Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2020

Tarzanides du grenier n° 397

 

Tous le monde sait ou devrait savoir que POPEYE débuta sa carrière BD en 1932 et comme support publicitaire pour de vulgaires épinards. De vulgaires épinards magnifiés trompeusement par une virgule mal placée dans un pourcentage chimique relatif au fer et, donc, capables d'augmenter à l'extrême la force de quiconque les mangeait. POPEYE ne doit donc pas sa puissance de bagarreur à ses gros avants-bras mais à son appétit opportuniste pour un légume verdâtre.

 

BD-Hop-là,-Popeye,-10-04-1938 (2).jpg

Hop-là, n° 18 année 1938

 

Chaque médaille ayant son revers, c'est encore dans la BD que l'on trouve un autre personnage mettant en doute les vertus toniques d'un plat d'épinards. Cette fois il s'agit de ZOE, une gamine de huit ans créée par Ernie Bushmiller, dont les gags m'amusaient bien lorsque j'étais du même âge qu'elle. Mais vérifions immédiatement comment elle conteste la recette à base d'épinards.

 

BD-Arthur-et-Zoé,-1950.jpg

 

Doc Jivaro ne va pas baratiner longtemps sur POPEYE et ZOE, et se limitera avec ses deux exemples à rappeler que l'Age d'Or de la bande dessinée date de la bande dessinée américaine, celle de l'époque de Citizen Kane.

 

ZOE est une gamine brunette et grassouillette, exactement le format d'enfance qui ne convenait pas à Lewis Carroll. Les amateurs ont remarqué depuis longtemps que le petit copain populaire Arthur de la petite bourgeoise ZOE, porte au milieu du visage un nez en forme de groin. De groin de petit cochon : Un indice qui devrait éveiller la méfiance de la tante de ZOE et la dissuader de laisser sa nièce rondouillarde en compagnie de cet Arthur.

 

Doc Jivaro

 

31/10/2019

La Toussaint d'Halloween

Américanisée à satiété

halloween,citrouille,potiron,toussaint,trick or treat,popeye

13/10/2018

Les Tarzanides du grenier n° 319

 

– Tu nous as signalé que le Pillou-Pillou de POPEYE se nomma TSOIN-TSOIN dans la première traduction française alors que Popeye lui-même s’y appelait Mathurin.

 

Deux montluçonnais de ma génération venaient de m’adresser cette remarque, quand nous en étions à feuilleter de vieux livres dans la boutique du dernier bouquiniste de la Ville dont Marx Dormoy fut le maire.

 

 

betty boob,pilou-pilou,popeye,studios fleischer,tallandier,cinÉma 71,ville de marx dormoy,bd,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

 

 

Me semble qu’il y eut trois albums de ce titre édités par TALLANDIER. Mais il suffit d’en lire un seul pour vérifier tout de suite que Popeye s’y trouve changé en matelot de Marseille. Et que pour ce qui est de son œil borgne celui-ci interprété comme un œil « poché au beurre noir ». Enfin des exclamations telles que dubled, jobard, pechère, quinquin ou encore galapiat et galéjade confirment l'ambiance de l'ancienne cité phocéenne sans avoir à pousser la mystification jusqu’à conter l'histoire de la sardine qui bouche le port de Marseille.

 

Et maintenant, regardons la couverture scannée ci-dessous où Popeye Mathurin voisine avec ... avec Betty Boop, la piquante starlette en mini jupe des années trente. À ce propos, souvenons-nous que le gaillard mangeur d'épinards n'est jamais insensible à la présence des jolies filles. Sans oublier que le gonflement anormal de ses avant-bras suggère une disponibilité sexuelle permanente.

 

betty boob,pilou-pilou,popeye,studios fleischer,tallandier,cinÉma 71,ville de marx dormoy,bd,bandes dessinées anciennes,tarzanides du grenier,bar zing de montluçon

 

 La proximité des deux personnages devenus marionnettes de films d'animation, est encore une des preuves quant aux nombreuses correspondances entre le cinéma et la bande dessinée. (Ici, la jarretière de Betty et l'ancre marine de Popeye sont détaillées par les studios Fleischer).

 

En France, l’influence réciproque entre bédé et ciné fut sérieusement étudiée dans le numéro 159 de la revue CINÉMA 71 de septembre et octobre 1971.

 

Sur ce, Doc Jivaro vous dit au revoir, mes amis.

Doc Jivaro

 

 

22/09/2018

Tarzanides du grenier n° 316

 

Nous n'en terminerons peut-être jamais avec tous les BOB se démenant tant qu’ils peuvent dans les romans, les films et les Bédés …Mais ici seuls ceux actifs dans les brochures illustrées nous retiennent longuement. Après Bob l’Aviateur (1938) arrivèrent d’autres moins adultes, moins aventureux parmi lesquels BOB et BOBETTE qui donnèrent un titre à un hebdomadaire du jeudi dès l’année 1946.

 

 

bob l’aviateur,marsupial,journal hop-la,popeye,tsoin-tsoin,spirou,fantasio,bob et bobette,bob mallard,pilou pilou,franquin

 

Doc Jivaro fouillant dans ses paperasses vient de retrouver un BOB coiffé d'un chapeau de scout et daté de l’année 1940. Voyez les gags : ils ne sont que banals.

 

bob l’aviateur,marsupial,journal hop-la,popeye,tsoin-tsoin,spirou,fantasio,bob et bobette,bob mallard,pilou pilou,franquin

2 bandes sorties de PIERROT, 26 mai et 2 juin 1940

bob l’aviateur,marsupial,journal hop-la,popeye,tsoin-tsoin,spirou,fantasio,bob et bobette,bob mallard,pilou pilou,franquin

 

Banals du point de vue de l'humour, ouais ! cependant l’animal doté d’une longue queue prouve qu’il est capable de performances physiques. Et dites moi : ne nous rappelle t'il pas une créature récente dont l'effigie modelée en latex sert parfois de gri-gri protecteur à l’automobiliste ? Le célèbre MARSUPILAMI, bien sûr ! … Ainsi, Bob le singe doit-il être regardé comme l’un des précurseurs du phénoménal marsupial que Spirou et Fantasio ramenèrent (involontairement) d’une jungle mystérieuse imaginée par FRANQUIN.

 

Il serait amusant – pourquoi pas instructif ? de répertorier les animaux fantaisistes qui préparèrent à l’insu de leurs créateurs l’arrivée de notre Marsupilami.

 

Par exemple un certain Tsoin-Tsoin.

 

Bien oublié aujourd’hui le Tsoin-Tsoin ! Pourtant c’est le deuxième nom attribué à une petite bête pas plus grosse qu’un chat : le Pilou-Pilou. Son apparition en bande dessinée, chez nous, date du numéro 1 du 7 décembre 1937 en première page du journal HOP-LÀ ! …

 

bob l’aviateur,marsupial,journal hop-la,popeye,tsoin-tsoin,spirou,fantasio,bob et bobette,bob mallard,pilou pilou,franquin

 

Ce Tsoin Tsoin - Pilou Pilou réussit des miracles avec sa queue baguette magique. Son appendice caudal paralyse les vilaines sorcières et fournit de l’électricité gratuite. Il a même le pouvoir (c'est un comble !) de rendre IN-VI-SI-BLE le petit animal compagnon des aventurlures de POPEYE.

 

Vous voyez bien que le Marsupilami ne manque pas d’ancêtres.

 

Doc Jivaro

 

04/08/2018

Tarzanides du grenier n° 310

 

Chez nous les accords commerciaux entre les dessinateurs de BD et la Publicité demeurent rares.

 

Certes, l’ancien hebdomadaire TINTIN garnissait souvent ses pages d’encarts publicitaires capables d’aider financièrement à son budget mais, justement ! son exemple demeurait exceptionnel.

 

En dernière page des fascicules mensuels du BIBI FRICOTIN des années 50, il arriva que figurât une publicité pour une marque d’eau … gazeuse.

 

 

bibi fricotin,pierre lacroix,eau perrier,dessin publicitaire,bd collections anciennes,popeye,séégar

 

 

Aux États-Unis, par contre, nous connaissons l'exemple souvent cité du dessinateur SEGAR créant spécialement le personnage bédé POPEYE en guise de colporteur d’une marque d’épinards en boîte. Nous savons aussi qu’une erreur d’imprimerie dans le pourcentage de fer contenu dans ce légume favorisa son succès en conserve.

 

Doc Jivaro, pour sa part, ne consomme cette tambouille verdâtre que rarement et à chaque fois accompagnée de deux œufs durs.

 

Cela dit, il ne va pas hiberner par ce temps de canicule ; il va tout bonnement somnoler sous sa tente de bédouin montluçonnais.

 

En vous souhaitant à tous de fraîches Shéhérazades d’eau plate.

 

Doc Jivaro

 

30/05/2015

Les Tarzanides du grenier n° 111

 

- Ce n'est pas vrai, dis moi : je ne vais plus pouvoir fumer une cigarette dans mon bac à sable favori ?

 

Alarme chez nos enfants. Marisol Touraine vient d'interdire la consommation de tabac dans les aires de jeux enfantins. Même ceux ouverts en plein vent ? même ceux-là, oui. Notez que cette répression ne me gène absolument pas : j'ai renoncé depuis plus de trente ans à « en griller une ». Ou plus précisément à en griller UNE quarantaine en UNE seule journée.

 

C'est le moment, ici, de rappeler que la présence des cigarettes dans les bandes dessinées n'était pas du tout interdite pendant mes jeunes lectures, lorsque j'allais dans une culotte courte suspendue à deux bretelles. Ah ! la mode mal commode !

 

Et voici, accroc au tabagisme, Bill Tornade affiché en couverture d'un des titres d'ARTIMA, éditeur sérieux – numéro 43, année 1956 – ou encore la tête de P'tit – Gars, sorte de gavroche grandi parmi les pygmées (Éditeur Mouchot, 1952).

 

   

coq hardi,marijac,mouchot,bd,bande dessinée ancienne,tabagisme,marisol touraine,audax,jacques canada,dick fletcher,popeye,lucky luke,bill tornade

 

 

Tout l'inverse d'à présent où POPEYE a perdu son brûle-gueule qui lui allait si bien au visage, et le faux cow-boy LUCKY LUKE qui mâchouille un brin de misère depuis que le mégot lui est tombé du bec.

 

Donc, mon enfance ne connut pas dans ses BD la censure contre la fumée nocive de l'herbe à Nicot. Les volutes bleues circulaient librement depuis que l'européen avait ramené le remède-poison de chez les Caraïbes, là-bas, où les hommes marchaient tout nus, ne portant en guise de vêtements que les cicatrices de leurs tatouages.

 

Pas de censure contre le tabac, non plus que contre l'alcool. Dans nos illustrés du passé, il vous suffit de regarder Les trois mousquetaires du maquis scénarisés et dessinés par l'illustre MARIJAC, pour vous éberluer aux saouleries collectives entre maquisards quand ce n'est pas, aussi, des beuveries jusqu'au coma entre vrais français et vrais allemands.

 

 

Coq-Hardi-01-08-1948.jpg

 Coq Hardi du Premier août 1948

 

 

Néanmoins, plusieurs fois dans nos BD d'écoliers du jeudi, on eut tendance à nous faire croire que la cigarette tenue par un personnage était comme un indice, une prévention désignant un menteur, un méchant, un traître … Mais ce ne fut pas le cas, heureusement ! pour Pierre Perrin dans l'une des meilleures BD de COQ HARDI, année 1950.

 

Coq-Hardi-23-11-1950.jpg

 Coq Hardi 243, n° 243 du 23 novembre 1950

 

 

Pierre Perrin dans JACQUES CANADA par Dick FLETCHER.

 

  Docteur Jivaro