Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2013

A tire d'Elles n° 74

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,strass,moeurs,sexualité,

Il est fou de grimper avec elle !

18/05/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 34)


PANTERA BIONDA (2)

 

La sexy Barbie vient d'ouvrir SA maison rose itinérante … Ce n'est pas de mon goût, n'appréciant pas la guimauve. Mais comme Barbie fait enrager les lesbiennes viragos ; et comme les gauchistes, grands fournisseurs de « camps de rééducation par le travail », la détestent, alors cette petite blonde de 29 cm m'est devenue sympathique. Que voulez-vous, la pétroleuse Louise Michel, laideronne que même Victor Hugo semble avoir refusé de baiser, n'est pas de mon genre. Elle qui exigea d'être fusillée après avoir été assurée de la clémence des tribunaux versaillais. 

Étant gosse je déchirais les pages de BECASSINE et m'abstenais de toute relation intime avec les robes de BLEUETTE, poupée fadasse frappée d'un mongolisme même pas identifié trisomique 21. J'ai horreur des filles dont le pubis mutilé de pudeur est clos comme un œuf durci à la cuisson! 

Heureusement pour mon enfance, il y eut la bédé PANTHERE BLONDE. 

Douze numéros venus d'Italie.

  

bd,bandes dessinées,bandes dessinées anciennes,tarzan,tarzanides,panthère blonde,tarzan femme

Contrairement à ce qui est parfois raconté, PANTHERE BLONDE ne vient pas de SHEENA (1938) mais de TARZELLA. Sheena se vêt d'un short hypocrite faisant obstacle ; Tarzella et Panthère Blonde, elles, voltigent en jupe courte, leurs jambes suggérées libres en-dessous de leur petite jupe taillée peau de léopard. 

bd,bandes dessinées,bandes dessinées anciennes,tarzan,tarzanides,panthère blonde,tarzan femme

Eh ! Eh ! En créant le soleil, le dieu d'Israël créa,

en même temps, les ombres. Du vent dans la voilure.


Ces douze exemplaires BD, assez vite censurés en France par la conjuration de la bigote catho et de l'abonné à « l'Huma Dimanche », furent édités, dit-on, jusqu'à 100 000 exemplaires pendant les années 1948-1949. 

L'imagerie en résulte d'un artiste italien mort en 1981 : MAGNI inversé en INGAM. Presque toutes les interprétations commercialisées en France virent leurs couvertures endommagées par les ciseaux d'Anasthasie. Tantôt le poignard brandi par l'héroïne est gommé (n° 4. La Secte des Thugs) ; tantôt la jupe est allongée comme s'il s'agissait de se rendre, mains jointes à hauteur du bonbon, dans la librairie en face de l'église Saül-Paul dans Montluçon, là où les journaux quelque peu érotiques sont systématiquement enlevés du rayon destiné à les exposer. 

PANTHERE BLONDE donna une succession assez prodigieuse de filles de la jungle. Le cinéma, lui-aussi produira de multiples Tarzellas et autres Tarzanides.

bd,bandes dessinées,bandes dessinées anciennes,tarzan,tarzanides,panthère blonde,tarzan femme

Couverture d'un des exemplaires MONSTER-bis et ayant pour sujet principal de jolies femmes exposant leur anatomie sous prétexte d'une vie sauvage menée sinon pendant les nuits du Bois de Boulogne tout au moins dans des forêts de carton pâte. Est-il nécessaire de signaler que le public en était majoritairement masculin ? 

  • On y va chéri ?

 Docteur Jivaro

 

  

15/05/2013

Audrey Tautou

Le Festival de Cannes ?

Une annexe d'Hollywood ?

 audrey tautou,brad pitt,festival de cannes,hollywood,cinéma,spielberg

12/05/2013

A tire d'Elles n° 73

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,strass,moeurs,sexualité,

En nocturne, encore et toujours la blonde.

D'aucuns parmi ses passagers veulent absolument qu'elle se prénomme vraiment Lola sur son bulletin de naissance.

Comme quoi, on n'est renseigné que de travers par la rumeur publique.

A tire d'Elles n° 72

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,strass,moeurs,sexualité,

 

  • J'ai toujours pensé gagner assez de fric pour ouvrir un salon de coiffure bien à moi à partir de mes cinquante berges. J'aurais voulu être coiffeuse. Si ! tu peux me croire, j'ai même mon C.A.P. Mais je n'ai pas pu continuer : les produits cosmétiques trucs, machins, choses me causaient des tas de problèmes à la peau des mains. J'ai pas eu de chance là dessus. Remarque, coiffeuse, je ne me serais jamais fait autant d'oseille qu'en me collant sur le tapin.

  • Ah ! Tiens, regarde mon premier enfoiré du dimanche. Lui, faut que je lui carre le gode.

05/05/2013

A tire d'Elles n° 71

prostitution,strass,prostitution parisienne,prostitution populaire,sa

Sur le ruban quasi désert du dimanche matin, elle dépassa mais sans y prêter attention un mec qui la devançait. En fait, c'était lui qui avait guetté la sortie de la fille et qui s'en était éloigné rien que pour se donner la satisfaction de revenir avec elle sur toute la longueur du trottoir. 

C'est dire qu'il n'appartenait pas à la catégorie nombreuse de ceux qui veulent passer inaperçus. 

On en plaisanta même un qui obtenait de la travailleuse sexuelle une promenade tout autour des immeubles, par la rue Sainte Apolline, le Sébasto, la rue de Tracy puis à droite en remontant jusqu'au passage Lemoine, en un temps où ça bossait tout plein. 

« Des fois, il éjacule pendant le parcours, je vous jure, je ne mens pas ».