Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2014

Les Tarzanides du grenier n° 75

Ce samedi, quel Tarzanide présenter ? Après avoir oscillé entre Kromagoul et Jim la Jungle, Doc Jivaro s'est décidé pour un troisième élu mais pour ainsi dire complètement inattendu des amateurs du genre. Il s'agit de …

 

 LOTHAR

 

Oui, le serviteur, le boy noir du magicien blanc MANDRAKE.

 

Mandrake a forcément pour origine la moyenâgeuse Mandragore, plante réelle mais a laquelle nos aïeux attribuèrent follement moult miracles et malédictions.

 

  

Mandrake-19-11-1939.jpg

 

 

Du n° 102 de Hop Là ! en 1939.

 

A l'époque quel devin annonça 1940 et la suite cataclysmique ?

 

 

 

Loyal, courageux, costaud comme Hercule et chaste comme Perceval, LOTHAR n'en est pas moins un cachottier de première classe. Il est en vérité le roi secret d'une des plus importantes tribus africaines telles qu'on les invente dans la bande dessinée,.

 

Nous vérifierons en fin de semaine prochaine.

 

 

Tout en vous soutirant un dépassement d'honoraires,

Docteur Jivaro vous salue bien.

 

 

20/07/2014

Nocturne en ré n° 6

 

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,sexualité

 

- Gros merdeux !

- Salope ! Putain ! 

La poésie, toujours.

 

Nocturne en ré n° 5

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,sexualité

 

- Si c'est Julia que t'attends, tu perds ta soirée. Elle s'est cassée il y a plus d'une heure. Alors tu peux toujours patienter jusqu'à la Saint Glinglin. Monte donc avec moi.

19/07/2014

Les Tarzanides du grenier n° 74

L'éphémère, tel aurait dû être le surnom dépréciatif de Roll, prétendu « Roi des détectives » et dont les aventures simplettes étaient éditées dans JEUDI MAGAZINE, année 1946.

En une seule page précipitamment bouclée bâclée. 

BD-Jeudi-29-août-1946.jpg

Planche dans le numéro 13 du 29 août 1946.

 

Et pourquoi ranger ce héros zéro parmi nos tarzanides ? Tout simplement parce que les mouvements corporels de ce minus ne sont que les décalques vulgaires de mouvements que Burne Hogarth créa pour TARZAN dans son épisode fameux d'originalité graphique : Peuple de la mer et Peuple du feu. Hogarth s'y délivrait enfin des préoccupations documentaires de Harold Foster, son prédécesseur, et s'orientait vers une gestuelle théâtrale devenue célèbre mais dont l'appartenance à la bande dessinée demeure discutable. 

 

Un écolier, rue Voltaire, me donna à connaître JEUDI MAGAZINE, alors que je touchais à mes huit ou neuf ans. Je tais son nom sans me retenir d'indiquer que ce nom est à l'opposé de grand. Cet enfant habitait rue Albert Thomas. Mais nous pouvions parvenir à son domicile par une petite cour arrière que je suppose être encore accessible aujourd'hui par la rue de Montcourtais. 

 

Une femme revenant de faire ses courses aux abords de la cité Pierre Leroux, empruntait de temps en temps ce passage. Cette dame tenait un petit bar rue de Bretonnerie. Alain Bisson dit brièvement s'en souvenir dans La Semaine de l'Allier on line (24-05-2013). 

 

Il s'y rappelle aussi une imaginaire grande Micheline dont je me demande s'il ne s'agit pas plutôt d'une vraie grande Marcelle, prostituée dont mon père racontait qu'elle fut heurtée par un véhicule alors qu'elle s'adonnait au stop sur la route conduisant à Néris-les-Bains. 

 

Mais où sont les neiges d’antan.

 

Bd-Zorro-22-mai-1947.jpg

 

 

C'est avec son numéro 51 du Jeudi 22 mai 1947 que le titre JEUDI MAGAZINE se changea en ZORRO l'homme au fouet.

 Docteur Jivaro

 

18/07/2014

Expansion brusque des guerres du proche Orient

Entre PAU et DAX

deux trains SNCF frappés

par des tirs Israélo-Palestiniens

Accident-SNCF.jpg

13/07/2014

Nocturne en ré n° 4

 

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,sexualité

 

 

Le petit gros porteur d'un petit bout, Marquise, elle se l'envoyait vers les deux, trois heures du matin le dimanche – pas tous les dimanches. Il finit par raconter : Ma femme va voir sa mère en province chaque week-end. 

 

- Et t'en profites pour venir me voir.

- Après toi je pars en bagnole la rejoindre, ma femme ; et on se ramène le soir sur Paris avec tout un chargement de provisions fournies par la belle mère. Des légumes, des œufs, des confitures … Des confitures il ne m'en faut pas, j'ai du diabète.

 

 Marquise, elle n'en avait rien à péter du diabète du petit gros à petit bout.