Nadège ! C'est toi la comédienne la mieux rusée du lot). 

Ah ! je viens de réussir à ne pas parler du défunt Jean-Luc Delarue. 

Original, non ?

Ylar

18/08/2012

Les Greniers de la BD n° 9

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Reliure amateur comprenant 8 exemplaires non numérotés, chacun de 16 pages. 

Edition La Belle Hélène, 1948.


 Au départ, un bloc de journaux mensuels et agrafés entre eux mais ayant perdu leur couverture ; et que j’achetai chez un revendeur de vieux bouquins, qui tenait boutique non loin de la Mairie de Montluçon. 

Était-ce pendant les années 1955-56 ? longtemps, longtemps après, en janvier 1990 (ce me semble !) j'ai fabriqué une couverture cartonnée qu'ensuite j'ai illustrée en m'inspirant d'un dessin de Mouminoux. Cette interprétation, je l'ai paraphée en unissant la signature de Dimitri Mouminoux avec l'un de mes anagrammes = Ryal. 

Sous cette même couverture, le fascicule intitulé « L’épreuve » est complété trompeusement par une feuille errante « Histoire de Casablanca », feuille rescapée d'un exemplaire disparu de la même collection. J'ai filouté en écrivant le mot « fin » dans la dernière image de la page 14, rien que pour donner l'illusion que ne sont pas absentes les deux pages finales d'origine par lesquelles devrait se terminer réellement « L’épreuve », épisode de Zar'o. 


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin


Une des planches n. et b. de Zar'o. De longues scènes de bagarre entre hommes compensent l'absence de séquences érotiques mobilisant filles et garçons. Pendant la deuxième moitié des années 40 lorsque des éditeurs français s'essayèrent à distribuer un peu de sexy dans leurs magazines destinées à la jeunesse, ils recoururent aux produits américains. Une des lois de 1949 stoppa toutes leurs tentatives jusqu'au début des années 1970. 

Les pleins et les déliés du lettrage indiquent que Mouminoux utilisait une plume métallique. Mais dans les personnages et les décors, le pinceau souple venait compléter le premier tracé des profils. 

Très doué, Mouminoux produisit énormément, y compris pour des journaux destinés aux vraies petites filles de l'ordre catholique (Âmes Vaillantes). 

Aujourd'hui, des historiens s’intéressent à son parcours politique puisqu'il écrivit sous le nom de Sajer le récit (+ ou – véridique ?) de son engagement guerrier dans la Wehrmacht. 

Il n'est pas encore interdit de lire « Le Soldat oublié », 1967,

14/08/2012

Hier, journée des enfants du diable

gauchers,journée des gauchers,bd,bd ancienne,tarzan,burnes hogarth

Lord Greystoke

alias Tarzan

EST un gaucher quasi permanent dans les dessins américains signés Burnes Hogarth, lequel de Hogarth Burnes était lui aussi un gaucher.

 

gauchers,journée des gauchers,bd,bd ancienne,tarzan,burnes hogarth

Dans la version française publiée pour la première fois le samedi 7 octobre 1950, le poignard est escamoté. Sans doute les belles âmes chargées de retarder l'émancipation intellectuelle des enfants, n'ont-elles pas eu conscience que la forme de la chevelure est autrement plus aggressive que celle de l'arme à couper la brioche du dimanche.

 

Lorsqu'avec l'aide involontaire des peuples guerriers venus de Germany, les premiers chrétiens ravagèrent l'Empire Latin, ils entrèrent en conflit avec les mœurs de nos ancêtres païens, lesquels utilisaient officiellement leur main gauche pour se masturber.

Les doctrinaires chrétiens ne tolérant la sexualité humaine que sous l'aspect d'un austère « devoir conjugal » s’employèrent à calomnier cette main gauche jusqu'à la rendre honteuse parmi les peuples, notamment en la taxant de « main du diable » donc de « main du vice ».

Il est révélateur de la persistance religieuse d'avoir à constater que presque tous les médecins européens, jusqu'au milieu du XXe siècle, condamnaient auprès des parents la masturbation chez l'adolescent et l'adolescente.

11/08/2012

Les greniers de la BD n° 8

 Les groupes PUNK ne sont toujours pas de ma tasse de thé au rhum.

Mais quand même ! Je trouve excessif qu'une n'église orthodoxe et qu'un Rage-Poutine s'acharnent contre trois jeunes femmes dont tout le « crime » se résume à un moment de pitreries dans une cathédrale baptisée de Christ- Sauveur.

 

Et j'attends justement que Christ-Sauveur sauve ce trio d'artistes dont la provocation politique dans un lieu religieux n'aurait probablement pas impressionné celui qui, à grands coups de fouet, expulsa hors d'une synagogue les marchands.

 

Moi, j'appartiens à cette catégorie d'athées s’accommodant assez bien des récits plus ou moins crédibles et relatifs à la vie d'un gaillard dont la maman fut peut être engrossée par un guerrier païen tenant garnison dans Nazareth.

 

A ce propos, j'espère que vous avez noté qu'à chaque fois que Jésus-Christ effectue un geste décisif pour fonder sa religion réformatrice, c'est Pendant ou Après un bon repas en bonne compagnie. Il y côtoie même des femmes parfumées comme des … comme des femmes. Et son acte le plus essentiel, celui de l’Eucharistie, il l'accomplit encore à la fin d'un banquet entre copains. Quel homme !

 

Ci-dessous, l'extrait d'une BD anticléricale publiée dans Recto-Verso, année 1983.

On aime ou on n'aime pas.

C'est comme le potage à la rhubarbe non sucré.

Bar-Zing

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

25/07/2012

Les Greniers de la BD n° 7

Batman est de passage dans Montluçon City infernale. 

Les premières apparitions BD décisives de Batman en France ? Elles datent du lendemain de la capitulation allemande. 

En 1947 et dans l'hebdo L’astucieux où l'homme Chauve souris (incidemment jeu de mots) débute ses exploits dans le numéro 1 du 14 mai.

Son titre : Les Ailes Rouges. Les petits écoliers de la toute nouvelle république apprirent à connaître Le Pingouin … malgré la réprobation de leurs instituteurs. 

L'année précédente le magazine Tarzan s'était montré précoce, publiant d'autres aventures de Batman dans lesquelles Le Pingouin n'existait pas. Cette série s'étala sur 71 numéros. D'abord présentée comme créée par Brantonne pour les textes et les dessins, le nom de Brantonne fut ensuite gommé à partir du numéro 48, son travail s'étant toujours limité au seul lettrage de la traduction française des originaux américains *. 

Longtemps, Batman s'accompagna d'un adolescent joufflu de partout, y compris vu de dos, et prénommé Robin. Pour combattre les gangs dans Gotham City, il arriva à ce charmant garçon de se travestir en empruntant des vêtements féminins. Comme prévisible, des messieurs abusés par les dentelles et le rouge à lèvres tinrent des propos amoureux à l'oreille de cette fausse jeune-fille. Quelle horreur ! Mais heureusement, doux Jésus, les mœurs de Socrate n'ayant pas valeur humaine chez les héritiers d'Abrahamm, l'éphèbe Robin s'effaça de plus en plus de toutes les BD de Batman. 

Une disparition graduée d'autant justifiée que cet orphelin (?) vivait dans l'intimité d'un riche et vigoureux adulte, célibataire qui plus est, et répondant au nom de Bruce Waynes. 

Bruce Waynes alias Batman.

 

  • Depuis 1983, une biographie succincte concernant Brantonne a été éditée par Le Dernier Terrain Vague. Yves Frémion en est l'auteur. Offrez-vous la au hasard de vos flâneries parisiennes, sa rareté l'a rend indispensable à vos collections. 

Ai-je mal lu ? Me semble que Batman n'est pas présent dans l'index de « Bandedessinée et figuration narrative », catalogue de référence édité en 1967 lors de l'exposition du même nom Rue de Rivoli. Bob Kane, créateur de Batman n'y est pas non plus signalé.