Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2013

Satanax le superhomme, suite ...

Chose promise, chose due. 


Voici le scanné de la couverture du numéro 1 de SATANAX. Docteur Jivaro comme son nom l'indique, collectionne les premiers exemplaires de diverses revues – et pas uniquement ceux des bandes dessinées  ! Tenez  : il possède le numéro 1 de LUI – 1963 – avec la décevante Valérie Lagrange dénudée mais recroquevillée de façon à ne rien laisser voir d'excitant. Censure oblige.   


Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,


SATANAX apparut comme un superman francisé. Autant écrire  : minimisé. Son graphisme fut tracé par LIQUOIS, qui accompagnait sa signature d'un pompeux «  de l'Académie de l'Image Française  ». Aujourd'hui, un certain Raymond Perrin, connaisseur de journaux pour la jeunesse, qualifie LIQUOIS de « caméléonesque ». Sans doute parce que A. LIQUOIS servit d'abord l'idéologie nationale socialiste, servant ensuite l'Idéologie Communiste. Il se prénommait Auguste, ce qui doit étonner les adolescents de nos jours, eux qui jugent bien normal qu'un gars de Normandie renonce à Romain pour Ansar-Al-Haqq.  


L’histoire de Satard-SATANAX débute dans une « petite sous-préfecture de Garnac ». SATANAX détient ses pouvoirs surhumains non pas d'un savant physicien isolé sur une île, non pas de je ne sais quel mage tibétain abrité des fusils maoïstes  ; il les détient tout simplement, tout ruralement d'un bougre de sorcier logé pauvrement en dehors du village. Un jeteux de sorts, un rebouteux, un type à moustache de paysannerie et dont les joues mal rasées lui servent de toile émeri. Il prononce les paroles magiques secrètes ancestrales ... 


Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,


Et ça y est, le minus Satard se transforme en un phénoménal SATANAX. 


A condition, bien sûr, que le chétif Satard ne craigne pas le feu par lequel brûlèrent le grand maître des templiers et Jeanne D' Arc. Aïe  ! Mais ça ne fait mal qu'au commencement. Tout le contraire de l’empalement qui fait plutôt du bien lorsqu'il commence. 


Les supermen, LE Superman, Batman et Captain Marvel Junior ainsi que bien d'autres engendrés par la matrice américaine, l'occupante armée allemande les avait interdits en France pendant quatre années. Ils revinrent tous en force dans le débarquement du « Jour le plus long », rapportés dans le paquetage des G'IS mâchant du chewing-gum et se dopant Coca Cola. 


Nos mères, alors bien jeunes, apprirent à gainer de bas nylon leurs jambes trop longtemps badigeonnées d'un « jus de café » destiné à (mal) dissimuler que de la cuisse jusqu'aux orteils elles allaient nues. 


Pendant la deuxième moitié des années 40, certains éditeurs français inventèrent des surhommes plus ou moins contrefaits à partir des grands modèles américains. Il s'agissait alors non pas de rivaliser mais de détourner sous un aspect inférieur les modèles du capitaliste yankee afin d'en tirer quelque profit commercial. FANTAX, 1947 en fut le précurseur dans le genre. Ses successeurs furent nombreux sans pourtant être durables. 

 

Mister X l'inexorable,collection Eclair,BD,bande dessinée ancienne,illustré pour enfants,

 

Mister X venait de l'éditeur E.L.A.N., année 1948, logé 5 boulevard des Capucines. Dans Paris, forcément. Ce héros de papier ne masque pas sa figure. Il diffère en cela du WONDEMAN inventé par Dupuich pour les Éditions ARTIMA-TOURCOING. Une présence assez inattendue en France en 1951 puisque la loi de 1949 interdisait dans les journaux destinés aux enfants tout individu fictif capable de planer dans le ciel, comme les anges, les plumes en moins, le sexe en plus.

 

Audax,Satanax,bd,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants,tarzanides,superhomme,jean d'Alvignac,A. Liquois,

 Docteur Jivaro

22/09/2012

Tarzanide du grenier (n° 4)

 

bd,bd anciennes,collection bd,tarzan,tarzanides,tarou,editions artima















Image truquée genre couverture. Combinaison d'un lettrage avec l'exemplaire spécial série de Bob et Bobette (année 1947) et racontant partiellement en BD le film Tarzan's secret treasure de la MGM.  


Son nom n'évoque rien pour vous ? Tant pis pour lui ! Et vous perdez peu à ne pas le connaître. Car ce Tarzanide ne fit que de brefs séjours dans les pages intérieures du magazine mensuel Tarou publié chez l’éditeur Artima dont le siège se trouvait à Tourcoing.

Ainsi Moha « de Coco » semble t-il n'avoir jamais possédé un journal personnel marqué de son patronyme. Pourtant, oui, il en eut tout de même un, publié en format italien, année 1950 (avec un accent circonflexe sur le "o" de son nom).

Deux dessinateurs le firent voyager en images : Niezab suivi de Gosselin. Deux braves praticiens dont la créativité se diversifia chez de nombreux éditeurs souvent en rivalité les uns avec les autres. Niezab s'attela pendant dix bonnes années à illustrer Petit Riquet Reporter. Quant à Gosselin, il est connu surtout pour deux westerns de papier : Jack Hilson d'abord. Red Canyon ensuite, ce dernier cavalier retrouvé amnésique au fond d'un ravin.

Moha commence par affronter des périls dans la légendaire cité des Atlantes … mais bien vite on le retrouve dans l'ancienne Afrique colonisée.

Comme tous les Tarzanides Moha possède une stature athlétique. Un couteau ? Pardi, oui, un couteau ! Mais avant tout un pagne à longs poils sombres, cachant l'organe central pareillement caché sur le Jésus crucifié dans vos églises. Cependant cette assez lourde fourrure sera remplacée par du tissu ou par quelque peau tannée en cuir. Pour donner un air moins barbare ? C'est probable. Pourtant un ornement traditionnellement attaché à la sauvagerie et à la piraterie reste pendu à l'oreille droite : un anneau. S'agit-il de souligner l'aspect quelque peu métissé du grand gaillard ?

Alors que Tarzan réaffirmant sa méfiance envers la civilisation, jette les revolvers dans les marécages et casse les fusils, Moha, au contraire, s’accommode fort bien d'une carabine. Tout au moins lorsqu'il est illustré par Niezab (n° 13 de Tarou, année 1955). Occasionnellement il conduit un jeep. Éventuellement il voyage accoudé au bastingage d'un paquebot baptisé Albert Ier (Tarou, n° 40). Le Congo Belge, voilà donc le territoire vaste des pérégrinations souvent poussives de ce Moha scénarisé par de Lortac.

Malgré ses fréquentations ethniques variées Moha ne pressentit pas l'approche d'une fin des colonies européennes en Afrique. Il ne prévint pas non plus des famines qui allaient décimer certaines des populations décolonisées; ni avertir du retour des guerres fratricides que la présence coloniale avait neutralisées.

Ah ! L'étourderie me fait oublier le bestiaire accompagnant Moha. Celui-ci dispose pourtant d'une belle petite amie. Mais n'en soyez pas alarmés parents attentifs à maintenir votre gamin dans une pieuse sagesse. Cette belle petite amie n'appartient pas à l'essaim des rêves dont l'érotisme « Tord sur l'oreiller les bruns adolescents » (à ce que raconte le poète attablé entre les cuisses de sa maîtresse mulâtre). Non, non ! Il s'agit d'une panthère. D'une panthère noire, bien obéissante pareillement à un bon gros chien-chien fidèle .Prénommée Baêra, la demoiselle.

bd,bd anciennes,collection bd,tarzan,tarzanides,tarou,editions artima

   Signé Niezab                                       Signé Gosselin