Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2012

Les greniers de la BD n° 14

Spirou,Rob Vel,BD,BD belge,BD ancienne,Editions Dupuis,hebdomadaire pour enfants,

Pas une tête à claques

une tête à pourboires

(Portrait Spirou 31 juillet 1947)


 A ses débuts SPIROU se présenta sous l'aspect d'un petit groom à chevelure rouquine, et ses aventures drolatiques étaient publiées dans un journal hebdo marqué de son nom. 

En Belgique, dès 1938.

L'habit faisant souvent le moine, les lecteurs en conclurent que le créateur signant ROB VEL était de nationalité Belge. En réalité il était français, se nommait Robert VELTER. Bel et bien né en France puis mort en France (1991 à Saint Malo). 

ROB VEL est généralement connu du grand public pour ses bandes dessinées. Alors qu'il dessina et coloria tout autant des illustrations de textes et de cartes postales. 

Voici une des cartes postales produites par sa main d'artiste. Au dos, le tampon PTT indique 1940 (Allier). Elle était adressée via Garnat-sur-Engièvre à une demoiselle institutrice. (Maintenant, celle ci réside sans payer de loyer dans le cimetière Est de Montluçon). 

 

Carte postale,carte postale ancienne,illustration,ROB VEL,

 

Les esprits tordus peuvent faire remarquer que ROB VEL, adulte, attribua à une queue de vache un mouvement coquin généralement attribué aux messieurs d'attitude rabelaisienne. 

Messieurs que ma maman me déconseillait d'accompagner en promenade sur les chemins broussailleux de l'ancien Domaine de l’Étang. 

 

A bicyclette, sans Paulette.

 

Doktor Jivaro

01/12/2012

Les greniers de la BD n° 13

 Coupez lui la tête et pendez le !

 

J'ai connu la BD d'avant 1949 lorsque j'étais gosse. J'en collectionne encore plusieurs titres. Aussi ai-je retrouvé, fouillant mes vieilles paperasses gardées sans soin, beaucoup d'images ayant en commun d'être impossibles à re-publier dans des albums destinés aux enfants d'aujourd'hui. 

Par exemple, un thème comme celui de la pendaison. 

On pendait « haut et court », souvent, dans les bandes dessinées de mon enfance. Je vous en présente au dessous quelques extraits. Leur petit nombre ne rend évidemment pas compte de la quantité de dessins BD consacrés à cette « justice expéditive » fréquente, dit-on, dans le Far West. 

Une évidence sociale en ressort pourtant. Une solide corde de chanvre vaut mieux qu'un long discours « droits de l'homme » lorsqu'il s'agit d'assurer la sécurité publique.


Tarzan,bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

Le bourreau ne va pas couronner « le géant bronzé demi-nu, roi de la jungle ». Il va l'étrangler – ou lui briser les cervicales. Mais Tarzan demeure d'un calme olympien sévère. Son « regard d'aigle » est pareil à celui que des artistes portraitistes français du XIXe siècle attribuaient à un corse « plus français que tous les français ». Un corse, Napoléon Bonaparte, dont l'Arc de Triomphe est encore utilisé (dévoyé ?) par des républicains démocrates incapables depuis 1874 de débarrasser leur mémoire des fastes impériaux de l'Empire Latin des Césars.

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Deux vignettes – choc sorties du n° 49 de JEUDI MAGAZINE, année 1947.

 

Un western produit par NORTIER qui en était à ses premières passes. Le titre ? Pionniers de l'Ouest. 

A cette époque, l'apprentissage du dessinateur se faisait fréquemment sur le tas. Même s'il rendait une BD plus ou moins bancale elle pouvait être publiée semaine après semaine. Au moins servait-elle à remplir une page ! et leur auteur devait se suffire d'être payé avec des clopinettes. 

NORTIER, une fois rodé, fera le relais avec POÏVET pour quelques planches des Pionniers de l'Espérance imprimées dans l’hebdomadaire communiste VAILLANT. 

On doit aussi à NORTIER un des Tarzanides de 1948 : TAO l'homme fauve, dont je vous parlerai avant la fin de l'hiver si la déesse des athées me garde vivant.

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

L'éditeur CHOTT gagna une place de champion pour la création de situations cruelles dans les BD, visant les suffrages d'un public de gamins populaires français, tous rescapés de la seconde guerre mondiale. 

Le dessin est extrait du terrible Big Bill le Casseur n° 7, année 1947. 

Avant hier, lorsqu'un instituteur coiffé d'un béret d'ennui me tirait par l'oreille, c'était les ligues féminines de vertu religieuse qui s'alarmaient contre les ouvrages BD fabriqués par CHOTT. Aujourd'hui, si CHOTT se relevait d'entre les morts, ce serait la féministe libérée lesbienne qui gueulerait contre lui.  


Coq Hardi,bd,bande dessinée,bd ancienne,éditions des remparts,illustration,dessin

 

Ci dessus, vous avez été déçu, mon brave. On ne voit pas un seul pendu. Pourtant le texte est explicite : Il y bien deux pendaisons simultanées. Mais le dessinateur Le Rallic fut obligé d'en gommer les cadavres pour les remplacer par des lignes pointillées simulant quelque palissade. (On voit mieux ce détail dans l'original du n° 96 de Coq Hardi).


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin


Se balançant d'un seul bras, Tarzan poignarde éventre le guerrier noir qu'il vient de pendre à l'aide d'un lasso confectionné d'herbes tressées. Ainsi venge-t-il Kala, sa mère adoptive assassinée par l'ennemi. 

C'est après avoir tué cet indigène que Tarzan renonce à pratiquer le cannibalisme. Ce renoncement contraire à la nature première de l'homme, trouve sa compensation-consolation dans le vol du vêtement porté par l’ennemi abattu. Dans cette circonstance, en effet, le jeune Tarzan apprend à se vêtir. Mais s'il se vêt ce n'est évidemment pas par pudeur. C'est par la légitime appropriation d'un objet appartenant à l'ennemi vaincu. C'est une preuve matérielle de victoire.

 

Le paquet grossier du feuillage cachant les fesses du bel adolescent, n'est qu'une vulgaire concession faite à la censure par l'éditeur italien Del Duca. L'original américain, œuvre de l'excellent FOSTER, ignore cette pudibonderie.

 

Doktor Jivaro

 

24/11/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 9)

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin,Tarzan,Coq Hardi,Marijac,

Coq Hardi n° 160, année 1949 

 

TAR-ZAN / ZAN-ZAN

 

 Feuilletant plusieurs albums de la collection COQ HARDI, j'ai arrêté mon regard sur l'une des vignettes dessinées par Jacovitti pour sa BD parodiant le personnage de TARZAN. 

 

Un TARZAN que Jacovitti casse d'abord en deux syllabes avant d'en réduire le titre à sa seule syllabe finale doublée. Pourquoi cette modification ? Peut être que Jacovitti et son employeur du moment – Marijac – s'évitèrent ainsi un procès de la part du propriétaire et des distributeurs du célèbre TARZAN. 

 

Revoyons l'image et parions qu'une pantomime pareille est impossible à éditer dans un journal d'aujourd'hui pour l'amusement des enfants. A moins d'en détourner le sens et la faire servir à une dénonciation carabinée de l'ancienne colonisation de l'Afrique noire par l'Europe des vilains pas beaux méchants hommes blancs. 

 

N'a-t-on pas parfois l'impression que nombre de démocrates BCBG regrettent de n'avoir pas à raconter avec émerveillement une histoire de l'Afrique du XIXe siècle colonisant l'Europe ?

   

Doktor Jivaro

 

17/11/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 8)

TIM L'AUDACE puisque tel est son nom.

 Sur le web, TIM L'AUDACE n'est parfois signalé que comme une BD commençant pendant l'année 1952. Année où sa publication se fait sur un format de dimensions moyennes (17,5 cm x 23 cm) ; format qui va rapidement se généraliser pour tous les autres titres de l’Éditeur ARTIMA. Et ils furent nombreux les autres titres !

 L'année 1952 n'est cependant pas celle de la première apparition de la bande dessinée TIM L'AUDACE parmi tous les Tarzanides. C'est plutôt celle de sa disparition. C'est à dire l'année pendant laquelle ce champion demi-nu proche du paganisme va être accablé de pudeur. Ce qui va l'obliger à se déguiser en gentleman, pantalon long et chemise boutonnée, avec un paire de bottes protégeant la fragilité des orteils. Ainsi s'imposent les exigences vestimentaires « bonnes mœurs » selon lesquelles l'homme respectable-respecté doit s’interdire toute promenade en slip sur le Boulevard de Courtais.

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Il faut donc savoir que l'authentique TIM L'AUDACE naquit en 1947 à Monaco (et non pas en 1952) et que sa toute première série BD compte 22 numéros, d'assez grand format : 24,5 cm x 21 cm, l'un.

Seuls ces 22 premiers numéros de la vraie première série sont dessinés par les frères Giordan, prénommés Raoul et Robert – ou l'inverse. 

Lorsqu'avec le numéro 22 cessa de paraître TIM L'AUDACE, les frères Giordan créèrent METEOR. On était en 1953. Tous les mordus des BD publiées pendant les années 50 en France, connaissent METEOR, brochure contenant des histoires de science-fiction. 

Étant donné que le tarzanide TIM L'AUDACE et la bande dessinée METEOR ont pour auteurs les mêmes frères Giordan, existe-t’il des points communs entre les scénarii de ces deux publications ? Répondons que nous en trouvons sans trop avoir à nous y attarder.

 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Sont-ce (comme disait Giscard d'Estaing) 3 images science fiction éditées dans METEOR ? Non ! non car Il s'agit de fragments de l'aventure numéro 12 de « TIM L'AUDACE au Cœur de la Terre».


Comme dans beaucoup de Tarzanides, les mouvements et les situations du héros de papier sont imités des créations originales signées Burnes Hogarth pour Tarzan. Même la répartition des images sur chaque planche BD vient de l'exemple Tarzan : quatre bandes horizontales comprenant trois images chacune. Toute image plus grande est faite soit de l'addition de deux images plus petites, soit de quatre, et l'on reconnaît là-dedans la disposition graphique inventée par Hogarth pour son chef d’œuvre : « Tarzan et les peuples de la mer et du feu » 

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

Encore et toujours l'influence exercée par Hogarth sans qu'il y contraigne ses admirateurs. Robert et Raoul se firent moins copieurs que beaucoup d'autres mais leurs emprunts demeurent faciles à repérer. 

bd,bd ancienne,tim l'audace,frères giordan,artima,éditions aredit

Une des cent quatorze couvertures fabriquées par Bob Legay pour la deuxième série de TIM L'AUDACE, avant de passer le relai à Robert Hugues qui met un point final à ce titre au quarante deuxième numéro de la troisième série.

Pendant ces cent cinquante six numéros édités entre 1953 et 1965 l'acrimonieuse Demoiselle Censure réussit à rayer TIM L'AUDACE de la liste des Tarzanides



Herr Doktor Jivaro

10/11/2012

Les greniers de la BD n° 12

NOUNOUCHE ? Comment ça, tu ignores NOUNOUCHE ?

On t'a sans doute prévenu contre elle : ce n'est pas de la bande dessinée. Et pourquoi donc ? Parce que chez elle il n'y a ni bulles portant des paroles, ni onomatopées, et que le texte doit être lu en dehors, en dessous des illustrations. Et alors ? C'est du pareil chez Bécassine de Pinchon, chez les Pieds Nickelés de Forton ; ça l'est aussi lors des débuts de Tarzan dessinés par Rex Maxon  : l'écriture n'entre pas non plus dans l'image. Une séparation qui ne dissuade pourtant pas les professionnels de plonger ces personnages dans le monde grouillant des BD.

Le premier titre de NOUNOUCHE fut publié en 1949. Non, pas en 1949, non. Cette année là ce n'était que des rééditions du titre proposées aux enfants. 

- Aux gamines ! Dites le, allez, c'était principalement adressé aux filles.

Mouais, admettons. Admettons et précisons : NOUNOUCHE naquit en 1938. Le nom de son papa figure en bas à droite des couvertures. DURST qu'il signait.


 bd,bande dessinée,bd ancienne,Nounouche,illustration,dessin

 

Comme beaucoup d'autre petits héros de BD capables de divertir la jeunesse, NOUNOUCHE s’exerça d'abord à tous les métiers : blanchisseuse, maîtresse d'école, fermière et infirmière, etc. Elle se fit même danseuse. Depuis le XIXe siècle, faire le tour du monde était à la mode dans les romans pour enfants. Notre NOUNOUCHE évolua dans ce sens, parcourant les pays, les peuples et leurs races alors bien différenciés par l'effet sélectif des frontières. Elle voyagea en Australie, en Asie. Elle piétina le Pôle Sud qui est plus froid que le Nord. Pilote précoce elle s'envola dans son joli n'avion « Le Pinson » et atterrit en Océanie.

En Océanie où elle risqua être cuite bouillie dans la grande marmite de la tribu qui est aussi la marmite familiale. 

Les enfants sont faits pour être mangés. Les fabulistes vous le certifieront. On commence avec le croquemitaine, on finit avec Gilles de Rais. Et comme ce sont les adultes qui écrivent des contes truffés de sous-entendus féroces pour leur progéniture, on comprend que les enfants apprennent très vite que leur sécurité  résulte de l'art de ne dormir que d'un oeil.

Le bon DURST (André) semble avoir eu des problèmes d'ordre intime avec sa sympathique petite héroïne. Au commencement, il la dessine vêtue d'une petite jupe mais sans petite culotte en dessous. Ouh, la petite vilaine ! Ou plutôt : ouh, le vilain Monsieur ! Heureusement, Papa se corrige par la suite : deux petits traits courbes indiquent que « Petit Bateau » est de retour au port. Mais de temps en temps, il y a quelques oublis. Alors c'est l'imprimeur qui colle une tâche rouge pour reculotter in extremis NOUNOUCHE. Il y a aussi dans le premier album, ce long sommeil qui enveloppe NOUNOUCHE. Elle rêve mais son rêve tourne au cauchemar et elle ne s'en réveille que lorsque le Père Fouettard lui plante un javelot dans le nez, faisant jaillir le sang. Comment ne pas imaginer que cet endormissement correspond symboliquement à une longue période pendant laquelle la fillette passe de l'enfance à la puberté, et que le sang soudain jailli évoque la brusque éruption des menstrues ? 


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,nounouche,dessin

Quand le dessinateur et l'imprimeur négligent la vertu  

(Extrait de Au pays bleu, volume 3)


Les pérégrinations de NOUNOUCHE parurent en deux éditions identiques, l'une à partir de 1938, l'autre à partir de 1949, chacune, comptant trente numéros. La première imprimée en Belgique ; la seconde en France, à Lyon autrefois capitale des Gaules et, aujourd'hui, capitale des Bouchons. Tous les numéros contiennent 32 pages teintées bleu et rouge avec des dégradés de sombres à clairs par trames superposées. L'édition belge est cousue, l’édition française agrafée. L'édition belge contient quatre pages centrales supplémentaires mais non numérotées. 

Je dus lire quatre ou cinq exemplaires lorsque j'étais tout gosse. Lire n'est pas exact. Je me contentais d'en regarder les vignettes, de les « manger des yeux ». Ces livres m'étaient prêtés par une jeune voisine plus âgée que moi qui en étais à l'apprentissage de la lecture. Ma mère me faisait prononcer les mots en les soulignant du doigt après me les avoir lus. 

Comme quoi NOUNOUCHE fut une copine de ma petite enfance. 

Dr Jivaro

 

04/11/2012

Les greniers de la BD n° 11

Depuis 2009 (Septembre) les Éditions du Bleu et Noir rééditent un des journaux mensuels de 12 pages parmi les plus courus de mon enfance. Il s'agit de YAK.

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

YAK fut d'abord épaulé par MON JOURNAL en 1949 avec Bernadette Ratier pour gérante.

On ne présente plus Bernadette Ratier bien connue par tous les collectionneurs de Bande Dessinées.

Les 3 premiers fac-similés de YAK (publiés simultanément avec ceux de son « frère », le corsaire BRIK) me semblent d'un format sensiblement différent par comparaison de leurs originaux.

L'initiative de JA Santiago reste néanmoins excellente. Souhaitons qu'il puisse conduire de bout en bout la réédition des nos deux champions autrefois dessinés par Cézard sur des scénarios de Marcel Navarro, lequel de Navarro agissait caché derrière J-K Melwyn-Nash.

 bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

Deux couvertures Brik YAK (n° 22 et 32) suffisent pour constater l'appauvrissement que la censure votée en 1949 infligea pendant plus d'une décennie aux revues de BD destinées à la jeunesse en France.

 Bar-Zing