Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2014

Les Tarzanides du grenier n° 77

Toujours protégées par l'intransigeant copyright Edgard Rice BURROUGHS, voici dans le volume numéro 1 (année 2004) de l’Éditeur SOLEIL, quelques unes des planches BD de TARZAN traduites en français.

 

Nous laissons de côté le scénariste Roy Thomas – qui ne fait souvent que reprendre en les appauvrissant quelques-uns des épisodes des romans originaux. Et si nous gardons le dessinateur John BUSCEMA ce n'est qu'à regret.

 

Tarzan-volume-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une couverture toute endeuillée. Le héros mutilé de quasiment quatre doigts de sa main gauche, à cause d'une intensité égale entre le noir de la page et l'ombre des phalanges.

 

La jungle imaginée par BUSCEMA manque singulièrement d'arbres et, pour le coup, manque de feuillages. L'influence exercée par Joé Kuber est détectable autant dans la figure du fils de Kala que dans la verticalité et la répartition des images. Enfin, ce n'est qu'un Tarzan trop grimaçant, toutes dents sorties comme s'il était contraint de porter un dentier trop grand pour ses mâchoires.

 

Tarzan-vol-1-page-70.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tarzan comme rendu fou furieux. Attention ! ! il vient de faire deux bulles et va mordre.

 

Ma femme surnomme « Westerns dents blanches » toute la production hollywoodienne des années 50 où l'on voit des vachers gominés montant des chevaux qui ruent dans les rues sans jamais laisser du crottin derrière eux. Souvenons nous : l'acteur Burt Lancaster battant tous les records publicitaires du dentifrice dans Vera Cruz – 1954. Ah ! Le grand sourire de son casse-noisettes blanchi artificiellement.

 

Me semble que Soleil Culture Comics n'édita que 3 volumes BD ayant pour dessinateur John BUSCEMA en guise de marionnettiste de Tarzan. Les collectionneurs perdent peu s'ils ne les possèdent pas. Mais il est vrai qu'ils perdent encore moins en les possédant.

 

Docteur Jivaro

 

17/08/2014

Nocturne en ré n° 10

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,sexualité

- Lorsqu'on n'en a qu'une petite, on s'abstient de la fourrer dans une grande.

 

Nocturne en ré n° 9

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,sexualité

 

16/08/2014

Les Tarzanides du grenier n° 76

Lothar - bis -

 

 

Donald-Album-n°-7.jpg

 

  

Effectivement, Lothar est bien le roi d'une tribu africaine présente dans les BD ! (année 1950 et n° 163 de DONALD). Or, Lothar se maintient en même temps comme garde du corps de MANDRAKE, homme blanc tout en élégance civilisée avec son haut chapeau emblème du capitalisme depuis la seconde moitié du XIXe siècle occidental.

 

Devons-nous en conclure que même un roi de noirs ne mérite qu'une place de serviteur auprès de tel ou tel personnage blanc ? C'est ce que durent penser des politiciens pour qui le racisme ne peut exister qu'à sens unique : le blanc dévalorisant le noir. D'autant que dans cette BD américaine les créateurs Falk et Davis attribuèrent à Lothar un équipement vestimentaire vaguement inspiré des mœurs de l'époque coloniale en Afrique Sub-Saharienne. Une peau de léopard couvrant la poitrine et le dos de l’athlète black, semblait attarder celui-ci parmi les « sauvages » animistes d'avant la venue des arabes monothéistes porteurs du sabre de l'Islam.

 

En conséquence la présence domestique de Lothar parut témoigner d'une nostalgie de l'esclavage tel qu'il était autrefois pratiqué dans les États du Sud précédant la dite Guerre de Sécession. Il fallait donc délivrer Lothar. On le délivra en le supprimant vers la fin des années 1970. Il avait eu un rôle essentiel ; il n'en eut plus aucun.

 

Mandrake.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Lothar s'improvisant

Tarzanide

 

Les premiers exploits de Mandrake-Lothar furent réimprimés en 4 volumes par les Éditions des Remparts, année 1980. Ils débutent par la planche du 2/03/1935 où nous apprécions une panthère noire prénommée Rhéta, que le magicien métamorphose en une jeune femme aguichante que nous apprécions mieux encore – Oh ! Oh !

 

 

Docteur Jivaro 

27/07/2014

Nocturne en ré n° 8

Prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,sexualité,

 

Pour sa clientèle, elle se faisait appeler Céline - A cause du titre d'une chansonnette alors à la mode depuis deux trois ans.

Pierre l'appréciait, Céline. Jamais d'emmerdes avec elle. Elle travaille réglo ; elle est d'équerre. Elle va pouvoir s'offrir un studio bien à elle. Elle n'aura plus a débourser pour une location à cette enc … de B … qui loue à trois filles aux mêmes heures. Tu te rends compte des disputes quand une occupe trop longtemps la place ?

Nocturne en ré n° 7

 

Nocturne-n°-7.jpg

 

S'il la suit, il est cuit