Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2020

Tarzanides n° 452

 

Dans l'immédiat après second conflit mondial la production de bandes dessinées recommença sur l'ensemble de notre territoire national alors que quatre années d'occupation allemande l'avait d'abord limitée à la « zone sud », principalement dans la ville de Nice.

 

En 1949 les éditions « Vaillant » d'inspiration communiste mettent en vente pour la jeunesse un numéro « CAMERA 34 ». Celui-ci compte 80 pages hors sa couverture. Les collectionneurs qualifient ce titre « Premier format de poche de bandes dessinées françaises ». Effectivement ses dimensions 13,5 X 18 cm étaient bien modestes comparées à celles, assez géantes, de nos autres journaux illustrés.

 

 

Pocket-BD-Caméra,-1953.jpg

En voici une polissonnerie, camarades !

 

Très rapidement, cette même année 1949, l'éditeur Impéria concurrence le produit « Vaillant » en publiant à son tour un pocket : SUPER BOY de 100 pages et de format 13 X 18 cm.

 

 

BD Pocket-Super-Boy,-Janvier-1952.jpg

 

 

Caméra 34 limita sa durée de vie à 122 numéros mais Super Boy bénéficia d'une longévité de 402 numéros en deux séries successives. Durant la première série Super Boy, le boxeur Nylon Carter fut le « gros bras » attirant le mieux l'intérêt des écoliers batailleurs du bac à sable. Rambo et Terminator n'existaient pas encore.

 

Doc Jivaro

 

30/09/2020

Tarzanides n° 451

 

Vite, en passant !

 

 

Si j'affirme qu'après les Pieds Nickelés suivi de Bibi Fricotin, le dessinateur humoristique Forton inventa un cinquième luron appelé SIROCCO ...

 

 

bd-Hardi-!,-21-11-1937,-pg-4.jpg

 

 

 

Et que celui là demeure moins connu que ses quatre devanciers, me croirez-vous ? Oui. Cependant vous aurez tort sur un point : SIROCCO fut imaginé par Callaud et non pas par Forton. Mais comme Callaud succéda à Forton dans les aventurlures des Pieds Nickelés ainsi que dans celles de Bibi Fricotin, les deux peuvent feindre d'avoir été jumeau pendant une époque passée où la biographie des auteurs de BD n'existait pas.

 

SIROCCO gardien de zoo était publié dans l'hebdomadaire HARDI ! « paraissant tous les dimanches » et n'ayant pas été ou delà de son numéro 22 de 1937. Mais pourquoi avoir baptisé SIROCCO un gardien de zoo ? Ce genre d'enclave en pays civilisé présentait à ses visiteurs principalement des spécimens d'animaux absents en Europe mais présents en Afrique, là où souffle un vent chaud saharien, le sirocco.

 

Ici, pour terminer, Doc Jivaro avoue une falsification : il a gommé la signature de Callaud dans la sixième et dernière image de la petite BD. Ouh ! Le vilain pas beau.

 

Doc Jivaro

 

28/09/2020

Trop souvent sur CNews à 17 heures

 

KARIM ZÉRIBI : 

 

Le français qui soumet la laïcité

comme bonniche de sa religion

 

Karim-Zéribi-CNews.jpg

25/09/2020

France terre d'asile

 

Paris-Pourri dernière minute 

 

ATTENTAT AVEC ARME BLANCHE

 

 

attentat rue appert,locaux charlie hebdo,société premières lignes,cellule crise beauvau,al-quaïda,pakistanais migrant

23/09/2020

On n'est plus en mai 68

La D.R.H. de CHARLIE HEBDO 

 

en appelle 

 

aux cons et aux fachos

 

Marika-Bret-Charlie-Hebdo.jpg

19/09/2020

Tarzanides n° 450

 

Né peu avant la première guerre mondiale mon père ne connut pas pendant sa jeunesse BIBI FRICOTIN : il ne fréquentait que LES trois PIEDS NICKELÉS, un jour par semaine, dans l'illustré L’ÉPATANT, le premier vrai journal de BD du pays de Clémenceau. Les Pieds Nickelés et Bibi Fricotin nous viennent du même créateur Louis FORTON.

 

 

BD-Bibi-Fricotin,-L'As,-10-07-1938.jpg

 

 

 

Bibi Fricotin fut d'abord édité dans LE PETIT ILLUSTRÉ mais les trois bandes que nous présentons ici sont sélectionnées dans l’hebdomadaire L'AS de l'année 1938. Leur dessinateur se nomme Callaud, lequel relaya Forton avant de céder à son tour la place à Lacroix. Sa disposition de la BD expose la transition entre les récits illustrés traditionnels et la bande dessinée proprement dite. Chaque image est soutenue par un texte pendant que les bulles contenant les paroles des personnages n'ajoutent pour ainsi dire rien de plus à la compréhension de l'histoire. Elles semblent même superflues. Aucun cadre linéaire ne limite chaque dessin, si bien que lorsque la coloration n'existe pas la bande dessinée semble s'absenter.

 

La Librairie Hachette entre 2017 et 2019 a réédité les 123 albums de la collection Bibi Fricotin.

 

Pour ce qui est de l'hebdomadaire L'AS, en son temps, il lui arrivait d'amuser ses jeunes lecteurs avec un humour tel que celui trouvé dans le numéro 82 d'octobre 1938.

 

 

Le roi nègre, L'As,-1938.jpg

 

 

Comme quoi nos ancêtres les français ne craignirent pas toujours le gros méchant loup.

 

Doc Jivaro