Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2019

Les Tarzanides du grenier n° 344

 

L’autre soir d’une des journées écoulées, ma moitié et moi qui suis son entier avions choisi de nous divertir en appréciant HOUDINI... Oui : le film toutencouleur année 1953, avec Tony Curtis dans le rôle du champion escamoteur et contorsionniste qu'aucune prison ni camisole de force ne parvenaient à retenir enfermé.

 

houdini 2.jpg

 

La bande dessinée ne manqua pas d’inventer cent et cent magiciens, les uns bandits, les autres justiciers ; le plus célèbre à divertir nos jeudis ayant été l’américain Mandrake. Cependant, de beaucoup moins connu, il y eut aussi IBIS, un jeune homme se coiffant d’un turban sans doute pour se dispenser de porter un chapeau haut de forme.

 

Cet IBIS qui débuta sur la quatrième page de l’hebdo « MON JOURNAL », n° 56 d’octobre 1947, s’acheva dans le numéro 85 du 15 avril 1948 ; c’est-à-dire dans l’avant-dernier numéro de ce même MON JOURNAL, dont Bernadette Ratier était la directrice gérante.

 

BD-Ibis-16-10-1947.jpg

 

 

A vrai dire cet IBIS n'a pas à être couronné comme magicien véritable. Car ce n’est pas lui qui détient des pouvoirs « surnaturels », c’est une baguette magique nommée IBISTICK. Tout individu même le plus nul se fait redoutable s'il s’en empare. D’où le constat : les scénarios s’articulent autour de l'Ibistick. Tantôt il disparaît, tantôt on le vole etc, etc. Au cours de ses pérégrinations IBIS doit combattre les BAAL, divinités buveuses de sang humain, horribles et, donc vénérés chez les peuples anciens de la Mésopotamie.

 

Lorsque « MON JOURNAL » cesse d’exister en tant que titre c’est pour exister en tant que logo.

 

logo_mon_journal_gd-format.jpg

 

Un logo qui pendant plus de trente ans figurera sur tous les journaux BD enregistrés sous la direction de la créative Bernadette Ratier qui, en 1985, finira par céder ses parts de marché à Christian Chalmin.

 

Doc Jivaro

 

23/03/2019

Les Tarzanides du grenier n° 343

 

Hésitant entre trois ou quatre sujets de BD, Doc Jivaro se replie finalement sur un objet aussi humble qu’inattendu : un album NESTLÉ des années 1935-1936. Jugez-en.

 

Album-Nestlé-1935-1936-couv.jpg

 

 

Tu achetais du chocolat sous emballage, tu trouvais une image colorée. Il te restait à t'en débarrasser soit en l'échangeant pour quelques miettes, soit en la collant dans un bel album qui, une fois totalement empli, te permettait de mériter un cadeau « offert » par le généreux chocolatier : une douzaine de cuillers à café, par exemple. Tu pouvais toujours la refiler à ta copine pour qu’elle t’invite à la dînette.

 

Quel rapport avec les bandes dessinées ? Aucun. Enfin presque aucun.

 

Isolons plutôt une des vignettes de la page 23.

 

Vignette-Johnny-Weissmuller.jpg

 

 

Devinez un peu : qui est ce ? ce jeune gaillard présenté par un dessin copié d’après photo, n’est pas du tout identifiable. Qui reconnaîtrait Johnny Weissmuller Champion de natation, qui incarna au cinéma le mythique TARZAN ? Eh, ouais ! avant de connaître une célébrité mondiale par la bande dessinée, Lord John Greystoke s’assura une carrière  nationale des plus enviables d'abord grâce au cinéma muet américain de l'année 1912. Tenez lisons ensemble la légende accompagnant la vignette.

 

maureen o'sullivan,weissmuller,mgm,tarzan,doc jivaro,album nestlé,cinéma,mgm,bandes dessinées de collection,tarzanides,bar zing,lord john greystoke

 

Doc Jivaro vous recommande trois titres de film afin de vous faire une opinion favorable quant au jeu de Weissmuller débutant dans le septième art.

 

– Tarzan The Ape Man (1932)

– Tarzan Escapes (toujours incomplet, les scènes dites d’horreur ayant été supprimées pour ne pas choquer une clientèle familiale).

– Tarzan and His Mate (Tarzan et sa compagne).

 

Vidéo-Tarzan-et-sa-compagne.jpg

 

 

Ci-dessus : très exactement le genre de situation qui fait enrager les lesbiennes et les vieilles militantes du MLF.

 

Mais ce sont parfois les mêmes, non ?

 

Doc Jivaro

 

 

16/03/2019

Tarzanides du grenier n° 342

 

En 1947 le dimanche du 23 mars dut être un dimanche doublement heureux pour les écoliers d’une France au sortir de la guerre. D’abord parce que le Jour du Seigneur commandait la fermeture de l’entrée des écoles et, ensuite, parce que était publié le numéro 1 d’un tout nouveau illustré : DONALD.

 

BD-Donald-couv,-1947.jpg

 

 

Il ne comptait que huit pages, DONALD. C’était pourtant une présentation tout à fait habituelle pour nombre d’hebdomadaires de l’époque. C’était, surtout, huit grandes pages (27,3 X 41,5) d’un format qui n’existe plus à l’attention de nos moutards actuels. N’empêche : nos petits bras musclés du moment se plaisaient à ouvrir les grandes ailes de ce volatile sur papier.

 

Je n’ai pas connu la première année de parution de cet hebdo qui ne publiait que des bandes dessinées américaines, exception faite pour une intitulée : Les aventures de Monsieur de la Guerche. Le siège social se situait Boulevard Saint Germain au 209 dans Paris bien sûr. Cependant je connaissais les trois neveux de DONALD : Fifi, Riri et Loulou, pour la bonne raison que trois petits copains cousins entre eux s’amusaient à s’interpeller par ces trois diminutifs affectueux.

 

Le succès de DONALD était complet. Même que certains parents en lisaient avec amusement les histoires quoique …. Quoiqu’il y eut un hic !

 

L’une des séries BD avait pour titre BARRY et Le Lotus d’Or. Une série illustrée par Milton Caniff créateur du célèbre Terry et les pirates. Mais le hic ne se trouvait pas dans le fait que chez nous Terry était remplacé par Barry. Le hic se trouvait en bas de la page 3 du n° 17 du 13 juillet 1947. Lisez en le texte.

 

BD-Barry-Donald-13-07-1947.jpg

 

« Petite vérole ! » Oui vous avez bien lu : vérole. Cette allusion à une maladie vénérienne : la syphilis, était absolument inattendue dans un journal destiné à la jeunesse française, étant entendu que toute information sexuelle restait interdite à l’école et retardée le plus possible en famille. En fait il se peut que le traducteur se soit tenu au mot à mot dans la version française pour l'enfance, en traduisant l’original américain destiné à un lectorat adulte. (En France, je crois bien que c’était le mot « variole » qui était plutôt utilisé dans ce genre de situation).

 

L’abbé Pihan (1912-1996), pourfendeur de toutes les BD éditées en dehors de celles de Coeurs-Vaillants, disqualifiait le journal DONALD en le traitant de « journal le plus pernicieux pour l’enfance ».

 

Walt Disney, célébré comme l’ami public numéro un, en gémit encore dans son cercueil.

 

Doc Jivaro

 

01/01/2019

1er janvier

 
Bar zing
Doc Jivaro
Kurt Muller
souhaitent une bonne année 2019
à ceux et celles
appréciant les BD

 

 

 

08/12/2018

Tarzanides du grenier n° 327

 

Un internaute attentif aux propos tenus par Doc Jivaro, vient de rappeler l'existence parfois oubliée d’un des « gros bras » de la Bédé : LOTHAR. D’origine africaine LOTHAR apparut au même moment qu’apparut MANDRAKE parmi les comics r'américains déjà très nombreux en 1934. Leurs créateurs Lee Falk pour le scénario et Phil Davis pour le graphisme, connurent un succès immédiat, jamais démenti.

 

La nature dota LOTHAR d’une force prodigieuse dont les images suivantes apportent la preuve irrefutable.

 

lothar,mandrake,donald,mandragore,tarzan,bd,bandes dessinées de collection,bar zing,tarzanides,doc jivaro

 

 

À mesurer les performances musculaires de cet Hercule noir on s’interroge si même TARZAN disposerait d’assez de ressources pour vaincre LOTHAR dans un corps à corps à la loyale. Et difficile de croire qu’un tel homme ait volontairement accepté d’être le serviteur d’un magicien nommé MANDRAKE. C’est pourtant cette situation résultat d’une hiérarchie sociale qui perdurera pendant plusieurs décennies, jusqu’à ce que les deux hommes en viennent à progresser côte à côte en bons amis égaux en droits comme en devoirs.

 

D’abord présents dans deux hebdomadaires, l’un ROBINSON, l’autre HOP-LA ! Mandrake, toujours vêtu d’élégance, se fera connaître avant la guerre de 1939-40 dans le pays des deux Léon, c'est à dire le pays de Blum et de Daudet.

 

BD-Mandrake,-Supplément-355.jpg

 

 

Pour ceux- celles d’entre vous qui, sans avoir à vider leur cassette d’avare, souhaiteraient lire et regarder les premières aventurlures de Mandrake et Lothar, Doc Jivaro conseille les trois volumes que les ÉDITIONS DES REMPARTS publièrent en 1980. Trois volumes en couleurs comprenant les 376 Sunday Pages d’origine yankee. (Les bouquinistes spécialisés ne manquant pas sur votre web favori. Ah ! j'allais oublier : Le grand magicien rejeton imaginaire de l’aphrodisiaque mandragore fut aussi actif dans le magazine DONALD, chaque dimanche matin, depuis le numéro 1 jusqu’au dernier : le 313 des années 1947 à 1953.

 

– Saperlipopette ? Abracadabra serait mieux dans le sujet.

 

Doc Jivaro  

05/11/2018

Ce jour ...

 

... Deux rendez-vous d'importance, dont un chez l'ophtalmo ... je ne vous dis pas le temps d'attente. Savez vous qu'à Montluçon nous n'avons qu'une seule diabétologue pour plus de 40 000 habitants ?

 

L'illustration BD ci après n'était pas prévue en remplacement de notre gag traditionnel d'humeur et d'humour.

 

 

BD-Ryal.jpg

 

FRAKASS (titre difficilement lisible) est un personnage que j'ai créé en 1981-82. Mais me croirez vous si je vous dis que les premiers essais remontent jusqu'à mon adolescence ?

 

l'influence venait de personnages tels que le Fantôme du Bengale ou encore d'un super-héros de fabrication française moins connu : SALVATOR, imaginé par Liquois sur un texte de Prado.

 

Voilà ce sera tout pour notre lundi.

Ryal