Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2019

En attendant Godot

 

 

Demain, samedi
Ce sera le n° 370 des
Tarzanides du grenier
ne le manquons pas

 

 

 

 

07/08/2019

Les Tarzanides du grenier n° 356

TINTIN ... Faire Tintin ? Non, cette fois c'est du RINTINTIN.

 

Un courriel vient de rappeler à Doc Jivaro l’apparition d'une série TV vieille des débuts de la Télévision en France en janvier 1958, série ayant un chien loup pour acteur principal : RINTINTIN. Le succès incita à créer une Bédé du même nom en 1960 : RINTINTIN et RUSTY. Sagédition en assurait la publication.

 

On peut dire sans risque d'erreur que la quasi totalité des enfants téléspectateurs imaginaient que le bon chien-chien accomplissait ses exploits pour la première fois dans le pays de Charles de Gaulle. Il n'en était pourtant rien ! Rintintin se montrait déjà présent en 1938 - Eh ouais : 1938 ! - dans l'hebdomadaire JUMBO n° 10 dont c'était la quatrième année d’existence.

 

BD-Rintintin,-Jumbo,-1938.jpg

 

Le texte en dehors et en dessous de l'image ainsi que l'absence de bulle pensante ou parlante fait qu'aujourd'hui la lecture d'une telle bédé peut sembler un devoir d'école plutôt qu'un divertissement à tout garçon habitué à tourner les pages d'un Manga. On remarque que dans chaque image l'animal est dessiné à même distance du regard du spectateur, comme par l'effet obtenu par une caméra plantée à la même place pendant que gesticule l'acteur qui n'avance ni ne recule par rapport à elle. Aux films muets correspondent les images muettes des premières heures de la Bédé.

 

Comment ne pas nous souvenir que RINTINTIN fut caricaturé en RANTANPLAN dans le journal SPIROU grâce au crayon de Morris traçant les aventurlures de Lucky Luke ?

 

Doc Jivaro

01/08/2019

Tarzanide intermède n° 365

Deux coups successifs d'un même tampon P.T.T autorisèrent un courrier de 1962 à parvenir à l'adresse indiquée, laquelle n'existe d'ailleurs plus de nos jours.

 

gaston lagaffe,fantax,pierre mouchot et marcel navarro,chott,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides,doc jivaro,p.t.t

 

Ma mère me rapporta le commentaire du facteur : Ça nous a bien amusés mais vous savez qu'une enveloppe couverte de graffitis pourrait ne pas parvenir à son destinataire.

 

On reconnaît Baston Labaffe plus connu sous le nom de Gaston Lagaffe, le héros sans emploi. LA dessinatrice n'oublia pas de lui coincer dans le bec le mégot dont il ne se séparait jamais. Nous pouvions alors rappeler aux jeunes lecteurs que les cigarettes faisaient partie du savoir vivre et savoir mourir des français bien nés. Aujourd'hui, un champion BD se doit de ne pas fumer de clopes. Ce n'était évidemment pas le cas lorsque j'étais gamin. Vérifions ça avec le héros FANTAX créé en 1946 par Pierre Mouchot et Marcel Navarro, le seul produit français du genre qui égala les supermen américains en popularité, semble t'il.

 

 

BD-Fantax,-Tome-4.jpg

 

 

Bien le bonjour à ceux de mon grand âge qui s'échangeaient dans la cour de récréation de l'école et à l'insu des instituteurs, des bandes dessinées produites dans l'Atelier dirigé par CHOTT.

 

Doc Jivaro

 

27/07/2019

Tarzanide du grenier n° 363

- Tu sais, ne crois pas que je regarde le Tour de France. Je regarde les paysages que les coureurs traversent.

 

Ma mère me parut se chercher une excuse car je venais de la surprendre assise, assoupie devant son poste de télé. Je ne le l' avais pas informée de mon retour à Montluçon par le train qui partait de Paris vers les neuf heures. Son médecin lui avait conseillé et (re)conseillé de bouger, de marcher.

 

- Tu parles ! on voit bien qu'il n'a pas mal aux jambes lui !

 

DYDO FAIT LE TOUR DE FRANCE est un illustré broché de l'imprimeur et éditeur René Touret. On est en 1951.

 

BD-Dydo-Tour-de-France,-cou.jpg

 

 

A ce moment là, les cyclistes compétitifs roulaient sur des pneus étroits : les boyaux. La bicyclette se devait de ne peser qu'un poids minimum et la fibre de carbone n'était pas utilisée pour le cadre. Alors on retirait le superflu : les garde-boue, les systèmes d'éclairage, le porte-bagages ... Mais fallait-il pousser le strip-tease jusqu'à démunir de ses deux freins le guidon ? (voyez l'image de la couverture signée de Durane). Quant à DYDO c'est un jeune garçon qui ne manque ni d'ambition, ni d'ingéniosité. Il va donc triompher sur la Grande Boucle, déjouant tous les mensonges et toutes les tricheries de son adversaire incorrigible en malhonnêteté : TOUTAMOI.

 

"DYDO fait le Tour de France" est le neuvième album, les numéros dix et onze en prolongent les péripéties, d'abord avec "Dydo gagne le Tour de France" lequel est suivi de "Dydo fabricant de vélos".

 

BD-Dydo-Tour-de-France-p-28.jpg

 

 

Ah ! que je n'oublie pas de signaler qu'à partir de la page 23 du numéro IX et jusqu'à la page 32, l'enfant-lecteur en 1951 insista sur la qualité du personnage principal en coloriant d'un crayon jaune le maillot de celui-ci.

 

Je dois à la générosité d'un ami, Pierre, tout un ensemble de bandes dessinées destinées à la jeunesse : Tintin, Dydo, Rodéo ...

 

Doc Jivaro

 

13/07/2019

Tarzanide du grenier n° 361

 

En ce moment le Musée des Arts et des Métiers dans Paris-Pourri, expose les travaux d'Edgar Jacobs, travaux relatifs au monde grouillant des bandes dessinées. C'est lui Jacobs qui créa les inséparables Blake et Mortimer, peut-être le fleuron le plus représentatif de l'ancien journal TINTIN. Un journal en faveur duquel se manifestèrent toujours nos curés quoiqu'il concurrença dangereusement Cœurs Vaillants, hebdomadaire directement issu du religieux catholique.

 

Doc Jivaro connut Blake et Mortimer à partir de l'un des épisodes les plus fameux de leurs aventurlures. Nous étions en 1953 et c'était "La Marque Jaune". Toutefois cette histoire ne retint pas longtemps Doc Jivaro qui préféra bientôt la cage grande ouverte de l'écureuil SPIROU.

 

Le numéro 256 de TINTIN édita la première planche BD de La Marque Jaune en même temps que se terminait en page 16 de ce même journal l'épisode précédent "La Grande Menace".

 

tintin,blake et mortimer,la marque jaune,gaston lagaffe,edgar jacobs,valeurs actuelles,franquin,jidéhem,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides,doc jivaro

 

 

L'hebdomadaire politique VALEURS actuelles (n° 4311) vient d'éditer un article sous le titre "retour vers le futur" consacré à l'exposition présente 60 rue Réaumur 75003 Paris. Sans prétendre  pourtant rivaliser avec le numéro hors-série de BEAUX ARTS (juin 2015) intitulé BLAKE ET MORTIMER  face aux grands mystères de l'Humanité. (BD-Beaux-Arts-hors-série,-2.jpg)

 

BD-Tintin-Marque-jaune,-pg-.jpg

 

 

Le travail lent et studieux de Edgar Jacobs contribua fortement à qualifier de "style ligne claire" l'ensemble des bandes dessinées affichées dans TINTIN. Par opposition à une autre école belge surnommée, elle, l’École des Gros Nez, sans doute à cause du tarin en forme de patate dont  Franquin et son compère Jidéhem affublèrent leur personnage Gaston Lagaffe pendant l'année 1957.

 

Doc Jivaro

 

06/07/2019

Tarzanides du grenier n° 359

 

La première guerre mondiale aurait pu être pour l'aviateur BIGGLES, tout au moins dans les romans signés de W. Earljohn, l'occasion d'affronter la Luftwaffe et, donc, d'affronter un des as de la chasse aérienne : Goering.

 

C'était ça, c'était lui : Hermann Goering, futur maréchal opiomane du IIIe Reich.

 

Lorsque l'Angleterre de 1941 prolongea, d'abord isolée, la guerre déclarée en 1939 contre l'Allemagne, Pierre Clostermann, notre compatriote, s'engagea dans la Royal Air Force ... Toutefois le nom de Clostermann ne devint pas le titre d'un journal de bandes dessinées. Par contre, il y eut un Battler Britton, pilote fictif de la R.A.F.

 

battler britton,biggles,imperia,hugo pratt,clostermann,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides,doc jivaro

 

Ce fut l'éditeur Impéria qui le lança sur le marché de nos comics périodiques. Le succès, autant inattendu que phénoménal, permit à ce format de poche de subsister pendant 471 numéros mensuels jusqu'en 1986 après être né en 1958.

 

BD-Battler-Britton,-pg-16-17, 1959.jpg

 

Mais en 1958, celui qui ne répondait pas encore au surnom Doc Jivaro, avait délaissé les journaux Bédé. Désormais, il recherchait des lectures plus adultes. Alors, tout à fait par hasard, un voisin plus jeune lui fit connaître quelques titres nouveaux émergeant dans les petits Mickey. Et parmi eux Battler Britton.

 

Le jardin familial de ce garçon prénommé Bernard côtoyait celui de mes grands-parents. Bernard et moi ne trouvions aucune vraie raison  à l'existence d'un vilain petit mur qui gênait nos rencontres .

 

Le Doc Jivaro d'à présent ne détient que sept ou huit petits Battler Britton. N'en pavoisons pas ! Aussi est-il amusé d'apprendre que des messieurs collectionneurs d'un pocket pour l'enfance se consolent de la banalité des scénarios en constatant qu'un certain Hugo Pratt, prochain inventeur du célèbre Corto Maltesse, ne crut pas déchoir en plaçant son talent au service des aventures imaginaires d'un faux aviateur british.

 

Doc Jivaro