Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Aux bonnes heures des dames n° 28

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Et hop ! allez, avec elle, ils dégagent vite fait ! Toutes deux on se connaît depuis dix ans au moins. Mais elle n'est pas intéressante. Remarque qu'elle doit dire la même chose de moi.

Aux bonnes heures des dames n°27

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Lui, généralement, il arrive le vendredi soir, quand le gros de la clientèle s'est éclairci. Il apporte tout son attirail dans une valise du genre de celles des années 50. C'est un maso, un compliqué. "L'essentiel c'est qu'il paie bien".

03/11/2013

Aux bonnes heures des dames n° 26

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Dans le couloir, c'est Francine. En réalité c'est François qui se fait appeler Francine. Un travesti habitué auprès de Lydia. C'est elle qui le maquille, qui le déguise pour qu'il se fasse mettre trois ou quatre fois chaque vendredi. Elle lui loue un studio pour deux heures. Le prix des passes c'est elle qui le touche.


 Francine François venait régulièrement jusqu'à la fin des années 90. Mais les emmerdements causés dans le quartier par les lois répressives depuis 2003 l'ont découragé. Il espace ses visites, se prépare à cesser de venir.


 L'ambiance n'y est plus. Une époque disparaît.

Aux bonnes heures des dames n° 25

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

  

•  Qu'est-ce t'as au bras, tu te le tiens ?

•  Arrête ! J'ai failli me faire faucher mon fric dans le métro. Juste avant Château d'Eau. De pire en pire que ça devient et faut trouver ça normal. Ils étaient deux.

02/11/2013

Les Tarzanides du grenier n° 41

Catalogue "Bande dessinée et figuration narrative", année 1967. Musée des Arts décoratifs, Paris.bandes dessinées,BD,Tarzan,Tarzanides,Marijac,Pellos,Coq Hardi,l'épatant,Jacovitti,

 

À coup sûr, l'une des images parmi les plus célèbres de toute l'Histoire de la Bande Dessinée. Peut-être même la plus obsédante. Celle qui focalise l'attention individuelle, tout un égocentrisme d'enfance qui perdure mais dissimulé jusque sous l'âge adulte.

Burne Hogarth – encore lui ! - la traça, la data du 19 mars 1950. Des journaux pour grandes personnes la publièrent. Cependant, en France, le magazine hebdomadaire TARZAN (de 1946 jusqu'en 1953) refusa de la faire admirer à sa jeune clientèle. Aussi manque t'elle dans le numéro 208 où elle aurait dû paraître.

 L'interdit frappant ce dessin s'expliqua d'abord par le refus d'exhiber des scènes de violence dans les livres pour enfants. Mais aujourd'hui et depuis une vingtaine d'années, la critique à l'encontre de ce même dessin se manifeste par souci de lutter contre le racisme. Un racisme paraissant n'être dénoncé qu'à sens unique : l'européen d'origine est raciste, l'africain et l'asiatique ne le sont pas. Et si vous avez la peau plutôt claire, mettez-vous bien ça dans la tête, vous vous épargnerez ainsi des malentendus au jour le jour pendant votre survie citadine.

 

Tarzan a t'il attaqué en premier ? C'est plutôt lui qui vient d'être assailli par une tribu d'êtres humains à l'épiderme sombre. Il réagit vigoureusement. Au lieu d'avoir la trouille et de s'enfuir en faisant caca dans son slip moucheté en faux cuir de panthère. Son réflexe brutal est donc fasciste, nous le démasquons tout de suite. D'autant que … Tenez, regardez la forme de sa chevelure. C'est une flamme ! la flamme symbolique du Ku Klux Klan. La flamme des cérémonies fastueuses et nocturnes dans l'ancien Nuremberg. On voit par là que Tarzan a vraiment une tête qui fait penser à celle des statues sculptées par Arnold Breker et qui gardaient l'entrée de la chancellerie du IIIe Reich. C'est l'évidence, voyons. Et patati et patata.

  

bandes dessinées,BD,Tarzan,Tarzanides,Marijac,Pellos,Coq Hardi,l'épatant,Jacovitti,





Non, non cette autre image n'est pas en provenance du monstrueux abominable TINTIN au CONGO. Je viens de l'extraire de la première page du SPIROU n° 485 de l'année 1947.

 

Étant gosse je trouvais normal qu'une personne débutant un langage inhabituel pour elle, le parlât de travers. Premiers pas, première chute. Bien sûr, j'en riais un peu ; mais qui donc ne rit pas de la glissade involontaire d'autrui sur une pelure de banane pourvu qu'il n'y ait pas blessure ? Notre nature fait que le rire nous vient souvent moins d'être en bonne santé que d'être témoin d'un petit malheur qui ne nous frappe pas.

Si vous en croyez les « chiennes de garde » il paraît que rire d'un dentier porte atteinte à la dignité des vieillards. Moi, c'est l'absence de soutien-gorge chez la chienne de ma voisine, qui me fait rire de certaines femmes.

 

Docteur Jivaro

27/10/2013

Aux bonnes heures des dames n° 24

prostitution,prostitution populaires,vie parisienne,vie nocturne,sexualité,moeurs

•   T'sais, j'aime pas quand ils s'en vont de ce côté en pente ! Y en a un qu'a glissé une fois que c'était verglas, qu'il s'est pété une guibole. J'ai hésité, j'savais pas quoi faire. J'ai téléphoné aux pompiers. Alors, eux pour tout compliquer ils ont téléphoné aux poulets. Comme si j'avais besoin de les voir, les poulets !