Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 67

Depuis quelque temps nous acceptons comme Tarzanide tout personnage de BD dont les mouvements corporels sont tant bien que mal copiés sur ceux que Foster et Hogarth créèrent pour rendre inoubliable la silhouette de TARZAN. 

Parmi ces Tarzanides repérés à cause d'un simulacre gestuel imité des actions du Roi de la Jungle, existe un FULGOR. Le grand éditeur ARTIMA de Tourcoing en assura la publication. Trente neuf numéros parurent sans réussir a égaler le succès de beaucoup d'autres titres de la même maison : Tim l'audace, Tex Bill, Cyclone, etc, etc,. Autant dire que les enfants des années 50 boudèrent ce FULGOR qui leur arrivait de l'immensité russe pendant l'époque des tsars. 

Les couvertures, elles aussi, s'inspiraient souvent d'attitudes de Tarzan. Ici, le numéro 31, année 1957. Le champion ataman plongeant sur une panthère est tout bonnement imité de Tarzan se portant au secours de Ta'Ama, belle musulmane de retour d'Istanbul où elle prit la mauvaise habitude de se promener en public sans cacher son visage. La honte sur elle, ma sœur !

 

BD, Fulgor,-1957 (1).jpg

 

Toujours dans ce numéro 31, presque toutes les images comportent des fragments d'anatomie prélevés dans le style de Burne Hogarth.

 

BD-Fulgor,-1957-3-pages.jpg

A gauche : Buste de Tarzan extrait de la troisième manière de Hogarth

Au centre : Bagarre sortie du Prince Vaillant de Foster, n° 70 (année 1939) deHOP LA !

A droite : Ce groupe en lutte ne vient ni de Hogarth, ni de Foster. Il vient d'Alex Raymond pour son Flash Gordon

 

Ces quatre exemples suffisent pour prouver les maraudes auxquelles s'adonna le FULGOR d'Artima-Tourcoing. Et l'on comprend que les dessinateurs débutants se soient abstenus de signer leurs larcins. 

A partir du numéro 36, FULGOR conserva son titre de journal mais au prix de perdre le récit de ses aventures. Celles ci furent remplacées par celles d'un AYMERI le Téméraire, jeune chrétien combattant l'une des invasions guerrières que les turcs islamisés lançaient à l'assaut de l'Europe. Ont-ils renoncé de nos jours ? Et ne renonceront-ils que lorsque Istanbul sera redevenue Constantinople ? 

Docteur Jivaro n'a retrouvé dans l'escalade de ses cartons ni le numéro 1, ni le numéro final 39 de FULGOR. Ce sera peut-être pour un autre samedi. 

Durant la décennie 1950, Artima-Tourcoing, alors triomphant, eut la bonne idée de présenter en dernière page de chacun de ses journaux la panoplie complète de tous ses titres mis en vente chaque mois.

 

BD, Ouragan,-3-1956.jpg

4e de couverture de TEMPEST, n° 15-1956.

 

Quant à TOUNGA … Ah ! Hélas pour TOUNGA, gros bras des temps préhistoriques … Votre serviteur en a encore négligé la naissance.

 

Docteur Jivaro

 

 

24/05/2014

Les Tarzanides du Grenier n° 66

ROBIN l'Intrépide et TOUNGA

 

Ces deux là ne sont jamais listés dans l'équipe des Tarzanides certifiés. Méritent-ils d'y figurer ne fut-ce qu'en bout de piste, en dernier repêchage ? Pourquoi pas ? Leurs périples parmi les fauves et les ethnies hostiles ne sont pas moins dangereux que ceux vécus par d'autres personnages reconnus depuis longtemps comme rejetons de TARZAN.

 

 BD-Tounga-et-Robin.jpg

Tounga année 1967    -    Robin année 1955 

 

Robin est d'origine française, publié sous Copyright ARCADIE en page intérieure de ZORRO, hebdomadaire qui fit suite à « Jeudi magazine » au numéro 56 du 26 juin 1947.

 

OULIÉ, qui inventa en 1947 la silhouette du ZORRO de l'éditeur Arcadie, sera le dessinateur attitré de Robin. Cependant, deux autres artistes le remplacèrent occasionnellement. L'un, Pierre Chivot, assez incertain dans son graphisme (depuis le numéro 212 jusqu'au numéro 220 du Zorro année 1950). Et l'autre, Roubinet, un des fidèles de la maison dirigée par Jean Chapelle ; et qui publia 10 planches BD de Robin dans le Zorro Zig-Zag, depuis le numéro 1 jusqu'au numéro 5, année 1952. Mais pour cet épisode Robin s'aventure dans le Riff, au Maroc, au lieu de combattre en errance et selon son habitude dans les jungles immenses de l'Inde.

Quant à Tounga …

  

BD-Robin-3-images.jpg

 A gauche : Roubinet un Robin pas convainquant.

Au centre : Le Robin de Oulié. Un candidat au diplôme de Tarzanide

A droite : Robin atrophié par Pierre Chivot.

 

Quant à Tounga, nous le retardons jusqu'à samedi prochain puisque la femme légitime du Docteur Jivaro signale qu'il nous faut démarrer tout de suite pour être à l'heure à Saint Désiré, pour un repas collectif en compagnie d'anciens combattants débauchés des usines Dunlop.

 

 - Surtout qu'il faut prendre de l'essence. On est presque à vide.

 - J'arrive, j'arrive, chérie !

 

17/05/2014

Tarzanides du grenier n° 65

 

Semaine précédente, Docteur Jivaro présentait l'exemplaire 23 par lequel le Tarzanide TARGA engagea la deuxième série de ses aventures tropicales. 

Les numéros 1 à 22 comptent chacun 16 pages ; toutes les couvertures sont aménagées en couleurs par Robba. Le dynamisme des situations, malgré plusieurs maladresses d'anatomie, captivaient les enfants de ma génération, vous vous en doutez bien.

Targa-1,-1947.jpg

 

D'abord commercialisé au prix de 15 frs (1947), TARGA passe à 16 frs dès le numéro 2. Puis à 20 avec son 5e titre. Quant au numéro 22, il fallait débourser 25 frs. Puisqu'il plaisait, autant qu'il rapporte du blé ! 

 Targa-1948.jpg

 

Les images intérieures sont réalisées par Stèv'Son qui signait aussi Estève. Contrairement à beaucoup d'autres manipulateurs de tarzanides copiant sans vergogne Foster et Hogarth dans le choix des mouvements du héros, Stèv'Son – Estève inventait ses propres attitudes musculaires (il lui arriva néanmoins de s'aider de photos extraites des films tournés avec Weissmuller). 

 

Ray-Sugar-Robinson-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ray Sugar Robinson, 1951

 

 

Dans les années 50 l'éditeur IMPERIA entreprit de raconter en BD et à l'attention d'un jeune public, la vie de grands champions sportifs. En traduction édulcorée, évidemment. Ce fut alors l'occasion pour Stev'Son - Estève d'utiliser systématiquement des documents photographiques.

 

 

Docteur Jivaro

 

10/05/2014

Les Tarzanides du grenier n° 64

 TARGA

 

Le nom de TARGA n'évoque généralement rien chez les jeunes passionnés de BD actuelles. Il fut pourtant un des tarzanides les mieux accomplis de tous ceux qui naquirent inspirés du modèle créé par E.R. BURROUGHS. 

 

Le dépôt légal de TARGA date de 1947 ; sa fin s'effectuant en 1950, au numéro mensuel 39. 

 

Bob Roc, dont le Docteur Jivaro parla dans sa rubrique du 22 mars 2014, en fut l'un des dessinateurs principaux. 

 

TARGA se répandit sous deux formats successifs, l'un de dimensions 25 X 33 (nos 1 à 22) et l'autre sous un format quelque peu réduit (19 X 25) mais compensé par la quantité de pages élevée de 16 à 36 (et non pas simplement 32 contrairement à ce qu'écrivit le BDM). 

 

Ci après, la couvrante du numéro 23, laquelle débute la seconde série totalisant 17 numéros. C'est Bob Roc qui couvre le plus d'espace BD. Outre les vignettes de TARGA, il dessine, aussi, une « Escale à Tampico » dans laquelle plusieurs des postures des personnages sont calqués sur le DRAGO de Burne Hogarth.  

 

 

Targa-n°-23.jpg

 

 La quasi totalité des couvertures en couleurs de TARGA est imprimée à partir du talent de Robba ; lequel de Robba finit par accompagner d'un logo « cocotte en papier » sa signature. Ce logo symbolisa plusieurs dessinateurs français qui rivalisaient contre l'abondante concurrence américaine et italienne dans le domaine des histoires en images. 

 

Ah ! Tiens, oui, j'allais oublier : TARGA désigne un des formats de conversion en mode informatique. Ce n'était évidemment pas le cas en l'an de grâce 1947.

 

Docteur Jivaro

 

26/04/2014

Les Tarzanides du grenier n° 63

Question : dans le fourre-tout des BD ayant T. pour personnage principal, y a-t-il au moins un moment où le champion-né mérite réellement son nom (rappelez-vous que Tar-Zan signifie « Peau Nue » dans le langage des gomanganis).

La vignette suivante, prélevée dans le numéro 22 du TARZAN de la Sagédition, année 1974 répond positivement : l'homme singe se tient réellement à poils ! Malgré l'avancée d'une touffe de feuilles que l'hypocrite qualifie de providentielle.

tarzan,sagédition,john celardo,lacassin,edgar rice burroughs

 

Approximativement à la même époque (1975 dans la traduction française Editions Mondiales), une autre déculottée, mais de survie celle-ci, permet à l'invincible Seigneur de la Jungle de ne pas périr dans une tempeste de sable. La girafe qu'il chevauchait vient de tomber morte, détruite par le simoun. Malgré cette perte aggravant le danger, un sourire malicieux anime le visage de notre sempiternel héros. Ses narines ne se refermant pas comme se referment naturellement celles d'un dromadaire, Tarzan utilise son cache-sexe pour filtrer l'air tout empli des violences du Sahara.

 

Tarzan-numéro-78,-1975.jpg

Pour conclure et pour justifier son pseudonyme, votre serviteur Jivaro vous présente la couverture de tête numéro 1 de la série « tout en couleurs » des Éditions Mondiales – Del Duca, année 1963. Série complète avec ses 91 numéros mais ne bénéficiant pas d'une bonne réputation auprès des collectionneurs pointilleux.

 

Tarzan-couverture-numéro-1,.jpg

Docteur Jivaro

19/04/2014

Les Tarzanides du grenier n° 62

Non, non ! Tarzan n'a pas tué Sheeta le léopard pour se rassasier d'une viande sauvage qu'il mange crue. Mais après toute une nuit d'ouragan et d'inondation, Jane à pensé qu'elle et son amant plus beau qu'un mari, avaient grand besoin de renouveler leur coquetterie vestimentaire. Aussi s’emploie t'elle à confectionner de tous nouveaux « cache-sexes » dans la peau d'une superbe femelle morte noyée d'avoir osé attaquer la puissance du « Roi de la Jungle » … Et, en 1947, ce sera l'unique fois pendant les quelque quinze ans de son existence BD en France que notre homme singe changera volontairement de slip – de pagne si vous préférez.

 

Tarzan,-1947,-3e-trim.jpg

 

 

Car, en d'autres circonstances, lorsque la forme et la texture du « short » de T. sont modifiées c'est à cause d'un événement complètement indépendant de la décision de ce héros qui naquit, raconte t'on, entre 1888 et 1889.

 L'un des plus intéressants changements s'observe dans les deux versions françaises d'un même épisode, celui pendant lequel T. affronte une bande d'arabes esclavagistes exploitant l'Afrique Noire.

 

Tarzan,-1951,-2-versions.jpg

 

L'image du dessus vient du numéro 226, année 1951, du Tarzan hebdomadaire imprimé pour les Éditions Mondiales. Le pagne est tanné dans une peau de panthère-léopard. Mais un peu plus de vingt ans après, et pour la Sagédition, les tâches animales ont été supprimées, comme pour faire croire que Tarzan a cessé d'être un chasseur égorgeant des animaux en voie de disparition. L'écologie et la Fondation Bardot marquent, ici, leur double influence. En même temps, la phrase de 1951 « Tarzan saute sur l'arabe » a été gommée, sans doute pour obéir à une lutte contre le racisme, lutte pendant laquelle les européens blancs s'auto-flagellent comme seuls méchants, seuls fautifs et, globalement comme seule cause de toutes les souffrances de l'espèce humaine. (Cette phrase de 1951 a même été réduite à de vulgaires grognements et bégaiements en 1974. Est ce ainsi que les anti-racistes valorisent leur politique ?). Quant aux musulmans suggérés en 1951, ils ont disparu, remplacés par le terme « brigand » mis au pluriel dans tout le cours du récit modifié en 1974.

 Docteur Jivaro est fatigué : sa tête à le vertige en regardant ses pieds. Il va se reposer. Ce qui ne l'empêche pas d'indiquer que le couteau escamoté pendant son enfance, réapparaît heureusement pendant sa vieillesse.