Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2020

Tarzanides n° 439

 

En guise de suite au numéro 438

 

Cette nuit écoulée le Petit Jésus nous a modifié le ciel. Hier l'était solaire. Aujourd'hui en matinée c'est la dégringolade. Une pluie drue, verticale. Après cette saucée il ne faudra pas écraser les escargots qui vont ramper dans l'escalier extérieur.

 

J'ai bien vérifié : William Juhré, l'un des premiers à avoir converti en BD certains des romans TARZAN, n'apparaît pas dans le quatrième volume de l'éditeur Graph Zeppelin. Il n'apparaît pas là où nous devrions le trouver après Rex Maxon, Foster et Hogarth, années 1936 à 1938.

 

 

tarzan,william juhré,francis lacassin,editions mondiales,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanides du grenier

 

 

De mon côté pendant ma scolarité je ne connus que quelques unes des planches BD créées par Juhré et je ne les connus qu'en ignorant l'identité de l'artiste car celle-ci n'est pas imprimée dans les numéros mensuels 18 et 20 de 1947 des Éditions Mondiales.

 

 

tarzan,william juhré,francis lacassin,editions mondiales,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanides du grenier

 

 

Ce fut donc Francis Lacassin, plus tard, beaucoup plus tard et dans la revue trimestrielle BIZARRE de 1963 qui m'informa de l'existence de William Juhré dont il écrivait que l'originalité graphique venait d'une "dilatation des pupilles" chez les personnages. Sans blague ?

 

 

Dans la grande planche BD ci-dessus prélevée dans la page centrale de l'hebdomadaire HURRAH ! année 1940, se vérifie une fois de plus la loi de guerre par laquelle Lord John Greystoke protège son existence : on ne doit jamais laisser vivant un ennemi derrière soi.

 

Enfin la couverture numéro 18 de 1947 des Éditions Mondiales montre un agencement pour le moins incongru : ne croirait-on pas que TARZAN bloque sans sa main droite le projectile qui vient de traverser le crâne du noir ?

 

Allez : bonne soirée à tous !

 

Doc Jivaro

 

14/07/2020

La Bastille Valda

 

Supposons que vous ayez à peu près mon âge biblique et qu'il vous arrivât pendant l'année 1955 de lire une des rubriques imprimées dans le journal VAILLANT d'un Parti Communiste alors nostalgique de Joseph Staline ... Vous auriez pu lire Citoyen Jeantet une interprétation fallacieuse de la Révolution Française fêtée t'aujourd'hui 14 juillet d'une année de confinement.

 

Vaillant,-n°534,-08-1955.jpg

 

 

Dans cette interprétation tout est sous-entendu pour que le PC apparaisse comme seul parti politique héritier légal des années révolutionnaires 1789-1793 ... Bien entendu, les massacres, et les têtes humaines brandies en haut des baïonnettes par le populo ivrogne et gueulard, non plus que les cas de cannibalismes ne sont signalés dans le récit destiné aux petits enfants français du "Foulard Rouge", lesquels étaient invités à fréquenter les enfants bien plus heureux des dictatures communistes de l'Est URSS.

 

L'ensemble mensongé était présenté comme "grand roman historique de Pierre Castex". Amusant, non ? quand on sait qu'à présent Castex est l'homonyme d'un premier ministre récemment nommé et déjà contesté par la clique de gauche Roussel et Martinez.

 

Rappelons que La Bastille n'était pas une prison qui menaçait le peuple mais une forteresse ancienne dont les "logements" étaient plutôt réservés à quelques aristocrates, parmi lesquels le fameux Marquis de Sade. Dans les collections de l'actuel Musée Carnavalet vous pouvez voir quelques unes des grosses pierres de cette ancienne fortification, grosses pierres taillées à la ressemblance mais apetissée de cet édifice autrefois visible dans le quartier Saint Antoine.

 

Doc Jivaro

 

11/07/2020

Tarzanides n° 438

 

LORD JOHN GREYSTOKE

 

 

Tarzan-1967-1979.jpg

 

 

Avec le quatrième volume de l'intégrale de la réédition des trips américains créés par RUSS MANNING, l'éditeur Graph Zeppelin vient de clôturer la période 1967 à 1979 pendant laquelle les aventurlures de TARZAN retrouvèrent une qualité abandonnée depuis 1954 quand John Celardo remplaça Bob Lubbers pour les BD relatives au héros inventé par E. R. Burrougs.

 

Doc Jivaro vient de parcourir brièvement ce quatrième volume. Il se montrera plus attentif demain mais il lui semble bien que l'éditeur, dans la liste des dessinateurs, a négligé de mentionner un certain William Jurhé, lequel était pourtant apprécié par Francis Lacassin, grand spécialiste du Roi de la Jungle. Nous vérifierons ça dans un proche avenir.

 

Doc Jivaro

 

10/07/2020

RMC journaliste foot bol

 

J.J. BOURDIN dégage du terrain

 

DROP !

 

J-J-Bourdin-RMC-départ.jpg

 

08/07/2020

Tarzanides n° 437

 HOPALONG CASSIDY publication BD de l'éditeur Impéria, parut en deux séries, l'une de 115 numéros, l'autre de 291, depuis octobre 1951 jusqu'à l'année décembre 1964. Vous trouvez ça partout dans le BDM comme dans Wikipédia et ce n'est donc pas pour cette comptabilité et chronologie que Doc Jivaro va bavarder du célèbre shérif de Twinriver. Son intention est plutôt de parler de l'illustration des couvertures.

 

Globalement les collectionneurs attribuent le dessin des couvertures de Cassidy à l'italien Ferrani Rino lequel de Rino Ferrani œuvra également pour le magazine populaire RADAR. Toutefois, en ce qui concerne Hopalong Cassidy les deux premières couvertures ne sont pas dues à l'italien mais à un français, le français ROBert BAgage qui signait ROBBA.

 

 

hopalong cassidy,targa,robbaz,robert bagage,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanides du grenier

 

 

Robba était déjà bien connu, notamment comme illustrateur des couvertures d'un des Tarzanides les mieux réussis : TARGA LE TERRIBLE. Dans l'exemple ci-dessus et daté d'avant la Loi de 1949, les écoliers de mon âge pouvaient s'exercer à la petite bagarre pendant les dix minutes de récréation. Remarquez : nos instituteurs de la Voltaire étiraient volontiers la durée de la récré pour eux comme pour nous.

 

Comment tordre le bras à partir de son poignet en même temps qu'immobiliser au sol l'ennemi dont on menace de casser une jambe tout en lui piétinant la tête ? vous apprendrez tout ça en consultant votre BD préférée. Au risque d'être interrompu par un des maîtres en blouse grise.

 

- Et alors, ça t'amuse de faire mal à ton petit copain ? Tu vas le lâcher tout de suite et pour t'apprendre à bien te conduire tu vas écrire la phrase suivante : je ne dois pas faire mal à mon camarade de classe. Tu me conjugueras ça aux huit premiers temps. Tu me remettras la copie vendredi prochain le matin.

 

Robba récidiva plusieurs fois, s'inspirant vaguement de telle ou telle prise de jui-jitsu. Ainsi dans la deuxième couverture pour Hopalong Cassidy.

 

 

hopalong cassidy,targa,robbaz,robert bagage,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanides du grenier

 

 

 

Par la suite, de tels corps à corps entre personnages de BD devinrent rares jusqu'à disparaître dans la production française. Vous en chercheriez aujourd'hui inutilement sur les couvertures d'albums d'ailleurs pour la plupart limités à des rééditions. Ce qui caractérise même une couverture de BD d'à présent c'est sa banalité, sa mièvrerie : les pirates ont cessé de manier un sabre tranchant : ils se promènent armés d'une batterie de cuisine pour gamine s'amusant à la dînette.

 

Doc Jivaro

 

27/06/2020

CNEWS

 

Hier en soirée duel d'arguments et de coups de gueule(s) entre Bernard Henry Lévy et Eric Zemmour. Celui-ci a bien du mérite et beaucoup d’imprudence à contrarier la sale ambiance décadente des petits français peau blanche devenus incapables de conserver le patrimoine culturel dont ils sont pourtant les héritiers. Après Uncle Ben's, qui culpabilise que le riz ne soit pas noir et l'Oréal qui regrette de blanchir plutôt que noircir, Eric Zemmour d'aucuns vont bientôt lui faire regretter de n'avoir pas un des rois esclavagistes du Dahomey parmi ses ancêtres.

 

Quant à la chemiserie de Bernard Henry Lévy il y a plus de trente ans que j'ai compris que sa meilleure enseigne auprès de ses lecteurs est son épouse Arielle Dombasle.

 

Doc Jivaro