Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2022

Tarzanides n° 520

 

BLEK LE ROC

 

Le numéro 582 – B est le dernier numéro de KIWI en décembre 2003. Ce mensuel BD format de poche fut un succès parmi les collectionneurs depuis sa naissance datée de 1955 et dont le numéro 1 est difficilement accessible aujourd’hui. (Attention ! Il y eut une réédition fac-similé à partir d'avril 2000) L’annonce de sa première parution fut faite dans les autres titres déjà existants chez l’Éditeur LUG. Ainsi en trouve-t’on la trace dans le magazine PIPO à son n° 62 du 20 août 1955.

 

BD-Kiwi,-n°-62,-1955-couv..jpg

 

A ce moment là le nom de Navarro figurait parmi les responsables des Éditions LUG. Mais rassurons nous : il ne s’agissait pas d’un Roger Hanin déguisé en commissaire mais du créateur qui en compagnie du célèbre Pierre Mouchot allait inventer en 1946 le cagoulard le plus terrible de toute l’Histoire de la BD française : FANTAX. Le plus persécuté aussi par une censure catholique momentanément en alliance avec celle pratiquée par les communistes staliniens.

 

kiwi,fantax,pipo,éditions lug,pierre mouchot,chott,blek le rok

 

Et pour vous récompenser d’avoir la patience de lire ce petit article, Doc Jivaro vous présente ici la copie d’un récapitulatif imprimé à la demande des héritiers de Mouchot et par lequel est rappelé la publication de FANTAX dans le journal Paris – Monde Illustré publié dans la ville de Lyon de février à mai 1946. Bien entendu si vous êtes propriétaire de ces numéros incunables, faites le moi savoir.

 

kiwi,fantax,pipo,éditions lug,pierre mouchot,chott,blek le rok

 

 

Dans au moins trois numéros du phénoménal KIWI, dont le n° 555 de juillet 2001, vous pouvez accéder à des commentaires venus de la plume de votre serviteur.

 

Doc Jivaro

 

24/10/2021

Tarzanide n° 522

LA CAGOULE

 


Lorsque ERDOGAN le musulman nostalgique de l’Empire Ottoman disparu, exige que notre ambassadeur quitte illico presto la Turquie revancharde, je me dis : tiens ! C’est un sujet qui va servir à l’un de mes Tarzanides.


En 1669 Louis XIV recevait fastueusement Soliman Aga dans Versailles. Nos ancêtres avaient alors pris l'habitude de dire LE GRAND TURC pour désigner la puissance guerrière et religieuse d’une Turquie ambitieuse d’envahir toute l’Europe. Mais par la suite l’Empire Ottoman enfin démantelé par la guerre de 14-18, l’affirmation « Le Grand Turc » fut modifiée, atténuée jusqu’à ne plus évoquer un peuple agressif mais un seul individu musclé donc costaud que l’on résuma par l’expression « Fort comme un turc ». Et vous imaginez bien qu’un art populaire comme la bande dessinée n’allait pas manquer abusivement d’employer le turc individuel comme l’incarnation d’une force surhumaine capable de plier en deux le canon d’un tank de la Panzer Division.


BD-Fantax,-1947,-couv..jpg



C’est dans le n° 14 de l’année 1947 que Pierre Mouchot envoya Lord Horace Neighbour alias FANTAX combattre le K.K.K. Un corps à corps terrible s’ensuivit entre un turc fort comme un turc et le héros grand cagoulard.


BD-Fantax,-1947,-pg-interne.jpg



Presque dix années plus tard en 1956 un certain Black Boy, fils de Fantax, renouvelle l’exploit de son père, réitérant les épisodes précédents. (Nos amis collectionneurs comprendront.) Comme quoi il ne nous reste plus qu’à dissuader l’actuel Erdogan « Fort comme un turc » de venir chez nous rallonger les jupes de nos jolies femmes.


BD-Rancho,-1947.jpg




Toutes les bandes dessinées dépendent de la politique du pays qui les édite, et l’on sait que l’URSS interdisait la propagation de cet art. Toutefois, chez nous, aujourd’hui, la BD  demeure encore et depuis les années 70 sous l’influence socialo-communiste, cela malgré l’importance prise par la production capitaliste des Mangas et des Marvel. Aussi devons-nous demander que le renouvellement de nos BD actuelles se fasse à l’aide de scénarios ayant trait aux problèmes liés à un « grand remplacement » dont certains politiciens ne veulent pas entendre parler sauf lorsqu’il s’agit d’une créolisation c’est-à-dire d’un métissage encouragé par leur camarade Mélenchon.


Doc Jivaro

09/10/2021

Tarzanide n° 520

 

Rue du Tapis Vert

 

 

Leur BOSS, les marseillais viennent de l’enterrer. Qui donc ? Tapie. Tapie Bernard, voyons ! Le populaire football proclame sa fierté que l’homme ait choisi leur ville en guise de cimetière. Comprenons bien : c’est sûrement la ville la plus mafieuse située en bordure de France.

 

Je n’ai pas souvenir que le mot « mafia » était à lire dans les BD de mon enfance. Pourtant, les mauvais garçons, les bandits, les gangsters et tous les autres outlaw abondaient dans les pages des magazines destinés à la jeunesse. Et, parmi les auteurs d’histoires dessinées où figuraient des hors la loi, le plus retentissant pourrait bien avoir été Pierre Mouchot, qui signait CHOTT et devint, de son vivant, la bête noire du religieux Abbé Pihan, censeur monomaniaque.

 

BD-Chott,-Rancho-1956.jpg

 

Regardez bien l’attitude du personnage en civil : les mains dans les poches de sa veste ne semble-t-il pas venir d’un film de série noire américain ? L’image est extraite des aventurlures de Black Boy, fils de Fantax.

 

BD-Chott,-Rancho-1959.jpg

 

Toujours dans la production de CHOTT, une jolie jeune femme semble occuper à rattacher une de ses quatre jarretelles … Une manière habile de suggérer le monde de la nuit , celui des prostituées et de leur clientèle. C’est la présence des hommes et de leurs commentaires autour de l’étroite cabine téléphonique qui suffit à évoquer une ambiance érotique pourtant interdite dans les images pour les enfants.

 

Lors de la cérémonie funèbre en la cathédrale Sainte Marie-Majeure l’officiant ne manqua pas d’évoquer la partie sombre de Tapie, ce que fit aussi et longtemps avant le commentateur Thierry Roland se souvenant d’une réunion à bord du voilier Le Phocéa en présence de Bernard : on se serait cru dans une assemblée mafieuse. (Votre serviteur manque à ses devoirs : il ne souvient plus où et quand il lut l'article).

 

Thierry Roland, outre le football, était grand amateur de BD ; ce qui l’amena à rédiger une préface dans le tome 6 de quelques-uns des épisodes de la vie de Lord Greystoke republiés en mai 1994 par l’Éditeur Soleil.

 

Doc Jivaro

 

09/05/2021

Tarzanide n° 497

Relisant quelques passages de la revue trimestrielle de BD PHÉNIX de mars 1976 j’ai stoppé sur l’affirmation suivante « Le premier en date de 1946 un mensuel appelé LE CASSEUR ». C’est Jean Fourié qui écrivit cela à propos de l’Éditeur CHOTT. Eh, non ! Le premier titre BD de cet éditeur fameux, en 1946, ne fut pas LE CASSEUR mais FANTAX alias Lord Neighbour alias Le Gentleman fantôme. Quant au cow-boy LE CASSEUR il ne devait paraître qu’en 1947.

 

fantax,phenix,big bill le casseur,jean fourié,pierre mouchot,tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Malgré la simplicité des scénarios ou, plutôt, grâce à cette même simplicité animée de bagarres à grands coups de poing FANTAX s’attira l’enthousiasme des écoliers de l’époque ce qui d’un autre côté lui attira l’hostilité de beaucoup d’instituteurs. Aussi ce personnage tomba-t’il comme l’une des premières victimes de la censure votée le 16 juillet 1949. Son dernier numéro, n° 39, est édité en 1949.

 

 

fantax,phenix,big bill le casseur,jean fourié,pierre mouchot,tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Une dizaine d’années passa, moi avec elle.

 

J’allais pour ne pas manquer le départ de la locomotive à charbon en direction de Bourges. Je longeais alors Le Miscailloux, un café-bistro qui faisait aussi office de commerce de Presse. A ce moment là, le titre des journaux était tourné vers l’extérieur afin d’être visible à travers la vitrine. Un mot accrocha mon regard de côté ; ce mot c’était FANTAX. Etait-ce donc l’éditeur Chott que je croyais disparu depuis une décennie qui se rappelait à ma mémoire ?

 

Je déposais 60 frs en monnaie sur le comptoir, devant le patron du bistro qui voyant mon achat ne manqua pas de s’essayer à l’ironie : « C’est pour vous ou pour votre petit-frère ? ».

 

- Pour moi !

 

Et comme je sortais j’entendis le bonhomme qui voulait mériter le dernier mot de notre bref échange : « Moi je lisais ça quand j’étais gamin ! ».

 

Avec son FANTAX d’une deuxième série commençant en 1959, l’Éditeur Chott profitait du succès d’un catcheur nouvellement triomphant sur les rings en France : L’Ange Blanc. Un succès renforcé par la démocratisation des TV dans les débits de boisson où l’on s’attroupait le vendredi soir après le turbin. Ce nouveau catcheur était masqué, se donnant pour mission de corriger tous les méchants combattants d’un sport truqué dont tous les spectateurs adultes connaissaient par avance le résultat. Ainsi FANTAX, soudain ressucité, était-il surnommé « L’Ange Noir » pour faire équilibre par contraste avec L’Ange Blanc.

 

BD-Fantax,-n°1, 1959, couv..jpg

 

Cette seconde série FANTAX ne parut que pendant l’espace de neuf numéros que votre serviteur possède la conservant dans un coffre de Fort Knox sous la garde personnel de l’agent 007.

 

Doc Jivaro

 

04/11/2020

Tarzanides n° 459

 

C’est mon mien !

 

 

Pour le dessin de ce jour, Bar Zing attendait quelque précision fiable quant au résultat prochain du match Biden-Trump. Rien n’apparaissant en ce moment, c’est Doc Jivaro qui prend le relais pour meubler l’espace.

 

Sur nos journaux populaires de BD que nous achetions d’un prix de misère tant beaucoup d’entre eux étaient maigres de quatre à huit pages, quelques gamins écrivaient leur identité comme pour réussir à se les approprier deux fois. C’était, en particulier, une précaution lorsqu’ils les prêtaient à tel ou tel autre garnement en culotte courte du quartier.

 

Nos parents ne se préoccupaient pour ainsi dire jamais de nos échanges lorsque ceux ci concernaient des « Petits Mickeys ». Par contre, lorsqu’il s’agissait de nos jouets … papa et maman surveillaient le grain, j’aime autant vous le dire.

 

 

L’Intrépide,Fantax,bandes dessinées de collection,Bar Zing,Tarzanide,

 

 

Généralement, le gamin écrivait au crayon, parfois à l’encre violette son … blaze. Quelques-uns nous semblaient privilégiés : ceux qui utilisaient le tampon de l’entreprise artisanale familiale. Par exemple : sur la couvrante d’un FANTAX, année 1948, peu lisible il est vrai. On y détecte à peine Olivier quelque part dans Montaigut en Combrailles.

 

- Tu veux des INTRÉPIDE ! j’en ai plein, je t’en prêtes. Tu viens chez moi après l’étude.

 

 

L’Intrépide,Fantax,bandes dessinées de collection,Bar Zing,Tarzanide,

 

 

Après l’étude c’est à dire après 6 heures du soir je suivis l’écolier dont le nom ressemblait fortement au mot fortune. Il logeait dans une maison toute proche des cités HLM récemment construites à cette époque passée : les Cités Pierre Leroux. Sa mère nous reçut, me paraissant  d'une corpulence de cinquante soupières cachant la table de la cuisine.

 

- Bonjour Madame.

- Bonjour.

 

Son fils me désigna d’un coup de tête de côté : « Je vais lui prêter mes INTRÉPIDE ».

 

Il apporta un paquet d’illustrés. Je me réjouissais déjà. « Pas la peine de les compter, m'an ! c’est un copain de classe ! il me les rendra ». Vlan ! Il encaissa une gifle carabinée. « C’est moi qui commande ! » dit la mère en commençant de répertorier : un, deux, trois, etc.

 

C’est à ce moment là que je m’aperçus que la maman du garçon ne disposait que d’un seul bras.

 

- Ma mère a perdu son bras pendant la guerre en Espagne, devait m’expliquer Fortunat un des jours qui suivit.

 

Fortunat ! Ça y est ! avec ou sans t à la fin, j’ai prononcé le nom de ce camarade d’école que je n’ai jamais revu depuis plus de cinquante ans.

 

Doc Jivaro

 

06/06/2020

Tarzanides n° 429

A vrai dire et, même, à dire vrai, les scénarios BD ayant pour sujet le racisme étaient rares pendant ma jeunesse. Inexistants, presque. D'où une exception remarquée par les collectionneurs, celle présente dans les aventurlures de FANTAX ; grand cagoulard imaginé par Pierre Mouchot et Marcel Navarro en 1947.

 

La collection FANTAX s'édita sous deux séries l'une de 39 numéros, l'autre - datée 1959 - de 9 numéros.

 

 

BD-Fantax,-n°-13,-1947.jpg

BD-Fantax,-n°14,-1947.jpg

 

 

Ce sont les numéros 13 et 14, tous deux de l'année 1947 qui parurent avec le KU-KLUX-KLAN pour moteur principal. Signalons qu'à ses débuts cette organisation sudiste n'apparut que comme une grosse farce pour noctambules fêtards, farce fabriquée par une demi-douzaine d'officiers démobilisés de l'armée sudiste. Les États du Nord vainqueurs venaient d'abolir l'esclavage mais n'avaient absolument pas prévu d'organiser du travail salarié pour la multitude des familles noires affranchies. Aussi nombre d'anciens esclaves trouvèrent t'ils commode avec l'aide de trafiquants nordistes, de détourner des parts de l'argent venu du Nord et destiné à la reconstruction des villes sudistes ravagées par les "colonnes infernales" déléguées par les politiciens démocrades du Nord. C'est en ripostant à ce pillage financier que le K.K.K. se politisa jusqu'à utiliser la calomnie et l'assassinat, armes nécessaires à quiconque veut s'emparer d'un pouvoir politique.

 

Mais dans l'histoire vécue par FANTAX, nous apprenons, ainsi que nous le montre la couverture du numéro 14, que les messieurs du K.K.K. sont de races différentes, chinoise, noire, ou encore d'ethnies diverses hindoues ou turques, etc. Inattendu, surprenant, non ?

 

 

Spirou-n°-604,-10-11-1949.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Doc Jivaro aura sûrement l'occasion de parler plus en détail des deux numéros FANTAX et, en attendant, il propose ce petit article paru dans SPIROU numéro 604 du 10 novembre 1949 : l'un des très rares commentaires destinés aux enfants, à l'époque et relatifs aux fanatiques du Klan de Jim Crow et du cinéaste Griffith (Naissance d'une Nation).

 

 

Doc Jivaro