Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2015

Tarzanides du grenier n° 108

 

 Damned ! Ça y est ! Les barreaux d'acier sont tordus comme de vulgaires boudins de guimauve par FANTAX. Le formidable cagoulard va s'évader de l'une des « citadelle de la mort » que les samouraïs de l'ère industrielle ont implantées dans les îles océaniques. Sa riposte sera terrible car chez lui l'esprit de vengeance violente souvent les codes de la justice – Damned !

 

 

fantax,atelier chott,remy,bob roc,targa,tarzanides,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

Cette image, subtilisée dans le numéro 2 des adventures de Lord Horace Neighbour, précède ici celle qui vient avant elle dans l'introuvable numéro 1 dont votre serviteur ne posséda pendant longtemps qu'une photocopie de tirage médiocre.

 

 

fantax,atelier chott,remy,bob roc,targa,tarzanides,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit les petits enfants !

 

 

 

Aujourd'hui, l'absence d'une vraie rubrique Tarzanide se justifie par le fait que Docteur Jivaro, ce matin, s'est assuré la possession d'une quinzaine d'albums BD de la fin des années 40. Alors, il les feuillette ; alors il les classe. Au besoin il en cautérise les plaies. Enfin il marque chacun d'une empreinte électronique.

 

A la semaine prochaine, amis ou pas.

  Docteur Jivaro

 

18/04/2015

Les Tarzanides du grenier n° 107

 

Pas du tout attractive pour le regard du Docteur Jivaro, cette couverture TARZAN n'offre qu'une curiosité de datation : avoir été présente en 1940 dans les librairies des Chemins de Fer de France.

 

On sait la déculottée, la défaite, l'exode qui frappa dès l'après mai 1940 notre pays ; les démocrates de gauche ayant déclaré sans s'y être préparés la guerre à une Allemagne Nationale Socialiste surpuissante. De cette guerre, le peuple français n'en voulait pas – c'était tout le contraire de celle de 1914 !

 

Tarzan-Seigneur-de-la-jungle.jpg

  

 

Le succès des aventurlures de TARZAN étant mondial, y compris en URSS et malgré les poignards des camarades « Commissaires du peuple », l'éditeur français HACHETTE créa spécialement une Collection Tarzan dans le catalogue de sa Bibliothèque Verte pour adolescents.

 

Bien entendu, cette collection de romans plus ou moins bien traduits des textes américains de E.R. Burroughs, ne doit pas être confondue avec une autre portant le même titre chez le même éditeur, et qui fut confectionnée en recourant aux bandes dessinées. A savoir celle dont le numéro 1 date de 1936 et le dernier - le 20 – de 1953, avec pour sous titre Les Hommes Léopards.

 Tarzan-devant-Ibn-Jad.jpg

 

Le dessinateur Souriau s'attaqua à camper l'invincible Tarzan. Cette illustration présente en page 73 de Tarzan Seigneur de la Jungle n'est pas du premier jus. Elle a été chapardée dans le numéro 91 du 3 septembre 1939 du Journal HOP LA ! .Journal publié chaque dimanche matin. Comme pour divertir l'enfant pendant la messe dominicale.

 

Docteur Jivaro

  

14/03/2015

Les Tarzanides du grenier n° 102

 

Pour un numéro 1 c'en est un de numéro un !

 

YOUPI s'exposa chez le buraliste, le premier octobre 1948. Le premier octobre c.a.d. le jour de ma reprise de présence à l'école après trois mois de vacances.

 

 - Les vacances c'est pour les instituteurs, faut savoir ! Ils sont payés à ne rien faire pendant tout ce temps là.

 

Un jugement raide comme appliqué à coups de bâton. Il venait d'un grand garçon d'au moins seize ans. Embauché « à Pinguely », il ne prenait aucun risque à épater notre petit groupe de mioches. Il crânait. Il portait une chevelure épaisse renflée d'un gros cran au-dessus du front. C'était fascinant : nous pouvions compter le nombre de sillons tracés par les dents du peigne. Cette chevelure demeurait stable comme un casque forgé dans un matériaux que l'ennemi ne pouvait pas cabosser. C'était, devant nos yeux mal réveillés du jeudi matin, un miracle. Le miracle de la Gomina. Le sexe masculin de ce jeune travailleur faisait ainsi saillie à l'air libre, symboliquement, par le grossissement de ses cheveux solidifiés.

 

 Mais qu'est ce que ce salarié d'autrefois – mortibus aujourd'hui ? - vient-il faire ou défaire dans une toute petite chronique vouée aux Bandes Dessinées du passé ? Est-ce lui qui nous présenta YOUPI au soir de notre retour dans l'enclave scolaire ?

 

 

 

youpi,tarzanide,bande dessinée 1948

 

 

YOUPI raconte l'histoire d'un adolescent indien mohican appelé à devenir grand chef après moult défis dont il triomphe. Il est aimé, aimant une charmante indienne qu'on ne siffle pas mais qu'on appelle TOPOWHANA. Le scénario vient de Robert Bagage abrègé en ROBBA ; et qui obtenait bien du succès avec ses couvertures coloriées, les premières pour TOM-X, les secondes pour TARGA, celui-ci Tarzanide surpassant d'une tête ses rivaux héritiers de Tarzan.

 

 Mais attention ! YOUPI est une épopée indienne ne récidivant pas dans les banalités habituelles du genre peaux rouges emplumés contre cowboys armés d'une Winchester. YOUPI se déroule pendant que de plus en plus de navigateurs européens accostent sur les rivages du Nouveau Monde d'Outre Atlantique. Il y a des marquis, des princes coiffés d'une perruque poudrée. C'est aussi la période pendant laquelle les marins corsaires se changent en boucaniers sédentaires.

 

 Les images dans YOUPI apparaissent comme des intermédiaires entre le dessin et la photo ; en cela que des nuances de lavis gris en animent leur surface. Ce style graphique appliqué à la BD n'obtint que partiellement l'assentiment des enfants parmi lesquels je me comptais. « Ça fait triste » disait un de mes copains en cachant dans son cartable cette BD interdite de séjour dans la cour de récréation.

 

 

youpi,tarzanide,bande dessinée 1948

 

 

 

 

 

 

 

  

Torturé par le sorcier, YOUPI n'avoue ni ne meurt. Sa rage prépare sa vengeance (vignette captée dans le n° 2 du titre E.D.S de Lyon). Essayez donc d'en trouver une équivalente dans les BD actuelles de vos marmots !

 

 

 Si vous entreprenez de collectionner YOUPI, vous devez le payer d'un prix inférieur à celui annoncé dans les revues spécialisées. Sinon vous êtes grugé. Enfin il vous faut compter jusqu'à 14 pour acquérir tous les numéros du titre.

 

 

 

Doc JIVARO

 

 

12/12/2014

Invitation

 

 

BAR ZING

 

vous donne rendez-vous demain

samedi 13

pour le Tarzanide n° 91

 

 

22/11/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 89

Défaillante, la mémoire du Docteur Jivaro lui faisait croire qu'il possédait le numéro 1 de MACHO. En réalité, il n'est en possession que du numéro 5 de l'année 1979. MACHO était une brochure de 48 pages marquée par une homosexualité militante.

 

BD-Macho-n°-5,-couv.jpg

 

Outre d'habituels textes réprouvant des comportements hostiles envers les gays, ce numéro 5 expose une illustration de couverture ayant trait à un des aspects de la sexualité humaine le moins toléré par la victoire législative judéo-chrétienne contre les mœurs païennes. Nous parlons de la zoophilie.

 

Mais qu'est-ce que cette "déviance"  érotique vient faire dans notre série BD consacrée aux Tarzanides ? Voyons, l'évidence en apparaît lorsqu'on lit MACHO numéro 5 ! Son article « Le Beau et la Bête » de sa page 6 jusqu'à sa page 14, utilise un graphisme signé Burnes Hogarth. Des dessins célébrant Tarzan, bien sûr ! Et qui sont extraits des deux volumes retraçant la naissance puis l'âge adulte du fils de Lady Alice et Lord Greystoke. De ces deux volumes réussis par Hogarth, un seul – le premier – reçut une traduction en langage indigène français (Dépôt légal : 1973).

 

BD-Macho-n°-5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MACHO n° 5 sélectionna des attitudes suggérant l'amour "contre nature" entre l'humain et l'animal.

 

Faut-il supposer que l'homosexualité incline plus souvent que l’hétérosexualité à la pratique zoophile ? Docteur Jivaro n'en sait fichtrement rien. Pour un tel sujet, il se limite a espérer que les échanges poussés entre l'animal humain et l'animal animal n'incitent pas à une maltraitance contraire aux sensations naturellement agréables à la bête.

BD-Tarzan,-N°-106.jpg

 

 

 

 

 

 

 

De plus en plus, amplifiant son style, Hogarth attribua à son Homme singe des hanches et des fesses dotées d'un charnu que  l'hétéro préfère généralement rencontrer chez la fille voluptueuse. N° 106 et année 1950 de l'hebdo TARZAN.

 

Qui donc peut ignorer les bienfaits que des dames blasées d'avoir à fréquenter journellement l'homme, trouvent dans la compagnie de leur bichon favori ?

 

Docteur Jivaro

 

15/11/2014

Les Tarzanides du grenier n° 88

 

ANTAR, KASPA, TANTOR

 

 

Parmi les Tarzanides les moins cités, il y a ANTAR. Un champion actif sous la forme de romans-photos confectionnés à l'aide de morceaux de films relatifs à TARZAN.

 

Publié en France dans la série JUNGLE-FILM, mais de provenance italienne (Ponzoni Éditeur) le titre de chaque numéro ne correspond pour ainsi dire jamais au titre du film américain dont il utilise des séquences. Exemple : TARZAN'S DÉSERT MYSTERY (R.K.O., année 1943) devient JUNGLE APPELLE BERLIN dans l'interprétation photo distribuée par les NMPP pendant l'année 1964.

 

 

Jungle-film.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gordon Scott allias Antar risquait-il de s'attirer des ennuis de la part de SOS racisme ? Pas du tout. Harlem Désir et Julien Dray n'étaient encore que des gamins lorsqu'en 1961 je touchais mes 19 ans.

 

 

TARZAN réduit à ANTAR – pourquoi pas ZANTAR ? - occupa le terrain pendant environ une dizaine d'années. Ce nom de ANTAR fut aussi employé pour vendre de l'huile de vidange. Ce qui ne peut pas nous étonner puisque Tarzan prêta le sien, de nom, pour la vente de chewing-gum ou encore de paires de chaussures.

 

Tarzan-Signal-Gasoline.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

La silhouette d'un Tarzanide en guise de publicité pour commercialiser de la gazoline.

 

 

 

 

Les acteurs de cinéma ayant fréquemment tenu le rôle de Tarzan durant plusieurs films américains, sont évidemment présents dans les pages mensuelles de la collection Jungle-film. Weissmuller, Lex Barker … mais aussi Buster Crabbe dans la peau d'un KASPA. KASPA ? un homme-lion donc un Tarzanide dans le numéro 3, année 61, de Jungle-film.

 

Encore moins connu que les ANTAR et autres KASPA, nos pères pendant l'année qui suivit celle du Front Populaire, entendirent parler d'un Tantor. Non pas l'éléphant de Tarzan mais Tarzan lui même rebaptisé occasionnellement TANTOR pour le fascicule numéro 9 de l'année 1937, édité par UNIVERSAL- films et vendu au prix de … 30 centimes d'un franc.

 

 

Sur-la-piste-de-trésor.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le comédien bien musclé et presque entièrement couvert d'une (fausse ?) peau de panthère se nommait Frank Merrill. Il joua le rôle de Tarzan dans de longs serials pendant les années 1928-1929. Plus palpitant encore : il fut le premier à faire retentir le cri de l'homme-singe dans les salles de cinéma.

 

  

Pour vous comme pour moi, nous arrivons trop en retard pour que Frank Merrill daigne nous serrer la main : Il décéda en 1966.

 

Docteur Jivaro