Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2014

Les tarzanides du grenier n° 82

 Le numéro 1 du NEVADA petit format dans lequel furent re-publiées mais de manière dommageable les actions de MIKI LE Ranger, Docteur Jivaro le possède, cela va de soi. C'est en gare de Bourges qu'il se le paya au moment de sa parution en kiosque année 1958.

 

BD Nevada-Octobre-1958.jpg

 

Et pour ne pas nous détourner de nos vieux compagnons Les Tarzanides, voici encore un premier numéro, celui de CYCLONE publié par Aredit en 1984. Il y eut une rallonge de 22 numéros jusqu'en 1987 ; puis tout s'arrêta en silence. 

 

BD-Cyclone-1984.jpg

 

 

Le vigoureux RUGHA ne jure que par la Déesse KALI, protectrice des Thugs étrangleurs. Hélas ! RUGHA ignore de qui il est le fils.

RUGHA, comme Rajha Cobra et comme beaucoup d'autres avant lui – dont le Fantôme du Bengale et Jim la Jungle - combat les méchants dans une jungle indienne à peine plus mystérieuse que le fond du jardin abandonné aux broussailles par défunt mon oncle.

Défunt mon oncle était artisan forgeron à la sortie Ouest du bourg de Chenérailles.

  

Chenérailles, oui. A proximité d'où, récemment, un couple complota bêtement à faire disparaître en forêt son enfant mort.

   

Moi, dans cette forêt autrefois réputée pour abriter trop de serpents, je m'y rendais en cachette, guidé par un gamin assez turbulent. Un jour il me montra de petits colliers suspendus aux branches basses d'un arbre tout proche, et dit : « Regarde les vipères noires ».

 

J'avais à peine plus de sept ans et pour dire bonjour aux dames je baissais ma tête pour bien cacher que des trous s'étaient creusés par le départ de mes dents de lait. Quelle horreur que certains jours d'enfance !

 

Docteur Jivaro

 

 

 

27/09/2014

Les Tarzanides du grenier n° 81

Déjà le numéro 4 de Betty RUMBA ! Nous sommes en 1948. Les randonnées « piquantes » de cette jeune jolie délurée ne dureront que pendant six numéros bimensuels. Au moins trois collectionneurs m'ont affirmé que son premier exemplaire n'est plus présent chez les bouquinistes spécialisés. Sans blague ?

 

 Coloriée d'un rouge tout sucré d'orange, Betty RUMBA est dessinée par … non, non ! pas « par » mais by Silly Jim.

 

Betty-Rumba-couverture-n°-4.jpg

 

Silly Jim n'est qu'un pseudo derrière lequel s'abrita YVES MONDET, français né en 1904, mort en 2004. Sa Betty RUMBA n'est pas une concurrente Tarzanide des Tarzella et autres Sheena ou Durga Rani. Elle n'en est que la contemporaine. Cependant, à l'occasion d'une croisière elle se met à rêver et ne voilà t'il pas qu'un bon gros gorille se métamorphose pour elle en un Tarzan joyeux drille. Rien d'étonnant sous le graphisme d'Yves Mondet puisque ce bédéiste de longue durée créa également un vrai tarzanide : OGAR le Démon de la Savane.

 BD Betty-Rumba1948.jpg

  

De cet OGAR, Docteur Jivaro vous a parlé précédemment, le 25 août 2012.

 

Yves Mondet en créa même un deuxième de tarzanide : TANKA à l'occasion duquel il alterna son travail avec celui de Remi Bordet. Ce Tanka fut édité en 1968 dans le petit format de poche NEVADA, lequel permettait de visiter, dès 1958, la réédition quelque peu malmenée du fameux MIKI le Ranger. 

 

 La Rumba, danse latino-américaine, n'est toujours pas parvenue à égaler le succès archi mérité du Tango. Pourtant toutes deux symbolisent un unique sujet, le « Je t'aime moi non plus » des relations érotiques autant que conflictuelles entre la prostituée et son souteneur.

 

 Autre chose que la danse des canards.

  Docteur Jivaro

 

13/09/2014

Les Tarzanides du grenier n° 80

 

Le numéro 1 de FANTAX première formule en l'an 1946 est d'autant plus valorisé par les vieux collectionneurs qu'ils lui font la réputation de rester introuvable. En revanche, venu du même éditeur (Société d’Éditions Rhodaniennes – SER), le dernier numéro de Robin des Bois se laisse facilement poser la main sur l'épaule de son habit en peau de rebelle anglais.

 

C'est ce mensuel 32 de l'année 1948 qui clôture les aventures plus imaginées que réelles de Lord Robin Hood ou encore de Lord de Nottingham, parues sous la responsabilité de CHOTT soutenu par son dessinateur Charlas. Celui-ci pilla sans vergogne dans le registre des américains Fosters et Hogarth. Un graphiste tarzanine méconnu, dirons nous.

 

 

BD-Robin-des-bois-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  FLAMMARION.

  Réédition 1951

 

 

 

La jeunesse de notre pays se familiarisa avec les exploits vrais ou faux de Robin des Bois en lisant, dès 1938, un ouvrage illustré par Pierre Noury et édité par FLAMMARION sur une adaptation de Charles Tritter. Cette même année, Heroll Flynn incarna le rôle principal dans le film joliment coloré et réussi par Michaël Curtiz. Film insurpassé jusqu'à présent dans le genre, n'en déplaise à deux des rivaux : Walt Disney – 1953 – et Scott – 2010.

 

  

BD-Robin-des-bois-N°-32.jpg

Couverture du numéro 32, terminus du Robin des Bois de la SER, celle-ci brusquement concurrencée par les Editions Aventures et Voyages que le scénariste Melwyn-Nash renforça en abandonnant sa collaboration avec Pierre Mouchot.

 

 

On identifie la tête, le rire vainqueur de Heroll Flynn, sortie du film devenu film-culte. Les habitués du style Harold Foster, de leur côté, repèrent tout de suite que les personnages secondaires sont imités de ceux présents dans une des grandes images de Prince Vaillant. (Hop-La !, n° 100 et année 1939 pour la parution française).

 

Mouchot – Chott puisa tant et tant dans les BD américaines de TARZAN qu'il fut mis en procès par les ayant-droits du personnage.

 

Comme quoi on court des risques en se travestissant en un tarzanide.

 

 

Docteur Jivaro

 

 

21/06/2014

Les Tarzanides du grenier n° 70

Sous un parasol recuit de soleil, je viens de passer en revue ma collection – inachevée il est vrai – d'anciens ROBINSON d'avant-guerre.

Dans sa totalité, la collection étale 395 numéros. En dépit de cette somme le BDM n'a souvent pris en considération que les 218 premiers numéros, ceux correspondants aux livraisons américaines de BD en France de 1936 jusqu'à juin 1940. 

 

Mickey-5-avril-1936.jpg

 

 

 

 

 

 

Dans le numéro 77 de 1936 du « Journal de Mickey », une vignette annonce la parution prochaine du numéro 1 de ROBINSON, produit yankee commercialisé en France par le revendeur Paul Winkler.

 

 

 J'ai stoppé ma lecture à l'intérieur du numéro 52 année 1937 de ROBINSON, sur sa 11e page. Un court récit vite lu. Trois protagonistes : Un gorille, un boa, un homme. Le gorille sauve l'homme agressé par le boa. Ne croirait-on pas un extrait ressassé des aventures de Tarzan ? D'autant qu'une illustration précédant le texte peut faire croire que Tarzan est bel et bien présent.

 

Robinson-25-avril-1937.jpg

 

Un dessin par FIORA, (notre article du 06-10-2012) une artiste polonaise à laquelle Paul Winkler confiait la réalisation de beaucoup d'images dans les journaux distribués par OPERA MUNDI.

Presque entièrement nue, la silhouette fameuse de Tarzan. Sauf que … sauf que une barbe dénonce qu'il s'agit d'un imposteur. Faux Tarzan en même temps que faux tarzanide. Un comble !

 

Robinson-9-juillet-1944.jpg

 

Devant vos yeux émerveillés, le final 395 de ROBINSON publié le 9 juillet 1944. Contrairement à ce que laissa parfois entendre le BDM, un double titre « Robinson – Hop-là » ne resta pas inscrit jusqu'à la disparition de cet illustré.

 

Seul, le bandeau ROBINSON subsista.

 

Rappelons que l'occupant militaire allemand interdisant chez nous les publications d'origine américaine, autorisa en remplacement la création d'une BD française dans de nouveaux journaux pour la jeunesse. Et ce n'est guère que depuis une décennie que des commentateurs de bandes dessinées s'intéressent à la production française parue entre 1940 et 1944. Les GAVROCHE et autres l'AUDACIEUX et CENDRILLON, il n'en fallait parler que pour mépriser. Leur sujet en était devenu quasi taboo.

 

Tout de suite après mai 68, je connus un marchand de vieux papiers tenant son stand dans l'ancien, donc dans le VRAI marché aux puces de Saint Ouen. Me montrant trois ou quatre gros paquets de journaux ficelés comme pour être oubliés sous une table délaissée, il me disait : « C'est du collabo, du pétainiste. Ça vaut rien ; personne n'en veut. Prenez les ! »

 

Je ne les pris pas. Ou alors je n'en pris que trop peu. J'eus tort.

 

Docteur Jivaro

 

 

31/05/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 67

Depuis quelque temps nous acceptons comme Tarzanide tout personnage de BD dont les mouvements corporels sont tant bien que mal copiés sur ceux que Foster et Hogarth créèrent pour rendre inoubliable la silhouette de TARZAN. 

Parmi ces Tarzanides repérés à cause d'un simulacre gestuel imité des actions du Roi de la Jungle, existe un FULGOR. Le grand éditeur ARTIMA de Tourcoing en assura la publication. Trente neuf numéros parurent sans réussir a égaler le succès de beaucoup d'autres titres de la même maison : Tim l'audace, Tex Bill, Cyclone, etc, etc,. Autant dire que les enfants des années 50 boudèrent ce FULGOR qui leur arrivait de l'immensité russe pendant l'époque des tsars. 

Les couvertures, elles aussi, s'inspiraient souvent d'attitudes de Tarzan. Ici, le numéro 31, année 1957. Le champion ataman plongeant sur une panthère est tout bonnement imité de Tarzan se portant au secours de Ta'Ama, belle musulmane de retour d'Istanbul où elle prit la mauvaise habitude de se promener en public sans cacher son visage. La honte sur elle, ma sœur !

 

BD, Fulgor,-1957 (1).jpg

 

Toujours dans ce numéro 31, presque toutes les images comportent des fragments d'anatomie prélevés dans le style de Burne Hogarth.

 

BD-Fulgor,-1957-3-pages.jpg

A gauche : Buste de Tarzan extrait de la troisième manière de Hogarth

Au centre : Bagarre sortie du Prince Vaillant de Foster, n° 70 (année 1939) deHOP LA !

A droite : Ce groupe en lutte ne vient ni de Hogarth, ni de Foster. Il vient d'Alex Raymond pour son Flash Gordon

 

Ces quatre exemples suffisent pour prouver les maraudes auxquelles s'adonna le FULGOR d'Artima-Tourcoing. Et l'on comprend que les dessinateurs débutants se soient abstenus de signer leurs larcins. 

A partir du numéro 36, FULGOR conserva son titre de journal mais au prix de perdre le récit de ses aventures. Celles ci furent remplacées par celles d'un AYMERI le Téméraire, jeune chrétien combattant l'une des invasions guerrières que les turcs islamisés lançaient à l'assaut de l'Europe. Ont-ils renoncé de nos jours ? Et ne renonceront-ils que lorsque Istanbul sera redevenue Constantinople ? 

Docteur Jivaro n'a retrouvé dans l'escalade de ses cartons ni le numéro 1, ni le numéro final 39 de FULGOR. Ce sera peut-être pour un autre samedi. 

Durant la décennie 1950, Artima-Tourcoing, alors triomphant, eut la bonne idée de présenter en dernière page de chacun de ses journaux la panoplie complète de tous ses titres mis en vente chaque mois.

 

BD, Ouragan,-3-1956.jpg

4e de couverture de TEMPEST, n° 15-1956.

 

Quant à TOUNGA … Ah ! Hélas pour TOUNGA, gros bras des temps préhistoriques … Votre serviteur en a encore négligé la naissance.

 

Docteur Jivaro

 

 

15/02/2014

Les Tarzanides du grenier n° 53

 bd,tarzan,tarzanides,editions del duca,Éditions mondiales,publications périodiques modernes,atelier milloco,john célardo,bob lubbers,bandes dessinées anciennes

De 1946 jusqu'à 1956, Del Duca édita deux séries mensuelles TARZAN ; la première complète avec ses 102 numéros et la seconde limitée à 25 mensualités. Étrangement, les numéros 100, 101 et 102 de la première série sont affectés comme numéros 1, 2 et 3 de la seconde … C'est dans celle-ci que nous pouvons remarquer une petite bizarrerie, laquelle n'empêche pas les collectionneurs de dormir sur leur oreiller de nostalgie.

 

Dans le cours du numéro 14 – page 7 exactement – de la seconde série le dessinateur Bob Lubbers cède sa place à John Célardo. Une décision arbitaire, prise par les responsables italiens et qui n'est pas conforme à la chronologie des BD originales américaines. 

 

Bob Lubbers avait fini par attribuer au Seigneur de la Jungle une physionomie aimable et souriante de tonton gâteau, celle d'un paisible boy scout invité chez le dernier curé du village. Tout ça fort contraire aux réactions d'un orphelin susceptible et n'assurant sa survie qu'à grands coups de couteau. John Célardo, lui, essaya de redonner à Tarzan les attitudes d'une méfiance prompte à la plus brutale des ripostes. 

 

A présent, regardons les deux images ci-dessous. Elles appartiennent à la même aventure l'une succédant à l'autre ; mais leur dessin ne vient pas de la même main. Celle de gauche correspond bien au style de John Célardo tandis qu'à droite le tracé résulte d'un talent moindre et anonyme.

 

bd,tarzan,tarzanides,editions del duca,Éditions mondiales,publications périodiques modernes,atelier milloco,john célardo,bob lubbers,bandes dessinées anciennes

  

A plusieurs reprises cet inconnu installe comme en catimini son graphisme alors que parfois rien n'en motive la présence. 

 

Ci-après les deux bandes en couleur sont réellement créées par John Célardo, étant extraites du numéro 23 des Éditions Mondiales publiées en 1966. Par contre, dans celles en noir et blanc du numéro 19 des « Publications périodiques modernes » année 1966, on surprend une image que nous taxerions d'intruse si l'on ne voyait pas qu'elle fait oublier tout un groupe de singes agressant des guerriers noirs. Mais, une fois encore, quel nom donner à l'auteur de cette image ? Étant adolescent je la supposai venue de Brantonne, artiste à tout faire chez beaucoup d'éditeurs des lendemains de la guerre mondiale.

 

 

Tarzan-perdu-dans-la-jungle.jpg

 Tarzan-éditions-mondiales-1966.jpg

 

A défaut de présenter la couverture de Tarzan n° 25 – que je retarde d'acheter à chaque fois que j'aperçois qu'elle me manque –, je scanne celle du n° 24. Elle est évidemment due à l'atelier Milloco, qui réalisa quasiment toutes les couvertures des brochures et des reliures pour Del Duca, depuis 1946 jusqu'à … jusqu'à ce que mort s'en suive.

 Tarzan--L'appel-mystérieux.jpg

 

Docteur Jivaro