Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

Les Tarzanides du grenier n° 255

 

Monsieur Élixir de Jouvence, entendons-nous : Monsieur le Président de la République s’est rendu sur place pour un hommage aux victimes d’Oradour-Sur-Glane.

 

Minute de silence

 

Bien.

 

Oradour-sur-Glane ? Voici trois mots qui m’entrèrent dans les oreilles dès que j’eus l’âge de comprendre notre langage, et qui n’en sortirent jamais. Mes parents, ma famille et tout le voisinage en parlaient fréquemment d’Oradour-sur-Glane. L’une de mes grandes cousines ne manquait jamais de s’y rendre comme pour un pèlerinage annuel.

 

- Oui ! commentait mon père, c’est entendu, elle a fait de la Résistance chez les gaullistes mais je trouve quand même assez malsain, assez … morbide d’aller se promener sans ces ruines comme s’il s’agissait d’un décor de spectacle.

 

Ma mère, que l’émotion envahissait sur le sujet, avait l’air de remettre en place du linge pourtant bien rangé, ou faisait semblant de chercher en profondeur un objet dans un tiroir à peine entrouvert.

 

L’après-midi d’un peut être dimanche qu’il lisait un petit mickey dont le titre était COQ HARDI, Papa s’exclama : tiens ! Ça, ça fait penser à Oradour-sur-Glane !

 

C’était en page 5 de COQ HARDI là où était imprimé COLONEL X. (jeudi 7 octobre 1948).

 

 

BD,bandes dessinées de collection,Coq Hardi,Poïvet,Marijac,Oradour-sur-Glane,Montluçon,Carrière des Grises,

 

 

Le scénariste Marijac visant un public jeune, avait évidemment évité de parler d’enfants et de femmes brûlés vifs par des soldats allemands et alsaciens de DAS REICH. Mais ce court épisode donnait effectivement à penser au massacre dans le village d’ Oradour. Toujours est-il que dans mon imagination d’enfant le fait réel dont les adultes parlaient autour de moi ET les dessins signés de Poïvet se trouvèrent unis dans ma tête comme s’il s’agissait d’un même événement.

 

La critique que mon père avait tenue sur notre cousine se rendant ponctuellement à Oradour ne l’empêchait pas, mon père, chaque 15 août de se rendre non pas à l’église mais à la Carrière des Grises toute proche de Montluçon. Là où une quarantaine de jeunes gens furent massacrés par la Gestapo pendant la semaine de Libération de notre pays.

 

« J’en connaissais très bien quatre d’entre-eux, qui avaient le même âge que moi et qui, s’ils vivaient encore, auraient toujours leur âge pareil au mien ».

 

Il y avait des moments où mon père manifestait une logique qui nous assommait sur place.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

07/01/2017

Les Tarzanides du Grenier n° 236

 

Une fois n’est pas coutume, affirme t’on familièrement. Et, en conséquence de quoi, tout collectionneur quelque soit l’objet de ses recherches vous pariera qu’il est plus aisé de trouver plusieurs des numéros quelconques d’une collection que de trouver le numéro 1 d’une même collection. Le cas contraire existe pourtant d’une BD de l’année 1950, celle ayant pour titre TEDDY L’HOMME GRENOUILLE. Car son exemplaire premier nous le rencontrons assez facilement chez un marchand spécialisé alors que nous ne rencontrons que rarement les cinq numéros suivants complétant la série.

 

 

BD-Teddy-N°-1.jpg

 

 

C’est l’éditeur ELAN qui fit paraître bi-mensuellement douze pages de ce TEDDY L’HOMME GRENOUILLE. Le dessinateur en était George BRIENT. A ce moment là nous autres élèves de l’éducation populaire étions loin de fantasmer à propos d’un humain couplé avec un batracien. Que l’homme chauve-souris BATMAN excita notre imagination, très bien, bravo ! Mais qu’un homme combiné avec une grenouille parvint à nous enthousiasmer, c’était exagéré ! c’était trop prétendre abuser de nos naïvetés d’enfance. Comment accepter sans humour un héros de papier BD dont la performance anatomique eut été d’utiliser deux yeux globuleux pour pousser des aliments dans son appareil digestif ? S’envoler comme l’aigle, d’accord. Mais patauger dans une eau vaseuse parmi des sangsues suçant, allez vous faire voir ailleurs ! Évidemment, nous restions réfractaires à ce que l’homme grenouille se classât comme Frogman dans la liste prestigieuse de nos Batman, Wonderman, Superman, Spiderman et l’autre, le Apeman fondateur, c’est à dire le Tarzan homme singe.

 

Le dessinateur George Brient organisait, je suppose, ses mises en page sous l’influence de celles signées de Nortier et Poïvet, ces deux là se relayant pendant l’année 1946 de la parution de leur « LES PIONNIERS DE L’ESPÉRANCE ».

 

 

Images-Brient-et-Poïvet.jpg

 

 

Comme d’autres commentateurs de BD, je crus George BRIENT non seulement oublié depuis des décennies mais encore disparu mortellement. La loterie du hasard vient de me détromper en plaçant devant moi un album cartonné de l’Éditeur LAVAUZELLE daté de 1989 et traitant de la carrière exemplaire du Maréchal De Lattre de Tassigny. Une séquence historique dessinée par … George BRIENT ! Malheureusement, les images fabriquées à partir de documents photographiques n’ajoutent rien au talent de l’artiste.

 

 

Album-Rhin-et-Danube.jpg

 

 

Ma femme ne s’est pas gênée me callant d’un croche-pied : « Tu sais, en 1952, il y eut chez les américains un FROGMAN ! ».

 

Pas d’embrouille Madame ! Votre Doc Jivaro, ici, se limite aux seules publications françaises.

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

 

 

21/05/2016

Les Tarzanides du grenier n° 213

 

Nancy Wake. Ces nom et prénom évoquent-ils pour vous l’époque de l’occupation militaire allemande de la France ? … En tout cas en Auvergne mais aussi dans la Bourbonnaise ville de Montluçon, cette femme d’origine australienne est souvent citée comme héroïne pour ses actions contre la présence hitlérienne. La Gestapo l’avait même affublée d’un sobriquet : la souris blanche.

 

- Souris blanche ?

- Oui. Par opposition, sans doute, aux jeunes ou moins jeunes allemandes travaillant pour les besoins administratifs de la Wehrmacht et que la teinture de leurs vêtements réglementaires faisait surnommer « souris grises ». Reconnaissons là dedans l’humour boulevardier des parisiens, non ?

 

Cependant, un exploit attribué à Nancy Wake reste sujet à caution. Il s’agit de l’attentat réussi par des maquisards contre les collaborateurs doriotistes PPF. Cet attentat « terroriste » donc patriotique, eut lieu dans Montluçon (27 juillet 1944), sur la rive gauche de la rivière, dans l’Hôtel de l’Écu. Nancy Wake « souris blanche » y participa-t’elle ? n’y participa-t’elle pas ? Doc Jivaro est loin d’être qualifié pour débattre de cette question.

 

Toutefois, l’enfance de votre serviteur en BD fut comme privilégiée : un jour de chaque semaine, il se retrouvait en compagnie de la « souris blanche ». C’était dans les pages de l’hebdomadaire COQ HARDI (encore Lui ! ) et le héros Colonel X en lutte contre les troupes d’invasion, se risquait souvent pour secourir la jolie blonde « souris blanche », elle même Résistante. Seulement voilà : cette fois, cette « souris blanche » n’était pas Nancy Wake. C’était une autre demoiselle, pas Australienne mais française et dotée d’une existence imaginaire inventée par le scénariste Marijac, fondateur de notre Coq Hardi.

 

Nancy Wake,Marijac,Coq hardi,Montluçon,Alain Bisson,Poïvet,Montluçon sous la botte allemande,

 

 

Ci-dessus, peut-être la page BD la plus intense publiée à l’attention des enfants français tout de suite après la Seconde Guerre Mondiale (Coq Hardi n° 108, 15 avril 1948). Le dessin est dû à Poïvet, lequel de Poïvet travailla d’abord pour un journal pro-nazi : LE TÉMÉRAIRE.

 

Marijac, que l’on dit né en Auvergne eut probablement connaissance de l’existence de Nancy Wake et il est possible qu’il ait voulu lui rendre un hommage indirect … Plusieurs des biographies que j’ai lues à propos du talentueux Jacques Dumas alias Marijac, ne m’ont pas apporté l’éclaircissement souhaité.

 

Nancy Wake,Marijac,Coq hardi,Montluçon,Alain Bisson,Poïvet,Montluçon sous la botte allemande,

 

 

 

 

 

 

 L’historien montluçonnais Alain Bisson dans son étude (année 2005) « L’Attaque de l’Hôtel de l’Écu » fournit copie d’une photo de Nancy Wake vieillie. Doc Jivaro la préfère plus jeune.

 

 

Nancy Wake, terminant ses jours en Angleterre fut incinérée et ses cendres dispersées selon sa volonté au-dessus de Montluçon ...

 

 

Ryal

 

20/06/2015

Les Tarzanides du grenier n° 113

TOURANG

 

L’existence clin d’œil de TOURANG n’est même pas signalée dans le BDM des années… etc., etc. Quelques-uns des dessins furent parfois confondus avec ceux que LE GUEN arrangea pour un TANGOR, Tarzanide lui aussi mais paru dans O.K. alors que TOURANG paraissait dans KID Magazine de 1948.

 

KID Magazine, mensuel, ne dura que pendant onze numéros tandis que O.K., hebdomadaire, se prolongeait jusqu’à 152. Signalons que le débutant AL UDERZO œuvra tour à tour dans ces deux journaux pour enfants ; d’un côté en présentant un « Trésor d’île Fantôme » et de l’autre un « Belloy l’invulnérable ». Dans ces deux cas, l’influence de Burnes Hogarth est à signaler mais ne semble pas attirer la curiosité des commentateurs professionnels.

 

abbé pihan,loi 49-956,kid magazine,al uderzo,elvifrance,patterson,tangor,pif le chien,poïvet,bd,bd ancienne

 

 

abbé pihan,loi 49-956,kid magazine,al uderzo,elvifrance,patterson,tangor,pif le chien,poïvet,bd,bd ancienne

 abbé pihan,loi 49-956,kid magazine,al uderzo,elvifrance,patterson,tangor,pif le chien,poïvet,bd,bd ancienne

 

 

Volontairement rendues illisibles ici, les cinq planches de la première aventure – simplette – de TOURANG. Il s’agit d’un matelot dont le navire se disloque contre un récif. L’homme reprend connaissance « au large de l’île Boréoé ». Et le voilà condamné à vivre comme un émule de TARZAN. La dernière image montrant TOURANG suspendu au haut d’un arbre pendant que s’éloignent les aventuriers qu’il vient de sauver, appartient bien à l’iconographie des Tarzanides. Les dessins sont signés Matterson. Un nom qui réapparaîtra chez les érotiques de ELVIFRANCE, 20 ans plus tard.

 

En 1948, tous les éditeurs d’illustrés pour la jeunesse française se préparaient à subir de futures restrictions imposées par une prochaine loi de censure. Cette loi subsiste encore, portant le numéro 49-956, plus de soixante années après.

 

abbé pihan,loi 49-956,kid magazine,al uderzo,elvifrance,patterson,tangor,pif le chien,poïvet,bd,bd ancienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Dessin par Poïvé, 1948

 

 

Le visage de Mademoiselle Midleton procure un étrange malaise non moins qu’un malaise étrange. Elle ne sucera pas la friandise que sa petite sœur à trouvée dans une pochette-surprise. L’absence de lèvres résulte-t-elle d’un oubli ? Sûrement non. Supposons plutôt que les deux muqueuses buccales dessinées furent supprimées in extremis avant l'imprimerie, cela afin de donner un gage de bonne volonté d’autocensure avant le vote catholiquo- communiste d’une loi scélérate qui allait causer le déclin de la BD française pendant une quinzaine d'années.

 

Docteur Jivaro