Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2020

Musée du Louvre

Droit de retrait syndical

Musée-du-Louvre-droit-de-retrait.jpg

28/02/2020

Front Féminin Français Virago

ROMAN POLANSKI ?

roman polanski,cérémonie césar,samantha geimer,affaire dreyfus,Île du diable,j'accuse,général gillain,clémenceau l'aurore

Et cessez ne serait ce rien qu'un peu d'emmerder la France avec votre vieux "J'accuse" d'Emilio Zola ! Alfred Dreyfus n'est pas mort sur l'île du Diable en 1896. Il est mort en 1935, entièrement réhabilité, haut gradé de l'Armée Française et décoré de la Légion d'Honneur.

 

27/02/2020

Tarzanides du grenier n° 409

- Pirouette, Cacahuète.

 

Trois ou quatre gamins s'étaient mis à chantonner ... Ça avait l'air d'une comptine récente en tout cas je ne connaissais pas. A trente ans j'en étais resté à "Frère Jacques" en même temps que "Les lauriers sont coupés" même si mon enfance ne s'était jamais préoccupée de comprendre quel genre de belle dame devait aller ramasser des lauriers. J'avais aussi entendu parler d'un Curé de Camaret dont les douilles pendent. Et puis ... Et puis il y avait aussi un "Il court il court le furet".

 

L'instituteur nous faisait chanter ça de (pas Sade) de temps en temps pour combler les cinq ou dix minutes qui nous restaient à attendre que la cloche sonne l'heure de la sortie. Chanter ? c'était plutôt crier avec le désordre joyeux qui annonce la libération d'une fin de journée.

 

Il court, il court le furet.

 

J'avais gardé le refrain dans ma tête et je le recommençais à vive voix en rentrant à la maison familiale. Mon père, présent pour une des rares fois après sa sortie du bureau, n'était pas doté de zèle pour les contrepèteries. N'empêche que pour le coup il lança comme un écho faussé : "Il fourre, il fourre le curé !"

 

- Tu n'as rien de mieux à lui apprendre ? s'exclama ma mère en s'interrompant de lire GUÉRIR, un magazine mensuel auquel elle s'était abonnée pendant son deuxième séjour dans le sanatorium de la région.

 

Pirouettes cacahuètes.

 

 

Cendrillon,-éditions-Chagor,.jpg

 

 

A ce moment là je connaissais déjà les illustrations pour l'enfance que réalisait Béatrice MALLET. J'avais passé en revue au moins trois brochures des éditions CHAGOR d'origine Belge. J'y remarquais des gamins et des gamines grassouillets, à tel point qu'aussi les pauvres petits enfants du pauvre bûcheron avaient leurs joues rondes et roses de friandises journalières.

 

 

Contes-Perrault,-Bétrice-Mallet,.jpg

 

 

Au verso de la couverture des CONTES de PERRAULT d'une des éditions CHAGOR j'ai gardé ce qui est sans doute l'un de mes premiers dessins façon BD. Je devais avoir six ans d'âge dans la classe primaire de Mademoiselle Lesage. Je scanne ce vieux souvenir sur lequel j'ai flouté quelques noms. Les ajouts en stylo bille bleu apparaîtront  évidemment que plus tard.

 

béatrice mallet,pirouette cacahuète,edition chagor,marque petit bateau,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Béatrice Mallet est surtout connue pour avoir réalisé quelques publicités dessinées pour les petites culottes de marque PETIT BATEAU. Un sous-vêtement pour les garçons comme pour les filles mais devinez donc pourquoi de vilains messieurs en parlent toujours comme d'une spécificité féminine sous la jupe ouverte de votre sœur benjamine.

 

Doc Jivaro

 

25/02/2020

Tarzanides du grenier n° 408

RENE GIFFEY l'ancêtre "bédéaste"

 

Ce que beaucoup ignorent sans avoir l'impatience de sans corriger c'est que la bande dessinée n'exista pas officiellement chez nous avant les années 1950. Les gens disaient "Histoire en images", et nos professeurs étalaient leur mépris devant nos guignols et nos "Mickey à la gomme". Apprenez à lire au lieu de rêvasser devant de mauvais dessins.

 

Justement, tiens ! sur ce sujet voici un des exemples déjà bien ancien de ces HISTOIRES EN IMAGES qui pouvaient nous coûter une gifle lorsqu'on vous y surprenez le nez suspendu entre deux pages.

 

 

René Giffey,Société Parisienne d’Éditions,BD Histoires en images 1930,Journal amusant 1930,bandes dessinées de collection,Bar Zing de Montluçon,Tarzanides du Grenier,Doc Jivaro,

 

 

 

Ce titre venait de la fameuse Société Parisienne d’Éditions. Autant dire qu'il s'adressait à mon père en 1930, période pendant laquelle ce genre de récit imagé ne convenait pas aux filles.

 

Avec son numéro 727 du 7 janvier 1930 on pourrait croire que ce journal illustré venait de loin dans le passé. Mais non puisqu'il était publié trois fois chaque semaine : les mardis, les jeudis et les dimanches. Cette fréquence de parution était compensée par un tout petit nombre de pages : quatre pas une de plus. Chaque exemplaire comporte une histoire complète et seul le nom de l'écrivain figure, le dessinateur n'étant pas mentionné. Doc Jivaro croit pourtant reconnaître dans le graphisme les débuts de René Giffey. Un autre exemple de son talent apparaît également dans le numéro du 8-6-1930, toujours sans signature.

 

 

René Giffey,Société Parisienne d’Éditions,BD Histoires en images 1930,Journal amusant 1930,bandes dessinées de collection,Bar Zing de Montluçon,Tarzanides du Grenier,Doc Jivaro,

 

 

 

On peut diviser le travail prolifique de René Giffey en deux parties l'une d'avant guerre, l'autre d'après. Nous voulons dire par là qu'il contenta d'abord un public d'adultes avec des illustrations de petites femmes plus ou moins coquines, avant de se consacrer presque exclusivement à des bandes dessinées destinées à la jeunesse. L'amusant est peut être à trouver dans quelques silhouettes de cowboy : leurs bottes cuissardes qui ne sont pas sans garder le souvenir de certaines paires de bas attachées aux jambes de demoiselles malicieuses. Il vécut en compagnie d'une danseuse des Folies Bergères pendant ses débuts, et posséda un grand atelier d'artiste Place Pigalle. C'est en septembre 1965 qu'il disparut.

 

- Vous voulez plaisanter ? - Comme si Doc Jivaro en avait l'habitude.

 

Doc Jivaro

 

22/02/2020

Tarzanides du grenier n° 407

 

Nos n'écoliers de la décennie 1950 ne connurent guère qu'un seul TIM L'AUDACE, celui publié par la collection Artima ... Le gaillard se présentait alors sous l'aspect d'un chasseur explorateur blanc en Afrique noire subsaharienne, parfois confronté à l'animisme tribal. Rappelons-nous l'époque coloniale européenne dont témoigne toujours le grand bâtiment de la Porte Dorée proche du Bois de Vincennes.

 

Mais pour moi c'est avec la silhouette  d'un vrai Tarzanide qu'apparut ce TIM L'AUDACE. C'était en 1947 chez les éditions Monte-Carlo, imprimé à Draguignan après avoir été dessiné par les frères Raoul et Robert Giordan pendant que Nissan se chargeait du lettrage.

 

 

tim l'audace,raoul et robert giordan,fantomas,burnes hogarth,artima,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Les aventurlures du héros après leur commencement dans des jungles pas plus réelles que le carton pâte d'un arbre hollywoodien, se prolongèrent dans des mondes de science fiction inventés jusque dans le centre de la terre là où des lombrics sont des géants pareils à des anagondas. Signalons que les dessins sont fréquemment imités de ceux qu'inventa Burnes Hogarth pendant ses débuts. Chaque fascicule groupe vingt pages de grand format (25 X 31 cm) pendant que les vingt deux numéros publiés doivent aussi leur célébrité à leur rareté. On se doute bien que la brutalité de plusieurs scènes en même temps que la presque nudité de Magda, jolie compagne du héros, justifièrent la censure que La Croix, la Faucille et le Marteau appliquèrent, hélas ! à cette série belle et bien française.

 

Si vous êtes propriétaire de ce TIM L'AUDACE première mouture, ne dormez plus : veillez, armez vous. Un nouveau FANTOMAS renforcé d'un exosquetette pourrait bientôt vous rendre visite.

 

Doc Jivaro

 

20/02/2020

Tarzanides du grenier n° 406

Commercialisé pour la toute première fois en mars 1949, BRIK, le Corsaire BRIK est caractéristique de ces journaux de BD française qui allaient disparaître sous les attaques de la double censure catholique et communiste. "Si jamais je retrouve dans ton cartable un de ces torche-machin, t'auras de mes nouvelles !"

 

 

BD-Brik, 1-03-1949.jpg

 

 

Le grand format 34 X 24 cm mais surtout l'illustration pétaradante correspondaient exactement à ce qui collait les deux yeux des écoliers contre la vitrine du Bar-Tabac-Journaux de la rue Miscailloux.

 

- Quel dommage disions nous entre nous que les dessins dans notre livre d'Histoire de France ne soient pas dessinés par les dessinateurs de nos illustrés !

 

Les onze pages intérieures de cette publication mensuelle sont imprimées alternativement , une page en noir et la suivante en bleue. Une fantaisie colorée peut-être inspirée par une autre BéDé : FANTAX. (Puisque le scénariste du champion masqué est le même que celui de BRIK le corsaire, à savoir Melwyn-Nash !) ... Nous n'avions vraiment pas l'air malins avec nos René, Robert ou encore Michel et Jean comparés à un Melwyn-Nash ! ... Et ce n'est que beaucoup beaucoup plus tard que de mon côté j'appris que Melwyn-Nash se prénommait en vérité Marcel comme n'importe quel ouvrier d'un des bistrots montluçonnais.

 

Quant aux images publiées dans BRIK elles coulent du crayon d'un certain Cézard. Oui, bien sûr : Cézard surtout connu pour avoir inventé Arthur le Petit Fantôme qui allait être une des attractions dans l'illustré stalinien VAILLANT.

 

Seuls quinze numéros mensuels de BRIK grand format parurent chez l'éditeur "Mon Journal" piloté par Bernadette Ratier. En continuité, ce titre se coupla avec un autre titre : YAK du même éditeur mais dans un format réduit à 19 X 25 cm.

 

BD-Brik-Yak.jpg

 

 

Le pseudo anglais Melwyn-Nash avait en réalité pour identité : Navarro, Marcel Navarro, donc. Mais rassurez-vous rien de familier avec le beau-frère défunt du défunt Mitterrand.

 

Doc Jivaro