Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2013

Astérix : le 36e épisode

Dessein : Harlem Désir

Texte : Taubira

 

astérix,uderzo,goscinny,jean-yves ferri,didier conrad,éditions albert rené

 


19/10/2013

Tarzanides du grenier n° 40

Elmo Lincoln,Tarzan,cinéma,bandes dessinées anciennes,tarzanides,Elmo Lincoln,TARZAN the ape man








Glenn Morris à l'âge de 26 ans. Titre du film : TARZAN'S REVENGE.

Le critique Lacassin dans Bizarre (1963), s'amusa d'écrire qu'ici Tarzan ne craignait pas les lions mais craignait d'avoir mal aux pieds.

Image pêchée dans l'almanach TARZAN pour l'année 1951.

 

 

 

Par Tarzanides on comprend toujours des personnages façonnés à la ressemblance d'un modèle unique, celui du héros imaginaire créé par l'écrivain Edgar Rice Burrough : TARZAN the ape man.

 

En 1912.

 

Rapidement Tarzan s'évade de la littérature pour devenir vivant dans un tout nouveau métier d'art : le cinéma. Et c'est un certain Elmo Lincoln qui incarne pour la toute première fois à l'écran Tarzan adulte. On est en 1918, donc le film est muet. Il ne se fait parlant qu'avec les années 30. C'est alors que le souffle de Tarzan parvient à l'oreille du spectateur mais ce n'est pas pour parler, c'est pour crier. Cri primal de l'enfant à sa naissance.

 

Bien des acteurs, presque tous américains, se relayèrent pour prêter leur visage à l'invincible « Roi de la jungle ». La mémoire populaire ne garde guère d'entre eux que les noms de Weissmuller, de Lex Barker et, parfois aussi, celui de Gordon Scott parce que ce dernier se distingua particulièrement dans de nombreux péplums des années 1950 – pas automatiquement des nanars !

 

Cependant, chacun de ces gaillards endossant le rôle de Tarzan ne devenait-il pas un tarzanide de chair et d'os plus crédible que les Akim, que les Zembla et autres plus anciens Tarou ou encore Tamar ?


Docteur Jivaro

12/10/2013

Les tarzanides du grenier (n° 40)

 

tarzan,Philip José Farmer,Guy de Lucheney,tarzanide,éditions Chute libre,éditions Seuil,bd,bandes dessinées anciennes,hogarth






 



 

Faux jumeaux, vraies lectures.


Deux couvertures, l'une 1972, l'autre 2010. La première éditée par CHUTE LIBRE, la seconde par SEUIL. Philip José Farmer et Guy de Lucheney, espacés de presque quarante années.



tarzan,philip josé farmer,guy de lucheney,tarzanide,éditions chute libre,éditions seuil,bd,bandes dessinées anciennes,hogarth







Une seule image utilisée pour les deux titres : Tarzan vous salue bien ET Moi, Tarzan. Deux ouvrages montrant comment Tarzan – supposé être un homme réel – perçoit son existence racontée par les romanciers et par Hollywood. Cependant, l'image, sortie d'une BD signée d'Hogarth en 1941 a subi un agrandissement, et la trame d'imprimerie permettant d'éclaircir la couleur orange du fond n'en devient que plus visible sur le muscle élargi du héros phallique.


Nous ne sommes plus des enfants, ne nous laissons plus berner. Regardez bien, regardez mieux : ce n'est pas son index que brandit Tarzan, c'est son doigt majeur. Celui du « doigt d'honneur ». Vérifiez en comptant les doigts à partir de l'auriculaire plié.


Comment expliquer ? Hogarth étourdi pendant qu'il dessine ? Hogarth malicieux, volontairement grivois pour tester si le correcteur - maison - pointera le geste interdit dans un journal américain de 1941. Ou alors Hogarth victime des obsessions de son « inconscient freudien » ? Je n'en sais rien, je m'en fiche même. Mais je me suis souvent agacé de l'hypocrisie fréquente dans le graphisme de celui que ses admirateurs surnomment - sans ironiser - le Michel-Ange de la bande dessinée.


Si Michel-Ange avait utilisé l'anatomie humaine comme l'utilisât Hogarth, jamais Jules II et les meilleurs de ses contemporains ne lui auraient confié la décoration du plafond de la Sixtine.

 

 

Docteur Jivaro

05/10/2013

Les BD - Les justiciers masqués.

king le vengeur,giordan,tarzan,censure,hogarth,tarzanide,héros masqués,publi voq,bob leguay,bd,bédé ancienne,illustrés pour enfants












Bob Leguay,

1926-1996.


 

Il me plairait assez que cet exemplaire de KING Le Vengeur ait été le tout premier numéro imprimé à Draguignan et publié depuis Nice, avec Bob Leguay pour l'écriture conjointe au graphisme. Malheureusement pour ma pomme, c'est non.

Non, puisque ce personnage masqué débuta dans un format, dit à l'Italienne « 190 X 250 » et que celui présenté ici adopte une présentation en hauteur, c'est-à-dire que le sens de la lecture est fait parallèlement au côté le plus petit. Il y eut douze numéros réellement commercialisés dès fin année 1946. Trois autres numéros annoncés et devant faire suite manquent à l'appel chez les collectionneurs. C'est du moins ce que nous racontons, nous autres amateurs du genre BD « après guerre ». 


Dans le numéro dont la couverture scannée chapeaute notre petit propos (numéro classé 8 dans la série dite à l'italienne) plusieurs détails attirent notre curiosité. D'abord, la datation des pages. Elles sont datées selon la norme américaine. Par exemple, la troisième page précise le mois avant le jour : 10 – 22 - 47 et la page 4 porte le 10 – 24 - 47. Ce qui donne à penser que BOB Leguay terminait une planche tous les deux jours. Enfin, 11 pages sont numérotées à la main, celle de couverture exceptée. Mais la 11e reçoit le nombre 12 après raturage, ce qui amène à 13 la 12e et dernière. Le plus singulier est que cette BD datée manuellement de 1947 ne fut publiée qu'en 1949 alors que PUBLI VOGUE édita KING Le Vengeur dès 1946. 


Peut-être que deux éditions du même titre « La tour maudite » furent imprimées, ce qui expliquerait ce décalage entre deux dates. Il est d'ailleurs à savoir que pendant l'année 1948 aucun KING Le Vengeur ne fut édité. Est-ce que je me trompe à vue de nez ? 


Robert Hugues, qui dessina des BD érotiques notamment pendant une période (les années 70 et début 80) où l'on pouvait librement exposer PENTHOUSE et LUCIFERA sur les rayons des librairies françaises, Robert Hugues raconta avoir été toujours admiratif du style de Bob Leguay … Docteur JIVARO garde ses réticences là-dessus. Leguay a, fâcheusement, raidi la silhouette de TIM l'Audace dont il hérita, en 1952 chez Art-Image devenu Artima. Il en a, aussi, supprimé quasiment toutes les expressions physionomiques. J'en suis donc à préférer quelques-uns de ses scénarios - pas scénarii !! - plutôt que l'ensemble de ses images. Ainsi l'aveu est fait : Je ne tolère dans mes collections la présence du TIM l'Audace de Bob Leguay, qu'à condition de la placer à un rang inférieur à celui où l'élevèrent les frères Giordan. TIM l'Audace jouant à être un tarzanide dans des pays fictifs et se confrontant à des espèces fabuleuses reste à mon avis le seul vrai TIM l'Audace. 


L'autre, le journaliste, celui qui se déplace comme un Weissmuller déguisé en JIM la Jungle, et conduisant quelque safari pour banquier viandard, n'est sans doute qu'un usurpateur. 

 

Docteur Jivaro


28/09/2013

Les tarzanides "Héros masqués"

Signalée par quelques-uns de nos commentaires passés, l'abondance de BD françaises pendant l'occupation hitlérienne de notre pays est maintenant enregistrée comme réalité historique. Réalité longtemps négligée voire niée par les historiens et autres « journalistes agréés », tous plus ou moins influencés les uns par le patriotisme bourgeois gaulliste, les autres par une doctrine communiste finalement utile aux seuls intérêts hégémoniques de l'URSS. 


Dès 1940 et jusque dans les années 47/48, beaucoup d'éditeurs français spécialisés dans les journaux illustrés « pour la jeunesse » abandonnèrent la moitié nord de l'hexagone et s'installèrent en zone sud, celle-ci reconnue « libre » par le nécessaire armistice entre Pétain et Hitler. Comment ça, vous en êtes scandalisé présentement, soixante dix ans après ? Auriez-vous préféré que nos villes, y compris Paris, fussent dévastées par l'aviation allemande toute puissante à l'époque ? 


PUBLI VOQ, avant de se changer en Éditions Monté Carlo - 1947 - édita bien des bandes dessinées depuis la ville de Nice, même si Nice se retrouva ravagée par les bombardements américains en 1944. GARRY KID et KING LE VENGEUR vinrent de sa production mais seulement à partir de 1948. Tous deux scénarisés et dessinés par le jeune Bob LEGUAY, lequel de Bob LEGUAY gagna surtout sa bonne réputation de bédéïste en prolongeant pendant 10 ans - jusqu'en 1961 - le TIM l'AUDACE inventé par les frères GIORDAN en 1947.

 

king le vengeur,king le vendeur,leguay,giordan,tarzan,censure,hogarth,milocctarzanide,héros masqués,publi voq,bob leguay,bd,bédé ancienne,illustrés pour enfant

 

 

C'est principalement de KING LE VENGEUR dont nous vous parlerons, semaine prochaine. S'agit d'un personnage masqué dans un genre inspiré de ZORRO ; mais dont la durée d'existence demeura assez furtive.

 

King le Vengeur,King le Vendeur,Leguay,Giordan,Tarzan,censure,Hogarth,Milocctarzanide,Héros masqués,Publi Voq,Bob Leguay,Giordan,BD,bédé ancienne,illustrés pour enfant


 Un des produits BD année française 1942. Pour les enfants, la violence est bien admise par la morale du gouvernement dans Vichy, mais à condition de parler d'évènements historiques relatant la France en lutte contre tous les ennemis de son unité nationale. 

Docteur Jivaro

 

 

 

21/09/2013

Satanax le superhomme, suite ...

Chose promise, chose due. 


Voici le scanné de la couverture du numéro 1 de SATANAX. Docteur Jivaro comme son nom l'indique, collectionne les premiers exemplaires de diverses revues – et pas uniquement ceux des bandes dessinées  ! Tenez  : il possède le numéro 1 de LUI – 1963 – avec la décevante Valérie Lagrange dénudée mais recroquevillée de façon à ne rien laisser voir d'excitant. Censure oblige.   


Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,


SATANAX apparut comme un superman francisé. Autant écrire  : minimisé. Son graphisme fut tracé par LIQUOIS, qui accompagnait sa signature d'un pompeux «  de l'Académie de l'Image Française  ». Aujourd'hui, un certain Raymond Perrin, connaisseur de journaux pour la jeunesse, qualifie LIQUOIS de « caméléonesque ». Sans doute parce que A. LIQUOIS servit d'abord l'idéologie nationale socialiste, servant ensuite l'Idéologie Communiste. Il se prénommait Auguste, ce qui doit étonner les adolescents de nos jours, eux qui jugent bien normal qu'un gars de Normandie renonce à Romain pour Ansar-Al-Haqq.  


L’histoire de Satard-SATANAX débute dans une « petite sous-préfecture de Garnac ». SATANAX détient ses pouvoirs surhumains non pas d'un savant physicien isolé sur une île, non pas de je ne sais quel mage tibétain abrité des fusils maoïstes  ; il les détient tout simplement, tout ruralement d'un bougre de sorcier logé pauvrement en dehors du village. Un jeteux de sorts, un rebouteux, un type à moustache de paysannerie et dont les joues mal rasées lui servent de toile émeri. Il prononce les paroles magiques secrètes ancestrales ... 


Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,


Et ça y est, le minus Satard se transforme en un phénoménal SATANAX. 


A condition, bien sûr, que le chétif Satard ne craigne pas le feu par lequel brûlèrent le grand maître des templiers et Jeanne D' Arc. Aïe  ! Mais ça ne fait mal qu'au commencement. Tout le contraire de l’empalement qui fait plutôt du bien lorsqu'il commence. 


Les supermen, LE Superman, Batman et Captain Marvel Junior ainsi que bien d'autres engendrés par la matrice américaine, l'occupante armée allemande les avait interdits en France pendant quatre années. Ils revinrent tous en force dans le débarquement du « Jour le plus long », rapportés dans le paquetage des G'IS mâchant du chewing-gum et se dopant Coca Cola. 


Nos mères, alors bien jeunes, apprirent à gainer de bas nylon leurs jambes trop longtemps badigeonnées d'un « jus de café » destiné à (mal) dissimuler que de la cuisse jusqu'aux orteils elles allaient nues. 


Pendant la deuxième moitié des années 40, certains éditeurs français inventèrent des surhommes plus ou moins contrefaits à partir des grands modèles américains. Il s'agissait alors non pas de rivaliser mais de détourner sous un aspect inférieur les modèles du capitaliste yankee afin d'en tirer quelque profit commercial. FANTAX, 1947 en fut le précurseur dans le genre. Ses successeurs furent nombreux sans pourtant être durables. 

 

Mister X l'inexorable,collection Eclair,BD,bande dessinée ancienne,illustré pour enfants,

 

Mister X venait de l'éditeur E.L.A.N., année 1948, logé 5 boulevard des Capucines. Dans Paris, forcément. Ce héros de papier ne masque pas sa figure. Il diffère en cela du WONDEMAN inventé par Dupuich pour les Éditions ARTIMA-TOURCOING. Une présence assez inattendue en France en 1951 puisque la loi de 1949 interdisait dans les journaux destinés aux enfants tout individu fictif capable de planer dans le ciel, comme les anges, les plumes en moins, le sexe en plus.

 

Audax,Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,

 Docteur Jivaro