Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 29)

BOY PUIS BOMBA

 

Évidemment le fils de Tarzan se doit d'être un tarzanide. Il apparaît dans le roman américain pendant l'année 1915, sous le nom de Korak. Mais pour le cinéma d'Hollywood, Korak n'existe pas. Il est remplacé par un enfant trouvé sans identité dans la jungle mystérieuse, donc dangereuse.

 

Johnny Weissmuller en est le papa adoptif, Maureen O'Sullivan en est la maman adoptive. En 1939 un avion, grand oiseau vrombissant s'écrase dans la forêt. Tous les passagers meurent sauf un bébé mâle. Tarzan et Jane le trouvent, l'adoptent, l'éduquent. Comme le couple ignore le nom de l'enfant, il le désigne par un terme générique : BOY.

 

On s'en doute : le fait que ce garçon orphelin soie adopté et non pas conçu par Tarzan et Jane, indique qu'aucun rapport sexuel n'est accompli entre l'homme et la femme. Dans le cinéma américain des années 30, la chasteté est une obligation en dehors du mariage, surtout lorsque le récit est destiné aux enfants. Or, Lady Porter et Mister Greystocke ne sont pas mariés l'un l'autre, du moins le croit-on. (Voir page 54, dans le Tarzan de Lacassin, éditeur Henri Veyrier, 1982).

 

BOY grandit, film après film, dorloté par Jane, expérimenté par Tarzan. BOY travaille à ressembler à son papa adoptif. On lui ceint un petit pagne, on lui donne un petit couteau. Pour le reste, il est nu mais avec un supplément de décence car son nombril est dissimulé sous le haut de son pagne. Une obligation imposée par le Code HAYS dans la cinématographie américaine : le nombril doit être caché en public, comme est caché le sexe


tarzan,tarzanide,Lex Barker,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma





Body de l'acteur Lex Barker dans le rôle de Tarzan (Tarzan et la Diablesse) le nombril est dissimulé comme un trou de cul mais aussi comme la bouche d'une musulmane portant le voile intégral, ce masque de pudeur la préservant, paraît-il, contre la convoitise des hommes.

 

 

Le personnage de BOY était tenu dans le cinéma par le tout jeune Johnny Sheffields. Année après année BOY grandit pendant que papa Tarzan vieillit, engraissé par le succès commercial. Arrive le moment où la bedaine de Monsieur Weissmuller rend inacceptable la silhouette de Tarzan – sauf pour en rire. Les réalisateurs font alors disparaître BOY dont la belle adolescence faisait une concurrence défavorable au quadragénaire Weissmuller.

 

Weissmuller tient alors le rôle de Tarzan pour la dernière fois sous le titre Tarzan and the Mermaids. (En patois français Tarzan et les sirènes).

 

 tarzan,tarzanide,Tarzan et les sirènes,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma

 







 





La mention « Enfants admis » s'explique par la date du film programmé en France en 1949. Certains groupes politiques et religieux ayant aggravé les interdits vis à vis de la littérature et l'art adressés à la jeunesse.



Dans la mythologie grecque, c'est à dire dans la religion de la Grèce antique, les sirènes sont formées d'un corps d'oiseau et d'une tête de femme. L'influence Judéo-chrétienne, qui falsifie toutes les croyances qui lui sont étrangères, fera apparaître les sirènes sous l'aspect d'un buste de femme prolongé par une queue de poisson. C'est la femme aux jambes jointes, serrées l'une contre l'autre et refusant par cette posture le coït. La version vestimentaire c'est la fameuse « robe fourreau » paradoxalement portée pour mouler les reliefs de la femme afin d'exciter l'homme tout en restant fermée devant lui.

 

Devenu jeune homme le petit tarzanide BOY continuera sa carrière cinématographique en incarnant BOMBA.

 

Bomba fut inventé par le romancier Roy Rock Wooden, année 1920. La version pour le cinéma commence en 1926 pour aller jusqu'en 1955. Ce n'est qu'à partir de 1948 que BOY se réincarne dans cet autre clone de Tarzan qu'est BOMBA.

 

Sur le Web les informations à propos de BOMBA ne fourmillent pas. Néanmoins on peut consulter bmania.pagesperso-orange.fr/bomba.htm. Sur un autre site on parle de BOMBA comme d'un raciste. Savez-vous ce qu'est un raciste de race blanche ? C'est un homme qui refuse de se laisser couper les grelots pour servir d’eunuque devant l'entrée du harem du grand Vizir. Un autre site dénombre neuf titres cinéma entre 1949 et 1955.

 

tarzan,tarzanide,Roy Rock Wooden,Bomba,Boy,cinéma

Johnny Sheffields enfant               Johnny Sheffields adulte

 

Tout comme avec la môminette Shirley Temple, les cinéastess marchands de rêveries éveillées flattent chez l'adulte, homme ou femme, une sensiblerie toujours mêlée de pédophilie modérée. 


Quelques-uns des films où s'aventure BOMBA donnèrent l'occasion de quelques bandes dessinées. Ainsi dans le numéro 137 de HURRAH !, année 1956, on peut regarder sur quatre pages BOMBA et le VOLCAN en FEU. Film adapté par Alain Bertrand et dessiné par DANSLER alias BOB DAN.


tarzan,tarzanide,Hurrah,BD,Tarzan et les sirènes,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma


BOB DAN créa pour l’Éditeur Artima un tarzanide nommé TARÔU et dont le numéro 1 fut publié sous un format italien, année 1949. L'ours, réduit à presque rien, porte le nombre repère 2254.

 

Docteur Jivaro

04/04/2013

Marre de la politique ...

éthologie animale,vie des bêtes,animaux

  

Numéro 4

 

éthologie animale,vie des animaux,

__________________________

 

Montluçon City infernale


Dans le Bulletin Municipal n° 635, on vous présente un « Printemps des Peintres ».

Lorsqu'on n'a rien à dire, faut se taire.

Allez ! au lieu d'exposer des amateurs dans la salle des Congrès de l'Hôtel de Ville, la Mairie serait mieux inspirée d'y aménager un Salon de l’Érotisme.

Et d'inviter Brigitte Lahaie pour le commenter.


31/03/2013

A tire d'Elles n° 61

Prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Le train-train de deux jours, samedi et dimanche pour Lydia.

Puis lundi, repos. Le mardi aussi et idem pour le mercredi. Quant au jeudi, madame fait ses emplettes – le shopping comme on doit dire à présent. Je ne parle pas du vendredi : elle reçoit deux copines qui apportent le champagne et les derniers commérages sur la disparition programmée de la rue.

A tire d'Elles n° 60

prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Rue de la Verrerie, aussi elle en a épongés

24/03/2013

A tire d'Elles n° 59

Prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Je me tenais trop éloigné pour distinguer les paroles. Mais ça se voyait dans les mouvements du corps : le quidam sortait en lançant des menaces.

Une heure après, tout le monde semblant l'avoir oublié, le type revenait, serrant un objet dans sa main. Un couteau ! Il a un couteau ! cria quelqu'un. Les filles disparurent dans les couloirs, chaque porte se fermant derrière elles.

La police rappliqua.

Pierre, qui était un des videurs mais en berne cette nuit là, commenta : j'suis pas assez fou pour m'en mêler. Que cette Carole se démerde toute seule. Elle a trop souvent des grolles avec le client. D'ailleurs, ici, ce n'est pas mon coin.

Nous partîmes nous payer deux bières – pression - éventées, dans le grand café d'angle des rues Saint Denis et Réaumur, qui restait ouvert toute la nuit, sauf une heure pour balayer autour du comptoir.

Pierre expliqua qu'il avait trouvé un vrai boulot chez Mampower. Je me suis présenté en cravate, tu croirais pas.

Nous étions en 1971 ou 72. Je ne prévoyais pas que je ne reverrais plus Pierre pendant les décennies suivantes. 

  • Dans la vie, mon vieux, faut savoir où l'on va. 

J'ai gardé cette parole dans l'oreille.

A tire d'Elles n° 58

Prostitution,prostitution populaire,sexualité,moeurs,vie parisienne

Allons, allons pas de confusion indécente ! Ne nous méprenons pas sur la pratique buccale de la dame du premier plan. Elle mord dans un petit pain brioché, tout bonnement. 

Même à trois heures du matin, Nadine se sentait vide de l'estomac. Elle se faisait cuire toute une casserole de nouilles … dont elle se débarrassait à l'aube dans la poubelle commune.